Les nouveaux usages du ciel. Dossier de la revue Romantisme, 2022-3

Les nouveaux usages du ciel. Dossier de la revue Romantisme, 2022-3


Les (nouveaux) usages du ciel au XIXe siècle
Appel à contributions pour le 3e numéro de 2022 de la revue Romantisme


En 1783, l’homme a quitté la terre pour s’élever dans les airs. L’enthousiasme est immense et l’on se prend à rêver à de nouvelles aventures, à de nouvelles découvertes, à de nouvelles sensations. Le ballon lui-même réunit à la fois la science, la technique, mais aussi les arts, et devient le symbole du progrès et d’un nouveau moyen de communication par les airs, tout en ouvrant un espace métaphorique original. Au sublime du ciel des romantiques et aux envolées mystiques vient s’ajouter la célébration plus profane et moins métaphysique d’un ciel vide de Dieu, espace de liberté et de modernes conquêtes. L’engouement pour cette spécifique ouverture de l’espace s’exprime à la fois dans de nombreuses images célébrant l’envol des ballons (assiettes, toiles, objets divers et variés, caricatures, chansons et tableaux), véritables machines à rêver vers un ailleurs merveilleux et évocatrices de voyages, d’air et de lumière, d’éléments vivifiants pour le corps et pour l’esprit et de nouveaux loisirs sportifs et touristiques (plébiscités lors des expositions universelles). Henri Giffard invitait à des baptêmes de l’air dans des ballons captifs. « L’aérostation sera la formule dernière du tourisme et la plus haute expression de l’idée sportive » (L’Aérophile, avril-mai 1898, p. 46).

La place de la femme dans l’aérostation fit l’objet de maintes controverses, parfois libertines, parfois moralisatrices, quand ce ne sont pas des réactions misogynes (« la femme ne supporte pas le ciel » concluent les savants du Condor de Stifter). C’est alors méconnaître leur place dès le début des vols en 1784: Élisabeth Thible, Mrs Letitia Ann Sage, Sophie Blanchard, Jeanne et Éliza Garnerin et par la suite bien d’autres furent des pionnières. Où l’on voit que le ballon peut raviver non seulement la querelle du genre, mais aussi la lutte des classes entre les dominateurs et les dominés, entre la position privilégiée et solitaire d’une élite et ceux qui restent en bas.
Les perspectives militaires du nouvel usage du ciel furent très conscientes dès les départ. Comme observatoire idéal pour observer les positions de l’ennemi, le ballon captif fut utilisé par la compagnie des aérostiers de la République en 1794. Il contribua aux victoires à Maubeuge et à Fleurus sur les Autrichiens. Pendant la guerre franco-allemande de 1870, Nadar, après avoir utilisé les ballons captifs pour observer l’ennemi, organise les départs du courrier et d’êtres humains (dont Gambetta). La situation souveraine sert également aux aventures coloniales pour l’exploration et la conquête de régions inconnues. Cinq semaines en ballon de Jules Verne, les romans de Léo Dex en sont les exemples les plus célèbres. De cela de nombreux romans populaires rendent compte comme celui de Fonvielle, Falempin ou l’Espion aérien. Tout aussi originaux sont les effets stylistiques de ces nouveaux usages du ciel (« vue à vol d’oiseau) et les ouvrages d’anticipation (Flammarion, Robida, etc.).
Le rapport différent au monde qu’offre ce mode inédit de voyager génère des héros audacieux et des exploits inattendus, avec, dès le départ, de nombreux accidents et catastrophes longuement décrites et rapportées. La possibilité de traverser en quelques heures de nombreux kilomètres ouvre une nouvelle ère de la communication à laquelle la télégraphie aérienne apporte avec l’invention de Chappe des possibilités inhabituelles qui retinrent l’attention des romanciers (Stendhal, Dumas, Malot, Berthet). Les revues de vulgarisation abondent le public d’informations sur ces nouveaux moyens. On explorera les différents aspects de ce paradigme inédit avec la transformation des représentations et des pratiques.
Les découvertes scientifiques et techniques permises par l’exploration du ciel (température, hygrométrie, météorologie, géographie, observation des nuages, cartographies et invention de la photographie aérienne par Nadar) font l’objet de nombreux compte-rendus. Aux tâtonnements de certaines observations correspondent des inventions plus ou moins utopiques pour essayer de diriger les ballons, avant que les « plus lourds que l’air » ne prennent le dessus en 1890 avec Clément Ader, même si l’invention des dirigeables suivant l’usage des « plus légers que l’air » continuera encore au siècle suivant, à partir de 1898 avec Santos Dumont.
Ainsi les nouvelles représentations de l’espace et la vision progressiste des usages innovants au XIXe siècle préfigurent la domination complète du ciel au XXe siècle et une manière nouvelle de s’orienter dans l’espace et sa pensée.

Les articles ne devront pas dépasser 30 000 signes espaces comprises et devront être accompagnés d’un résumé en français

Orientation bibliographique :

« Les Ballons », Revue des Sciences Humaines, n°200, 1985.
Alexis Belloc, La télégraphie historique, Paris, Firmin Didot, 1888.
Chappe, Ignace, Histoire de la télégraphie, Le Mans, Richelet, 1824, 2e édition 1840.
Chelebourg, Christian, Le ciel du romantisme : cosmographies, rêveries, Cahiers Ecritures XIX n°4, Lettres modernes-Minard, 2008.
Courant, Elsa, Poésie et cosmologie dans la seconde moitié du XIXe siècle. Droz, 2020.
Gocel, Marc, La télégraphie aérienne, t. 1 : La Télégraphie Aérienne de A à Z, Florange, Les Presses du Tilleul, 2001
Holmes, Richard, Falling Upwards: How We Took to the Air, Pantheon, 2013.
Montandon, Alain, La plume et le ballon, Paris, éditions Orizons, 2014.
Robène, Luc, Dominique Bodin, and Stéphane Héas, “Le bonheur est dans les airs. L’aérostation: 1880–1914”, Terrain, n° 46, mars 2006, p. 123–136.
Robène, Luc, L’homme à la conquête de l’air : des aristocrates éclairés aux sportifs bourgeois, L’Harmattan, 1998.
Sylvos, Françoise (dir.), Poétiques du voyage aérien dans la littérature, Classiques-Garnier, 2015
Thébaud-Sorger, Marie, L’aérostation au temps des Lumières, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009.
Thébaud-Sorger, Marie, Une histoire des ballons. Invention, culture matérielle et imaginaire, 1783-1909, Paris, Éditions du Patrimoine, 2010.
Tissandier, Gaston, Histoire des ballons et des aéronautes célèbres, Paris, H. Launette, 1887-1890.
Voyages aériens par James Glaisher, Camille Flammarion, Wilfrid de Fonvielle et Gaston Tissandier, Paris, Hachette, 1870.
Zékian, Stéphane (dir.), La Guerre des étoiles. L’astronomie entre Lettres et sciences, revue Orages. Littérature et culture 1760-1830, n°15, mars 2014.


Propositions d’articles à remettre pour le 15 septembre 2021 à :
Alain Montandon : alain.montandon@uca.fr

https://www.revues.armand-colin.com/lettres-langue/romantisme


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search