Le Grand Opéra — par Suzanne Canessa

Le Grand Opéra ©Laurent Julliand/Agence Contextes/BnF

Le Grand Opéra, 1827-1868. Le spectacle de l’Histoire, Bibliothèque-Musée de l’Opéra, Palais Garnier, octobre 2019-février 2020.

La Bibliothèque Nationale de France continue, main dans la main avec l’Opéra de Paris, d’explorer son Histoire. Après le succès, l’an dernier, d’Un air d’Italie : L’Opéra de Paris de Louis XIV à la Révolution, c’est au tour du grand opéra de se voir exposé. Romain Fest et Marion Mirande succèdent ici respectivement à Jean-Michel Vinciguerra et à Christian Schirm au commissariat et à la conservation de l’exposition. La période délimitée par la nouvelle mouture – 1827-1868 – n’opère cependant pas le bond dans le temps redouté : la transition depuis l’opéra-comique qui clôt le XVIIIe siècle fait l’objet d’un préambule bienvenu, qui permet d’entrer dans le vif du sujet. Soit comment les années 1820 ont vu advenir un prototype d’opéra inédit. Monumental dans tous les sens du terme, qu’il s’agisse d’ampleur formelle ou de portée mythique et historique, le grand opéra s’est vu annoncer dans des prémices éloquentes par la Médée (1797) de Luigi Cherubini et surtout La Vestale (1807) de Gaspare Spontini. Les danseurs et choristes y prennent possession du plateau, l’agilité vocale s’allie au faste du décorum. C’est à ce canevas que répondra notamment Rossini avec son Siège de Corinthe (1826) et Moïse et Pharaon (1827). La Muette de Portici (1828) achèvera de poser les canons du genre, et de faire émerger les deux personnalités phares du grand opéra à la française : le librettiste Eugène Scribe et le compositeur Daniel-François-Esprit Auber.

 

Le Grand Opéra ©Laurent Julliand/Agence Contextes/BnF

Éminemment politique, le genre s’est également érigé tout d’abord sur un napoléonisme certain avec Jean-François Lesueur et son Ossian ou Les Bardes (1804). Au patriotisme napolitain au cœur de La Muette de Portici, qui sera, selon la légende, pour beaucoup dans le mouvement pour l’indépendance de la Belgique, succède le soulèvement des Suisses contre l’Autriche narrés dans le Guillaume Tell (1829) de Gioacchino Rossini. L’âge d’or advient enfin : Giacomo Meyerbeer se réapproprie avec grand succès la légende médiévale de Robert le Diable (1830) et des événements de l’été 1572 avec Les Huguenots (1836), et La Juive (1835) de Fromental Halévy rencontre à son tour un succès considérable. Particulièrement prisé le temps de la Monarchie de Juillet, le genre s’essoufflera cependant : si L’Africaine (1865) fera connaître à Meyerbeer une belle accolade posthume, Halévy essuiera un échec certain avec Le Juif errant (1852) et La Magicienne (1858). Le tournant des années 1860 est particulièrement cruel : un certain Richard Wagner a, depuis la première française de Tannhäuser (1845) en 1855, tenté de débarrasser le dispositif de son incontournable ballet, en vain – d’où son remaniement en 1861. Charles Gounod et son Faust (1859) peinent à se plier au canon du grand opéra et convoquent celui de l’opéra-comique. Giuseppe Verdi s’était emparé avec entrain de la forme avec Les Vêpres Siciliennes (1855) : son Don Carlos (1867) est tenu pour le dernier grand opus du genre. Donné en français pour sa création, il devra cependant sa renommée à sa version italienne, Don Carlo (1872). Le goût pour le vérisme et le wagnérisme formel achève de ringardiser un genre qui fut pourtant pour beaucoup dans leur émergence. Aux morts conjointes de Scribe, Halévy et Meyerbeer en 1861, 1862 et 1864 succède une guerre franco-prussienne qui ébranlera considérablement les ambitions culturelles de la IIIème République : les opéras en langue française de grande ampleur seront, jusqu’au tournant du XXe siècle, pour la plupart créés au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles.

Le Grand Opéra ©Laurent Julliand/Agence Contextes/BnF

Claire, documentée et linéaire, l’exposition a pour mérite premier de remettre en ordre une chronologie extrêmement resserrée, que les successifs remaniements et autres dates de reprise et de recréation ont pu obscurcir, y compris pour les plus grands amateurs du genre. Elle se révèle par ailleurs efficace lorsqu’elle s’intéresse à des personnalités précises – Scribe, Meyerbeer, mais également les cantatrices Cornélie Falcon, Julie Dorus-Gras et Rosine Stolz. Tout juste pourra-t-on regretter qu’elle ne s’attarde que rarement sur la musique même, trop occupée qu’elle est à démêler ses enjeux politiques et à l’étudier en tant que dispositif.

Suzanne Canessa

 

CATALOGUE

Romain Feist, Marion Mirande (dir.), Le grand opéra, 1828-1867 : le spectacle de l’Histoire, Paris, Éditions RMN-Grand Palais, 2019.

Pour citer cet article : Le Grand Opéra — par Suzanne Canessa, Société des études romantiques et dix-neuviémistes, 10/06/2020, consulté le 19/09/2020. URL : https://serd.hypotheses.org/7284.

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search