L’Atelier du XIXe siècle

Ce séminaire vise à proposer une approche originale des problématiques dix-neuviémistes. Il s’agit d’abord d’associer jeunes chercheurs et chercheurs confirmés autour d’une réflexion commune : l’Atelier se déploie ainsi en étroite collaboration avec les Doctoriales de la SERD et fait intervenir des doctorants et de jeunes docteurs membres de la Société dans l’organisation des séances. Par ailleurs, le séminaire a vocation moins à aborder des sujets monographiques ou thématiques qu’à explorer des champs critiques et disciplinaires : devant la complexité des perspectives et des objets critiques propres au XIXe siècle, il propose un travail collectif sur la définition des champs et sur les approches polyvalentes à adopter.

atelier

Grandville, « L’atelier du feuilleton »

 Séances  à venir
20. Quelles sources pour l’histoire des sens?
21. Les chefs-d’œuvre inconnus
18. Centenaires, jubilés, commémorations

 

18. Centenaires, jubilés, commémorations

Bibliothèque de l’Arsenal, 2 décembre 2017
Organisation : Marie-Clémence Régnier

Alors que la revue Romantisme s’est tout récemment intéressée aux institutions mémorielles du musée (2016/3, n° 173) et de la bibliothèque (2017/3, n°178), nous proposons de nous interroger sur un autre aspect fondamental du siècle au cours duquel se façonne un nouveau rapport à la mémoire et à l’histoire par la célébration commémorative du haut fait et du grand homme. Privilégiant une approche panoramique, transdisciplinaire et comparatiste qui irait au-delà de la simple monographie, l’atelier se propose de déplacer l’axe d’étude de la commémoration du monument et de l’historiographie stricte vers la dimension cérémoniale. Il se donne pour objectif de dégager les grandes étapes et les enjeux de la mise en œuvre d’une culture commémorative en France tout au long du XIXe siècle en privilégiant l’étude d’un domaine principal pour délimiter les investigations entreprises : la littérature et les écrivains.

17. Objets iconophores au XIXe siècle

INHA – 18 mars 2017
Organisation : Frédérique Desbuissons et Emmanuel Fureix

• Frédérique Desbuissons (Université de Reims Champagne-Ardenne (HiCSA)) – Introduction
• Emmanuel Fureix (Université Paris-Est Créteil (CRHEC)) – Réflexions sur les « objets séditieux » à images sous la Restauration
• Anne Zazzo (musée Carnavalet) – Objets politiques : les pipes en terre au XIXe siècle, d’après la collection du musée Carnavalet
• Ting Chang (Université de Nottingham) – La « conquête amusante » : jeux et imaginaire impérial au XIXe siècle
• Marie-Clémence Régnier (Université Paris-Sorbonne) – La « menue monnaie de la gloire ». La réception du « musée populaire » de Paul Beuve à la Maison de Victor Hugo

 

16. Le personnage, un modèle à vivre ?

Université Paris Diderot – 9 décembre 2016
Organisation : Émilie Pézard

Balzac écrit, dans La Muse du département : « [l]es inventions des romanciers et des dramaturges sautent aussi souvent de leurs livres et de leurs pièces dans la vie réelle que les événements de la vie réelle montent sur le théâtre et se prélassent dans les livres ». Comment le XIXe siècle s’est-il représenté ce « saut » des fictions dans la vie réelle ? Cet atelier a été consacré à étudier ce que les œuvres du XIXe nous apprennent sur la façon dont l’individu peut s’identifier au personnage de fiction, par ce qu’elles disent des lecteurs qu’elles mettent en scène tout comme par les lectures dont elles ont elles-mêmes fait l’objet par leurs contemporains.

Les actes sont disponibles dans les « Colloques en ligne » de Fabula.

• Émilie Pézard (ENS Lyon) – Introduction : les pouvoirs de la fiction au XIXe siècle
• Thomas Pavel (Université de Chicago) – Le personnage : niveaux de vraisemblance
• Isabelle Daunais (Université McGill) – Le personnage secondaire comme modèle : réflexions sur un déplacement
• Jacques-David Ebguy (Université Paris Diderot) – “La vie réellement vécue”. “Recevoir” le personnage balzacien
• José-Luis Diaz (Université Paris Diderot)  – Quand les lecteurs étaient victimes de personnages (1800-1871)
• Judith Lyon-Caen (EHESS) – Suggestion, alcoolisation littéraire, identification. Le “crime romantique” de Lucien Morisset (1881)
• Victoire Feuillebois (Université Saint-Louis) – Les personnages « hoffmaniaques » dans la littérature française des années 1830
• Émilie Pézard (ENS Lyon) – Enjeux éthiques d’un modèle paradoxal : les admirables scélérats du romantisme

 

15. Écrire l’objet d’art

Musée des arts décoratifs – 3 juin 2016
Organisation : Cyril Barde et Audrey Gay-Mazuel

Cet Atelier réunit historiens de l’art et spécialistes de la littérature pour examiner ces mises en forme textuelles d’oeuvres relevant des arts décoratifs (mobilier, bronzes, bijoux…). Il interrogera ce que la littérature fait des arts décoratifs, comment elle se les approprie, les métamorphose, les insère dans ses trames, comment elle les enrôle dans des stratégies qui lui sont propres. Il s’agira aussi d’examiner ce que les arts décoratifs font à la littérature, comment ils l’informent, soit qu’ils l’aident à formuler un imaginaire (historique, esthétique, socio-politique…), soit qu’ils l’incitent à renouveler ses formes. C’est dans cette relation dynamique entre la matérialité des objets d’art et leurs usages littéraires qu’un dialogue fructueux entre disciplines semble possible.
• Marta Caraion (université de Lausanne) : « Objets d’art, objets de série, objets narratifs au XIXe siècle »
• Anne Dion (musée du Louvre) : « Théophile Gautier, de la critique des expositions de l’industrie à la description de l’objet romanesque »
• Audrey Gay-Mazuel (musée des Arts Décoratifs) et Mathilde Buaillon (université Paris-Sorbonne) : «  » Un lit comme il n’en existait pas  » (Nana, Zola) : les intérieurs de courtisanes »
• Élodie Voillot (université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Le bronze comme alter ego : de l’usage de la petite statuaire et du bibelot dans la littérature »
• Cyril Barde (université Paris 8) : « Des verres polychromes au vers libre : les arabesques critiques de Gustave Kahn »
• Sophie Basch (université Paris-Sorbonne) : « Marcel Proust, du Salon d’automne de 1911 à la chambre de Balbec »

 

 14. Les intérieurs de l’homme de lettres en vitrine : la vie littéraire sous l’angle du mobilier et de l’immobilier

Bibliothèque de l’Arsenal – 9 octobre 2015
Organisation : Margot Favard et Marie-Clémence Régnier

Dans son dernier ouvrage sur la célébrité moderne, Antoine Lilti fait remarquer que « la curiosité qu[e la célébrité] suscite porte avec une vivacité particulière sur la vie privée des personnes célèbres, devenue l’objet de l’attention collective ». De cela témoigne la passion des lecteurs pour le quotidien de Voltaire à Ferney et de Rousseau à Montmorency, que les deux écrivains contribuent, chacun à sa façon, à alimenter. Ainsi, dès le dernier tiers du XVIIIe siècle, puis tout au long du siècle suivant, l’intérêt que manifestent les contemporains à l’égard des gens de lettres dépasse de loin le seul auteur pour viser en eux l’homme. On les visite, on leur écrit, on cherche à avoir des autographes, on veut connaître leur apparence physique, on guette le moindre écho de leur vie de tous les jours, on surveille les anecdotes qui les concernent, on s’intéresse jusqu’aux « minuties » (abbé Trublet). On cherche à entrer dans leur intimité, à les connaître de l’intérieur, mais aussi, au sens propre, dans leur intérieur. Parmi les centres d’intérêt divers que mobilise la curiosité biographique, l’« Atelier du XIXe siècle » s’attachera à l’attention portée aux meubles et immeubles de la classe littéraire, croissante tout au long du siècle. On assiste de ce fait, à titre de déclinaison populaire du « sacre de l’écrivain », à une sorte d’exposition médiatique des intérieurs d’écrivains tout au long du XIXe siècle, dont l’atelier cherchera à établir les procédures et à suivre les phases successives.
• Manuel Charpy (CNRS/Université Lille III) : « Du texte au commerce. Intérieurs d’hommes de l’art et intérieurs bourgeois au XIXe siècle»
• José-Luis Diaz (Université Paris Diderot) : « Quelques gens de lettres dans leur intérieur (1835-1866) »
• Marie-Clémence Régnier (Paris-Sorbonne) : « Chez Flaubert, Zola et Goncourt. Guy de Maupassant : cheval de Troie ou miroir critique de la vogue des reportages à domicile ? (1876-1890) »
• Margot Favard (Université Paris Diderot) : « « Au salon vide” du “Prince des Poètes” : chez M. Stéphane Mallarmé »

 

13. Littérature et psychanalyse

Université Paris Diderot – 5 juin 2015
Organisation : Romain Enriquez, Antonia Fonyi, Lola Kheyar Stibler

Cet Atelier propose de remettre en lumière l’approche psychanalytique de la littérature, en purgatoire ces derniers temps dans la recherche littéraire. Les rapports entre les deux domaines seront évoqués dans diverses perspectives, historique, thématique, méthodologique, avec recours aussi bien à la réflexion théorique qu’à l’examen de textes du XIXe siècle. Reformuler une interrogation, c’est rouvrir une voie.
• Antonia Fonyi, Introduction

 

12. Littérature et photographie : le rituel du portrait

Musée de la vie romantique – 4 avril 2015
Organisation : Philippe Ortel

Programme & argumentaire en pdf

Les publications récentes consacrées au portrait photographique élargissent considérablement son approche : moins souvent considérée pour elle seule, l’image s’y révèle médiatisée par des instances collectives multiples. Empreinte lumineuse du réel, la photo semble n’avoir été au contact que d’un seul élément : l’individu célèbre ou inconnu qui figure sur l’épreuve ; en réalité, à travers tel client photographié par Disdéri, Nadar ou Nadar-fils, de multiples scènes s’ouvrent : discussion préalable entre l’opérateur et le sujet photographié ; rituel de la prise de vue, qui inspire maint caricaturiste du Charivari ; scène sociale dont l’inconnu, « artiste » ou « bourgeois », présente un échantillon, a fortiori quand on ignore tout de son identité ; environnement médiatique de l’image enfin, quand elle est publiée dans la presse (ainsi de l’interview de Chevreul par Nadar, père et fils, pour Le Journal illustré en 1886). Comme l’a récemment montré Adeline Wrona (Face au portrait. De Sainte-Beuve à Facebook), le portrait est un art relationnel : le visage ne tire pas son sens ou sa valeur de sa seule présence sur le cliché mais des liens « métonymiques » qu’il noue avec son environnement. C’est donc en mouvement que cet atelier tentera de saisir le portrait photographique, qu’il s’agisse du moment ritualisé de sa production, de sa migration dans les médias ou de sa métamorphose en motif littéraire.
• Marta Caraion (Lausanne), « Le portrait carte-de-visite de Disdéri »
• Martine Lavaud (Paris IV), « Esprit, es-tu là ? Portrait photographique et spiritisme au XIXe siècle »
• Adeline Weon (Paris IV), « Quand le portrait photographique devient médiatique : autour des “Contemporains célèbres” »
• Basile Pallas (Bordeaux III), « Soupçons sur les procédures : la ressemblance trompeuse du portrait photographique »
• Philippe Ortel (Bordeaux III), « Le rituel de la pose dans la caricature »
Discutant : Paul-Louis Rouber (Paris VIII)

 

11. L’imagerie du XIXe siècle

INHA – 15 novembre 2014
Organisation : Philippe Hamon, Ségolène Le Men et Frédérique Desbuissons

L’« imagerie » est un mot forgé au XIXe siècle pour désigner aussi bien la fabrique et le commerce des images que leur réunion en ensembles et collections, dans les registres et les supports les plus variés, hors de la sphère des beaux-arts, au moment où les techniques de l’image se démultiplient avant et après l’invention de la photographie et du cinématographe, et où se développent, entre autres, les arts d’agréments, les cultures de l’enfance et les arts industriels. Cette séance de « L’Atelier », qui prolonge une séance précédente sur les études visuelles, propose d’aborder « L’Imagerie du XIXe siècle » à partir de ses matérialités, de son agentivité et de sa perméabilité aux autres dimensions de l’expérience contemporaine, sans négliger celles, plus respectablement instituées, offertes par la littérature et les beaux-arts.

Argumentaire & programme détaillé (pdf).
• Dominique de Font-Réaulx, directrice du musée Eugène Delacroix (Paris) : La reproduction photographique des œuvres d’art, l’entrée de la photographie dans les ateliers des artistes.
• Shun Iguchi (Université de Tokyo / Paris Ouest) : Le Portrait d’Emile Zola d’Édouard Manet et le triangle entre les critiques, les caricatures et le modèle.
• Sandrine Doré (Université  Paris Ouest) : Albert Robida, un imagier dans la fin de siècle
• Laurence Madeline (musée d’Art et d’Histoire de Genève) : sur la future exposition « J’aime les panoramas. » S’approprier le monde (2015-2016).
• Amélie de Chaisemartin (Paris Sorbonne) : L’imagerie caricaturale dans les romans de Balzac : citation et allusion

 

10. Le modèle musical dans la littérature du XIXe siècle

Université Paris Diderot – 10 juin 2014
Atelier organisé par Capucine Echiffre & Gaëlle Loisel

Dès la fin du XVIIIe siècle, à la faveur du tournant esthétique qui s’amorce en Angleterre et en Allemagne, le règne de l’ut pictura poesis décline au profit d’un intérêt nouveau pour la musique. Alors que l’on aspire à un dépassement de la mimesis, l’art des sons offre le paradigme d’un langage intransitif. Il est conçu comme le moyen d’exprimer tout ce qui se situe hors de la sphère empirique, c’est-à-dire la subjectivité de l’individu ou encore un univers idéal, les deux étant du reste souvent associés au XIXe siècle.
La présence de la musique se manifeste aussi bien dans les œuvres de fiction que dans les textes théoriques et critiques, et revêt des formes très diverses. La musique peut en effet être convoquée en tant que thème, amenant alors avec elle tout un imaginaire tourné vers les affects et le mystère, comme c’est le cas dans le roman, en général. La poésie, quant à elle, s’intéresse à l’art des sons également pour sa dimension formelle, son rapport au temps, comme en témoignent l’importance accordée au rythme dans les Lieder allemands ou les poèmes symbolistes. Enfin, les essais s’emploient à théoriser ces pratiques et à mettre au jour leur fondement commun, en révélant la musique comme modèle sémiotique, ainsi que le montre l’œuvre en prose de Mallarmé.
•  Vincent Vivès (Valenciennes, CALHISTE) : « L’absolu musical. Poétique du romantisme »
• Gaëlle Loisel (Clermont-Ferrand, CELIS) : « Le bouleversement de la hiérarchie des arts au tournant du XIXe siècle : enjeux philosophiques et esthétiques »

 

9. Portrait et expression en France à l’époque romantique

Université Paris Diderot – 15 février 2014
Organisation : Amélie de Chaisemartin
• Thierry Laugée (Paris-Sorbonne), « L’éloquence du visage inexpressif »
Table ronde présidée par Françoise Gaillard (Paris-Diderot), avec la participation de Régine Borderie (Reims) et Ségolène Le Men (Paris X).

 

8. L’histoire littéraire vue de la presse

Université Paris Diderot – 7 décembre 2013
Organisation : José-Luis Diaz

Argumentaire

• José-Luis Diaz (Paris-Diderot), « La presse comme atelier de l’histoire littéraire au XIXe siècle »
• Émilie Pézard (Paris IV), « Le romantisme frénétique sous l’œil de la presse »
Table ronde avec la participation de Fabienne Bercegol (Toulouse II), Jean-Luc Chappey (Paris I), Marie-Françoise Melmoux-Montaubin (Amiens), Denis Pernot (Paris XIII), Jean-Didier Wagneur (BnF).

 

7. Le XIXe siècle vu par le XXe siècle

Université Paris Diderot – 9 novembre 2013
Atelier organisé par Mathilde Labbé et Émilie Pézard

L’évidence des œuvres du XIXe siècle pour les lecteurs du XXe et du XXIe siècles, fondée sur la proximité temporelle et sur l’idée que le premier constitue le point de départ de notre modernité littéraire, masque parfois, pour reprendre l’expression de Pierre Bourdieu, une « fausse familiarité ». L’évolution de la langue et des catégories esthétiques semble parfois s’effacer devant l’omniprésence de textes souvent repris et adaptés qui disent un monde proche du nôtre et qui nous paraissent immédiatement accessibles. Notre lecture hérite cependant de réinterprétations et de réévaluations successives qui, au cours du XXe siècle, ont construit et reconstruit un canon, réhabilité ou réestimé des œuvres et fait apparaître de nouvelles valeurs littéraires, jusqu’à identifier le XIXe siècle comme une unité et métamorphoser une période de l’histoire en un adjectif, selon les mots de Philippe Muray. Comment s’explique la progressive identification du XIXe siècle culturel à un « réseau toujours présent sous nos aventures du XXe siècle » (Ph. Muray) ? Comment comprendre l’élaboration d’une lecture du XIXe siècle parfois en contradiction avec la manière dont il s’est pensé lui-même ?

Présidence : Bertrand Marchal (Paris IV)
• Émilie Pézard (Paris IV) : introduction
• Mathilde Labbé (Paris IV) : Héritages baudelairiens, de Pierre Reverdy à Michel Houellebecq
Discutante : Aurélie Loiseleur (Paris III)

 

6. La culture visuelle du XIXe siècle : high and low

Centre Jacques Seebacher – 20 avril 2013
Organisation : Aude Jeannerod

« La culture visuelle du XIXe siècle » propose de partir d’un constat : en même temps qu’il invente de nouveaux moyens de reproduction des images qui vont assurer à celles-ci une diffusion à grande échelle (lithographie, photographie, photogravure, etc.), le XIXe siècle se trouve confronté à un problème d’une ampleur inédite, celui de la hiérarchisation culturelle des artefacts visuels. Il y aurait, d’un côté, la peinture, celle qui est conservée dans les musées (de création récente) comme celle qui s’expose régulièrement au Salon, et, de l’autre, les images : gravures à deux sous, lithographies pour albums de keepsake, caricatures de presse (comme on les comprend au XIXe siècle), vignettes de romans, magazines illustrés, affiches de réclame, etc. Ce n’est pas aussi simple, car certains peintres (souvent représentés dans la littérature de fiction) recherchent eux aussi les suffrages d’un vaste public : scènes domestiques à la Biard, participant de la peinture «juste milieu» définie par L. Rosenthal, élaboration de formules picturales anticipant la reproduction par la photographie (Gérôme diffusé par Goupil)… Ce sont les principales implications esthétiques, sociologiques, épistémologiques de cette mutation qu’il convient d’examiner. Se pose alors une question de méthode : quels instruments mobiliser ?

• Bernard Vouilloux (Université Sorbonne Paris 4) : « La culture visuelle du XIXe siècle : high and low»

 

5. La nuit dans la littérature européenne du XIXe siècle (30 mars 2013)

Centre Jacques Seebacher – 30 mars 2013
Organisation : Corinne Bayle et Virginie Tellier, avec la collaboration de Victoire Feuillebois

Sont disponibles en ligne l’argumentaire ainsi que la bibliographie.

« La nuit dans la littérature européenne du XIXe siècle » se propose de réfléchir à un motif puissamment romantique, emblématique d’une sensibilité nouvelle qui a alors émergé en Europe et traversé tous les arts. Philosophes, poètes, artistes et écrivains ont cherché à percevoir l’envers des choses et à lire dans les ténèbres une autre raison, celle de l’indicible, de l’impalpable, de l’émotion, de l’irrationnel, de tout ce qui, jusque-là, avait été rejeté par l’esprit des Lumières.
En privilégiant le primitif, l’originel comme authentique, le romantisme a permis de redonner une place à cet au-delà du visible et du lisible, à cet envers du diurne devenu subitement inquiétant ; il a pensé le retournement de la nuit insondable en une force obscure, une énergie inaliénable travaillant l’homme et le monde, jusqu’aux confins de la folie, nuit de la quête autant parfois que de l’égarement. Cet atelier comparatiste se propose de réfléchir au renversement de la Nuit, érigée en puissance créatrice et en faculté de connaissance, en étudiant quelques cas singuliers d’œuvres pour montrer comment la littérature a donné voix à tout ce qui semblait banni ou marginal : le sommeil, le rêve, la crainte, le confus, l’obscur, le mystère, le phantasme, le fond des ténèbres.

• Corinne Bayle-Goureau : « Pourquoi la Nuit ? »
• Alain Montandon (Université Blaise Pascal-Clermont II) : « Anthropologie du nocturne à l’époque romantique. »

 

4. Ethos / postures / scénographies

 Université Paris Diderot – 24 novembre 2012
Organisation : Élise Sorel
• Dominique Maingueneau (Paris XII) : « L’ethos, un articulateur »
• Jérôme Meizoz (Lausanne) : « Positionnement et singularisation : l’auteur comme posture »
• José-Luis Diaz (Paris VII) : « Variations sur une scénographie : ethos ironiques et postures préfacielles (1830-1833) »
• Élise Sorel (Paris IV) : « Scénographie auctoriale et “prêts à écrireˮ : le “making of myselfˮ du dandy par un certain modèle d’écriture ? »

 

3. Stylistique de la prose

Université Paris Diderot – 6 octobre 2012
Organisation : Lola Kheyar Stibler

• Éric Bordas (ENS Lyon) : « Style et rythme de la prose »
• Gilles Philippe (Université Paris III) : « Style et norme »

 

2. Ethnocritique de la littérature

Université Paris Diderot – 2 juin 2012
Organisation : Aude Jeannerod

• Jean-Marie Privat (Université de Metz), « Les intersignes du roman. L’exemple de Madame Bovary »
Discutante : Florence Dupont (Paris 7)

 

1. L’écriture du voyage

Université Paris Diderot – 5 mai 2012
Organisation : Aude Jeannerod

• Sarga Moussa (CNRS-Lire, Université Lyon II), « La médiation picturale dans les récits de voyage de Théophile Gautier ».
• Roland Le Huenen (Université de Toronto), « Écriture du voyage/écriture du roman (Sand) »