Lav Diaz, Norte, la fin de l’histoire (2013) – par Florine Savelsberg

Norte, la fin de l’histoire est le premier film de Lav Diaz à être paru sur les écrans français. Sorti en 2013, cette œuvre d’origine philippine faisait partie des dix-huit films sélectionnés au festival de Cannes de la même année, dans la catégorie « Un certain regard ». Tourné aux Philippines, il raconte l’histoire de deux hommes totalement opposés : Joaquin et Fabian. Le premier est un ouvrier bon et attentionné ayant du mal, avec son épouse Eliza, à nourrir sa famille ; le second, issu du milieu bourgeois et délaissé par ses parents lorsqu’il était enfant, est un étudiant en droit révolté et parfois violent, qui arrête ses études un an avant l’obtention de son diplôme et fait le choix de vivre dans la pauvreté en refusant toute aide financière de sa sœur. Ces deux hommes ne se connaissent pas, et ne se rencontrent jamais, mais leur destin est en quelque sorte lié : Joaquin est injustement arrêté et incarcéré pour le double meurtre de Madame Magda, l’usurière du village, et de sa fille, tandis que Fabian, le réel coupable du crime, est libre.

Si le meurtre d’une usurière par un étudiant en droit vous rappelle quelque chose, ce n’est pas par hasard. En effet, afin de réaliser ce film, Lav Diaz s’est inspiré du roman Crime et châtiment de Dostoïevski.

Un crime idéologique « à la Raskolnikov »

La première scène, dans laquelle Fabian discute avec deux de ses amis, révèle la nature révoltée du personnage, qui expose la révolution qu’il souhaiterait mener. L’idée qui le guide se précisera au cours du film : le faux est partout autour de nous, il nous empêche de voir la vérité, et il est donc nécessaire de le détruire, afin que seules la vérité et la justice subsistent. Autant d’idéaux que le personnage détaille plusieurs fois à ses amis durant la première moitié du film, mais ces derniers ne le prennent pas au sérieux et mettent régulièrement en avant le caractère extrême de ces idées – l’un d’eux finit même par lui dire : « la façon dont tu décris la révolution, ça ressemble à un crime », avant de pousser l’idée encore plus loin en lui affirmant « si tu fais la révolution, tu devrais avoir le courage de tuer quelqu’un ».

De la même manière que Raskolnikov, poussé par son idéologie, tue la vieille usurière, Fabian finit par commettre le meurtre de Madame Magda, l’usurière malhonnête et pleine de faux-semblant du village, afin de libérer le monde de ce règne du faux et de l’injustice qu’il dénonce. Cependant, tout comme le meurtre commis par Raskolnikov ne conduit pas au résultat escompté par le personnage, celui de Fabian ne fait finalement que renforcer l’absence de vérité et de justice qui l’entoure (puisqu’un innocent est incarcéré à sa place), ce qui lui est insupportable. Il n’ira pas pour autant se dénoncer, pas plus qu’il ne connaîtra des épisodes de folie et de paranoïa comme Raskolnikov ; en revanche, il deviendra de plus en plus agressif et violent, se détachant, lui aussi, petit à petit de tous ceux qui l’entourent.

Une culpabilité « à la Svidrigaïlov »

Nous l’avons dit : le manque de vérité et de justice dont il est lui-même l’origine sont insupportables à Fabian, et, bien qu’il ne rétablisse jamais la vérité en se dénonçant, il cherche à rattraper les torts qu’il a faits à Joaquin et aux siens : il donne de l’argent à Eliza pour qu’elle puisse nourrir sa famille et aller voir son mari en prison et convainc ses amis diplômés de droit de se pencher sur le dossier de Joaquin, afin de prouver son innocence et le faire libérer. En dépit de ces tentatives louables, le personnage est représenté comme étant réellement rongé par la culpabilité, ce qui le pousse à adopter un comportement destructeur envers les personnes qui l’entourent et lui montrent de l’affection (le poussant même jusqu’à l’inceste). Toutefois, contrairement à Svidrigaïlov, il n’ira pas jusqu’à mettre fin à ses jours.

Nous constatons ainsi qu’à la place de deux personnages distincts incarnant respectivement Raskolnikov et Svidrigaïlov, nous retrouvons chez Lav Diaz une synthèse de ces deux représentations dans le personnage de Fabian. Ainsi, par cette fusion des personnages, le réalisateur nous propose une représentation quelque peu nuancée de l’œuvre de Dostoïevski, puisqu’il ne pousse pas la représentation de l’un de ses personnages principaux jusqu’à une incarnation du mal absolu et lui confère, malgré tout, une certaine morale.

L’absence d’échappatoire

En constatant les similarités existantes entre Raskolnikov et Fabian, nous pourrions nous attendre à ce que Fabian rencontre, lui aussi, un personnage tel que Sonia, par lequel il serait amené à se tourner vers Dieu et, par la confession de son crime, à se libérer de son poids. À deux reprises, Fabian semble essayer de se tourner vers la religion : la première, en assistant à la réunion d’un groupe de parole chrétien, et la seconde, en se rendant chez Hoda, sa sœur – une femme pleine de vie, très croyante et gérant, à elle seule, une grande entreprise agricole. Fabian, en incarnation non seulement de Raskolnikov, mais également de Svidrigaïlov, en vient cependant à rejeter chacune de ces incarnations de la foi, de manière particulièrement violente, le laissant finalement seul avec sa culpabilité et sa colère.

Nous voyons ainsi que, contrairement à Joaquin qui, bien qu’emprisonné à tort, développe une certaine spiritualité et se transforme finalement en un esprit libre et léger flottant, littéralement, dans les airs, Fabian, lui, assailli par le poids de ses crimes et la force de sa violence, se retrouve prisonnier de son propre monde intérieur que ses idéologies et actes immoraux l’ont poussé à détruire.

En définitive, nous pouvons dire que si Norte, la fin de l’histoire est inspiré de Crime et châtiment, il en constitue une adaptation moderne et tout de même relativement différente, même s’il en reprend certains aspects et en conserve son atmosphère pleine de tensions grandissantes, à laquelle le réalisateur ajoute une certaine cruauté, notamment envers ses personnages principaux (Fabian et Joaquin), mais aussi envers ses personnages féminins. Ceci permet finalement au réalisateur de mettre en lumière la situation politique et sociale des Philippines au lendemain du régime de F. Marcos, dont le personnage de Fabian hérite de caractéristiques importantes : tous deux sont originaires de la province de Norte (Ilocos Norte), ont été étudiants en droit, rêvaient de changer le monde et ont commis un meurtre. Comme le dit Lav Diaz lors d’une interview pour ART iT (disponible à cette adresse : https://shellacfilms.com/sites/default/files/films/norte-la-fin-de-lhistoire/norte-la-fin-de-lhistoire-dossierpresse-1874.pdf) en 2014, le mode de gouvernement instauré par Marcos, « fasciste, effrayant, mégalomane, a engendré une ère très sombre », ce qui semble finalement se refléter au sein même du personnage de Fabian, dont le meurtre de l’usurière du village a provoqué une rupture avec le monde des hommes, le plongeant dans un monde intérieur très sombre, voire oppressant.

Finalement, cette histoire se reflète, selon nous, dans le titre Norte, la fin de l’histoire : le film montre, comme le dit Lav Diaz, comment la façon dont l’histoire avec F. Marcos a débuté, et la façon dont, finalement, il a « terminé » l’histoire du pays – représentée à travers le personnage de Fabian qui plonge, tout comme le pays à cette époque-là, dans un monde plein de ténèbres. Ceci se voit toutefois ponctué par des plans larges montrant les magnifiques paysages des Philippines d’aujourd’hui, ce qui, finalement, offre un contraste étonnant avec la bataille intérieure du personnage. Par ailleurs, contrairement au Pétersbourg de Dostoïevski, qui est étouffant, plein de sable, ainsi qu’au style même de Crime et châtiment qui nous plonge dans une atmosphère assez oppressante et angoissante, dans Norte, la fin de l’histoire, le spectateur se doit, certes, de faire face au malheur et désespoir des personnage, mais il se voit également placé face à ces beaux paysages pleins de vastes étendues et totalement en opposition avec l’atmosphère étouffante du Pétersbourg dostoïevskien, ce qui donne, en fin de compte, le sentiment que seul Fabian semble étouffer réellement.

Enfin, Norte, la fin de l’histoire est une œuvre qui, tout comme l’œuvre de Dostoïevski, nous pousse à nous interroger sur la morale, nous offrant un contraste étonnant entre deux personnages aux destins différents, et se finissant en nous laissant dans une confusion autant intellectuelle qu’émotionnelle.

Florine Savelsberg
Université de Strasbourg

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search