Ultrabirdz, de Christophe Chassol – par Marie Gaboriaud

Dans le cadre de l’exposition Les origines du monde. L’invention de la nature au XIXe siècle présentée cet hiver, et du cycle #Regardsnumériques, le musée d’Orsay propose une série de concerts en ligne, intitulée #OrsayLive qui investit les espaces du musée pour le plaisir des internautes.

Le premier mini-concert de la série, enregistré dans la Nef le 27 novembre et mis en ligne le 15 décembre derniers, était consacré aux compositions de Christophe Chassol. Plus que d’un concert, il faudrait parler de performance multimédiale, au cours de laquelle le musicien interprète quelques-unes de ses œuvres au piano, en dialogue avec des films projetés dans la Nef et des samples électroniques, magnifié par la caméra de Gordon et François-René Martin. Intitulée « Ultrabirdz », la performance décline le chant des oiseaux, mis en scène dans des vidéos de volatiles, seuls ou en groupe, de récit ornithologique, de flûtiste et de sons électroniques évoquant le piaillement, le tout constituant un « ultrascore » (néologisme du musicien) à partir et autour duquel Chassol construit depuis son piano des harmonisations et orchestrations jazz. Spectatrices attentives de ce dialogue, les statues de la Nef du musée d’Orsay semblent alanguies dans des poses méditatives, sur lesquelles se reflètent les ombres des vidéos projetées derrière le pianiste.

Voilà ce qui se fait de mieux dans le paysage actuel des programmations « en ligne » : le compositeur et les réalisateurs, sans tenter de reproduire les conditions du concert, prennent au pied de la lettre le défi de faire voir et entendre un vrai dialogue, qui a la force du live, notamment grâce aux improvisations jazz, et usent de toutes les ressources visuelles de la caméra pour projeter le spectateur – numérique – dans le monde onirique de Chassol. Le plaisir visible du musicien, qui s’amuse à orchestrer et animer ces discussions inter-espèces, est pour beaucoup dans la beauté de cette performance : il parvient à nous transporter dans son univers poétique, parfois contemplatif, obstiné ou sentimental, et surtout à faire oublier l’élaboration technique sur laquelle repose pourtant la réussite de la composition, qui articule avec délicatesse et humour les sons produits par les vidéos – sons animaux, sons humains, sons mécaniques et sons électroniques. On oublie en effet les subtilités du « montage » pour se laisser porter par cette musique très évocatrice : c’est le piano de Chassol qui crée le lien harmonique et rythmique entre les différents éléments, suggérant parfois la mécanicité lorsqu’il répète ironiquement les séquences mélodiques des oiseaux, et parfois au contraire l’organicité, lorsqu’il scande et musicalise les phrases humaines voire la voix électronique qui semble, elle aussi, se mettre à chanter. Tout se fond alors en un ensemble composite dans lequel la distinction entre sons naturels et sons mécaniques s’abolit.

 

Au fil des morceaux, on voyage de l’aube au plein soleil, sur le modèle de la Mer de Debussy, mais dans la forêt antillaise (« Big sun »), dans une conversation avec le chanteur-siffleur Pipo Gertrude dont les explications se voient harmonisées et deviennent elles-mêmes chant d’oiseau (« Pipornithology »), à l’écoute du flûtiste Mario Masse dont les phrases musicales sont répétées mécaniquement à la Steve Reich, et enfin dans des discussions visiblement très animées entre oiseau, piano et sonnerie électronique – peut-être un clin d’œil au début du Kölnkonzert de Keith Jarrett – (« Ultrabirds ») ou entre oiseau et flûtiste (« Camarades »).

On est tenté, spontanément, de l’associer à Messiaen, mais la musique de Chassol, loin de toute métaphysique, part vraiment des sons du réel, qu’elle harmonise tout en leur conservant leur matérialité, et réactive aussi l’attitude de certains artistes romantiques, à l’écoute d’une nature envoûtante mais aussi malicieuse et amicale. Cette dimension ludique est soulignée par la réalisation de la vidéo et ses jeux d’échelles, qui suggèrent parfois des œillades entendues entre les oiseaux et les statues de la Nef du Musée d’Orsay.

C’est aussi dans cette veine que s’inscrit la deuxième production d’#Orsaylive consacrée au Festival des animaux de Saint-Saëns, musique descriptive s’il en est, cette fois-ci transformée en un conte – signé de Taï-Marc Le Thanh et récité par Samuel Labarthe, et arrangée en jazz pour devenir le « Festival jazz des animaux » du Amazing Keystone Big Band – très talentueux et très masculin – mise en ligne le 22 décembre. Deux autres concerts complètent pour l’instant cette programmation sur le site du Musée d’Orsay.

Marie Gaboriaud

Les comptes rendus du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé à mathilde(point)labbe (gmail.com).



Citer ce billet
Mathilde LABBE (2021, 31 janvier). Ultrabirdz, de Christophe Chassol – par Marie Gaboriaud. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0bx

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search