Héroïnes de la modernité — par Marie-Pierre Auvray

Héroïnes de la modernité, Nantes, Musée Jules Verne (mars 2019 – septembre 2019)

Le musée Jules Verne a accueilli en 2019 une exposition temporaire consacrée aux femmes dans l’œuvre de l’illustre écrivain et intitulée Héroïnes de la modernitéVoyages extraordinaires de femmes pas si ordinaires. Installé à Nantes sur la butte Sainte-Anne, ce musée restitue au public la richesse des collections verniennes nantaises. Manuscrits, livres et documents, extraits des œuvres et illustrations, affiches, jeux et objets, vidéos et installations invitent à un voyage au centre de l’œuvre de l’écrivain. L’exposition, orchestrée par le centre d’études verniennes, propose au public de porter sur ses collections un regard renouvelé, à travers le prisme du féminin. Car s’ils ont surtout marqué les mémoires avec leurs personnages masculins, à l’image du capitaine Nemo, les romans de Jules Verne ne sont pas exempts de modèles féminins qu’il importe de redécouvrir.

L’exposition, conçue comme un parcours dans la vie et l’œuvre de l’écrivain, permet ainsi d’éclairer d’un jour nouveau sa production romanesque. On découvre les femmes qui ont compté pour l’écrivain ainsi que celles qu’il admirait et qui ont pu lui inspirer des personnages, mais aussi et surtout les personnages féminins de ses romans et l’image des femmes que ceux-ci véhiculent. Ce faisant, l’intention de cette exposition est de révéler la modernité de ces figures féminines, audacieuses et décidées, jouant souvent un rôle plus important qu’on a bien voulu le dire dans les intrigues et apportant à celles-ci la part d’humanité et d’émotion qui pourrait manquer à des Voyages extraordinaires teintés d’un esprit scientifique et matérialiste un peu austère.

Guidé par un livret, le visiteur suit un parcours didactique à travers les huit salles qui composent la grande bâtisse surplombant la Loire, selon plusieurs séquences intégrées au parcours du musée. Introduites par des textes imprimés au mur et organisées autour d’objets symboliques ou de décors représentatifs, elles éclairent la thématique à travers des gravures des éditions Hetzel, des photos, la présentation de femmes réelles ayant inspiré les héroïnes de Jules Verne ou encore des films documentaires.

Au premier niveau, après avoir traversé un cabinet de confidence, on traverse plusieurs salles dédiées aux femmes ayant partagé ou influencé la vie de l’écrivain. La première, baptisée Les femmes de sa vie, rappelle le contexte familial dans lequel a vécu l’écrivain, notamment la place importante occupée par sa mère, Sophie, avec laquelle il correspondra toute sa vie, ainsi que par son épouse Honorine. Les salles suivantes présentent les héroïnes de Verne sous un jour éclairant et invite à redonner aux femmes la place qui leur est due dans son œuvre.

Sous le titre Mer et voyages, on découvre plusieurs personnages féminins intrépides issus des œuvres romanesques de Verne. Leur parcours est matérialisé dans une vitrine, sur un large planisphère devant lequel trône un mannequin vêtu à la mode de l’époque, incarnant ce que l’on peut appeler le type de la voyageuse vernienne, audacieuse et intuitive, bravant les dangers avec détermination.

Crédit photo © MP Auvray

La troisième salle, baptisée Femmes-fantômes, entre fantasme et folie, présente quelques figures étranges de femmes blessées, errantes ou gagnées par la folie que l’on retrouve dans l’œuvre vernienne. Personnages secondaires certes, mais intéressants d’un point de vue littéraire car ils laissent entrevoir chez ce grand écrivain féru de savoir encyclopédique une veine poétique et sensible moins souvent soulignée.

Les deux salles suivantes, sous le titre de Mariage et divorce et L’amour au féminin présentent les deux versants d’une même quête, celle de l’amour chez ses héroïnes féminines. « Comment concilier sentiments, mariage et aventure ? » semblent-elles demander au visiteur. Car si le mariage est un thème récurrent dans les romans de Jules Verne, en tant qu’institution solidement établie, celui de la passion amoureuse n’en est pas moins présent et conduit souvent ses héroïnes au bout du monde, bravant les interdits et les conventions bourgeoises de l’époque au péril de leur vie.

Un escalier conduit ensuite le visiteur au niveau inférieur vers la suite de l’exposition. Celui-ci peut admirer en passant la collection complète rouge et or des Voyages extraordinaires, précieusement rangée dans une alcôve sous le regard bienveillant de Jules Hetzel, fameux éditeur et mentor de Jules Verne. Les séquences suivantes sont consacrées à des thèmes moins intimes, relevant davantage de la sphère publique. La première salle, Engagement moral et politique, présente plusieurs personnages féminins issus des romans verniens mais aussi des contemporaines de l’auteur, engagées pour défendre des idéaux comme la lutte contre l’esclavage ou la tyrannie, ou la défense du droit des femmes. On y découvre ainsi la grande admiration qu’il vouait à Nelly Bly, intrépide journaliste qui a entrepris seule un tour du monde en moins de 80 jours, afin de prouver qu’une femme était autant capable qu’un homme de réaliser ce type d’exploit, et que Verne a soutenue tout au long de son aventure.

Crédit photo © MP Auvray

Dans les trois dernières salles, le visiteur est invité à se pencher sur des figures moins connues des romans verniens. La salle intitulée Ciel et espace on nous présente les quelques personnages féminins des romans d’aventure spatiale, notamment le célèbre De la terre à la lune, comme pour démontrer à tout prix qu’il ne s’agissait pas de romans exclusivement masculins. Ce n’est pas la partie la plus convaincante de l’exposition. La petite salle baptisée Des femmes indigènes d’exception éclaire toutefois avec intérêt le regard porté par Verne sur les peuples rencontrés par ses héros, notamment sur les figures indigènes féminines. Le visiteur constate que sa vision initiale, pétrie des clichés et des préjugés de l’époque, a évolué au fil des romans pour se nuancer, influencée sans doute par l’anthropologie naissante au XIXe siècle. Le romancier fournit de nombreuses descriptions des peuplades rencontrées et met en scène des femmes autochtones remarquables qui jouent parfois un rôle important dans ses Voyages extraordinaires.


La dernière salle, sous le titre La grâce de l’enfance, laisse entrevoir la place laissée à quelques héroïnes enfantines dans les romans verniens. Maigre part certes, mais part qu’il est tout de même utile de rappeler puisqu’une dizaine de fillettes animent les Voyages de leur joie et de leur intelligence souvent précoce.

Crédit photo © MP Auvray

L’exposition se termine au dernier niveau de la maison, donnant sur une magnifique terrasse surplombant la Loire et récemment rouverte au public. Dans une petite salle obscure, il est possible de visionner un documentaire d’une dizaine de minutes agrémenté d’extraits d’adaptations cinématographiques, de lettres et de romans de Jules Verne, qui donne un éclairage socio-historique sur les figures féminines mises en scène par l’écrivain.

Si les thèmes abordés à travers cette exposition permettent une lecture nouvelle des Voyages extraordinaires, en questionnant le rapport souvent ancien du public à l’œuvre vernienne, le propos ne convainc pas toujours, contraint par la disposition des lieux chargés d’une collection permanente que le visiteur connaît parfois déjà. Celui-ci reste un peu sur sa faim, tant en termes de scénographie que de contenu. Le dossier didactique est peu fourni, les objets sortis des collections ne sont ni nombreux ni remarquables et le propos sur la place des femmes dans l’œuvre laisse parfois sceptique. Toutefois, le pari de renouveler le regard porté sur la collection, à travers une relecture au prisme du féminin, fonctionne en partie et permet quelques découvertes. L’intention visant à redonner à ses héroïnes une place dans l’œuvre vernienne, souvent perçue comme exclusivement masculine, a le mérite de poser une vérité : même s’il n’était pas révolutionnaire, Jules Verne a laissé aux femmes de son temps une place pour s’épanouir, les autorisant à sortir du foyer, lieu quasi-exclusif d’épanouissement pour la femme du XIXe siècle. Il a mis en scène des voyageuses, des aventurières, des femmes intrépides parcourant le monde et a fait naître sous sa plume de véritables héroïnes de la modernité.

 Marie-Pierre Auvray

Catalogue : Héroïnes de la modernité, Voyages extraordinaires de femmes pas si ordinaires, Planète Jules Verne, Nantes, Coiffard Editions, 2019.

Pour citer cet article : Héroïnes de la modernité — par Marie-Pierre Auvray, Société des études romantiques et dix-neuviémistes, 27/04/2020, consulté le 08/08/2020. URL : https://serd.hypotheses.org/7205.

Ces comptes rendus d’expositions sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la SERD. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à expoxix (chez gmail)


Vous aimerez aussi...