Séminaire 2018-2020 : les révolutions du corps au XIXe siècle

Les révolutions du corps au XIXe siècle

 

Placé dès le XVIIIe siècle sur la scène esthétique et politique, le corps se trouve au cœur des innovations littéraires, artistiques et scientifiques qui se développent au XIXe siècle.

De plus en plus visible dans le champ de l’analyse critique, il est toutefois pris après 1789 dans un écheveau de paradoxes. Voyant se succéder romantisme, naturalisme et idéalisme, la littérature du XIXe siècle oscille en effet entre exaltation du sentiment et exhibition des corps. La science, de son côté, est partagée entre célébration de l’objet artificiel et fascination pour les corps naturels, entre spiritualisme et matérialisme dans l’étude de la psyché. Face à un individualisme croissant, la société post-révolutionnaire contracte quant à elle une forme de nostalgie à l’égard des communautés organiques traditionnelles.

Au XIXe siècle, le corps est donc tout à la fois mis à nu, mis en valeur et mis en cause. Ce sont les enjeux esthétiques et critiques de cette « révolution corporelle » que nous nous proposons d’étudier lors des rencontres des Doctoriales de la SERD.

Objet d’étude pluridisciplinaire, concept plastique dont les virtualités métaphoriques ont été activées dès le XIXe siècle, le corps offre plusieurs pistes d’analyse que nous pourrons explorer au cours de nos deux années de séminaire (2018-2020).

 

Lire les corps

Au XIXe siècle, la médecine connaît une révolution épistémologique sans précédent, qui met le déchiffrement du corps au centre de ses préoccupations. À l’ère de la « naissance de la clinique[1] », le physique dans toutes ses manifestations fait l’objet d’une véritable lecture, censée dégager les caractères de la norme à partir de l’observation des phénomènes pathologiques. La fièvre physiologique qui s’empare de la science contribue en outre à l’émergence et à la formalisation d’une psychologie matérialiste : souhaitant se défaire de l’emprise spiritualiste et dualiste des siècles précédents, les savants de l’époque tentent de « corporiser » l’étude de la psyché, que ce soit à travers la phrénologie, la physiognomonie ou encore la neurologie. Quels sujets d’étude inédits (corps souffrants, blessés, déformés) émergent de ces savoirs ? Comment la littérature et les arts s’approprient-ils le mode de présentation scientifique de ces corps nouvellement déchiffrés ?

Dans le sillage de cette lecture « indiciaire[2] » des corps, se développent également de nouvelles disciplines (tératologie, médecine légale, anthropologie raciale et criminelle) qui dotent les instances politiques et scientifiques d’un véritable « biopouvoir[3] ». Comme Michel Foucault l’a montré, les corps doivent se plier à une discipline institutionnelle, tout en étant soumis à un contrôle étatique et statistique de plus en plus marqué. On s’intéressera aux enjeux idéologiques et esthétiques soulevés dans le discours littéraire et social de l’époque par cette appropriation politique des corps, en faisant un usage critique des concepts de normes, de races et de genres.

 

Les corps en représentation

Le corps est un sujet esthétique majeur au XIXe siècle. Progressivement dévoilé, dénudé et exposé dans la peinture ou le dessin, il est également placé au centre des arts du spectacle qui se développent à cette époque, et il suscite un intérêt nouveau à travers l’émergence de la culture sportive[4]. Dans la lignée des visual studies, il s’agit d’étudier les différents types de supports (peinture, gravures, photographies, cinématographe, etc.) utilisés par les écrivains, les artistes et les publicistes de l’époque pour représenter le corps, sans oublier l’expansion sans précédent de l’image satirique et de la caricature du corps dans les journaux à grande diffusion (succès de Cham et de Daumier). On pourra également se demander comment les théories esthétiques formalisées au xixe siècle renouvellent les genres mimétiques traditionnels (que ce soit à travers des blasons, des portraits ou encore des croquis anatomiques).

Dans la seconde moitié du siècle, la tendance est également à la célébration d’un physique « augmenté ». À l’exemple de Barbey (Du dandysme et de Georges Brummel) ou de Baudelaire (« Éloge du maquillage »), on pare les corps, on les sublime par l’artifice, on les dissimule par l’ajout de costumes et d’accessoires, de coiffures et de tatouages. Comment le corps cristallise-t-il les débats entre nature et culture, entre machines et organismes et comment redéfinit-il les rapports sociaux ?

 

Faire corps

Aux lendemains de la Révolution, la société du xixe siècle passe d’un modèle « communautaire » (monarchie de droit divin reposant sur une forme de communion au corpus Christi) à un modèle « sociétaire » (démocratie bâtie sur le principe de la liberté individuelle) qui aboutit à « la déchirure du lien social[5] ». Marquée par la disparition des corps anciens (états et corporations entre autres), elle se sent alors « menacée par les périls de “défédération”, de “dissociation” ou de “désagrégation”[6] ». De surcroît, le corps des figures d’autorité traditionnelles, qui bénéficiait auparavant d’une aura particulière (en particulier à travers l’onction du monarque[7] et la vénération des reliques), tend à se désacraliser et à se banaliser.

La sociologie naissante, qu’Auguste Comte appelle d’abord « la physique sociale », est alors fortement marquée par une pensée organiciste : malade, blessé ou amputé, le corps social a besoin d’être guéri et reconstruit. Comment ces réflexions sociologiques sont-elles prises en charge en littérature ? Quelles nouvelles instances individuelles (artistes, écrivains, sociologues) ou collectives (associations, partis politiques, sociétés savantes, cénacles littéraires) se mettent en place pour tenter de mettre fin à ce qui est vécu à l’époque comme un démembrement du corps social ?

À partir de l’analyse de Pierre Bourdieu qui décrit les « effet de corps dont les groupes littéraires et artistiques les plus fameux ont tiré d’immenses profits symboliques, jusque dans et par les ruptures plus ou moins éclatantes qui y ont mis fin[8] », on étudiera les enjeux littéraires de ces reconfigurations sociales. La fondation de la Société des gens de lettres par Louis Desnoyers et Honoré de Balzac en 1838, mais également l’éclosion de groupes, d’écoles, de mouvements, souvent réunis et exposés au sein de revues très identifiables, façonne l’identité de l’écrivain désormais lié au corps de ses pairs. Il conviendra d’interroger les causes, l’évolution et les enjeux de ces mouvements qui « corporisent » l’arène littéraire et artistique tout au long du siècle.

 

Corpus d’auteurs, corps de lecteurs

Dans une perspective métalittéraire, on abordera enfin la présence physique de l’auteur dans ses œuvres. Certains genres littéraires (comme les confessions, les pamphlets, ou encore les poèmes lyriques) accordent une importance toute particulière à l’incarnation de l’écrivain, en donnant une épaisseur matérielle à sa parole. Quel rôle joue la description du corps dans la construction d’un éthos auctorial ? Par le biais de l’analyse pragmatique et de l’histoire des sens, on pourra observer l’engagement physique et émotionnel du lecteur[9]. Comment l’auteur parvient-il à lui ménager une place dans le corps de son texte ?

D’un point de vue plus métaphorique, on peut se demander comment une œuvre parvient à « faire corps », soit par la volonté de son auteur (rédaction de préfaces et de manifestes, ou retour des personnages), soit par construction rétrospective de son éditeur (publications posthumes, éditions intégrales, etc.).

 

Nous invitons tout jeune chercheur dix-neuviémiste à proposer des thèmes de séances ou des communications en rapport avec « les révolutions du corps au XIXe siècle » pour le second semestre (janvier à juin 2019). Vous pouvez nous soumettre vos propositions à l’adresse suivante : contact.doctoriales.serd@gmail.com.

Vous trouverez de plus amples informations, et en particulier le calendrier des séances futures, sur le site des Doctoriales.

Vous pouvez également nous rejoindre sur Facebook.

 

 

Bibliographie indicative

Beizer, Janet, Ventriloquized Bodies: Narratives of Hysteria in Nineteenth-Century France, Ithaca, Cornell UP, 1994.

Cabanès, Jean-Louis, Le Corps et la maladie dans les récits réalistes (1856-1893), Paris, Klincksieck, 1991.

Clastres, Patrick, et Dietschy, Paul, Sport, culture et société en France : du xixe siècle à nos jours, Paris, Hachette Supérieur, « Carré Histoire », 2006.

Corbin, Alain, Courtine, Jean-Jacques, et Vigarello, Georges, Histoire du corps, Paris, Seuil, « Points », 2005.

Demartini, Anne-Emmanuelle, Kalifa, Dominique (dir.), Imaginaire et sensibilités au xixe siècle. Études pour Alain Corbin, Paris, Créaphis, 2005.

Detrez, Christine, La Construction sociale du corps, Paris, Seuil, « Points », 2002.

Foucault, Michel, Naissance de la clinique, [1963], Paris, Presses universitaires de France, « Quadrige », 2003.

Foucault, Michel, Histoire de la sexualité, Paris, Gallimard, 1976-1984, 3 volumes.

Glinoer, Anthony, et Laisney, Vincent (dir.), L’Âge des cénacles : confraternités littéraires et artistiques au xixe siècle, Paris, Fayard, 2013.

Grauby, Françoise, Le Corps de l’artiste. Discours médical et représentations littéraires de l’artiste au xixe siècle, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2001.

Kantorowicz, Ernst, Les Deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen-Âge, trad. de l’anglais par J.-P. et N. Genet, Paris, Gallimard, 1989.

Kerlouégan, François, Ce fatal excès du désir. Poétique du corps romantique, Paris, Champion, 2006.

Laneyrie-Dagen, Nadeije, L’Invention du corps. La représentation de l’homme du Moyen-Âge à la fin du xixe siècle, Paris, Flammarion, 1997.

Perrot, Philippe, Le Corps féminin. Le travail des apparences xviiie-xixe siècles, Paris, Seuil, « Points histoire », 1984.

Porret, Michel (dir.), Le Corps violenté. Du geste à la parole, Genève, Droz, 1998.

Roulin, Jean-Marie, (dir.), Corps, littérature, société, (1789-1900), Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2005.

Stiker, Henri-Jacques, Les Fables peintes du corps abîmé. Les images de l’infirmité du xvie au xxe siècle, Paris, Le Cerf, 2006.

Tortonese, Paolo (dir.), Image et pathologie au xixe siècleCahiers de littérature française, 6, Paris, L’Harmattan, Bergame, Bergam University Press, 2008.

 

[1]          Michel Foucault, Naissance de la clinique, Paris, Presses universitaires de France, « Quadrige », 1963.

[2]          Carlo Ginzburg, « Traces. Racines d’un paradigme indiciaire », dans Mythes, emblèmes, traces, Paris, Verdier, 2010.

[3]          Michel Foucault, Histoire de la sexualité I. La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, « Tel », 1976.

[4]          Patrick Clastres et Paul Dietschy parlent de « l’émergence du corps moderne » entre 1789 et 1870 à travers le développement de la pratique sportive. Voir Sport, culture et société en France : du xixe siècle à nos jours, Paris, Hachette Supérieur, « Carré Histoire », 2006.

[5]          Pierre-Jean Simon, Histoire de la sociologie, [1991], Paris, Presses universitaires de France, « Fondamental », 2002, p. 290.

[6]          Denis Pernot, Le Roman de socialisation (1889-1914), Paris, Presses Universitaires de France, « Écriture », 1998, p. 9.

[7]          Voir Ernst Kantorowicz, Les deux corps du roi. Essai sur la théologie politique au Moyen-Âge, trad. de l’anglais par J.-P. et N. Genet, Paris, Gallimard, 1989 (1ère éd. en anglais en 1957).

[8]          Pierre Bourdieu, Les Règles de l’art. Genèse et structure du champ littéraire [1992], Éditions du Seuil, « Points Essais », 2015, p. 438.

[9]          Voir Raphaël Baroni, La Tension narrative. Suspense, curiosité, surprise, Paris, Seuil, 2007.