Michel BRIX, « Du Classicisme au Réalisme » (Kimé, 2021)

Michel Brix, « Du classicisme au réalisme. Une histoire de la littérature française (XVIIe-XXIe siècles), Paris, Kimé, 2021, 339 pages

La littérature française a vu, entre le XVIIe siècle et nos jours, se succéder deux modèles esthétiques dominants, ‒ le classicisme et le réalisme. La France a d’abord eu à connaître le règne du paradigme classique : celui-ci était fondé sur une certaine interprétation des littératures de l’Antiquité, notamment de la Poétique d’Aristote, et reposait sur la thèse que l’œuvre littéraire devait apporter un enseignement susceptible d’éclairer le lecteur dans sa propre existence. Ce modèle, qui s’est diffusé aussi hors de France, a cependant subi un détricotage progressif au XVIIIe siècle, comme un chandail qui s’effilocherait maille par maille et dont on récupérerait la laine pour assembler un nouveau vêtement, très différent de l’ancien. Les Confessions de Jean-Jacques Rousseau marquent la fin du règne du classicisme et inaugurent l’ère de la « modernité ». Avec l’esthétique moderne, ou réaliste, l’enjeu d’une œuvre ne se situe plus en aval, mais en amont d’elle-même : elle est censée fournir des informations sur son contexte de production et sur son auteur. Quand commence le XIXe siècle, la poétique classique a définitivement cédé le pas à ce nouveau paradigme, le réalisme, dans lequel un Boileau, un Racine ou un Molière ne se seraient pas reconnus, et à l’intérieur duquel des mots comme « art » ou « vraisemblable » ont changé de signification. Après avoir dominé le XIXe et le XXe siècles, le réalisme règne toujours aujourd’hui, en ce début de XXIe siècle, sur le champ littéraire.

https://www.editionskime.fr/publications/du-classicisme-au-realisme-une-histoire-de-la-litterature-francaise-xviie-xxie-siecles/


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search