Ingres avant Ingres. Dessiner pour peindre – par Olivier Sauvage

Ingres avant Ingres. Dessiner pour peindre, Orléans, Musée des Beaux-Arts, du 18 septembre 2021 au 9 janvier 2022

Les biographies et les essais consacrés à Ingres insistent tous sur la précocité de son génie, mais par un paradoxe étonnant, aucune rétrospective n’avait jusqu’à aujourd’hui été consacrée de manière spécifique à la jeunesse de ce peintre. Il convient donc de saluer l’initiative de Mehdi Korchane, responsable de la conservation des arts graphiques au Musée des Beaux-Arts d’Orléans, et commissaire de l’exposition, d’autant que le caractère problématique de certaines attributions et le flou des datations pouvaient décourager une telle entreprise.

Ingres, d’après Léonard de Vinci : Étude pour La Belle Ferronnière, vers1801-1802. Graphite, pierre noire et estompe sur papier vélin, 19,7 x 14,8 cm (Montauban, musée Ingres Bourdelle, MI.867.3694).

Le père d’Ingres, Joseph, était un peintre connu à Montauban. Les quelques œuvres paternelles présentées dans le cadre de l’exposition orléanaise témoignent d’un talent indéniable. Ses sanguines s’avèrent à cet égard plus qu’honorables. Les dons de pédagogue de Joseph, qu’il put prodiguer dans diverses institutions méridionales, permirent d’initier au dessin Jean Auguste Dominique. Engagé dans la tourmente révolutionnaire, Ingres père envoya son fils préféré, le petit « Ingrou », parfaire sa formation à l’Académie royale de peinture et de sculpture de Toulouse en 1791. Jean a alors onze ans. Il y réalisa l’ensemble de son cursus jusqu’en 1797. Aucune peinture de cette époque n’ayant hélas été conservée, il faut s’en remettre à la production dessinée de Jean, qui indique que le fils surpassa très vite le père. Le livret de l’exposition relève à ce propos que « [s]es petits portraits en médaillon démontr[e]nt une assimilation mimétique du savoir-faire paternel, au point que leur attribution a parfois pu prêter à confusion, preuve de l’entente fusionnelle entre le père et le fils. » (livret de l’exposition, p. 3)

Ingres : Jean Charles Auguste Simon, dit Simon fils, an 11 (1802-1803). Fusain et estompe, crayon noir, rehauts de craie blanche sur papier vélin. 42,2 x 37,7 cm. Orléans, musée des Beaux-Arts, inv. 791. © Musée des Beaux-Arts d’Orléans / François Lauginie.

À l’issue de ses études toulousaines, Jean remporta le prix du dessin du modèle vivant. Conformément au projet de son père, il partit à Paris pour parfaire sa formation auprès de David, tout en approfondissant sa pratique de portraitiste en autodidacte, ce qui lui permit d’assurer sa subsistance. D’abord influencé par les portraits « en manière noire » de Jean-Baptiste Isabey, artiste fort prisé sous le Directoire, Ingres s’en affranchit, osant l’expérimentation technique, comme en témoigne une copie de La Belle Ferronnière de Léonard de Vinci (ill. 1). Son portrait de Jean Charles Auguste Simon, dit Simon fils, réalisé entre 1802 et 1803, et qui a été choisi comme affiche de l’exposition (ill. 2), représente une étape décisive dans l’évolution graphique d’Ingres, lequel va alors se lancer dans la production de portraits peints. Lauréat du Prix de Rome en 1801, et bénéficiant de l’appui du Premier Consul Bonaparte, Ingres sut trouver sa voie propre sans se laisser paralyser par l’admiration qu’il portait aux maîtres du genre, tels David, Gérard et Girodet. Son autoportrait de 1804, modifié en 1851 et dont l’exposition propose une belle copie de la version d’origine réalisée sous forme d’eau-forte par Jean-Louis Potrelle, suscita des commentaires négatifs lors de son exposition au Salon de 1806. Le public et la critique de l’époque ne comprirent pas qu’Ingres avait volontairement opté pour un archaïsme dérivé de l’imitation des peintres italiens de la Renaissance. Se peindre est aussi un défi et un exercice d’amour-propre qui permettait à Ingres d’affronter la laideur dont il souffrait depuis son enfance. 

Ingres : Julie Forestier, 1806. Graphite lavé de gomme arabique et rehaussé de gouache et d’aquarelle sur papier vélin contrecollé sur carton mince. 9,1 × 7,5 cm © Paris, Fondation Custodia (inv. 2004-T.32).

Au cours de la première décennie du dix-neuvième siècle, Ingres dessine de nombreux portraits. Ses modèles sont majoritairement des femmes, ce qui incite les organisateurs de l’exposition à relier cette « présence féminine insistante » à un « désir de s’unir » (livret de l’exposition, p. 6). Il est indéniable que le jeune Ingres côtoie de nombreuses artistes et scientifiques, telles que la peintre Julie Forestier, qui devint son éphémère fiancée en 1806 (ill. 3), Henrietta Harvey et sa demi-sœur Elizabeth Norton, également peintre (ill. 4), l’artiste franco-suisse Barbara Bansi, ou encore Aglaé Adanson, fille du naturaliste Michel Adanson et auteur de nombreux ouvrages d’économie domestique et d’horticulture. Copiant à la même époque des gravures érotiques du XVIe siècle, Ingres manifeste un intérêt pour « tous les signes sensuels émanant de ces figures du désir » (ibid.), ce dont sa peinture témoignera avec éclat.  

Ingres : Portraits des demoiselles Harvey, vers 1802-1804. Plume et encre grise, lavis gris, pierre noire. 27,5 x 18 cm. Paris, Musée du Louvre, département des Arts graphiques, RF 12293 © RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Michel Urtado.

Le panneau didactique consacré aux grands portraits dessinés d’Ingres permet de mesurer l’enrichissement stylistique fourni par les tendances techniques nouvelles qu’il découvre à Paris, l’estompe en particulier. Formé par son père au portrait en miniature, Ingres va combiner ce bagage avec celui acquis dans l’atelier de David pour livrer des portraits dont l’« ambition […] est de l’ordre de la peinture, plus encore que du dessin » (ibid.). Le fonds du musée Ingres Bourdelle de Montauban sollicité pour l’occasion aide le visiteur à se faire une idée plus précise de l’habileté du peintre en devenir. Les croquis issus du Carnet bleu tenu entre 1791 et 1806 montrent un Ingres inattendu, crayonnant des figures de lecteurs, de buveurs ou de musiciennes dans un contexte contemporain et sans rapport direct avec le sujet de ses tableaux en cours. Mehdi Korchane rapproche judicieusement cette part très méconnue de sa production des œuvres de Constantin Guys, dont Baudelaire fera le « peintre de la vie moderne » dans ses textes publiés par Le Figaro en 1863.    

Une salle de l’exposition présente les dessins de modèles d’après l’antique réalisés par Ingres dans le cadre d’un grand projet éditorial, celui du Musée français de Pierre Laurent et Robillard Péronville, conduit de 1802 à 1809 et dont le seul original connu est aujourd’hui conservé à New York dans une collection particulière. Encore une fois, Ingres se singularise par le parti-pris d’inscrire chaque statue dans l’espace en traçant son ombre portée, ce qui engendre un étonnant effet de réel dont la traduction picturale ultérieure prolongera la singularité.

Ingres, d’après Dürer : Le Mariage de la Vierge. Plume et encre noire sur traits de graphite, sur papier calque. 28,2 × 21,9 cm. © Montauban, musée Ingres Bourdelle (MI.867.3645).

La vénération d’Ingres pour les maîtres anciens fut favorisée dès le début de son apprentissage et naquit lorsque son père lui offrit à copier « un grand portefeuille qui contenait trois ou quatre cents estampes d’après Raphaël, le Titien, le Corrège, Rubens, Téniers, Watteau et Boucher – il y avait de tout. » (Théophile Silvestre, Histoire des artistes vivants français et étrangers. Ingres, première série, Paris, E. Blanchard, Libraire-Éditeur, 1856, p. 5) Son répertoire de formes s’enrichit encore après son départ à Paris grâce aux estampes de la Bibliothèque nationale et à l’étude des tableaux et dessins anciens présentés dans le jeune Musée du Louvre, qui s’appelait alors Muséum central des arts de la République. Sa prédilection pour Raphaël et Dürer (ill. 5) est signe d’une volonté de faire évoluer son art « à contre-courant des normes contemporaines » (livret, p. 10). La copie de la Danaé dessinée d’après Giulio Bonasone présentée à Orléans manifeste en outre la curiosité artistique autant que l’attrait d’Ingres pour les sujets érotiques, un goût « qui n’a pas d’équivalent chez ses contemporains et trace le profil d’un artiste en quête de liberté. » (ibid.)  

Ingres : Jupiter et Mercure chez Philémon et Baucis, vers 1802-1803. Plume et encre noire, lavis gris, graphite, reprises à la plume et encre brune, sur papier blanc, 30 × 39 cm. © Le Puy-en-Velay, musée Crozatier (inv. 833.20).

Deux autres moments de l’exposition sont dévolus à la formation académique d’Ingres et au rôle tenu par son maître David dans sa gestation artistique. Sa parfaite maîtrise du nu masculin transparaît aussi bien dans ses petits croquis d’après nature que dans ses académies peintes. Impressionné par l’aura de David, Ingres ne se détacha que très progressivement de son « intimidante influence » (livret, p. 12). Le dessin d’histoire qu’il pratiqua à partir de 1797 fut dans cette optique un moyen de prendre ses distances en affirmant peu à peu une originalité ingresque. Son Jupiter et Mercure chez Philémon et Baucis constitue une remarquable illustration de la maturation progressive de son style (ill. 6).

Lorsque J. A. D. Ingres se rendit à Rome, à la fin de l’été 1806, il avait déjà acquis son propre langage artistique, émancipé de l’enseignement académique. Les années à venir allaient d’abord être fastes, grâce aux commandes impériales, mais Ingres connut ensuite la pauvreté avant de devenir le peintre respecté et comblé d’honneurs que la postérité a transformé en une figure assez monolithique de barbon autoritaire et rétrograde. Or, Ingres fut un artiste beaucoup plus complexe, et l’exposition proposée par le Musée des Beaux-Arts d’Orléans met en avant la singularité d’un créateur dont les « bizarreries » – le terme est employé de manière récurrente par les critiques du vivant même de l’artiste – et l’excentricité ont inspiré beaucoup de grands noms de l’art moderne, de Matisse à Picasso, et jusqu’à Martial Raysse et Cindy Sherman. Le dessin, moyen d’expression graphique utilisé par Ingres à toutes les époques de son cheminement artistique, constitue le fil rouge idéal pour constater avec les responsables de l’exposition orléanaise que « le crayon du portraitiste resterait son meilleur allié » (livret, p. 13) en toutes circonstances.

Le travail de Mehdi Korchane et de son équipe témoigne d’une réelle volonté de s’inscrire dans le sillage des chercheurs et des historiens de l’art qui ont contribué à renouveler le regard porté sur un peintre dont on croit à tort tout connaître. Les années de formation d’Ingres étaient peu mises en avant, et l’exposition, enrichie d’un catalogue très dense, remplit son rôle en apportant des éléments de compréhension nouveaux. Saluons en outre les efforts du musée d’Orléans pour valoriser ses collections, en particulier l’étage réservé aux œuvres du XIXe siècle, dont le parcours a été récemment revu de fond en comble pour mieux mettre en lumière la belle diversité de ses collections. L’ambition de la directrice des Musées d’Orléans, Olivia Voisin, était de permettre au public d’accéder à des œuvres dont certaines dormaient dans les réserves depuis des décennies. Un tel dessein est tout à l’honneur de cette institution, et appelle d’autres initiatives de ce type dans d’autres villes.           

Olivier Sauvage

Catalogue :
Ingres avant Ingres, M. Korchane (dir.), Paris : Le Passage, 2021.

À lire :
Monsieur Ingres, V. Bajoux, Paris : Adam Biro, 1999.
Ingres : « ce révolutionnaire-là ». S. Guégan, Paris : Musée du Louvre et Gallimard, coll. « Découvertes », 2006.
Ingres, 1780-1867. V. Pomarède, L.-A. Prat et S. Guégan (dir.), Paris : Gallimard et Musée du Louvre, 2006.
Moi, Ingres. « Pur et large, voilà le dessin, voilà l’art ». Lucia Reid (dir.), Paris : Magellan & Cie, coll. « L’Artiste vu par ses contemporains », 2006.
Jean-Auguste-Dominique Ingres 1780-1867. U. Fleckner, trad. de Catherine Vacherat, Cologne : H. F. Ullmann, 2007.
Ingres. A. C. Shelton, trad. d’Hélène Ladjadj, Paris : Phaidon, 2008.
Ingres et les modernes. D. Salmon, Paris : Somogy et Québec : Musée national des Beaux-Arts du Québec, 2008.
Ingres : ombres permanentes. Belles feuilles du musée Ingres de Montauban, C. Lépront, Paris : Le Passage et Montauban : Musée Ingres, 2008.
Ingres : painting reimagined. S. L. Siegfried, New Haven : Yale University Press, 2009.
Ingres, un homme à part ? Entre carrière et mythe, la fabrique du personnage.  C. Barbillon, P. Durey et U. Fleckner (dir.), Paris : École du Louvre, 2009.
Ingres and the Studio: Women, Painting, History, S. E. Betzer, University Park (Pa.) : Pennsylvania State University Press, 2012.
Écrits sur l’art, J. A. D. Ingres, préf. d’Adrien Goetz, Paris, Grasset, coll. « Les Cahiers rouges », 2013.
Ingres, G. Picon, Strasbourg : Studiolo, coll. « L’Atelier contemporain », 2021. Réédition d’une remarquable monographie originellement publiée par Skira en 1967.

Pour citer cet article : Ingres avant Ingres. Dessiner pour peindre – par Olivier Sauvage, Société des études romantiques et dix-neuviémistes, 14/02/2022, consulté le 05/02/2023. URL : https://serd.hypotheses.org/8936.

Ces comptes rendus d’expositions sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la SERD. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à expoxix (chez gmail)



Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search