Gérard de Nerval, La Bohême galante — Petits châteaux de Bohême, édition critique de Jean-Nicolas Illouz, Classiques Garnier [compte rendu de Filip Kekus]

Gérard de Nerval, La Bohême galante — Petits châteaux de Bohême, édition critique de Jean-Nicolas Illouz, Œuvres complètes, sous la direction de Jean-Nicolas Illouz, t. X, Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque du xixe siècle », 2020, 240 p.

Le volume regroupe les deux Bohême de Gérard de Nerval, La Bohême galante et Petits châteaux de Bohême, toutes deux parues en 1852, la première dans L’Artiste, la seconde en volume. Le mérite de cette nouvelle édition critique est d’aider à penser ces deux œuvres charnières, tout bien considéré mal connues, car rarement lues pour elles-mêmes. Les deux textes sont en effet des plus déroutants autant que des plus fascinants : « issus d’une même matrice », « ils participent d’un même geste d’écriture » sans pour autant se superposer (p. 9). L’édition de Jean-Nicolas Illouz, en invitant le lecteur au plus près de la si singulière dynamique d’écriture nervalienne, permet de comparer plus efficacement ces deux Bohême : dépassant la question un brin anecdotique de l’effacement du commanditaire, Arsène Houssaye, elle ambitionne d’interroger plus essentiellement, d’un texte à l’autre, le « déplacement qui préside à la création nervalienne » (p. 9). Jean-Nicolas Illouz formule ainsi des remarques très suggestives et nouvelles sur la structure des deux œuvres en faisant apparaître combien leur construction serait avant tout « provisoire », « éphémère autant que somptueuse », faisant des recueils nervaliens « autant de châteaux de cartes ou châteaux en Espagne », des « livres-chimères », en somme, à l’instar des Filles du Feu (p. 32). L’édition affronte tout particulièrement le « patchwork » bigarré et rhapsodique de la moins aimée des deux Bohême, La Bohême galante, où Nerval a réajusté comme jamais peut-être, tant les coutures sont apparentes, des textes antérieurs, mettant en évidence dans l’écriture « un déplacement et un réajustement, en même temps qu’une réappropriation de plus en plus subjective d’une matière textuelle préexistante » (p. 31).

            Jean-Nicolas Illouz propose dans son introduction d’aborder ces deux Bohême à travers « trois fils d’écriture » : un fil historique, un fil autobiographie et un fil poétique.

            Le premier fil propose une synthèse pertinente sur la bohème nervalienne. Sur l’invitation quelque peu opportuniste de Houssaye, Nerval conte un chapitre célèbre de l’histoire du romantisme, cette fameuse bohème du Doyenné qui apparait à maints égards comme un « âge d’or » de la bohème, mais de manière finement critique, en interrogeant ce qui est déjà moins un mythe, peut-être, qu’un « lieu commun » (p. 14-15). L’originalité de Nerval tient à ce qu’il réunit deux branches cousines de la bohème, la bohème artiste passée et la bohème miséreuse présente : « face à la bohème « réaliste » des années 1840 », il « maintient les droits de la « bohême » « fantaisiste » des années 1830 » (p. 16).

            Cette évocation permet à l’auteur de dessiner « le parcours d’une vie de poète, qui, des années 1830 aux années 1850, l’aura conduit, symboliquement, de la bohème à l’asile » (p. 12), mais dans les conditions nouvelles qui sont celles du régime de la médiatisation littéraire. L’autobiographie nervalienne, écrite avec ce que tous croient savoir de la vie d’un auteur entourée de légendes tenaces, tient de la « fugue », entrelaçant « la confession autobiographique et la transposition poétique » (p. 20).

            C’est que comprendre une destinée de poète revient pour Nerval à interroger le statut moderne de la littérature en une période de crises sans précédent. Les « petits mémoires littéraires », selon ses propres termes (p. 173), qu’il présente sous la forme d’un prosimètre « fantaisiste », certes esquissent un cheminement littéraire, mais surtout signe l’incorrigible retour de la poésie dans l’œuvre d’un auteur qui déclare n’être plus qu’un « humble prosateur » (p. 35 et p. 143). Préfigurant le « parcours initiatique » d’Aurélia, les deux Bohême proposent un premier agencement poétique de ce qui, annexé aux Filles du Feu, deviendra « Les Chimères », en projetant le « chagrin sentimental » dans « le domaine mystique » et en laissant entendre que « quelque chose de la folie (depuis la crise de 1841) est désormais partie prenante de l’expérience poétique » (p. 25).

            L’édition est philologiquement irréprochable et fait le choix de dupliquer les notes se recoupant d’un texte à l’autre afin d’éviter d’innombrables renvois parasites. L’annotation se recommande par sa grande richesse, son érudition, sa précision et sa finesse, profite de l’apport des recherches nervaliennes et romantiques les plus actuelles et se nourrit de celui des éditions précédentes pour proposer des synthèses heureuses tout en avançant des propositions nouvelles et fécondes. On doit par exemple à Jean-Nicolas Illouz d’attester que Nerval a lu Friedrich von Schlegel – et non pas seulement son frère August Wilhelm comme nous le savions déjà –, à travers la traduction française que William Duckett donna en 1829 de son Histoire de la littérature ancienne et moderne dont La Bohême galante adapte certains passages. Surtout, au fil des notes, on se prend à rêver – et l’éditeur y a-t-il sans doute lui-même songer avec la même émotion – d’une édition illustrée, chimérique, impossible ou infaisable peut-être, qui reproduirait les nombreuses œuvres auxquelles Nerval se réfère afin de participer toujours davantage à la reconstruction de ce musée de la mémoire romantique qu’est le Doyenné, et dont les portes nous sont entrouvertes par celui qui en demeurera à jamais le meilleur guide qui soit.

            Saluons enfin, avant une bibliographie actualisée et l’index d’usage, l’adjonction d’une annexe particulièrement inspirée : le lecteur trouvera une reproduction photographique d’excellente qualité du manuscrit des premières pages de La Bohême galante tiré du fonds Lovenjoul de la bibliothèque de l’Institut et suivie d’une très fidèle transcription, et pourra par lui-même suivre les interventions de Houssaye dans le texte nervalien en mesurant les altérations qu’il y provoqua.

 

Filip Kekus


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search