L’Œil du XIXe siècle

L’Œil du XIXe siècle

Le VIIIe Congrès de la SERD s’est tenu à Paris (Fondation Singer Polignac) du 26 au 29 mars 2018.

En voici les actes, édités par Frédérique Desbuissons, Marie-Ange Fougère et Érika Wicky.

L’œil désigne un organe, mais aussi, par métonymie, une action (le regard) et une production (la vision). C’est donc, au sens plus large, sur la manière propre qu’a eue le XIXe siècle d’investir le champ du visuel, d’en remodeler l’action et les formes à sa mesure, qu’a porté le VIIIe Congrès de la Société des Études romantiques et dix-neuviémistes. Il s’agissait d’inviter les participants à définir les caractéristiques d’un autre period eye que celui que Michael Baxandall s’était attaché à circonscrire lorsqu’il se demandait quelles étaient les « dispositions visuelles vernaculaires qui relient les tableaux [du XVe siècle italien] à la vie sociale, religieuse et commerciale[1] ».

Siècle de progrès techniques en matière d’optique, d’instruments de vision, de physiologie de la vue et de médecine ophtalmologique, le XIXe siècle est aussi, de manière plus générale, le « siècle du regard » (Ph. Hamon), le « siècle de l’observateur » (J. Crary), le siècle du « panoptique » (M. Foucault). Le privilège du visuel s’y manifeste, de manière elle-même spectaculaire, par des inventions et pratiques culturelles en série ayant trait à la vision. C’est le siècle des –scopes : kaléidoscope (Brewster, 1817), phénakistiscope (Plateau, 1832), stéréoscope (Wheatstone, 1838), ophtalmoscope (Helmholtz, 1851), télestéréoscope, bioscope ou stério-fantascope, pseudoscope, etc. C’est le siècle des –ramas (panorama, diorama, cosmorama, néorama, etc.). C’est aussi le siècle des perfectionnements des instruments d’optique, du microscope et du télescope, des lorgnettes et des longues vues. Soit donc le siècle de la médiatisation du regard au travers d’instruments de plus en plus perfectionnés, qui, censés en accroître la portée ou l’acuité, en transforment de fond en comble les conditions. Ce qui se produit selon des moments de rupture, tant épistémologiques qu’optiques, qui scandent l’histoire des modèles visuels, qu’on situe tantôt dès le début du siècle (J. Crary), tantôt en son mitan, avec l’invention de la photographie (1839) et la révolution picturale des années 1860, tandis que d’autres analystes insistent sur les révolutions qu’apportent en la matière la fin du siècle et le siècle suivant[2]. Ces nouvelles focales influent sur la perception mais aussi sur les modalités d’ensemble de la vie sociale. C’est ce que le suggère le vicomte de Launay, alias Delphine de Girardin, écrivant que « la réalité parisienne est toute dans l’aspect. Nous avons des yeux de Diorama, de Panorama, de Néorama ; les effets d’optique suffisent à la légèreté de nos regards[3] ». C’est aussi le siècle où, dans les arts visuels, la question du point de vue s’impose avec acuité, d’autant que l’invention de la photographie vient confirmer le primat du visuel et invite à un nouveau dialogue entre les arts de la vue, littérature comprise. C’est le siècle où Ingres reproche à Courbet de n’être pas un artiste complet mais seulement un peintre virtuose et s’exclame : « Ce garçon-là, c’est un œil »[4], et Cézanne, renchérissant à propos de Monet, « Mais, bon Dieu, quel œil ! »[5]. En revanche, c’est aussi le siècle où Flaubert remarque que « pour qu’une chose devienne intéressante, il suffit de la regarder longtemps[6] », et se donne pour mot d’ordre : « Fais-toi prunelle[7] ! » (1845), valorisant ainsi une telle réduction au visible. C’est le siècle où en littérature, sous l’influence des arts visuels, les descriptions montent en puissance. C’est ce que remarquent les frères Goncourt : si elles manquent chez Saint-Simon, c’est que « les yeux n’étaient pas nés[8] » (1862). Dans les arts de la scène la part du spectaculaire s’accroît. Mais on assiste alors aussi à une véritable « spectacularisation » de la vie sociale, à tous les niveaux : affiches, magasins, musées, expositions, passages, « fétichisme » (Marx) ou « fantasmagorie de la marchandise » (Benjamin). Et Balzac d’énumérer tout le premier l’ensemble des prodigalités visuelles que « lampe » l’« œil du Parisien » : feux d’artifice, palais en verres multicolores, féeries des théâtres, panoramas renaissants, continuelles expositions, caricatures, vignettes, lithographies, sans oublier le gaz qui illumine les boulevards et les « points de vue » que ménage la municipalité.

 

La première thématique envisagée ici est celle de l’œil physique : que savait-on, au XIXe siècle, de l’organe de la vue, des mécanismes de la vision, de ses processus physiologiques, des soins à lui apporter ? Corinne Doria se penche sur les ophtalmologues et autres opticiens au XIXe siècle, tandis que Virginie A. Duzer étudie le phénomène des paires de lunettes bleues. Du côté de la perception lumineuse et chromatique, Philippe Désile, Paul Smith et Nathalie Boulouch en étudient l’incidence à la croisée de la science, de l’art et de la photographie. Enfin, entre littérature et psychologie, Véronique Samson interroge l’expérience de déjà-vu.

Au-delà des frontières du visible, Lucien Derainne, à travers la figure de l’aveugle, et Nicole Edelman, à travers le somnabulisme magnétique, interrogent l’invisible et l’extravisible en mettant au jour une autre forme de clairvoyance. Fantômes et monstres constituent l’autre angle d’attaque de cette thématique, exploré par Daniel Sangsue, Émilie Piton-Foucault et Amandine Rabier.

Au XIXe siècle, le monde apparaît désormais tout entier destiné à la vision, taillé pour l’œil : les enseignes (Anne-Sophie Aguilar et Éléonore Challine), la couverture des livres (Marine Le Bail), les frontispices de la presse (Axel Hohnsbein), autant d’objets dévolus à la captation de l’œil. Les scènes de théâtre parisiens étudiées par Aleksandra Wojda, Pauline Noblecourt  Bénédicte Jarrasse emblématisent la généralisation de cette spectacularisation.

Voir, pouvoir : lorsque l’œil se fait critique, il arme alors la plume du caricaturiste (Amélie de Chaisemartin), ou bien investit les salons de peinture (Julien Zanetta) et la presse (Laurent Bihl). Quant à l’hypnotisme tel que l’étudie Julien Schuh, il exhibe le rôle de la vision dans les mécanismes de contrôle de la société.

Comment, enfin, dire le regard ? L’œil en mots, telle est l’approche choisie par Philippe Geinoz, Stéphanie Boulard Aude Dontenwille-Gerbaud  et Élina Absalyamova.

Le conseil scientifique du VIIIe Congrès international de la Société des Études romantiques et dix-neuviémistes était composé de : Frédérique Desbuissons (université de Reims Champagne-Ardenne/HiCSA), Brigitte Diaz (université de Caen), Jose-Luis Diaz (université Paris-Diderot), Françoise Gaillard (université Paris-Diderot), Marie-Ange Fougère (université de Dijon), Emmanuel Fureix (université Paris-Est Créteil), Philippe Hamon (université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Dominique Kalifa (université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), Jean Lacoste (philosophe), Ségolène Le Men (université Paris Nanterre), Jacques Neefs (université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis), Philippe Ortel (université de Bordeaux), Julien Schuh (université Paris Nanterre), Erika Wicky (université Lumière Lyon 2), Michael Zimmermann (Université catholique d’Eichstätt).

[1] Michael Baxandall, Painting and Experience in Fifteenth-Century Italy: A Primer in the Social History of Pictorial Style (1972), trad. Y. Delsaut, L’Œil du Quattrocento L’Oeil du Quattrocento. L’Usage de la peinture dans l’Italie de la Renaissance, Paris, Gallimard, 1985.

[2] Martin Jay, Downcast Eye. The Denigration of Vision in XXth-Century French Thought, Berkeley-Los Angeles-Londres, University of California Press, 1993.

[3] Lettre XI (7 juin 1937), Delphine de Girardin, Lettres parisiennes, Paris, Charpentier, 1843 [1837-1839], p. 124.

[4] Ainsi que l’a rapporté Francis Wey dans ses souvenirs sur Gustave Courbet (Francis Wey, Notre maître peintre Gustave Courbet, éd. F. Desbuissons, La Rochelle, Rumeur des âges, 2007).

[5] « Claude Monet était celui des peintres contemporains que Cézanne mettait le plus haut. Il lui arrivait bien quelques fois, dans sa haine contre l’impressionnisme, de lancer cette boutade à l’adresse du peintre des Heures : « Monet, ce n’est qu’un œil. » Mais il se reprenait aussitôt : « Mais, bon Dieu, quel œil ! » (Ambroise Vollard, Paul Cézanne, Paris, Ambroise Vollard, 1915 p. 88.)

[6] À Alfred Le Poittevin (16 septembre 1845), Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau et Yvan Leclerc, Paris, Gallimard, coll. Bibliothèque de la Pléiade, 1873, t. I, p. 252.

[7] « Observe bien tout cela au moins, étudie-moi chaque détail, fais-toi prunelle » (À Alfred Le Poittevin (26 mai 1845), Ibid., t. I, p. 234).

[8] « Il n’y a pas de descriptions dans Saint-Simon : les yeux n’étaient pas nés en histoire » (Edmond et Jules de Goncourt, Journal (31 janvier 1863), éd. R. Ricatte et R. Kopp, Paris, Robert Laffont, coll. Bouquins, 1989, t. I, p. 930).

 

L’œil physique

Corinne Doria : La soif du regard. Ophtalmologues et opticiens au XIXe siècle
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Celia Cuenca : Le cabinet optique de Mr. Dalmau. Des vues d’optique aux vues stéréoscopiques : entraîner le regard chez l’opticien
Voir la vidéo de la communication

Virginie A. Duzer : Des paires de lunettes bleues
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Michael Zimmermann : Monet-Duchamp; Helmholtz-Bergson. Les arts, l’optique physiologique et la philosophie de la perception
Voir la vidéo de la communication

 

L’œil chromatique

Patrick Désile : L’œil et la lumière ou les deux révolutions
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Paul Smith : « Le plus beau bleu » : Peinture, science et perception des ombres colorées
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Nathalie Boulouch : Le paradigme de la rétine: entre science, peinture et photographie des couleurs
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

 

Visible, invisible, extravisible

Nicole Edelman : Voir sans les yeux
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Lucien Derainne : L’œil observateur et l’observateur aveugle : un paradoxe dans les représentations littéraires et scientifiques du début du XIXe siècle
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Fleur Hopkins : Une image au fond de l’œil : imaginaire de l’image indélébile dans la production de merveilleux-scientifique au passage du siècle
Voir la vidéo de la communication

 

Monstres et fantômes

Daniel Sangsue : Quand l’invisible devient visible : les apparitions dans la littérature du XIXsiècle
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Émilie Piton-Foucault : Un œil de verre perçant dans l’art du XIXe siècle
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Amandine Rabier : Exhiber les monstres
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

 

Pouvoirs de l’œil

Caroline Muller : La direction de conscience au XIXe siècle : le succès d’une pédagogie du regard
Voir la vidéo de la communication

Valérie Stiénon : Faire voir le fait divers : l’œil de la police et ses dispositifs graphiques
Voir la vidéo de la communication

Julien Schuh : Le régiment des hypnotiseurs : hypnotisme et contrôle social
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

 

L’œil fasciné

Émilie Pézard : Le regard des « fascinateurs du romantisme »
Voir la vidéo de la communication

Andrea Goulet : Nerfs, folie, et (dé)règlement du temps: crises d’attention dans la vision fantastique
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Véronique Samson : Déjà-vu : littérature, psychologie et reconnaissance du présent
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

 

Objets pour l’œil

Manuel Charpy : Les yeux dans les yeux. Les expériences du portrait au XIXe siècle
Voir la vidéo de la communication

Marine Kisiel : Trouer le mur ? Perceptions et expériences du regardeur dans la décoration impressionniste
Voir la vidéo de la communication

Delphine Gleizes : « Machines à voir, machines à raconter : dispositifs optiques et narrativité »
Voir la vidéo de la communication

 

L’œil urbain

Anne-Sophie Aguilar et Éléonore Challine : Enseignes réelles, enseignes rêvées : Discours et réalités de l’enseigne commerciale au XIXe siècle
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Laurent Cuvelier : L’affiche typographique, un objet visuel ? Visibilité et attention urbaine à Paris au tournant des XVIIIe et XIXe siècle
Voir la vidéo de la communication

Alessandra Ronetti : La couleur « frappante ». L’affiche comme « technique de l’attention » dans les expériences urbaines au XIXe siècle
 Voir la vidéo de la communication

 

Capter l’œil

Marine Le Bail : Quand le livre s’affiche : la couverture entre illustration et trompe-l’œil
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Axel Hohnsbein : Pittoresques magasins : Représenter la science dans les frontispices de la presse de vulgarisation scientifique du second XIXe siècle
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Hollis Clayson :  La visibilité de la tour Eiffel
Voir la vidéo de la communication

 

L’œil satirique

Amélie de Chaisemartin : Le regard du caricaturiste donné en modèle dans les romans et les caricatures de presse de la monarchie de Juillet
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Laurent Bihl : « Lubricité-l’ubris-cité » : le regard érotique et libidineux comme focale de l’image satirique de presse vers 1900
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Julien Zanetta : Charivari, tohu-bohu, tintamarre : Lexique de l’œil assourdi
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

 

L’œil en scène

Céline Frigau Manning : L’œil mental et l’oreille exaltée. Hypnose, musique et spectacle au XIXe siècle
Voir la vidéo de la communication

Aleksandra Wojda : Peut-on voir les sirènes ? Weber ou le spectacle de l’opéra romantique
Lire en ligne

Pauline Noblecourt : Techniques du regard masculin sur les scènes parisiennes (1850-1880)
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Bénédicte Jarrasse : La lorgnette à l’Opéra : De l’objet iconique au modèle imaginaire
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

 

L’œil en mots

Philippe Geinoz : Avoir l’œil américain. Brève histoire littéraire d’une expression
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Élina Absalyamova : À se tourdre l’œil : spectacles, polychromes et ekphraseis (in)cohérentes dans les proses fin-de-siècle de Cros et Corbière à  Allais
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Aude Dontenwille-Gerbaud : L’œil de Gambetta, symbole de l’horizon d’attente républicain
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication

Stéphanie Boulard : L’œil de Victor Hugo
Lire en ligneVoir la vidéo de la communication