Jeanne Gacon Dufour, La Femme grenadier, éd. Olivier Ritz, 2022 (CR de Lucie Nizard)

Jeanne Gacon Dufour. La Femme grenadier, suivi de Faut-il interdire aux femmes d’apprendre à lire ?, éd. Olivier Ritz, Montreuil, Coll. « Le temps littéraire », Le Temps des Cerises, 2022, 204 p.

On perçoit encore, cent vingt ans après sa publication, l’éclat oxymorique du titre de La Femme grenadier. Ce court roman de 1801, rédigé dans une prose élégante et émaillée de maximes savoureuses, est aussi méconnu que drôle et captivant. Cette plongée dans la France de la Terreur, par le regard rétrospectif d’une jeune aristocrate qui devient grenadier dans les armées révolutionnaires, est un plaidoyer pour l’émancipation féminine, servi par un rythme bondissant et un humour qui bouleverse les présupposés – y compris celui qui veut qu’une sidération post-traumatique impose un silence pétrifié aux témoins de la Révolution. L’œuvre bénéficie d’une très belle réédition qui fait sentir toute la hardiesse de son autrice, Jeanne Gacon Dufour, heureusement exhumée de la vaste fosse d’oubli où tombent trop de femmes de lettres. Gacon Dufour, née en 1753, prit le parti de la Révolution, et s’engagea pour les droits des femmes à travers des traités d’économie domestiques et écrits politiques, dont un Manuel pour le sexe féminin contre le sexe masculin, et plusieurs romans.

On doit cette redécouverte de La Femme grenadier à Olivier Ritz, spécialiste de l’écriture de la Révolution française, mais également d’édition et humanités numériques. Il avait proposé une première édition du roman accessible gratuitement sur le site du Centre Jacques Seebacher sous la forme d’un ebook, auquel ont collaboré ses étudiants de l’université Paris Diderot. Notre édition papier est, quant à elle, publiée par Le Temps des Cerises, dans la jeune collection « Le temps littéraire » qui entreprend de rassembler des « œuvres du passé qui nous parlent au présent ». Le pari est réussi pour La Femme grenadier, qui aborde l’émancipation féminine et l’égalité des sexes et soulève des interrogations sur le genre – à travers notamment plusieurs travestissements – faisant véritablement écho aux questionnements féministes de notre temps. La couverture vive et très réussie est exécutée par l’artiste illustrateur Dugudus, qui a notamment réalisé les affiches « Nous la Commune » qui ont fleuri de rouge les murs Paris en 2021. Elle annonce l’ambition de servir la capacité du roman à toucher un public non spécialiste. C’est une des grandes qualités de cette édition : elle se prête à des lectures diverses, de plaisir et/ou critiques. La préface, très éclairante, livre en dix pages des clefs de compréhension essentielles pour saisir l’engagement politique de l’œuvre de la vie de l’autrice. Les annotations, peu encombrantes, s’avèrent très utiles, tant pour saisir des éléments de contexte que des termes vieillis ou des allusions masquées.

Le roman met en scène, selon la formule d’Olivier Ritz, « une trajectoire d’émancipation individuelle et de progrès collectif » (préface, p. 12). Hortense, fille d’un aristocrate émigré, révise ses préjugés de classe et de sexe, au point d’aller se battre pour la République dans un régiment d’élite. L’émancipation de la jeune aristocrate passe par une éducation qui repose sur des apprentissages concrets, de l’art de manier l’aiguille pour habiller une petite orpheline, à celui de tenir le fusil pour défendre sa patrie en danger. Hortense descend du trône des privilégiés, sans pourtant s’abaisser. Si l’accumulation d’événements, de surprises, de scènes de reconnaissance rappellent certains roman-mémoires épistolaires du xviiie siècle qui mettent en lumière la découverte d’une individualité féminine (on songe par exemple à La Vie de Marianne de Marivaux), la mobilité sociale se fait ici en sens inverse, pour le bonheur des protagonistes gagnés à la fraternité. L’amour devient une porte d’entrée dans l’égalité sociale ; à Lavalé, homme du peuple dont elle s’est éprise, Hortense déclare ainsi : « Je vous ai connu, Lavalé, et tout mon être changea ; vous me fîtes abjurer les préjugés de mon enfance » (p. 105). Cependant Gacon Dufour ne place pas la passion au cœur du destin de son personnage féminin. C’est assez rare pour être relevé ; un des personnages met d’ailleurs en garde le lecteur : « on ne voudrait voir que l’amante pour oublier l’héroïne » (p. 141). Ce portrait de femme met d’abord en lumière le courage physique et moral d’une jeune femme qui apprend à mettre son instruction au service d’une clémente raison. Devenue une soldate révolutionnaire modérée, Hortense parvient par son intelligence, son pragmatisme et sa tolérance à faire aimer sa cause à des villageois chouans. C’est ce que souligne le député Philippeaux, seul personnage historique réel du roman, qui incarne aussi un « révolutionnaire radical et indulgent » (note p. 143). S’il engage Hortense à reprendre le costume et la vie qu’il estime dévolus à son sexe, il reconnaît l’utilité de l’action menée par la femme grenadier : « par votre douceur et vos discours persuasifs, vous avez conquis la République à des amis. » (p. 140) Certes, à la fin du roman, Hortense devient une ménagère, une épouse, et une mère. L’harmonie retrouvée au terme de ses aventures repose sur des valeurs familiales qui pour bouleverser les hiérarchies sociales prérévolutionnaires n’en respectent pas moins la division des sexes traditionnelle, dont le désordre temporaire apparaît comme une parenthèse engendrée par les dérèglements de la Terreur, et terminée avec eux. Pourtant, la dernière page nous laisse rêver, avec une audace abritée par l’humour, au destin de la fille d’Hortense et de Lavalé qui « annonce déjà des dispositions à devenir grenadier comme sa mère » (p. 162).

Le roman est suivi de deux textes plus brefs, qui entrent puissamment en résonance avec lui. Bien plus que des annexes, ces pages permettent de saisir combien la question de l’utilité de l’instruction féminine est au cœur non seulement de l’intrigue de La Femme grenadier, mais également d’un projet plus vaste, mené de front avec Sylvain Maréchal. Le « Projet de loi portant défense aux femmes d’apprendre à lire », publié en 1801 par Maréchal, député engagé en faveur des idées radicales qui a participé à la rédaction du Manifeste des Égaux, a longtemps été considéré comme une preuve que « la Révolution a été pensée et faite contre les femmes » (préface, p. 15). Notre édition fait au contraire l’hypothèse, dans la lignée de l’historienne Erica J. Manucci, d’« une opération de publication concertée » (p. 14) entre Maréchal et Gacon Dufour, qui viserait à susciter le débat sur l’instruction des filles au moment où Napoléon organise une instruction publique masculine. L’amitié des deux auteurs est affichée par le poème « Revue historique de toutes les Jeanne célèbres », à la gloire de « Jeanne D*** », signé « Sylvain M*** », qui figure à la suite du roman. Ce clin d’œil permet de supposer une complicité entre le « Projet de loi » de Maréchal, et la réponse de Gacon Dufour, « Contre le projet de loi de S*** M*** portant défense d’apprendre à lire aux femmes », publiée ici à la fin de l’ouvrage, sous le titre plus percutant « Faut-il interdire aux femmes d’apprendre à lire ? ». Ce texte drôle et impertinent s’insère parfaitement dans un triptyque ludique et hardi cherchant à faire réfléchir sur l’émancipation féminine, où le projet de Maréchal et le contre-projet de Gacon Dufour encadreraient le roman de celle qui se présente elle-même comme « une Femme qui ne se pique pas d’être une Femme de lettres » (p. 166).

 

Lucie Nizard



Citer ce billet
Julien Schuh (2022, 28 mars). Jeanne Gacon Dufour, La Femme grenadier, éd. Olivier Ritz, 2022 (CR de Lucie Nizard). Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0hp

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search