Vous avez dit « culture » ? Contribution à l’analyse des Rapports LPPR – Synthèse provisoire (Jean-Marie Privat)

Vous avez dit « culture » ?

Une analyse des [rares] occurrences du mot « culture » dans les trois Rapports est significative de l’orientation générale de la politique de recherche envisagée. Ainsi dans le R2 le terme « culture » n’apparait que 8 fois en 64 pages.

  • C’est peu en soi, a fortiori si on prend en compte – comme le rappelle le R1 – que Université « désigne l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur et de recherche, universités proprement dites, école ou instituts, quel que soit leur statut, universités proprement dites, écoles ou instituts, quel que soit leur statut, établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP). » [R1, Avertissement, 7].
  • Par ailleurs, les quelques mentions du mot « culture » sont explicitement associées à des expressions récurrentes comme freins culturels – la version négative de la culture – et à culture de management – sa version positive ici.
  • La conception de la culture comme frein ou même comme management correspond à une représentation comportementale et presque behavioriste de la culture [« les facteurs culturels » évoqués dans le R2, 30]. C’est, selon nous, la version vulgaire, idéologique et instrumentale des travaux de l’école anthropologique américaine dite « culturaliste » [R. Benedict, M. Mead, R. Linton, A. Kardiner, etc. et la notion de modèles culturels et de personnalité de base][1]. On appartiendrait à une culture [la culture japonaise, les Latinos, les Corses, etc.] plus que cette culture nous appartient, dans ses formes certes d’héritages mais aussi dans sa dynamique, ses résistances à l’hégémonie comme sa créativité propre et permanente.
  • Plus généralement, les disciplines qui relèvent des SHS et plus encore des ALL sont particulièrement sous-représentées dans les compositions des GT. C’est ainsi que le terme « humanités » n’apparait dans aucun des trois Rapports et que la seule occurrence du mot « art » concerne les arts appliqués [entre mondanité, ethnotype national et enjeux économiques] : « la France est un grand pays agricole, reconnu mondialement pour ses arts de la table et son « bien manger »… [R3, 18]
  • Cette banale vision bourgeoise – héritée en l’espèce du XIX° – se combine avec le surlignement exclusif de l’importance de la ‘culture scientifique et industrielle’ ou encore de la ‘culture de laboratoire et d’entreprise’ ; avec des expressions laudatives quand il est question du « déploiement d’une vraie culture du management » [R2, 47] [… et de l’évaluation] ou avec les vœux de « développement d’une culture commune entre le secteur public et privé. » [R3, 94]

Conclusion(s) provisoire(s) & perspectives de travail en atelier

Le mot « culture » et ses usages n’appartiennent par définition démocratique à personne. Toutefois les Rapports s’arrogent un droit de cuissage lexical et rhétorique sur les acceptions anthropologiques du concept de culture réduit ici à sa vulgate de magazine.

Ce brouillage conceptuel – et sans doute aussi le malaise du discours dominant… – se lisent :

  • dans les hésitations de certaines formulations [la culture et la mise en œuvre des politiques de gestion des ressources humaines [R2, 3]; changement d’habitudes, de culture et de discipline] [R1, 20];
  • dans des discours d’autorité où se conjuguent une approximative novlangue managériale et une affiliation idéologique et linguistique comme fascinée par le monde anglo-saxon [Il est de première importance de soutenir la base « culturelle » de nos connaissances et la recherche poussée par la curiosité et la créativité (« Blue Sky Research ») à travers le financement de base des laboratoires][R1,24] ;
  • dans un usage ‘adaptionniste’ de la notion d’acculturation – acculturer à la R&D et à l’innovation – [R3, 93] ;
  • dans le recours aux SHS comme sciences auxiliaires et ancillaire [pour lutter contre des barrières essentiellement sociales et culturelles, il sera indispensable d’ouvrir davantage les sciences sur les questions sociales et culturelles] [R1, 58]
  • dans la référence – unique pour les trois Rapports – aux enjeux de la démocratisation de la culture [et non de la démocratie culturelle] – Transmission des savoirs et démocratisation de la culture. [R1, 22]
  • dans l’usage ambigu – en fait managérial & néo-libéral – de la notion de culture commune [R3, 34 & 94] ;
  • enfin dans l’affichage solennel et répété [Introduction générale de chacun des Rapports, page 1] d’une mythique culture nationale : « Fière de sa culture, de sa science, de son humanisme, la France […].

Il reste en effet que cette fierté – fièrement proclamée – reste sans conséquence. Une pure rhétorique officielle qui se dénonce en s’énonçant. Ce cocorico culturel d’un autre âge ne saurait de façon plus générale faire oublier la faiblesse de la politique culturelle française actuelle (grève à France-Culture, anémie du Pass Culture, absence de grandes initiatives culturelles et démantèlement tendanciel du Ministère de la Culture, précarisation de la vitalité des revues scientifiques, particulièrement en SHS et ALL, etc.).

Cette rhétorique de la fierté est par contre en consonance implicite avec les modalités idéologiques d’un certain culturalisme – très daté – qui est volontiers darwinien[2]. On lit par exemple sous la plume de Ralph Linton [Le fondement culturel de la personnalité, New York, 1945 ; Dunod, Paris, 1959] que « les cultures, ne sont, en dernière analyse, rien de plus que des systèmes de réponses répétées communes aux membres d’une société » [11] ; que les « sociétés sont des espèces d’organismes » [26] où les individus sont conduits – sauf à courir à leur perte – à « mordre à l’appât de la satisfaction personnelle […], et à être pris à l’hameçon de la socialisation » [27]. Ou encore, que le transfert des adaptations comportementales est « à maints égards parallèle au transfert des adaptations anatomiques et physiologiques acquises par les ancêtres comme résultats de mutations et de sélections. » [37] Ou enfin – toujours à titre d’exemple – que « les sociétés constituent les unités fonctionnelles dans la lutte que notre espèce mène pour vivre. » [53]

L’ensemble de ces analyses et considérations méritent critiques et compléments. En toute hypothèse, les recherches d’occurrences d’autre termes pourraient être intéressantes, comme a commencé à le faire Valérie B. sur les items surreprésentés [management] ou sous-représentés [savoirs]. Ce point est moins superficiel qu’il n’y parait peut-être dans la mesure où mettre l’accent sur le déficit de présence des sciences de la culture et des enjeux culturels ne nous place pas exactement dans notre opposition à la LPPR dans la même situation [tactique] que nos collègues des sciences exactes et expérimentales – disciplines dont les applications industrielles et commerciales, directes ou indirectes, présentent une forte plus-value économique.

À suivre…

Jean-Marie Privat, Université de Lorraine – CREM/Praxitexte, 9° section CNU

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  •  

[1] Le Rapport 3 mentionne les aspects culturels et comportementaux qui doivent être pris en compte dans toute efficace stratégie managériale.

[2] “Il faut une loi ambitieuse, inégalitaire – oui, inégalitaire, une loi vertueuse et darwinienne, qui encourage les scientifiques, équipes, laboratoires, établissements les plus performants à l’échelle internationale”, Antoine Petit, PDG du CNRS

 


Vous aimerez aussi...