La partie et le tout : Partitions et (re)compositions des corps au XIXe siècle – Actes de la Journée d’études des Doctoriales de la SERD (2020)

La partie et le tout: Partitions et (re)compositions des corps au XIXe siècle

Journée d’études des Doctoriales de la SERD (2020)

Actes réunis par Fanny Arama, Hélène Dubail, Romain Enriquez, Paule Faggianelli Brocart et Loïc Le Sayec 

Cette journée d’études, organisée par les Doctoriales de la SERD, se proposait d’analyser les imaginaires et les représentations du corps dans la littérature du XIXe siècle, et notamment sa propension à le « fragmenter » et à le représenter de manière éclatée ou partielle. Quelles parties du corps humain – masculin et féminin – fascinent et dans quelle mesure cette fascination est-elle liée aux nouvelles manières de fantasmer, de percevoir, de représenter le corps afin de mieux le maîtriser ou de mieux l’instrumentaliser ? Comment relie-t-on la partie au tout et que trahit cette écriture des enjeux idéologiques, sociaux et politiques qui entourent le corps au XIXe siècle ? (…)

 >> Pour lire chaque article dans son intégralité, il vous suffit de cliquer sur son titre. <<

Sandra Poujat (Sorbonne Université), « De la déchéance de la langue à la déchéance du corps dans l’érotique mallarméenne »

Résumé : Cette étude s’intéresse à la façon dont l’écriture du corps, chez Mallarmé, s’inscrit dans les imaginaires langagiers de la seconde moitié du XIXe siècle. En effet, dans quelques écrits érotiques retranchés de son recueil de Poésies, Mallarmé propose un traitement ludique et trivial du corps féminin par l’emploi constant de figures de double sens pour voiler le référent sexuel. L’écriture du corps permet une actualisation rieuse et enjouée des conceptions du langage de la fin du XIXe siècle auxquelles Mallarmé souscrit : si le langage réfère mal, échouant toujours à désigner les choses du monde réel, le poète, avec l’ambiguïté des figures de double sens, fait le pari de jouer de ce défaut linguistique pour décrire le corps. Mallarmé installe ainsi une esthétique profane qui déchoit le corps féminin du rang éthéré des muses et des madones en en proposant une vision morcelée et dégradée.

Mots-clés : Imaginaire linguistique ; Obscénité ; Syllepse ; Mallarmé ; Érotisme.

Mathieu Roger-Lacan (Université Paris-VII / EHESS), « L’invention d’une grammaire corporelle de la subversion politique  (1868-1873) »

Résumé : Cet article se propose d’étudier la subversion du pouvoir de Napoléon III à la fin du Second Empire, en analysant la circulation des motifs corporels entre les trois pôles de l’article de presse, du dessin de caricature et de l’écrit littéraire, souvent réunis dans l’espace du journal. Il s’agit de délimiter les contours des usages politiques du corps à la veille de l’effondrement du Second Empire, ainsi que de questionner leur relative pérennité à l’orée des années 1870, à un moment où le contexte politique a changé.

Mots-clés : Politique ; Second Empire ; Napoléon III ; Corps ; Caricature.

Marguerite Bordry (OBVIL, Sorbonne Université), « Corps fétichisés, corps mutilés : passion, perversion et aveuglement dans les nouvelles de Camillo Boito (1836-1914) »

Résumé : La relation passionnée est un leitmotiv des nouvelles de Camillo Boito (1836-1914), écrivain italien proche du mouvement de la Scapigliatura, auteur de deux recueils de nouvelles : Storielle vane (Histoires vaines, 1876) et Senso. Nuove storielle vane (Senso. Nouvelles histoires vaines, 1883). Dans Notte di Natale (Nuit de Noël, 1876), la relation est paradoxale, car in absentia : le narrateur, souffrant d’un amour incestueux pour sa sœur défunte, poursuit une jeune femme qui n’est qu’un double dégradé de sa jumelle. Fasciné par leurs deux sourires parfaits, il arrache à la vivante une dent, relique – à ses yeux – de la défunte. Le sourire mutilé de la jeune femme met brusquement fin à son fantasme, provoquant sa mort. Boito manie dans cette nouvelle plusieurs motifs typiques de la Scapigliatura : atmosphère mystérieuse, tension fantastique, sensualité perverse sous une apparence de normalité bourgeoise. À première vue, le lecteur est invité à se fier au compte rendu apparemment objectif du narrateur. En réalité, Boito le met au défi de diagnostiquer la névrose de son personnage, dont la fétichisation perverse de la dent mutilée est la manifestation la plus éclatante. Senso (1883) met en scène la relation adultère entre la comtesse Livia et un officier autrichien. Il y a dans cette nouvelle une double fétichisation du corps : Livia, la narratrice, voue un culte à son corps, qu’elle inspecte minutieusement, afin de prévenir toute atteinte à sa beauté. En même temps, elle fétichise le corps « de dieu grec » de son amant, Remigio, en particulier son thorax et ses bras, qu’elle évoque à plusieurs moments-clés de l’intrigue. Derrière le compte rendu apparemment objectif de Livia se dissimulent aveuglement, narcissisme et perversion. On retrouve là une caractéristique des Storielle vane : leur simplicité de façade cache une satire féroce des milieux bourgeois et aristocratiques du temps. En choisissant Histoires vaines pour titre, Boito se joue de ceux qu’il prend pour cible, conscient que la plupart s’en tiendront à une lecture futile.

Mots-clés : Camillo Boito ; Histoires vaines ; Scapigliatura ; Perversion ; Fétichisation.

Ji Eun Hong (Sorbonne Université), « Esthétique de la mosaïque ou mythe de Cuvier ? La relation entre le détail et le tout dans l’œuvre de Théophile Gautier »

Résumé : L’œuvre de Théophile Gautier est comme le kaléidoscope auquel lui-même se réfère : elle s’attache aux détails, aux éclats, qui contiennent tout un monde. En une véritable poétique du fragment, le macrocosme se concentre dans le microcosme. Mais ces morceaux disjoints sont ensuite intégrés dans un nouvel ensemble. L’écrivain recourt alors à deux modalités différentes pour servir son entreprise de reconstruction. Soit il compose une mosaïque en assemblant des fragments, soit il se réfère à une sorte de paléontologie fantastique, sur le modèle de l’anatomiste Cuvier reconstruisant des espèces à partir de leurs ossements. Cette recomposition d’un tout à partir du fragment est une constante dans l’œuvre de Gautier, et non pas uniquement dans les récits historiques mettant en scène pieds de momie et moulages de sein. Dans tous les cas, ce jeu entre infiniment petit et infiniment grand, déconstruction et reconstitution, révèle une part essentielle de l’imaginaire de l’auteur.

Mots-clés : Théophile Gautier ; Cuvier ; Mosaïque ; Microcosme ; Archéologie.

Manon Raffard (Université de Bourgogne), « Lire en corps : la lecture symptomatique de l’odeur de sainteté »

Résumé : À travers les romans des frères Goncourt, de Huysmans, de Zola et de Lemonnier, cet article étudie la représentation littéraire de l’odeur de sainteté au regard des discours épistémologiques principaux de la seconde moitié du XIXe siècle. Dans ce contexte intellectuel anticlérical, le mythe chrétien de l’odeur de sainteté est analysé par les médecins et les scientifiques comme un phénomène pathologique. Bien que prenant en compte les esthétiques divergentes des auteurs sélectionnés, l’étude se concentre essentiellement sur l’ambiguïté qu’entretiennent les textes entre expérience indicible de l’extase et vision symptomatique du corps, notamment à travers le regard du romancier, regard lui-même redoublé par celui du médecin.

Mots-clés : Odeur de sainteté ; Extase ; Olfaction ; Naturalisme ; Fin-de-siècle.

 

 


Vous aimerez aussi...