William Blake — par Annie Dubernard-Laurent

William Blake, Tate Britain Londres (septembre 2019-février 2020)

William Blake at Tate Britain, install view. Copyright Tate (Seraphina Neville), 2019

Blake (1757-1827) est connu comme poète, peintre, aquarelliste, graveur illustrateur, et en particulier comme auteur du célèbre recueil de poèmes Songs of Innocence and Experience, paru en 1794. C’est dire que l’on peut voir en lui un écrivain de transition entre deux siècles : il est mort la même année que Beethoven et juste dix années après Jane Austen. Turner, disparu en 1851, aura personnifié toute la première moitié du XIXe siècle, Blake un peu plus du premier quart seulement. Il aura connu le règne de Georges III, le roi malade ou fou, la Régence du futur George IV, qui possédait une grande collection de tableaux de maîtres, conservée aujourd’hui à Buckingham Palace, et les sept premières années de son règne (1820-1830). Il aura connu la Révolution Française, dont il partagera les idées de liberté mais avec laquelle il prendra ses distances après la Terreur, puis la menace napoléonienne et les nombreuses caricatures de l’Empereur qui circulaient en Grande Bretagne, mais pas le règne de Victoria montée sur le trône en 1837. C’est donc en grande partie un homme du XVIIIe siècle. L’année de la naissance de Blake, en 1757, Burke publiait sa théorie sur le beau et le sublime, ce qui ne sera pas sans effet sur lui lorsqu’il s’attaquera à des sujets où la terreur s’impose, comme c’est aussi le cas pour le peintre suisse Heinrich (en anglais Henry) Füssli, installé en Angleterre et mort deux années avant lui, visionnaire comme lui, spécialiste lui aussi de la terreur et du sublime en art.

Homme, artiste, héritier de l’Enlightenment ou au contraire épitomé du pré-romantisme en plein essor ? La question demeure pour Blake. L’exposition ne tranche pas vraiment. Ses gravures ou aquarelles représentent souvent ce que l’on a pu familièrement appeler des monstres, du fantastique, presque du « gothique » (au sens du roman « gothique »). L’inspiration est au premier abord biblique : Blake peint l’effroi généré par Satan et par un Dieu vengeur. Mais la « lumière » n’est pas absente des tableaux. Un ange aux bras ouverts (Albion rose, 1793) représente la liberté de l’homme, concept révolutionnaire certes, mais incarné ici par l’Angleterre. Et Satan rassemblant ses légions (1807) ou armé d’un fouet, ne pourrait-il être Bonaparte, l’ennemi de la liberté ?

Blake se situe ainsi paradoxalement parmi les Romantiques, et sa renommée repose sur ces visions d’Apocalypse, bien mises en valeur dans l’exposition. Les illustrations, qu’il s’agisse de poèmes dont il est l’auteur (Heaven and Hell, 1793, The Book of Urizen, 1795, Jerusalem, 1804), de la Bible elle-même, de l’enfer de Dante dans la Divine comédie, ou du Paradis perdu de Milton, sont certes plus nombreuses que les scènes paradisiaques où règne la lumière. Elles rappellent les terribilità de Michel-Ange, des corps nus de damnés à la puissance physique réduite à néant. En revanche, Satan lui-même, autre paradoxe, est représenté comme un être de lumière avant la chute (1805), et saint Paul semble au contraire victime de quelque hallucination maléfique (1800). Le fantastique culmine avec les illustrations de Urizen, une relecture fantasmagorique de la Genèse.

(C) Tate Britain Londres, 2019

Mais l’intention des organisateurs de cette exposition n’est pas simplement de réunir des œuvres picturales souvent montrées et connues. Le Directeur de la Tate et les Curators expliquent dans le catalogue qu’il convient de replacer l’artiste dans le contexte social, amical et professionnel (même s’il n’a jamais « fait école ») dans lequel il a vécu. On le montre effondré après un dur échec lors d’une exposition en 1809, dont il ne se remettra que des années plus tard : aigri que son talent ne soit pas reconnu, il traite le sujet de Sa Majesté de « virtuous ass » (comprendre un être vertueux mais inculte). Son exemple pourrait ainsi encourager les nombreux artistes incompris quelle que soit l’époque ! C’est sur cette note inhabituelle et humoristique que se termine l’exposition.

Ajoutons qu’un bel hommage a été rendu à Blake pendant quatre jours – de quoi le consoler post mortem de toutes ses frustrations ! –, lui qui rêvait d’immenses tableaux jamais réalisés, de grandes fresques restées à l’état de projet. Le Dôme de la cathédrale Saint-Paul, en face de l’autre Tate, était revêtu, dans la nuit londonienne, d’illuminations colorées, empruntées au florilège de Blake. Alliance de tradition et de modernisme, qui ne lui aurait pas déplu !

Annie Dubernard-Laurent

Catalogue : William Blake, Martin Myrone & Amy Concannon (dir.), Princeton University Press, 2019.

 

Pour citer cet article : William Blake — par Annie Dubernard-Laurent, Société des études romantiques et dix-neuviémistes, 27/04/2020, consulté le 08/08/2020. URL : https://serd.hypotheses.org/7207.

Ces comptes rendus d’expositions sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la SERD. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à expoxix (chez gmail)


Vous aimerez aussi...