Absolutely Bizarre! Les drôles d’histoires de l’école de Bristol – par Sara Vitacca

Absolutely Bizarre! Les drôles d’histoires de l’école de Bristol, Bordeaux, Galerie des Beaux-Arts (10 juin – 17 octobre 2021)

L’exposition Absolutely Bizarre !, fruit d’une collaboration entre le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux et le Bristol Museum & Art Gallery, avec le soutien du Musée du Louvre, met à l’honneur la peinture britannique du XIXe siècle à travers l’histoire de l’École de Bristol et des artistes qui ont gravité autour d’elle. Cette manifestation, précieuse par l’originalité d’un sujet peu connu en France et par la qualité des œuvres montrées, s’inscrit dans le cadre de l’« année britannique » lancée par le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux à la fin de l’année 2020 avec l’exposition British Stories. Conversations entre le Louvre et le Musée des Beaux-Arts de Bordeaux, et vient célébrer le 70e anniversaire du jumelage entre la ville de Bristol et la ville de Bordeaux.

Plus qu’un mouvement pictural clairement défini, l’École de Bristol désigne une association informelle et confraternelle d’artistes, d’écrivains et d’amateurs qui, au cours de la première moitié du XIXe siècle, transforment la ville anglaise en un foisonnant foyer de création. Adeptes de la pratique du dessin en plein air, les artistes impliqués dans cette expérience – Edward Bird, Francis Danby, Edward Villiers Rippingille, Samuel Colman, Samuel Jackson, Rolinda Sharples et William James Müller – se consacrent à la peinture de paysage à travers un mélange d’attention au réel et d’invention poétique, de pittoresque et de sublime. Ils sont également sensibles aux transformations urbaines et sociales que subit la ville de Bristol et ses environs, touchés par l’industrialisation et par les crises économiques, mais ils peuvent aussi se tourner vers la peinture religieuse et les visions fantastiques. Ce n’est donc pas dans la pratique d’un genre en particulier que réside la cohérence de ce regroupement d’artistes. C’est plutôt dans le lien indissoluble à Bristol, à sa topographie, à ses espaces naturels et urbains, tout comme à son climat culturel et politique, qu’il faut chercher le fil rouge d’une expérience fondamentale pour l’évolution de l’art britannique au XIXe siècle.

Samuel Colman, La Cérémonie de pose de la première pierre du pont suspendu de Clifton, 1836, 1837, huile sur toile, 88 x 131 cm, Bristol, Bristol Museum and Art Gallery, © Bristol’s Museums, Galleries & Archive

Les premières salles de l’exposition permettent justement de se familiariser avec l’identité visuelle de la ville et de ses alentours. On observe les silhouettes de ses bâtiments médiévaux et néoclassiques, immortalisées entre autres par les aquarelles de William Turner. On s’arrête devant les nombreuses vues de son port et de ses ruelles, gagnées par une rapide urbanisation. On apprend à reconnaître le pont suspendu de Clifton, dont Samuel Colman représente la pose de la première pierre, en 1836, mettant en scène l’enthousiasme et les inquiétudes de la population face aux mutations rapides de leur territoire (fig. 1).

Edward Villiers Rippingille, Une séance de dessin en plein air à Leigh Woods, vers 1828, crayon et sépia sur papier, 18 x 27 cm, Bristol, Bristol Museum and Art Gallery, © Bristol’s Museums, Galleries & Archive.

On admire ensuite les gorges de l’Avon et les alentours de la rivière, dans les peintures et les aquarelles intimes et bucoliques de Francis Danby ou dans les œuvres de Samuel Jackson, qui observe le paysage avec une attention minutieuse au détail topographique. On découvre aussi la dimension collective et fraternelle de la pratique de ces artistes, qui se réunissent lors de sketching parties pour dessiner en plein air, accompagnés de guitares et de vin, comme on peut le voir dans le dessin d’Edward Villiers Rippingille Une séance de dessin en plein air à Leigh Woods (fig. 2).

Francis Danby, Coucher de soleil sur la mer après la tempête, 1824, huile sur toile, 93 x 146 cm, Bristol, Bristol Museum and Art Gallery, © Bristol’s Museums, Galleries & Archive

L’exposition se concentre ensuite sur la veine narrative qui traverse l’œuvre de nombreux artistes, spécialisés dans une peinture de la vie courante où se dresse le portrait d’une société en pleine mutation. Ainsi, Rolinda Sharples, unique femme de l’École de bristol, et l’une des seules artistes britanniques de l’époque à s’être consacrée à la peinture de genre, représente aussi bien La faillite de la banque, et la variété des réactions humaines suscitées par un tel évènement, que Le vestiaire de la salle de bal de Clifton, ou elle donne à voir les divertissements de la bonne société dans une atmosphère digne d’un roman de Jane Austen. Les tableaux de Edward Villiers Rippingille allient une critique sociale mordante des problèmes de son époque au souvenir de la tradition hogartienne et de la peinture hollandaise. Le tableau de Samuel Colman, La foire Saint-James à Bristol, montre le large éventail humain et social qui se réunit tous les ans lors de la plus importante foire de Bristol, dans une scène éblouissante par son accumulation de détail ludiques et bizarres, chargés d’une finalité morale.

William West, Les Israélites traversant le désert, précédés du pilier de lumière, 1845, huile sur toile, 112 x 160 cm, Bristol, Bristol Museum and Art Gallery, © Bristol’s Museums, Galleries & Archive

Néanmoins, la véritable force de ce groupe d’artistes est peut-être à chercher dans leur surprenante capacité à varier sans cesse les genres, les formats et les sujets. De la peinture de genre aux sujets religieux, de la petite aquarelle bucolique au paysage tragique, il n’y a souvent qu’un pas. Le parcours de l’exposition conduit ainsi à découvrir les visions sublimes de William Danby, comme Coucher du soleil sur la mer après la tempête (fig. 3), ou bien les œuvres spectaculaires de William West, où la peinture paysage rencontre la peinture d’histoire, comme dans Les Israélites traversant le désert, précédés du pilier de lumière (fig. 4). Avec des tableaux étonnants par leur puissance visionnaire, Samuel Colman déploie quant à lui un imaginaire apocalyptique aux limites du fantastique, qui pourrait paraître aux antipodes de ses peintures sociales.

William James Müller, Les Émeutes de Bristol : l’incendie du palais épiscopal, vers 1831, huile sur papier, 9 x 18 cm, Bristol, Bristol Museum and Art Gallery, © Bristol’s Museums, Galleries & Archive.

L’exposition s’achève enfin sur la confrontation inédite, et tout à fait réussie, entre les études sur les émeutes sociales de Bristol de 1831, due au pinceau incandescent de William James Müller, et les célèbres vues de l’incendie du Parlement de Londres réalisées quelques années plus tard par Turner, qui avait auparavant séjourné à Bristol (fig. 5). C’est peut-être la démonstration la plus éloquente du rôle fondamental joué par les artistes de Bristol dans l’aventure de l’art britannique au XIXe siècle.

Au-delà de l’intérêt des œuvres réunies, l’exposition de Bordeaux, qui s’est accompagnée d’un riche catalogue bilingue dirigé par Guillaume Faroult et d’un colloque international, a le mérite d’avoir mis en lumière un pan de l’histoire de l’art britannique encore trop peu connu en France, malgré son originalité certaine. Celle de l’École de Bristol est au fond une aventure qui met à mal la narration canonique de l’art au XIXe siècle, souvent focalisée sur les individualités marquantes plutôt que sur les expériences collectives, et sur la centralité des grandes villes au détriment des expérimentations locales. L’exposition Absolutely Bizarre ! permet ainsi de prendre la mesure de la porosité qui existe au XIXe siècle entre les genres, les pratiques et les imaginaires, et invite en parallèle à repenser les hiérarchies géographiques traditionnelles qui fabriquent notre vision de l’art de cette époque.

Il est par ailleurs significatif qu’un tel projet international, fruit d’une heureuse collaboration franco-britannique, se soit lui-même développé en dehors des deux capitales, ouvrant la voie à de nouvelles pistes et perspectives capables d’amener la recherche sur l’art du XIXe siècle au-delà des sentiers battus et de ses centres habituels.

Sara Vitacca

Exposition labellisée « Exposition d’intérêt national » par le ministère de la Culture.

Commissariat : Sophie Barthélémy, Sandra Buratti-Hasan, Guillaume Faroult, Jenny Gaschke

Catalogue : Absolutely bizarre ! : les drôles d’histoire de l’École de Bristol (1800-1840), Guillaume Faroult (dir.), Musée des Beaux-Arts de Bordeaux/Snoeck, Bordeaux/Gand, 2021. 

Pour citer cet article : Absolutely Bizarre! Les drôles d’histoires de l’école de Bristol – par Sara Vitacca, Société des études romantiques et dix-neuviémistes, 14/02/2022, consulté le 05/02/2023. URL : https://serd.hypotheses.org/8963.

Ces comptes rendus d’expositions sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la SERD. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à expoxix (chez gmail)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search