Gabriel Durand. Images du Second Empire – par Olivier Sauvage

Gabriel Durand. Images du Second Empire, Musée du Vieux-Toulouse, du 26 juin au 2 octobre 2021

Gabriel Durand : Autoportrait, 1854, prêt du Musée des Augustins, inv. RO 1061. Cliché B. Delorme. © Musée des Augustins, Toulouse

Le nom du peintre toulousain Gabriel Durand (1812-1882) n’est guère évocateur de nos jours, mais l’exposition que lui a consacrée l’association des Amis du Vieux-Toulouse dans ses murs plaide de manière convaincante pour une réévaluation de ce portraitiste qui jouissait d’une certaine renommée sous le Second Empire.

Coiffeur-barbier jusqu’à l’âge de 38 ans, Gabriel Durand exerça tout d’abord la peinture en amateur, s’illustrant comme pastelliste. À partir de 1847, il envoya ponctuellement des toiles au Salon de Paris, parmi lesquelles dominent les portraits féminins. Durand fut en outre actif dans sa ville natale, et devint un exposant régulier des salons des Beaux-Arts, de l’Industrie ou encore de la toute jeune Union Artistique de Toulouse, qui fit beaucoup pour accroître le rayonnement des artistes méridionaux à partir de 1860. L’historienne de l’art Amandine de Pérignon, assistante de conservation au musée du Vieux-Toulouse, rapproche à juste titre la facture de Durand du style des « grands portraits léchés et souvent flatteurs » (L’Auta, n° 126, juin-juillet 2021) de Winterhalter et Ingres. Durand semble avoir suivi les cours du peintre paysagiste aveyronnais Théodore Richard, un élève d’Ingres et de Bertin. Richard fit en tout cas partie du cercle d’amis artistes de Durand, aux côtés de son élève et fils adoptif Raymond Brascassat et du dessinateur Joseph Latour.

Gabriel Durand : L’Atelier du peintre, vers 1860, huile sur toile, musée du Vieux-Toulouse (MVT), inv. 80.1404. Cliché J. Kérambloch

La pratique du portrait au pastel, qui connut un renouveau au milieu du XIXe siècle, permit à Gabriel Durand de s’imposer auprès de la bonne société toulousaine sous Napoléon III. La trentaine d’œuvres présentée est issue des collections du musée du Vieux-Toulouse, mais aussi des fonds du musée du Pays de Luchon et des prêts de divers collectionneurs. Elle témoigne des indéniables talents de portraitiste de Durand, d’une grande habileté dans le rendu des étoffes (Concert champêtre, 1850) et qui sut d’ailleurs sortir des sentiers battus dans ses portraits de bébés, ses scènes d’intérieur (L’Atelier du peintre, vers 1860) et ses autoportraits (Autoportrait, 1854).

Vue d’ensemble de la scénographie de l’exposition Gabriel Durand au musée du Vieux-Toulouse. Cliché A. de Pérignon

Jérôme Kérambloch et Amandine de Pérignon, co-organisateurs de l’exposition, ont en outre eu la très judicieuse idée de recréer l’atelier du peintre, laissé intact par sa nièce et sa petite-nièce pendant près de soixante ans avant d’être dispersé en 1939. De nombreux effets personnels de Gabriel Durand furent cependant recueillis par les Amis du Vieux-Toulouse, et ceux-ci ont été très bien mis en valeur par la scénographie de l’exposition. L’Hôtel du May, siège de l’association, fournit un écrin de premier choix aux différents objets et tableaux présentés. Le moulage de la Vénus de Milo offert à Durand par Bernard Lange, restaurateur de l’œuvre originale dans les années 1820, y figure en fort bonne place.

Détail du moulage de la Vénus de Milo offert à Gabriel Durand par Bernard Lange (1754-1839), restaurateur de la statue originale entre 1822 et 1824. Au second plan, Portrait d’une dame inconnue par Gabriel Durand, MVT, inv. T1946. Cliché A. de Pérignon

La peinture de Gabriel Durand est assez caractéristique de l’art du Second Empire, longtemps décrié pour sa surcharge et son goût de l’effet. Toutefois, les origines provinciales et populaires de l’artiste paraissent tamiser cette influence, les toiles de Durand manifestant une sobriété bien souvent absente des productions en faveur à la Cour impériale (Madame Carrié, née Fauré, mère de la femme de l’artiste, 1843 et Portrait de jeune homme, 1873).

Gabriel Durand : Portrait de Marie Barbaroux en paysanne toulousaine (ancien titre : Retour de messe), pastel sur papier, 1880, Musée du Vieux-Toulouse. Crédit photographique : Musée du Vieux-Toulouse / base de données Joconde

Fait notable, Durand eut de nombreuses jeunes femmes parmi ses élèves. Plusieurs se firent ensuite connaître : la pastelliste Marie-Charlotte Barbaroux, qui épousa Henri Martin et dont Durand fit un beau portrait en costume toulousain (Portrait de Marie Barbaroux en paysanne toulousaine, 1880) ; Madeleine Willemsens, future Madame Jean-Paul Laurens ; Andrée Barbot, qui abandonna ensuite les pinceaux pour devenir chanteuse lyrique et se marier avec Paul Mounet, sociétaire de la Comédie-Française et frère cadet du tragédien Mounet-Sully. De telles alliances illustrent le dynamisme de la scène artistique toulousaine de l’époque, qui brassait peintres, musiciens, comédiens et écrivains. Une exposition consacrée aux œuvres réalisées par les élèves de Gabriel Durand serait à cet égard éclairante. Il faut souhaiter que le musée du Vieux-Toulouse et ses partenaires puissent un jour concrétiser un tel projet en tirant à nouveau parti de la richesse insoupçonnée de leurs fonds.

Olivier Sauvage

Pour citer cet article : Gabriel Durand. Images du Second Empire – par Olivier Sauvage, Société des études romantiques et dix-neuviémistes, 06/12/2021, consulté le 19/05/2022. URL : https://serd.hypotheses.org/8582.
 

Ces comptes rendus d’expositions sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la SERD. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à expoxix (chez gmail)


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search