Motion de l’AG de la SERD

A l’occasion de l’Assemblée Générale de la Société des Etudes Romantiques et Dix-Neuviémistes (SERD) qui s’est tenue le 7 février 2020, le Conseil d’Administration de la société a reçu mandat de ses adhérents pour promulguer la motion suivante, votée à l’unanimité par les membres du CA :

Après avoir lu et analysé les rapports préparatoires à la loi de programmation pluriannuelle de la recherche (LPPR) publiés le 23 septembre 2019, la SERD, par la voix de son Conseil d’Administration, exprime son opposition aux orientations dessinées dans ces rapports. En effet, la mise en oeuvre de ces rapports dans le cadre de la LPPR mettrait en péril le développement d’une recherche française de qualité, assurée au sein d’un service public permettant à ses agents de réaliser sereinement et efficacement leurs missions. On déplore notamment :
– qu’il soit envisagé de soumettre la recherche française à un principe de concurrence généralisé, entre les chercheurs et entre les établissements.
– que l’égalité de statut entre les enseignants-chercheurs soit remise en cause par la possibilité de modulations de service décidées verticalement et par la mise en place de contrats en « tenure-track » qui rendraient progressive et conditionnelle l’entrée dans le corps des enseignants-chercheurs recrutés par les universités.
– que l’enseignement dans les universités françaises, réputé excellent et effectué avec peu de moyens, soit dévalorisé par rapport aux missions de recherche et présenté comme la punition réservée aux enseignants-chercheurs considérés comme peu actifs.
– que, au nom de l’autonomie des établissements, leur capacité de prendre des initiatives individuelles soit privilégiée au détriment d’instances collégiales comme le CNU, qui permet d’assurer une cohérence et une cohésion des diplômes de l’ESR et des missions de ses personnels.
– que la logique de financement de la recherche s’oriente vers la généralisation des appels à projet, dans une méconnaissance complète de la charge de travail déjà lourde des différents personnels du supérieur, qui assurent pour beaucoup de nombreuses missions pédagogiques et administratives, et dans une ignorance de la nécessité, pour construire une recherche originale, de disposer à la fois d’un temps long et d’une sécurité matérielle.
Société savante rassemblant des enseignants du supérieur, chercheurs et enseignants-chercheurs français et étrangers, mais aussi des jeunes doctorants et docteurs en recherche de poste, des enseignants du secondaire contribuant de manière non rémunérée à l’excellence de la recherche française et des amateurs du XIXe siècle qui travaillent à faire vivre la culture dix-neuviémiste et à diffuser les connaissances sur notre siècle d’étude, la SERD engage le gouvernement à renoncer à toutes les mesures qui mettraient en péril ce fragile écosystème produisant à moindres frais une recherche parmi les plus réputées au monde. Elle rappelle la nécessité, pour renforcer l’attractivité des carrières, de maintenir et d’améliorer les conditions d’exercice pour les personnels et futurs personnels de l’ESR et tient en particulier à protester contre les menaces que font peser ces rapports sur les personnes plus fragiles au sein du système académique, déjà victimes d’une dure précarité. Elle incite le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche à une consultation plus étroite des sociétés savantes sur la conception de la recherche universitaire. 


Vous aimerez aussi...