Aude Dontenwille-Gerbaud: L’œil de Gambetta, symbole de l’horizon d’attente républicain

L’œil de Gambetta, symbole de l’horizon d’attente républicain

 

Aude Dontenwille-Gerbaud

Université Paris-Est Créteil

  1. Alfred Le Petit, « Gambetta furieux », Le Pétard, 1er juillet 1877.
    In-fol. Cahors, musée Henri-Martin

Dans la fougue de ses plus grands emportements, il est toujours maître de l’expression, et il la choisit sûre et précise. Il n’est pas jusqu’à son œil de verre qui n’ajoute un côté fascinateur à sa physionomie étrange. Lorsqu’une discussion s’anime, sa tête se penche en avant vers l’adversaire, tandis que son œil, le vrai, celui qui est demeuré intact, se ferme et s’éteint. Il ne reste à ce bizarre cyclope de la tribune que son œil de verre, brillant, mais immobile et sans regard. Cette fixité inéluctable, cette immobilité inflexible au milieu des orages de l’éloquence, produisent un effet saisissant, assez semblable au regard fascinateur du serpent[1].

Ayant perdu un œil dans un accident à l’âge de treize ans, le « jeune homme fougueux » qui arrive du Lot à Paris dans les années 1860 étonne. Que ce soit pour les caricaturistes, les biographes, les amis de Léon Gambetta, son œil mort fascine les contemporains du tribun. La « bonne bourgeoisie républicaine » n’aura de cesse de lui faire soigner cet œil aveugle et sanguinolent. L’œil de verre, tout comme l’œil vivant unique, seront largement décrits et caricaturés. Nous interrogerons ici cette charge symbolique de « l’œil », dans une démarche en analyse du discours, pour dégager en quoi il participe de l’événement discursif fondateur de la Troisième République. Le corpus utilisé, non exhaustif et totalement hétérogène, est constitué de textes et d’images caricaturales, de correspondances privées, d’articles de presse et de discours, tant parlementaires qu’extra-parlementaires. Dans un premier temps, sera abordée la mise en récit de la « légende de l’œil ». Elle participe pleinement de l’événement discursif[2] de la période 1870-1882. Nous analyserons ensuite, au travers de diverses caricatures, l’utilisation politique du physique de Gambetta, souvent dénommé « le Cyclope ». Enfin, au sein même des discours de l’orateur, nous montrerons comment cette question de l’œil déploie l’horizon d’attente du projet républicain opportuniste.

 

Mise en récit de la « légende de l’œil »

De la première enfance du grand citoyen dont nous nous occupons, il y a peu de chose à dire. Ce n’était point un enfant prodige et ses parents se plaignaient un peu de sa turbulence. Il aimait courir la ville avec les gamins de son âge, à bayer aux corneilles, à faire l’école buissonnière. Souvent il s’échappait du petit cabinet paternel où on l’enfermait pour qu’il étudiât ses leçons, et il s’enfuyait à travers les rues. C’est pendant une de ces fugues que lui arriva l’accident qui le priva d’un œil. Les détails qui suivent, de même que tous ceux contenus dans cet ouvrage, sont d’une authenticité absolue. Léon Gambetta avait alors de huit à neuf ans. Par un bel après-midi de paresse il traversa la place et s’en alla voir travailler son voisin, le coutelier Galtié […]

Pour en finir avec cet accident dont il a été souvent question et à propos duquel on a raconté de fantastiques histoires, disons que Gambetta souffrit pendant de longues années […]

Depuis 1867 Gambetta a donc un œil de verre mais sa vue est sauvée et aucune complication n’est plus à redouter.

Alfred Barbou publie ce portrait de Gambetta dans une belle édition illustrée pour la jeunesse[3]. Il est intéressant de relever le champ lexical utilisé pour mettre en récit cet événement personnel : turbulence, bayer, école buissonnière, s’échapper, paresse… La morale de l’histoire ne laisse aucune issue au polisson : « il souffrit pendant de longues années ». « Peu de chose à dire », donc, si ce n’est que l’intempérance est source d’aveuglement[4].

À la fin, ses parents, effrayés eux-mêmes d’une telle exubérance de sève, jugèrent qu’il était temps de la réprimer et de rendre aux habitants de la paisible cité, dont quelques-uns se plaignaient, leur quiétude d’esprit. Il fallait enfermer le garnement. On le mit au petit séminaire de Montfaucon. L’internat, la discipline, les curés, un tel régime ne convenait guère à un tel tempérament… Le premier jour, bataille ; le second jour, bataille ; le troisième jour, lettre du jeune Gambetta à son père : « J’en ai assez ! Si tu ne me retires pas d’ici je me crève l’œil gauche ! » Il avait déjà perdu l’œil droit, en jouant avec un apprenti coutelier de son âge….

Pierre Barthélémy Gheusi, cousin de Gambetta, tord le cou aux affabulations, qui auraient même prétendu qu’il se serait lui-même crevé l’œil droit pour ne pas aller au séminaire. Il n’en participe pas moins à la leçon de morale : « Par compensation, assagi de force, il devint meilleur élève et remporta des succès scolaires inattendus.[5] » Gambetta n’en demeure pas moins Coclès le borgne pour ses camarades, en référence au héros romain. Devenu étudiant, cette « faute de jeunesse » aurait pu lui coûter cher :

Pourtant, le surmenage forcené de Gambetta eut une conséquence grave : l’œil malade depuis dix-sept ans, après la blessure, si mal soignée, occasionnée par un accident d’établi chez le coutelier Galtié, s’était enflammé. Il avait grossi, saigné et même jailli, tout sanglant, de l’orbite au cours de certaines harangues du jeune tribun, plus emportées que les autres[6].

L’on retrouve là encore, un lien entre exaltation et œil hors norme. Toutefois, l’année 1867 marque un tournant. De fait, pour éviter de perdre la vue, Gambetta se fait opérer. Dans la mise en récit de la jeunesse du tribun, la science sauve donc le polisson. Le positivisme de l’époque participe de l’événement discursif :

Et comme des douleurs fulgurantes, consécutives à ces accidents, immobilisaient l’avocat torturé de migraines, le bon Fieuzal avait conduit son camarade, enfin résolu à se laisser soigner, chez le meilleur oculiste de l’époque, le docteur allemand Wecker. Le spécialiste diagnostiqua sévèrement le mal incurable : si l’extirpation de l’organe perdu n’était pas faite sans délai, l’œil gauche de Gambetta était compromis. Avant un an il serait aveugle ! L’opération eût donc lieu aussitôt. Wecker en personne l’effectua, rue Bonaparte, au domicile du tribun, assisté de ses trois aides et en présence de Péphau et de Fieuzal, chargé de surveiller les effets du chloroforme. Deux mois de repos garantirent la convalescence[7].

Cette narration factuelle insiste sur l’importance de la science, du diagnostic, de la sagesse à s’en remettre à la connaissance. À l’aveuglement du polisson puis de l’étudiant répond la clairvoyance de la science pour sauver la juste vision. Que ce soit pour les partisans de Gambetta, ou que ce soit pour ses opposants politiques, la question de l’œil permet la mise en scène d’un projet, d’un horizon d’attente. L’horizon d’attente républicain[8] est celui d’une République certes héritière des temps agités de la révolution mais qui, peu à peu, une fois installée et par une méthode de progrès ciblés,  permettra de sortir des « aveuglements », de l’ombre et d’entrer dans la clairvoyance d’une nation maîtresse d’elle-même. Il n’est pas d’attente sans expérience et pas d’expérience qui ne donne lieu à une attente, les deux polarités se conditionnant mutuellement. Peut-on y voir une référence aux grands récits mythologiques ? Le dieu borgne par excellence, Odin ou Wotan, le seigneur de la guerre n’a-t-il pas accepté de perdre un œil pour boire à la source de la connaissance ? Gambetta, chef du Gouvernement de la Défense nationale, ne peut-il s’apparenter à ce seigneur rugissant des batailles, comme si le savoir avait quelque chose à voir avec la guerre nécessaire ?  Nous pourrions également évoquer Horus, dont l’œil reconstitué par Thot est capable de voir l’invisible. En ce sens, la référence symbolique en question s’inscrit dans l’interdiscours défini par Michel Pêcheux : « le propre de toute formation discursive est de dissimuler, dans la transparence du sens qui s’y forme, […] le fait que  » ça parle  » toujours avant, ailleurs, ou indépendamment.[9] »

L’œil de l’homme politique dans la caricature

Dans son ouvrage la Républicature[10], Bertrand Tillier montre que les caricatures des premières années de la Troisième République s’inscrivent dans la droite ligne de celles des années 1860-1870 et fourmillent de portraits-charges. Le corps et le visage d’autrui deviennent supports symboliques et iconographiques des multiples accusations et dénonciations que prodigue la caricature. En exposant le corps et les traits des victimes, les caricaturistes opèrent un amalgame entre des caractères privés et publics, permettant ainsi de multiplier les attaques sur tous les fronts. Une importante partie de la production caricaturale de cette période recourt à la formule, devenue presque académique, de la grosse tête sur un petit corps.

  1. Alfred Le Petit (dessin), H. Briollet (légende), « Fleurs, fruits et légumes du jour. Le soleil », L’Éclipse, mars 1871. In-4°
    [en ligne] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5698646g/f5.image

Dans sa charge de la série « Fleurs, fruits et légumes du jour », Alfred Le Petit [fig. 2] s’amuse de l’équilibrisme d’un corps frêle s’aventurant au-dessus d’une France délimitée par la ligne « bleue » des Vosges (la défaite de 1870 a fait perdre l’Alsace et la Moselle à la France), et d’une grosse-tête qui dialogue directement avec un soleil en colère. Constatons que l’œil gauche, l’œil sain de Gambetta est fermé et donc que le personnage n’avance qu’en aveugle avec un œil blessé proéminent. Le Chef de la Défense nationale, souvent qualifié de « dictateur », est considéré non seulement par l’opposition, mais également par nombre de républicains, comme fou, aveugle aux réalités, notamment celle de l’impréparation de l’armée française face à la surpuissance prussienne, lançant la France dans un combat perdu d’avance.

Tout en conservant à l’œil toute la puissance du trait, le célèbre caricaturiste Gill fait évoluer ce style de caricature dans ses unes pour la presse satirique parisienne, que ce soit La Lune sous le Second Empire, ou l’Éclipse au début de la Troisième République, des hebdomadaires de quatre pages dont la première est toujours occupée par un portrait-charge[11]. Ainsi de sa caricature de Thiers et de Gambetta dans L’Éclipse [fig. 3].

  1. André Gill, « La consultation », L’Éclipse, 28 juin 1874. In-fol.
    [en ligne], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32764192t/date18740628

Nous y voyons une patiente, la France, symbolisée par les trois couleurs des tentures et non par une icône. Son âge affiché est de 79 ans, soit une naissance en 1795, période de la Convention thermidorienne. Le caricaturiste propose ici une lecture de l’héritage politique de Gambetta. La maladie de la France est affichée, il s’agit de l’Empire. L’entrée de la France (chez les médecins ?) ne peut dater que du 2 décembre 1851, jour du coup d’État de Napoléon III. Nous avons là deux médecins, Thiers et Gambetta (l’un sur fond bleu, l’autre sur fond rouge) et un remède en ce mois de juin 1874 : le chloroforme pour endormir. Les deux médecins se tiennent la main … gauche, celle des parjures, et semblent se faire des politesses pour entrer. En 1874, nous sommes dans un contexte tout à la fois d’inquiétude face à une restauration monarchique encore possible et d’une montée du bonapartisme. Dans un discours à Châtellerault, Gambetta en appelle à l’union de tous les Français attachés à la Révolution face à la réaction, et l’Union républicaine se rapproche de Thiers. L’œil proéminent de Gambetta se tourne vers le ciel comme s’il cherchait à lire l’avenir. Son œil valide est à moitié fermé, comme si l’œil mort s’avérait plus voyant. Gill critique les choix « opportunistes » du tribun.

Le caricaturiste se contentera même souvent de ne représenter que la tête de sa victime en pleine page [fig. 4].

  1. Gill, « L’homme qui parle », L’Eclipse, 20 septembre 1874. In-fol.
    [en ligne], https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32764192t/date18740920

Avec cette tête de face, Gill s’abstient du code de l’époque qui veut que l’on ne représente Gambetta que de profil pour ne pas voir l’œil de verre. Ici, le caricaturiste insiste manifestement sur cet œil vide. Cette énorme tête, échevelée, barbue, borgne, se veut monstrueuse. Gill en fera d’ailleurs de même avec Thiers (L’homme qui rit) et Victor Hugo (L’homme qui pense), raccourci pour présenter trois hommes forts de la République, dont les corps ne comportent aucun intérêt, puisque ce sont trois « fortes têtes ». Il est intéressant de noter que cette caricature intitulée « L’homme qui parle » est publiée durant une année où, précisément, Gambetta parle peu devant ses publics populaires (comparativement aux autres années), de surcroît en septembre, période de vacance parlementaire ; comme si, même dans un silence apparent, le tribun continuait à s’adresser aux républicains.

Le jeu sur œil valide / œil de verre est repris à la fin des années 1880 pour dresser le bilan de Gambetta [fig. 5].

  1. Alfred Le Petit, « Ça baisse », Le Grelot, 22 janvier 1882. In-fol.
    Université de Heidelberg, creative commons CC-BY SA 4.0
    [en ligne], https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/grelot1882/0017/image

Au sommet du baromètre se situe le procès Delescluze de 1868, procès durant lequel Gambetta, alors jeune avocat, se fait connaître et devient l’icône de la nouvelle génération de républicains. Le baromètre reprend une chronologie des difficultés politiques de Gambetta. Face à la fin annoncée, son œil gauche sort de son orbite. Il ne s’agit pas de son œil malade ou de son œil de verre (œil droit), mais bien de l’œil sain, le gauche. La caricature de 1882 dialogue avec celles des années 1870, qui mettaient en scène l’œil mort exorbité. La charge n’en est que plus grande : si l’absence de discernement et le manque de sagesse étaient cause de la perte de l’œil droit durant la jeunesse de Gambetta, cette fois c’est bien la cécité qui menace l’homme mûr après l’échec de son Grand ministère.

            Quelques mois plus tard, Le Petit fera même « exploser » l’œil mort  [fig. 6] :

  1. Alfred Le Petit, « Nouvel attentat anarchiste », Le Grelot, 5 novembre 1882. In-fol. Université de Heidelberg, creative commons CC-BY SA 4.0
    [en ligne], https://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/grelot1882/0180/image

Avec la chute de son Grand ministère le 29 janvier 1882, Gambetta a été contraint d’abandonner ses fonctions de président du Conseil et de ministre des Affaires étrangères. Alors que sont perpétrés des attentats anarchistes, Le Petit opère une conjonction des deux actualités, pour montrer un « Gambetta dynamisé par son irrigateur », à l’œil de verre exorbité et au ventre explosé sous l’effet de la dynamite utilisée par Henri Rochefort, l’un de ses plus farouches opposants.

 

Dominique Ducard explore en linguiste, les perspectives d’analyse et de compréhension de l’activité symbolique de représentation :

À cet égard je recours aux concepts de trace et de marqueur, que je reprends à la théorisation du langage d’A. Culioli, qui définit le marqueur comme « une espèce de résumé, de concentré de procédures qui déclenchent et activent des représentations ». Le marqueur est aussi traceur, dans le sens qu’il peut avoir en biologie, et les énoncés qui sont construits au cours de l’énonciation préservent, en tant qu’agencements de marqueurs, les traces des opérations et des représentations dont ils sont les représentants. Le terme de représentation équivaut ici au terme de notion dans la théorie des opérations énonciatives, et A. Culioli pourrait se reconnaître dans la formulation de Meyerson disant que le langage « est la fonction proprement humaine qui met en œuvre un système de signes, appuyé sur des notions liées par des relations ordonnées. » A quoi il faut ajouter cette mise au point de Meyerson : « Dire que le signe marque des opérations, un mouvement de la pensée, c’est dire aussi qu’il participe à l’élaboration de cette pensée même[12] ».

Ne peut-on considérer cette présence de l’œil, au-delà de l’ironie caricaturale, comme un « marqueur », une espèce de résumé de l’événement discursif fondateur de la Troisième République ? Ce marqueur déclenche et active des représentations : les luttes pour la République, le rôle du fougueux leader républicain, l’héritage révolutionnaire, la foi dans le progrès et la science etc. Il participe à l’élaboration de cette pensée par sa place importante prise dans l’iconographie de la presse, en écho des discours de Gambetta lui-même.

L’horizon d’attente d’une République Une et Indivisible

Notre généreux pays a trop souvent commis la faute de donner aveuglément sa confiance […] il a suffi, à certaines époques, qu’un homme, ou qu’un groupe d’hommes, ou qu’un parti apparût sur la scène politique et dît au peuple français : « Tu veux la paix, je te l’assurerai, je te donnerai par surcroît la prospérité ; mais avant tout, il me faut un blanc-seing ; il faut que tu t’en rapportes toujours à moi, il faut que tu abdiques entre mes mains. » Et quand le peuple a consenti, dans un moment de stupeur et d’égarement, dans une heure d’aveuglement, quand il a ainsi donné le blanc-seing qu’on lui demande, toujours le châtiment arrive, prompt et inexorable, parce que je ne me lasserai pas de le répéter, toute faute est châtiée : l’arrêt, l’arrêt terrible, apparaît et s’exécute (Sensation. Marques d’approbation). Oui, nous avons péri en septembre 1870 parce que la nation s’était donnée au maître et parce qu’elle l’avait accepté, toléré trop longtemps. (Oui ! – Très bien !)[13].

La scène de parole[14] instituée par cette énonciation est celle d’un leader clairvoyant. L’ethos discursif renforce l’ethos préalable de Léon Gambetta. Il l’a toujours dit, dès avant la proclamation de la République : toute faute connaît un châtiment. En l’occurrence, l’interdiscours renvoie aux erreurs du suffrage universel qui ont envoyé à la Chambre une large majorité non républicaine, mais également aux discours des « rouges », ce monde ouvrier qui s’insurge parfois contre le suffrage universel en tant que tel et réclame des candidatures ouvrières. Le locuteur semble se détacher de l’énonciateur : « l’arrêt terrible apparaît ». Ce n’est plus Léon Gambetta, mais le destin qui s’exprime par la bouche d’un oracle. La dramaturgie, le registre du pathos renforcent ce qui devient un argument de pure autorité, impossible à démontrer. Dans l’ensemble du corpus constitué par les discours de Léon Gambetta, la guerre civile, mais aussi le manque de courage politique, ou encore l’obscurantisme religieux se déclinent sur le registre de l’aveuglement qui rejoint même les forces aveugles de la nature : orages et tempêtes sont régulièrement associés. Les désastres et les ruines renvoient à cette ignorance. La paix, quant à elle, est avant tout valeur philosophique, foi dans la science et le progrès. La clairvoyance est celle du parti républicain, face aux intrigues, à la violence, celle du progrès raisonné, des réformes prises au bon moment. Mais celles-ci n’ont de légitimité que sous l’œil qui observe et ce, dès le programme mythique de Belleville en 1869 : « Aujourd’hui, je ne vous ferai ni programme ni profession de foi, les comités de votre circonscription doivent m’adresser leur programme et je dois y répondre. Nous contracterons ainsi publiquement sous l’œil de tous[15]». Gambetta pouvait évoquer le regard, la vigilance de l’opinion publique. Dans une stratégie énonciative qui sous-entend l’idée de « mandat impératif », le syntagme « œil » est plus fort … les hommes politiques doivent se sentir observés, scrutés en permanence :

C’est en ce sens qu’on a pu dire du droit républicain qu’il est au-dessus des attentats de la force et des caprices de la multitude. Si la République est le gouvernement de droit par excellence, est-ce que tous les partis ne peuvent pas s’y donner rendez-vous ? Est-ce que ce n’est pas le seul gouvernement où l’accès du pouvoir soit ouvert à tous ceux qui, sous l’œil de l’opinion publique, ont le mieux affirmé leurs talents et leurs vertus ? (Applaudissements) [16].

Le garant de Gambetta, c’est l’œil de tous, celui du suffrage universel. Le discours n’argumente plus et devient discours de pure autorité[17]. On n’est pas loin d’une forme de sacralisation. Cette importance de l’œil en discours chez les républicains du XIXe siècle, en particulier chez Gambetta, renvoie certainement au Delta lumineux maçonnique du Grand Orient de France et à l’œil du Grand Architecte de l’Univers, œil qui voit tout, œil de vigilance, de clairvoyance. L’œil du Delta maçonnique symbolise l’Unité dans la multiplicité[18]. L’horizon d’attente républicain est celui d’une République Une et Indivisible, fondée sur la connaissance et le suffrage universel exercé par des citoyens éclairés. Tous initiés à la franc-maçonnerie, ces leaders républicains ont évidemment parfaitement conscience des enjeux symboliques forts des analogies[19].

Conclusion : où est l’œil ?

Après la mort de Gambetta, la presse pose régulièrement la question de la relique et l’œil devient une espèce d’obsession collective :

Où est l’œil de Gambetta ? Le docteur Cabanes qui poursuit ses recherches pour son Cabinet secret de l’Histoire, est en ce moment fort inquiet : il demande à tous les échos l’œil de Gambetta et personne ne répond. Tout ce qu’on sait, d’après notre confrère George de Montorgueil, de qui nous tenons ces détails, c’est que cet œil, enlevé à Gambetta très longtemps après l’accident qui le rendit borgne, se trouve dans une collection allemande. (…) Qui retrouvera l’œil de Gambetta[20] ?

En 1909, on le cherche aux États-Unis. Le Pêle-mêle, dans une longue chronique, raconte l’accident du jeune homme puis son opération et l’histoire de l’œil :

Un élève de l’oculiste de Wecker, qui assistait son maître dans l’opération, recueilli l’œil de l’avocat déjà réputé qu’était Léon Gambetta et le conserva précieusement dans un bocal. Les années passèrent et Gambetta devint l’illustre homme d’Etat que l’on sait. L’élève de de Wecker, devenu à son tour occultiste apprécié, montra l’œil du tribun et cette étrange et sanglante dépouille chirurgicale excita la convoitise d’un Américain richissime, qui l’acheta fort cher. L’œil de Gambetta est donc en Amérique, dans un petit bocal[21].

En 1920, L’Action Française de Daudet-Maurras, se pose la question le 11 novembre, jour où l’on déplace le cœur de Gambetta au Panthéon : « Si l’Allemagne nous rendait l’œil de Gambetta, nous n’aurions pas tout perdu au traité de Versailles »[22]. On le retrouverait même en Indochine où, d’après l’Écho annamite du 27 janvier 1921, un certain Fernand Ganesco, fils du journaliste ami de Gambetta, se vanterait d’avoir l’œil du tribun en sa possession et l’imposerait même à la vénération des « indigènes » comme le don sacré du Dieu Gambetta. En 1936, la question est toujours d’actualité. Lorsque le cousin de Gambetta, Pierre-Barthélémy Gheusi, quitte son poste de directeur de l’Opéra-Comique, un ouvrage consacré à la Vie Parisienne se moque de lui en ces termes :

De l’Opéra-Comique occupant le fauteuil

Dans son bureau Gheusi transporta la relique

Et (spectacle charmant bien que mélancolique)

Il offre le théâtre à l’œil[23].

Cette publication est suffisamment importante pour que Gheusi réagisse en expliquant que l’œil se trouve au musée municipal de Cahors. C’est ce dont témoignera beaucoup plus récemment, en 1987, Pierre Amalric, devant la Société française d’Histoire de la médecine en faisant réaliser une radiographie de cet œil [fig. 7][24].

  1. L’œil de Gambetta au musée Henri Martin de Cahors (photographie Pierre Amalric). Syndicat National des Ophtalmologistes de France,
    [en ligne] http://www.snof.org/encyclopedie/loeil-de-gambetta

L’histoire de l’œil de Gambetta est aussi, en partie, celle de l’évolution des Quinze-Vingts, établissement de bienfaisance depuis le XIIIe siècle, fondé en 1254 par Louis IX, hospice, hébergement des aveugles trop âgés ou malades pour vivre seuls. Ce sont trois amis d’enfance du lycée de Cahors, Gambetta, Pephau et Fieuzal, qui seront à l’origine de la naissance de la clinique de soins ophtalmologiques gratuits. Pephau est un juriste qui deviendra administrateur de l’hospice en 1877. Fieuzal est un élève de l’ophtalmologique de Wecker qui a opéré Gambetta. La cérémonie de la pose de la première pierre, le 9 mai 1880, se veut très républicaine, à la gloire de la science, du progrès, de la fraternité, de la philanthropie et de la solidarité, avec force personnalités politiques. Ce qui amuse le très critique journal Le Gaulois :

Il est près de 5h, la cérémonie est terminée. Chacun se dirige vers la porte. Et, dans la foule, nous sténographions ce dialogue :

– Qu’est venu faire ici Monsieur Gambetta ? Il n’a prononcé aucun discours, rien… – Il a peut-être voulu se rendre compte par lui-même de la véracité du proverbe : « dans le royaume des aveugles, les borgnes sont rois !

Peut-être ! ! ![25].

Nous conclurons cette analyse de l’importance politique majeure qu’incarne l’œil de Gambetta par cette caricature [fig. 8] :

  1. Crik, La Résurrection de Gambetta (détail), s. d. [vers 1882], Paris, Imp. Rudrauf et Cie. In-fol oblong, Bibliothèque nationale de France. Cliché de l’auteure.

Après la résurrection du tribun, nous pouvons constater que c’est bien l’œil droit, l’œil de verre, qui a retrouvé la vision…

 

Aude Dontenville-Gerbaud est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris-Est Créteil. Ses travaux portent sur les discours fondateurs de la Troisième République dans une perspective épistémologique d’Analyse du discours. En tant qu’historienne, est membre du Centre d’étude des discours, images, textes, écrits et communications (CEDITEC) qui réunit linguistes, politistes, sociologues, historiens et, depuis peu, médecins.

 

Sources

L’Action française, 11 novembre 1920.

Crik, La Résurrection de Gambetta, s. d. [vers 1882], Paris, Imp. Rudrauf et Cie.

L’Écho annamite, 27 janvier 1921.

La Fare, « Aux Quinze-Vingts », Le Gaulois, 10 mai 1880.

Le Gaulois, 20 février 1895.

André Gill, « La consultation », L’Éclipse, 28 juin 1874.

André Gill, « L’homme qui parle », L’Eclipse, 20 septembre 1874.

Le Pêle-mêle, 25 juillet 1909.

Alfred Le Petit (dessin), H. Briollet (légende), « Fleurs, fruits et légumes du jour. Le soleil », L’Éclipse, mars 1871.

Alfred Le Petit, « Gambetta furieux », Le Pétard, 1er juillet 1877.

Alfred Le Petit, « Ça baisse », Le Grelot, 22 janvier 1882.

Alfred Le Petit, « Nouvel attentat anarchiste », Le Grelot, 5 novembre 1882.

La Vie parisienne, n° 27-52, Paris, 1936.

Alfred Barbou, Gambetta. Histoire complète de sa vie, Paris, Librairie universelle d’Alfred Dusquesne, coll. « Les grands citoyens de la France », 1879.

Paul Brulat, Histoire populaire de Gambetta, Paris Paul Baclot, 1909.

Henri Delaporte, Thiers-Gambetta, Paris, Chez tous les libraires, coll. « Bibliothèque du peuple », 1877.

Léon Gambetta, Discours et plaidoyers politiques, éd. Joseph Reinach, Paris, Charpentier, 1881, 11 vol.

Pierre Barthélémy Gheusi, La vie et la mort singulière de Gambetta, Paris, Albin Michel, 1932.

Bibliographie

Monographies

Jacques Guilhaumou, Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2006.

Reinhardt Koselleck, Le Futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques [1979], trad. fr. Jochen et Marie-Claire Hoock, Paris, EHESS, 1990.

Irène Mainguy, La symbolique maçonnique du troisième millénaire, Paris, Dervy, 2001.

Bertrand Tillier, la Républicature. La caricature politique en France, 1870-1914, Paris, CNRS, 1997.

Cf l’important travail de documentation iconographique réalisé par Guillaume Doizy : http://caricadoc.com/2019/03/leon-gambetta-la-republique-exposition-itinerante-a-louer-a-imprimer.html

Ouvrages collectifs

Pierre Amalric, « L’œil de Gambetta », Coup d’œil, n° 10-11, 1987, p. 289-296.

Patrick Charaudeau, Dominique Maingueneau (dir.), Dictionnaire d’Analyse du Discours, Paris, Seuil, 2002.

Jean-Paul Delahaye, « Les francs-maçons et la laïcisation de l’école. Mythe et réalités », Histoire de l’éducation, n° 109, 2006, p. 33-73.

Aude Dontenville-Gerbaud, « L’effacement énonciatif des grands leaders républicains. Le paradoxe des discours sur le suffrage universel », Mots. Les langages du politique, n° 107, 2015, p. 35-47.

Dominique Ducard, « Stéréotypage discursif d’une image de presse », Communication & langages, 2010, n° 165, p. 3-14.

Bertrand Tillier, « André Gill, la caricature et l’esprit de Paris », dans Aude Déruelle et José-Luis Diaz (dir.), La Vie parisienne, actes du IIIe Congrès de la SERD, p. 1-4, [en ligne] https://serd.hypotheses.org/files/2018/08/Tillier.pdf

[1] Henri Delaporte, Thiers-Gambetta, Paris, Chez tous les libraires, 1877, p. 18.

[2] Jacques Guilhaumou, Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006.

[3] Alfred Barbou, Gambetta. Histoire complète de sa vie, Paris, Librairie universelle d’Alfred Dusquesne, coll. « Les grands citoyens de la France », 1879, p. 16-18.

[4] Paul Brulat, Histoire populaire de Gambetta, Paris, Paul Baclot, 1909, p. 18.

[5] Pierre Barthélémy Gheusi, La vie et la mort singulière de Gambetta, Paris, Albin Michel, 1932, p. 30.

[6] Ibid., p. 74

[7] Ibid., p. 75

[8] Reinhardt Koselleck, Le Futur passé : contribution à la sémantique des temps historiques [1979], trad. fr. Jochen et Marie-Claire Hoock, Paris, EHESS, 1990.

[9] Patrick Charaudeau, Dominique Maingueneau (dir.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, 2002, p. 32.

[10] Bertrand Tillier, la Républicature. La caricature politique en France, 1870-1914, Paris, CNRS, 1997.

[11] Bertrand Tillier, « André Gill, la caricature et l’esprit de Paris », La vie parisienne, Aude Déruelle, José-Luis Diaz (dir.), actes du IIIe Congrès de la SERD, p. 1.

 

[12] Dominique Ducard, « Stéréotypage discursif d’une image de presse », Communication & langages, 2010, n°165, p. 4.

[13] « Château de la Borde, 3 octobre 1873 », dans Joseph Reinach (éd.), Discours et plaidoyers politiques de GAMBETTA, rassemblés par Joseph Reinach, Paris, Charpentier, 1881, vol. 4, p. 82.

[14] Dominique Maingueneau, « Scène d’énonciation », dans Patrick Charaudeau, Dominique Maingueneau (dir.), Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Seuil, p. 515.

[15] Joseph Reinach (éd.), Discours et plaidoyers politiques, op. cit., vol. 1, p. 420.

[16] « Discours de Bordeaux », dans Joseph Reinach (éd.), Discours et plaidoyers politiques, op. cit., vol. 2, p. 32.

[17] Aude Dontenwille-Gerbaud, « L’effacement énonciatif des grands leaders républicains. Le paradoxe des discours sur le suffrage universel », Mots. Les langages du politique, n°107, 2015, p. 35-47.

[18] Irène Mainguy, La Symbolique maçonnique du troisième millénaire, Paris, Dervy, 2001.

[19] Toutefois, il convient de ne pas négliger les débats très vifs au sein du Grand Orient durant la deuxième moitié du XIXe siècle à propos de cette référence au Grand Architecte, à la libre-pensée et à la laïcité. Jean-Paul Delahaye (« Les francs-maçons et la laïcisation de l’école. Mythe et réalités », Histoire de l’éducation, n°109, 2006) a bien montré comment les loges étaient d’abord lieu de débats entre différentes positions philosophiques, notamment à propos de laïcité et d’école obligatoire. Le républicanisme est loin d’être la tendance politique majoritaire du Grand Orient de France aux débuts de la Troisième République.

[20] Le Gaulois, 20 février 1895, p. 1.

[21] Le Pêle-mêle, 25 juillet 1909, p. 1.

[22] L’Action française, 11 novembre 1920, p. 2.

[23] La Vie parisienne, n° 27-52, Paris, 1936, p. 223.

[24] Pierre Amalric, « L’œil de Gambetta », Coup d’œil, n°10-11, 1987, p. 289-296.

[25] La Fare, « Aux Quinze-Vingts », Le Gaulois, 10 mai 1880, p. 2.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search