Colloque De l’utopie à la science-fiction. Imaginaire et fantasmatique

Colloque « De l’utopie à la science-fiction. Imaginaire et fantasmatique »

Centre de recherches DIRE (Déplacements, identités, regards, écritures)/OSOI (Observatoire des Sociétés de l’Océan Indien)

27-28-29 mai et 24 juin 2021
UFR Lettres et Sciences humaines – Université de La Réunion

Organisé par Françoise Sylvos (La Réunion, DIRE), Anne-Cécile Koenig-Le Ribeuz (La Réunion, DIRE) et Natacha Vas-Deyre (Université de Bordeaux, EA Clare 4593)

ARGUMENT
Ce colloque sur les imaginaires de la science-fiction et de l’utopie qui se propose d’inclure des réflexions sur les mondes possibles ou alterréalités, la femme ou l’environnement, prolongera les recherches déjà menées au cours de récents colloques (SERD, Universités de Caen, de Tunis/Carthage, de Salerne, La Réunion). Sans négliger les visées et visions politiques et sociales des réformateurs, ce colloque mettra l’accent sur la poétique de l’imaginaire à l’œuvre dans les textes utopiques, d’anticipation et de science-fiction – comme dans les représentations post-apocalyptiques. Textes et œuvres – productions visuelles et audiovisuelles, arts plastiques, cinéma et séries confondus – seront abordés de façon novatrice, sous l’angle de la psychocritique, de la poétique bachelardienne, mais aussi sur le plan du symbole, du mythe, de la dimension fantasmatique et du comique. On pourrait aussi montrer en quoi l’esthétique de ces productions littéraires ou artistiques fait appel aux désirs, aux émotions et à la sensibilité du lecteur.
Réécriture, accompagnement, invention ?
L’utopie et la science-fiction, à la manière du conte populaire, reposent sur des trames, sur des structures et des archétypes familiers. Au cinéma, on a parfois l’impression que le recyclage des décors et des créatures l’emporte sur le désir d’innover, dans le domaine de la science-fiction comme dans les autres genres. Cette limitation de l’imaginaire tient aussi aux finalités commerciales de l’industrie culturelle. Les produits dérivés, séries, remake produisent une forme de désenchantement. Et, lorsque la littérature n’est là que pour accompagner ou vulgariser les innovations techniques et scientifiques, elle montre ses limites toutes relatives au regard des sciences, la question du premier inventeur – écrivain ou scientifique, se posant de manière aiguë.
Mais l’existence de trames structurantes, des mythes, ne peut être perçue comme un blocage. Les conférences qui s’annoncent pourraient bien montrer que l’esprit innove aussi grâ ce à la recombinaison des traditions, à la manière de la science-fiction émergente qui, dans L’île à Hélice ou L’île mystérieuse, réinvestissait le décor insulaire de l’utopie pour y développer une thématique qui n’était présente que de manière très discrète dans les utopies de l’origine : la thématique des sciences et des techniques. Les héritiers de ces traditions littéraires et artistiques ne se contentent pas d’imiter ou de multiplier les références. Leur dialogue est stimulant et les créateurs qui brodent sur la même thématique entrent dans une émulation réjouissante. L’intrication spéciale des mythes, des topoi, des archétypes et des intertextes est à elle seule une manière de développer de nouveaux imaginaires. Les obsessions individuelles qui se greffent sur ces trames familières, l’exploitation de nouvelles techniques ou de nouvelles esthétiques, qu’elles soient narratives ou cinématographiques, sont susceptibles de rénover les mythes en stimulant les sens et les émotions du public.
Rationalité et fantasmes
Les travaux sur l’utopie mettent en relief la rationalité des essais et fictions à vocation réformatrice. Il n’y a pas lieu pourtant de négliger l’imaginaire utopique, qui ne manque pas de piquant, comme on peut le découvrir en compulsant les programmes des utopistes et futuristes les plus extravagants, les plus audacieux au plan des mœurs tels que Casanova, Morelly, Sade ou Fourier. Que les visions réformatrices ou futuristes prennent place dans des fictions, des projets ou des réalisations, la recherche engagée ici privilégiera l’inventivité et l’innovation, l’esthétique et la sémiologie des arts, des projets socio-politiques et de la littérature.
Fantaisies et cocasserie
Le merveilleux de la science a réenchanté la création (Félix Bodin, Le roman de l’avenir, 1834) ; les parodistes des réformateurs sociaux n’hésitèrent pas à métamorphoser leurs fantaisies en caricatures, tel Grandville dans Un autre monde (1842). Voyages imaginaires et anticipations, mi-sérieux, mi-comiques, e perchèrent sur le fil d’une inventivité ambiguë, explorant de la plume et du pinceau un univers selon leurs caprices (Desnoyers, Bertall) ou assaisonnant leurs visions pessimistes d’une pincée de grotesque (Souvestre, Robida). L’utopie est l’une des variétés du voyage imaginaire et certains récits utopiques peuvent être apparentés à ce que l’on appelle aujourd’hui rétro-SF. On y formule des propositions d’avant-garde, on y invente des langages, un herbier, des lois, des oeuvres littéraires intégrales, issues de ces mondes. La fantasia, la vision, la prose lyrique et la poésie leur sont alors associées. Mais le discours et l’essai libèrent aussi passablement l’imagination (Fourier, Enfantin). Dans ses fictions utopiques, la littérature de jeunesse cumule jusqu’à l’invraisemblance l’inventivité et la fantaisie.
Pistes « océan indien »
– Les mythes de l’hémisphère austral, de la Lémurie, de Libertalia, de Mahavel, évoqués en
introduction au volume Utopies et dystopies coloniales.
– Exploration de corpus peu connus, notamment les périodiques ou les pièces de théâ tre de
l’Océan indien.
– Les mouvements culturels dans l’océan Indien ont donné lieu à des oeuvres engagées dans
lesquelles la quête d’une reconnaissance des langues et identités culturelles endémiques est revendiquée et participe d’un projet de société plurielle qui est aussi propagé par la presse.
– La culture, populaire ou non (séga, reggae, seggae, malogué, rap, dancehall, théâ tre, poésie…) prend acte du rêve utopique d’une société fraternelle à La Réunion.

PROGRAMME

Jeudi 27 mai 2021
Lien zoom : https://univ-reunion-fr.zoom.us/j/85681214445
Horaire métropole (à gauche) et horaire de La Réunion (à droite).

10h00 12h00 Mot de la directrice de DIRE Accueil
10h15 12h15 Françoise Sylvos Introduction générale « L’imaginaire des utopies et de la SF entre
tradition, réécriture et innovation »
I – Utopies et uchronies entre réécriture et création
Présidence de séance : Agnese Silvestri
10h40 12h40 Dimitri Garncarzyk « Krasicki utopiste et réaliste : l’utopie de Nipu à la lumière de ses intertextes »
11h05 13h05 Laurence Vanoflen « Les Battuécas, ou pourquoi relire Rousseau en 1816 ? »
11h30 13h30 Vincent Mugnier « Histoire de ce qui n’est pas arrivé, une uchronie indienne de Joseph Méry »
II – Invention du futur et origines de la SF, des genres en émergence
12h30 14h30 Guilhem Armand « Fiction, savoir et utopie chez Guillaume de La Folie : poétique de la fracture »
12h55 14h55 Georges A. Bertrand « L’Île à hélice. Utopie & dystopie dans le roman de Jules Verne »

Vendredi 28 mai 2021
Lien zoom : https://univ-reunion-fr.zoom.us/j/85681214445
I – Merveilles et dérives de la science
10h00 12h00 Dimitri Roboly « Jules Verne ou la science-fiction au service de l’utopie »
10h25 12h25 Alexandre Gefen « Éthiques de l’intelligence artificielle dans Westworld »
II – Imaginaires écotopiques
11h10 13h10 Sara Buekens « Les écotopies de Mohammed Khaı̈r-Edine, Yamen Manai et Aı̈cha Bouabaci »
11h35 13h35 Anne-Cécile Le Ribeuz-Koenig « Genres de l’imaginaire, fantasy et utopie / écotopie »
12h00 14h00 Marc Arino « Imaginaires de la transparence dans Elysium de Neill Blomkamp (2013), Oblivion de Joseph Kosinski (2013) et Jupiter : Le Destin de l’univers des Wachowski (2015) »

Samedi 29 mai 2021
Lien zoom : https://univ-reunion-fr.zoom.us/j/85681214445
I – Fantasmes, thérapies, corps
8h00 10h00 Audrey Noël « Soigner le langage : une utopie du locuteur idéal ? Réflexions sur l’imaginaire dans la pratique orthophonique »
8h25 10h25 Monica Cardenas-Moreno « Le mythe de l’androgyne dans le roman de Flora Tristan. Analyse de Méphis. Histoire d’un prolétaire (1848) »
II – Les univers ludiques
9h00 11h00 Mireille Pradel « Kaamelott, une utopie ? »
9h25 11h25 Alexis Hassler « L’appropriation vidéoludique du mythe de Mu, continent perdu dans l’Océan Pacifique, par la trilogie Illusions of Gaia de Quintet »
10h00 12h00 Mounir Allaoui « Gundam the origin (Sunrise, 2015) : Politique des robots géants »

Jeudi 24 juin 2021
Lien zoom : https://univ-reunionfr.zoom.us/j/81691049163?pwd=ZTFtUEVvNzc2a1VQS296NjdNL2hlZz09
Prolongements
10h00 12h00 Accueil, premier bilan et introduction
10h15 12h15 Isabelle Fernandez « Mémoires d’un névropathe du Président Schreber. Construction d’un corps utopique ou d’un corps politique ? »
10h40 12h40 Andrea Leiva Espitia « La construction de l’imaginaire sur l’environnement à El Islote, Caraı̈bes colombiennes »
11h15 13h15 Jean-Paul Engélibert « Confinement et communications à distance : le proche et le lointain dans The Machine Stops d’E.M. Forster et Hors-Sol de Pierre Alferi »
11h40 13h40 Natacha Vas-Deyres « Les horizons utopiques de la science-fiction contemporaine. Il faut arrêter de cauchemarder, Catherine Dufour, 2020 »

Septembre 2021
Les conférences de Brigitte Diaz sur George Sand (« La science comme fiction : le fantastique scientifique dans Laura. Voyage dans le cristal de George Sand ») et de Claire Barel-Moisan (« Dépasser le connu : topographie des sciences imaginaires dans les récits d’anticipation ») prendront place en septembre 2021.

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE
Barel-Moisan Claire, Déruelle Aude et Diaz José-Luis, Le XIXe siècle face au futur. Penser,
représenter, rêver l’avenir au XIXe siècle, VIIe Congrès de la Société des Etudes romantiques et dix-neuviémistes, 2018 : http://serd.hypotheses.org/le-xixe-siecle-au-futur.
Barel-Moisan Claire, Chassay Jean-François, (dir.), Le roman des possibles : l’anticipation dans l’espace médiatique francophone, PUM, « Cavales », 2019.
Dessy Clément, Stiénon Valérie, (dir.), Bévues du futur, Septentrion, 2015.
Engélibert Jean-Paul, Fabuler la fin du monde. La puissance critique des fictions d’apocalypse, La Découverte, coll. « L’horizon des possibles », 2019.
Racault Jean-Michel, Trois récits utopiques classiques, Presses universitaires indianocéaniques, 2020.
Sylvos Françoise, Uglossies. Travaux et documents, n°23, FLSH, Université de La Réunion, 2005.
—, L’épopée du possible ou l’arc-en-ciel des utopies, Champion, 2008.
—, Poétiques du voyage aérien dans la littérature, Garnier, 2012.
—, Théâtre et utopie, in Tropics n°2, 2014.
—, Utopies et dystopies coloniales, K’A, 2019.
Vas-Deyres Natacha, Ces Français qui ont écrit demain, Champion, 2012.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search