Balzac & Grandville — par Azélie Fayolle

 

Balzac & Grandville. Une fantaisie mordante, Maison de Balzac, Paris (septembre 2019-janvier 2020)

Grandville, Descente dans les ateliers de la liberté de la presse

La Maison de Balzac, qui a rouvert ses portes en juillet 2019, a proposé du 26 septembre 2019 au 12 janvier 2020 au (grand) public, l’exposition Balzac & Grandville. Une fantaisie mordante, qui devrait permettre de ne pas faire oublier une des maisons-musées de la capitale, notamment grâce à la vaste campagne d’affichage qui a été organisée. L’exposition qui fête cette réouverture est relativement modeste – ce n’est qu’en Touraine que Balzac a pu connaître la vie de château, dans le domaine de Saché –, mais réjouissante. L’exposition occupe trois salles du sous-sol, et elle est balisée par de nombreux panneaux (bilingues) qui facilitent la mise en relation, proposée dès le titre, des textes (balzaciens) et des images (grandvilliennes). Il ne s’agit cependant pas, comme l’avait fait l’exposition Hugo à la Une (septembre 2018-janvier 2019), de proposer aux visiteurs les représentations du grand auteur : le propos de l’exposition coordonnée par Yves Gagneux, directeur de la Maison de Balzac, est plus resserré, et montre les liens amicaux, professionnels, mais aussi créatifs qui ont lié le romancier et l’illustrateur.

Balzac & Grandville, vue de l’exposition. Photo Azélie Fayolle, 2019

L’exposition s’ouvre par un grand panneau chronologique, mettant en parallèle les deux artistes. Les trois salles contiennent chacune un grand panneau orientant le visiteur : « Granville illustrateur de Balzac », « Balzac commentateur de Grandville », « Dans les salles de presse ». Si les illustrations de Balzac par Grandville étaient attendues, les commentaires de Balzac des illustrations de Grandville, qui constituent une genèse probable d’un passage de La Bourse (1832), roman pour lequel Balzac aurait justement voulu une nouvelle illustration de Grandville, sont particulièrement stimulantes. « Dans les salles de presse » m’a semblé la partie la plus intéressante de l’exposition. Elle ne met pas seulement en lumière la collaboration des deux artistes et leurs déboires face aux mutations de la presse, qui connaît une première industrialisation et une nouvelle censure à partir de 1835, mais elle suggère également une affinité profonde des deux œuvres, notamment autour de la lecture de Buffon. Les caricatures et illustrations animalières trouvent ainsi leur pendant dans les types (plus que dans d’autres caricatures) et les personnages balzaciens, dont l’exposition permanente offre, dans la salle juste au-dessus, une impressionnante galerie et une généalogie. Le croisement des sciences naturelles, de la littérature et des arts ouvre de riches perspectives, déjà esquissées par la biocritique de Gisèle Séginger, comme par les physiologies étudiées par Valérie Stiénon ou Amélie de Chaisemartin.

Balzac & Grandville, vue de l’exposition. Photo : Azélie Fayolle 2019

Cette exposition est donc riche et suggestive : il est à souligner que nombre d’œuvres présentées ne proviennent pas du fonds de la Maison de Balzac, mais sont venues grâce à la collaboration du Musée Carnavalet, de la Maison Victor Hugo et surtout du Musée des Beaux-arts et de la bibliothèque Stanislas de Nancy.

Azélie Fayolle

Catalogue : 

Balzac & Grandville. Une fantaisie mordante – Catalogue d’exposition, Éditions Paris Musées, « Maison de Balzac », 2019.

À lire :

  • Amélie de Chaisemartin, La Caractérisation des personnages de roman sous la Monarchie de Juillet. Créer des types, Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque du XIXe siècle », 2019.
  • Gisèle Séginger, « Éléments pour une biocritique », Flaubert, 13, [en ligne], 2015. URL : https://journals.openedition.org/flaubert/2439
  • Valérie Stiénon, La Littérature des Physiologies. Sociopoétique d’un genre panoramique (1830-1845), Paris, Classiques Garnier, « Études romantiques et dix-neuviémistes », 2012.
Pour citer cet article : Balzac & Grandville — par Azélie Fayolle, Société des études romantiques et dix-neuviémistes, 22/04/2020, consulté le 25/10/2020. URL : https://serd.hypotheses.org/7167.

Ces comptes rendus d’expositions sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la SERD. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à expoxix (chez gmail)

 

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search