Victorine Marsaudon, Lettres villageoises et autres écrits

Victorine Marsaudon, Lettres villageoises et autres écrits, présentés et annotés par Michel Desforges, Saint-Denis, Edilivre, 2020
 
Avant la révolution de 1848, d’une plume vive et alerte, Victorine Marsaudon (1814-1855), instruite à Paris mais mariée en province, dénonce les conditions de vie du prolétariat des campagnes en se basant sur ce qu’elle voit à Saint-Martial, aux confins du Limousin et du Poitou, et prône dans la lignée de Pierre Leroux un socialisme démocratique.
Publiés dans la presse régionale – Le Peuple de Limoges –, nationale – La Démocratie pacifique –, ou dans la revue du « maître » – La Revue sociale – ses écrits, non signés mais non dépourvus d’intérêt puisque longtemps attribués à tort, pour certains, à Pauline Roland, témoignent du fait que même en Basse-Marche, une femme pouvait, au cœur du XIXe siècle, élever son esprit et enrichir le débat avec sa vérité de détail échappée à ceux qui, placés plus haut, y voient de moins près.
Nul doute qu’avec la mise en lumière de ses Lettres villageoises et autres écrits, la « bonne dame de Chez-Bichoux », dont ne subsiste que la médiocre photographie d’un portrait anonyme, occupera enfin la place qui lui revenait de droit dans l’histoire de la pensée sociale.
 


Citer ce billet
Julien Schuh (2021, 28 janvier). Victorine Marsaudon, Lettres villageoises et autres écrits. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u0bv

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search