Bastien Loukia, Crime et Châtiment, Paris, Édition Philippe Rey, 2019, 159 pages – par Pauline Gaudier

Mettre en bande dessinée Crime et châtiment de Dostoïevski est assurément un travail qui exige des choix radicaux. Il faut se résoudre à couper dans le texte et à laisser de côté certains éléments du roman original et c’est ce que fait ici Bastien Loukia. Afin de créer une œuvre cohérente et condensée, il renonce à mettre en scène des passages du récit qu’on pourrait croire secondaires, comme le sauvetage d’une jeune fille ivre, la visite de Loujine, l’accusation de vol de Sonia ou encore les retrouvailles entre Raskolnikov et sa famille. Cependant, dans cette bande dessinée, toutes ces scènes ne sont pas supprimées mais simplement passées sous silence. L’intelligence de Bastien Loukia fut d’user de nombreuses ellipses, mais de toujours faire allusion aux éléments tus. Loujine apparaît incidemment au milieu d’une double page, parmi les autres visages que Raskolnikov distingue dans son hallucination, la façon dont le jeune homme accueille sa famille est évoquée par la suite par Razoumikhine et le dernier échange entre Raskolnikov et sa mère est rapporté au discours direct, dans des encadrés, tandis qu’on voit le jeune homme faire ses aveux. Cette façon de taire des événements tout en évoquant leur impact sur l’histoire permet à l’œuvre de Bastien Loukia d’éviter l’écueil d’une intrigue trop simplifiée, voire caricaturale. Ici, les différentes ramifications de Crime et châtiment sont bien présentes. La ville de Moscou et la misère qu’elle abrite sont régulièrement données à voir en arrière-plan et l’auteur signale même à la fin de son ouvrage les tableaux dont il s’est inspiré pour représenter ces scènes de la vie russe. L’adaptation de Bastien Loukia n’est donc pas un résumé du roman de Dostoïevski, un condensé de l’histoire d’un crime ou une démonstration de la théorie de Raskolnikov, mais tente véritablement de conserver l’énigme et les interrogations de l’œuvre originelle.

Ce jeu du mystère passe notamment par l’ambiguïté du point de vue narratif. Refusant de prendre le lecteur par la main, l’auteur peint souvent l’action sans la commenter. Le dessin s’arrête sur un regard, un geste ou une expression, mais n’en donne pas la clé. Jamais une voix omnisciente n’explique quoi que ce soit. Les images et les angles de vue remplacent les descriptions et le récit des péripéties : l’histoire est donnée à voir plutôt que racontée. Cependant, elle est aussi donnée à entendre : la polyphonie dostoïevskienne est bien là. Les seules paroles présentes dans cet ouvrage sont celles des personnages : le lecteur découvre directement les mots qu’écrit la mère de Raskolnikov dans sa lettre et suit les conversations des protagonistes sans intermédiaires. Les seules pensées intimes rapportées sont celles de Raskolnikov, et encore ne s’agit-il que de ce qu’il se dit consciemment à lui-même. De plus, lorsque le récit adopte son point de vue, c’est pour mieux rendre sa confusion. Durant son délire, par exemple, le dessinateur dépeint ce que voit le jeune homme : l’enchevêtrement des images et des actions reflète le manque d’emprise qu’a Raskolnikov sur lui-même. Ce n’est que lorsque le personnage retrouve sa raison qu’on le voit à nouveau de l’extérieur. De même, ses hallucinations, ses rêves et ses cauchemars sont exprimés par des dessins rompant avec l’esthétique du récit et inspirés d’œuvres picturales que Bastien Loukia nomme en fin d’ouvrage. Ce dernier parvient ainsi à mettre en scène des émotions et des angoisses sans passer par les mots. Cet hermétisme des personnages, ce maintien de la polyphonie et ces variations d’esthétiques concourent à faire de cet ouvrage un récit fidèle à l’esprit de Crime et châtiment. Cependant, dans sa volonté de bien faire, Bastien Loukia tente parfois une sorte de « medley » dostoïevskien un peu maladroit. Les noms des différents chapitres (« le rêve d’un homme ridicule », « un cœur simple », « Nuits blanches », « le double », « une sale histoire » et « offensés ») proviennent d’autres œuvres de l’auteur russe et l’on découvre au détour d’un souvenir de Raskolnikov des propos tirés des Frères Karamazov (« Si Dieu n’existe pas, tout est permis ! » et encore « Plus j’aime l’humanité, moins j’aime mon voisin »). Ces clins d’œil intertextuels adressés aux connaisseurs donnent à cet ouvrage, pourtant subtil, l’ambition un peu démesurée de résumer dans un seul livre la majorité de l’œuvre de Dostoïevski. Notons que ces allusions restent toutefois discrètes.

On remarque également que l’auteur a l’honnêteté de signaler les changements qu’il s’est permis par rapport à l’œuvre originale : ne pouvant se fonder sur les paroles des personnages pour conclure son récit, puisqu’il n’y a que très peu de mots prononcés dans l’épilogue du roman, Bastien Loukia explique s’être inspiré de la première version de Crime et châtiment, narré à la première personne. Ainsi, malgré la disparition de certaines scènes, la condensation du récit et les évocations (superflues, nous semble-t-il) d’autres œuvres, l’adaptation de Crime et châtiment de Bastien Loukia maintient le clair-obscur du roman initial. Loin de n’être qu’un résumé simplifié, cette bande dessinée réussit même à créer ses propres énigmes, comme ce visage presque cubiste qui, à chaque nouvelle partie du récit, se complète un peu plus. Qu’a voulu dire par là le dessinateur ? Voilà une question que chaque lecteur pourra se poser. Cette capacité à laisser des mystères planés sur l’ouvrage après la lecture achevée fait de Bastien Loukia un digne émule de Dostoïevski.

Pauline Gaudier
Université de Strasbourg

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search