Daniel Sangsue : Quand l’invisible devient visible : les apparitions dans la littérature du XIXe siècle

Quand l’invisible devient visible
Les apparitions dans la littérature du XIXe siècle

Daniel Sangsue
Université de Neuchâtel

Il y a bien longtemps, je me suis intéressé aux vampires, à propos desquels j’ai écrit quelques articles. Puis les vampires m’ont conduit aux fantômes, sur lesquels j’ai publié en 2011 un gros volume chez Corti[1]. Et les fantômes m’ont mené à la question des apparitions. Ce trajet, on le retrouvera dans un ouvrage que je viens de publier et qui s’intitule Vampires, fantômes et apparitions. Nouveaux essais de pneumatologie littéraire[2]. Ma présentation d’aujourd’hui est tirée du chapitre 11 de cet ouvrage, qui a pour titre « Des fantômes aux apparitions mariales ».

Comme le temps imparti est très court, je me limiterai ici à essayer de définir la notion d’apparition et à en étudier quelques modalités dans la littérature du XIXe siècle.

Qui dit fantôme dit apparition, mais l’apparition est quelque chose de beaucoup plus large que le fantôme : elle comprend en effet d’autres phénomènes surnaturels et constitue une véritable porte d’entrée dans le fantastique. Roger Caillois écrivait :

La démarche essentielle du fantastique est l’apparition : ce qui ne peut pas arriver et qui se produit pourtant, en un point et à un instant précis, au cœur d’un univers parfaitement repéré et d’où on estimait le mystère à jamais banni. [3]

Cette réflexion suggère que la notion d’apparition recouvre à la fois un contenu : « ce qui ne peut pas arriver et qui se produit pourtant », c’est-à-dire un phénomène (extraordinaire, mystérieux, incroyable, etc.), et les conditions de son surgissement : « point », « instant précis ».

Si l’on examine la définition du mot « apparition » dans le Petit Robert, on apprend qu’il vient du latin ecclésiastique apparitio (« apparition, épiphanie ») et qu’il signifie premièrement l’« action d’apparaître, de se montrer aux yeux », comme dans les expressions l’apparition d’un phénomène, l’apparition du jour, et, en parlant de personnes, « le fait d’arriver, d’apparaître dans une compagnie » : faire son apparition quelque part. Dans une deuxième acception, donnée comme courante, apparition signifie « le fait de venir à l’existence, de se manifester pour la première fois », comme dans l’expression l’apparition des hommes sur la Terre, et, de façon abstraite, « le fait de se révéler, de devenir manifeste » : l’apparition d’un courant de pensée. Enfin, la troisième signification donnée à apparition est : « manifestation d’un être invisible qui se montre tout à coup sous une forme visible », et le Petit Robert de citer l’apparition de Jésus-Christ aux rois mages, l’apparition de la Vierge à sainte Catherine. Dans cette acception, apparition désigne également la « vision de cette forme », comme dans l’expression avoir des apparitions, et, par analogie, « l’être imaginaire que le visionnaire croit apercevoir (voir fantôme, revenant, spectre) : une terrible apparition »[4].

C’est évidemment cette troisième acception qui m’intéresse : l’apparition comme « manifestation d’un être invisible qui se montre tout à coup sous une forme visible ». Dans cette définition, il faut remarquer le « tout à coup », qui semble calqué sur la définition du Grand Larousse du XIXe siècle où l’apparition est aussi la « manifestation d’un être, d’un objet qui, d’invisible, se rend tout à coup visible[5]. » Ce « tout à coup » confirme que l’apparition est la phase première et soudaine du phénomène en apparence surnaturel, son surgissement brusque, et qu’elle produit un moment d’incompréhension, de trouble qui correspond à la fameuse « hésitation fantastique » définie par Todorov. Maupassant thématise ce lien étroit entre apparition et soudaineté dans sa nouvelle « La Peur », dont les protagonistes aperçoivent une scène insolite le temps d’« une seconde », de la fenêtre d’un wagon du Paris-Lyon-Marseille lancé à grande vitesse : « Ce fut tout à coup comme une apparition fantastique[6]. »

   Pour Maupassant ‒ qui n’a pas lu Todorov ! ‒, « fantastique » doit s’entendre au sens de « surnaturel » (le narrateur et son compagnon de voyage imaginent une scène de sorcellerie[7]). Mais toute apparition n’est-elle pas surnaturelle, n’est-ce pas un pléonasme d’ajouter « fantastique » ? Dans L’Éducation sentimentale, Flaubert se limite à la formule : « Ce fut comme une apparition[8]. » Je répondrai qu’« apparition fantastique » n’est pas redondant dans la mesure où ce n’est pas son éventuel caractère surnaturel qui fait de la scène aperçue dans « La Peur » une apparition, mais sa soudaineté, sa fulgurance (« Ce fut », « tout à coup »), qui la rendent irréductiblement inexplicable, ininterprétable, sinon par approximation (« Ce fut comme… »), et la font entrer dans le fantastique.

Par conséquent, il peut y avoir des apparitions qui ne relèvent pas du surnaturel : le « visible » qui se montre soudainement est susceptible de ne pas renvoyer à de l’« invisible » ou à de l’irréel. Pensons à ces apparitions brusques du réel traitées par le philosophe Clément Rosset à travers ce qu’il appelle la « représentation panique ». Elles consistent en une coïncidence foudroyante du réel et de sa représentation qui a pour effet « de priver l’intéressé du temps généralement nécessaire à la prise en considération de ce qui lui arrive » et de créer chez lui une terreur panique, due à son incapacité de « retrouver le réel par le biais de la représentation, tardive ou anticipée[9]. » En somme, comme l’écrit encore Rosset, « il y a reconnaissance de quelque chose qui n’a pas encore été connu[10] » et qui apparaît dans sa singularité, son idiotie (au sens originel du terme) effrayantes – et Clément Rosset de citer l’exemple éloquent du film Duel de Spielberg (1972), où un automobiliste est confronté aux apparitions soudaines d’un camion qui le poursuit. On pourrait penser aussi à l’effet sur les spectateurs du film des frères Lumière Entrée en gare du train de la Ciotat[11].

S’il existe donc de brusques révélations du réel qu’on peut appeler apparitions, la plupart des apparitions renvoient néanmoins au surnaturel et concernent des phénomènes de revenance, soit le surgissement, dans notre monde, de fantômes, de spectres, c’est-à-dire de morts-vivants (ou de pseudo morts-vivants s’il s’agit d’illusions ou de mystifications). Ces revenants sont le sujet de ces nouvelles fantastiques qui portent explicitement le titre d’« Apparition » ou de « Vision » : « Apparition » de Boucher de Perthes (1832), « Apparitions » de Tourguéniev (1866[12]) ; « Apparition » de Maupassant (1883), « Une heure ou la vision » de Nodier (1806) ou « Vision de Charles XI » de Mérimée (1829). Mais il peut exister aussi des apparitions de vivants, comme dans les phénomènes de télépathie étudiés par Bergson dans son article « Fantômes de vivants » où il évoque « l’apparition d’un malade ou d’un mourant à un parent ou à un ami qui demeure très loin, peut-être aux antipodes[13] », phénomènes qui ont beaucoup intéressé Balzac, lequel met en scène, dans « Le Réquisitionnaire », une mère qui a la « vision terrible[14] » de son fils au moment où il est fusillé à l’autre bout de la France[15].

Les nouvelles qui portent le titre de « vision » et la propre vision de cette mère nous rappellent que les apparitions, de même que les fantômes, peuvent être interprétées soit comme des irréalités objectives, des manifestations du surnaturel dans notre monde, soit comme des réalités subjectives, des hallucinations du sujet qui croit les voir[16]. Pour ces dernières, Maxime Du Camp utilise la judicieuse expression d’« apparitions internes ». Évoquant Nerval, il écrit :

Un jour, au coucher du soleil, à Montmartre, sur la terrasse d’une maison à l’italienne, il vit une apparition et entendit une voix qui l’appelait. Il s’élança, tomba et resta évanoui du choc, qui aurait pu le tuer.

[…] Dès qu’il cessa de voir Jenny Colon, elle devint pour lui une sorte d’apparition interne avec laquelle il vécut. Troublé par ses idées de kabbale et de magie, il la confondit avec les déesses, avec les saintes, avec les étoiles ; un jour, il s’avisa qu’elle ne pouvait être que l’incarnation de sainte Thérèse.[17]

Je reviens sur la question des hallucinations à propos de Flaubert dans mes Nouveaux Essais de pneumatologie littéraire[18], mais je remarquerai ici qu’elles peuvent se traduire par le phénomène de la paréidolie, qui consiste à identifier des figures dans des taches ou des fissures des murs, ou dans les volutes des nuages, ce qui revient à projeter l’apparition interne sur une forme extérieure qui s’y prête. Ainsi le narrateur de la nouvelle « Le chat noir » de Poe découvre sur une portion de mur intérieur de sa maison incendiée, « semblable à un bas-relief sculpté sur la surface blanche, la figure d’un gigantesque chat. […] En voyant cette apparition, ‒ car je ne pouvais guère considérer cela que comme une apparition, ‒ mon étonnement et ma terreur furent extrêmes[19] ». S’il donne une explication physique à cette paréidolie, elle semble tributaire d’une apparition interne puisqu’il affirme que « pendant plusieurs mois [il] ne pu[t] [s]e débarrasser du fantôme du chat[20] » perversement tué.

   Étant donné que les apparitions sont de l’invisible devenu visible, on peut se demander si le spiritisme, importé des États-Unis en Europe à partir de 1850 et en France en 1853, ne leur porte pas un coup fatal (c’est le cas de le dire[21]). Car les esprits frappeurs des tables tournantes ou parlantes ne se rendent plus visibles, mais audibles : les visions deviennent des manifestations sonores. On pourrait continuer à parler d’apparitions, comme le fait Gaston Leroux dans Le Fantôme de l’Opéra en utilisant l’expression « apparition de Voix[22] » pour désigner une voix fantôme (comme celle aussi qui a harcelé la Clairon et qu’elle évoque dans ses Mémoires[23]). Mais la pratique du spiritisme débouche souvent sur des visions, tant est grand le désir de voir apparaître ceux qui parlent à travers les tables ; c’est par exemple ce qui se passe à Jersey chez les Hugo, où certains participants aux séances de tables tournantes finissent par avoir des apparitions[24]. Dès lors, on ne s’étonne pas que le grand maître du spiritisme, Allan Kardec, donne lui-même une définition des apparitions :

Les apparitions, proprement dites, ont lieu à l’état de veille, et alors qu’on jouit de la plénitude et de l’entière liberté de ses facultés. Elles se présentent généralement sous une forme vaporeuse et diaphane, quelquefois vague et indécise ; c’est souvent, au premier abord, une lueur blanchâtre dont les contours se dessinent peu à peu. D’autres fois les formes sont nettement accentuées, et l’on distingue les moindres traits du visage, au point d’en pouvoir faire une description très précise. Les allures, l’aspect, sont semblables à ce qu’était l’esprit de son vivant.[25]

Si elles ont la consistance d’un corps vivant, on peut alors parler d’apparitions stéréotites :

Stéréotite (du gr. stéréos, solide) : qualité des apparitions qui acquièrent les propriétés de la matière résistante et tangible ; se dit par opposition aux apparitions vaporeuses ou éthérées qui sont impalpables. L’apparition stéréotite présente temporairement à la vue et au toucher les propriétés d’un corps vivant.[26]

Le caractère temporaire de la consistance stéréotite et l’évanescence de la forme « vaporeuse et diaphane » témoignent du statut souvent indistinct, indécis des apparitions. Le terme de comparaison, dans la formule « Ce fut comme une apparition… », rend aussi compte de cette indistinction, de même que, chez Maupassant, le verbe récurrent « apercevoir », qui n’est pas seulement lié à la vision soudaine évoquée plus haut, mais aussi à une vision incomplète, floue, vague. Dans « Lui ? » : « j’aperçus quelqu’un assis dans mon fauteuil[27] » ; dans « La peur » : « Il [Tourguéniev] se retourna d’une secousse et il aperçut un être effroyable qui le regardait avidement[28] », et dans « Le tic » : « J’ouvris la porte brusquement et j’aperçus dans l’ombre une forme blanche dressée, quelque chose comme un fantôme[29] ». Ce dernier exemple, qui concentre la soudaineté et la perception indistincte, montre en outre que ce qui se présente est d’abord une apparition, identifiée à un fantôme dans un second temps seulement.

Tandis que le narrateur du « Tic » de Maupassant aperçoit une forme blanche, le procureur de la nouvelle « Le ministère public » de Charles Rabou a affaire à une forme sombre :

[…] il vit un objet noirâtre, qui s’avançait en sautillant par bonds inégaux, comme aurait fait une pie. À mesure que l’apparition se rapprochait de lui, son aspect devenait de plus en plus hideux, car elle prenait, à ne pas s’y méprendre, la forme d’une tête humaine séparée du tronc, et dégoutante de sang.[30]

Dans le chapitre « Apparition » du livre II de L’Ève future de Villiers de l’Isle-Adam, l’apparition est prise en charge par une phrase où des modalisateurs et des italiques escortent le terme on ne peut plus abstrait d’« Être » : « Debout en ce dais, une sorte d’Être, dont l’aspect dégageait une impression d’inconnu, apparaissait.[31] »

De fait, l’indéfinition règne, et toutes sortes d’êtres, voire d’objets sont susceptibles d’apparaître : un être gigantesque se déplaçant en traîneau dans les glaces du pôle et appelé « cette apparition » avant d’être reconnu comme le monstre de Frankenstein[32] ; « un gigantesque heaume, cent fois plus grand qu’aucun casque jamais fait pour un être humain, et couvert d’une quantité proportionnée de plumes noires[33] » dans Le Château d’Otrante ; une jeune fille à qui il manque un pied dans « Le pied de momie » de Gautier (« l’apparition n’avait qu’un seul pied[34] ») ; la tête de saint Jean-Baptiste en ascension, « terrifiante vision[35] » qui saisit Salomé dans L’Apparition de Gustave Moreau décrite par Huysmans dans À rebours, ou une fosse de mine, dans Germinal :

C’était une masse lourde, un tas écrasé de constructions, d’où se dressait la silhouette d’une cheminée d’usine ; de rares lueurs sortaient des fenêtres encrassées, cinq ou six lanternes tristes étaient pendues dehors à des charpentes dont les bois noircis alignaient vaguement des profils de tréteaux gigantesques ; et, de cette apparition fantastique, noyée de nuit et de fumée, une seule voix montait, la respiration grosse et longue d’un échappement de vapeur, qu’on ne voyait point.[36]

Avec le Voreux perçu par Étienne Lantier comme une « apparition fantastique », on est proche d’un emploi métaphorique de la notion d’apparition : la mine bien réelle est transformée en monstre dévorateur qui apparaît telle une créature fantastique. Dans un autre registre, on peut aussi citer l’« Apparition de Combourg » dans les Mémoires d’outre-tombe. Je rappelle que c’est le titre du chapitre où Chateaubriand évoque le surgissement soudain de tout un pan de son passé suite à l’audition du chant d’une grive :

À l’instant, ce son magique fit reparaître à mes yeux le domaine paternel ; j’oubliai les catastrophes dont je venais d’être le témoin, et, transporté subitement dans le passé, je revis ces campagnes où j’entendis si souvent siffler la grive.[37]

Proust, qui a d’ailleurs commenté ce passage, rend compte lui aussi de l’expérience de la madeleine en termes d’apparition : « Et tout d’un coup le souvenir m’est apparu.[38] »

La soudaineté et le caractère hallucinatoire de la vision, pour Combray comme pour Combourg, justifient la métaphore de l’apparition. Mais il ne s’agit pas que d’une métaphore, l’apparition est à entendre aussi au sens fantastique, surnaturel du terme : si cela va de soi chez Chateaubriand, qui parle d’outre-tombe et dialogue sans cesse avec les revenants, Proust prend soin de rattacher l’expérience de la madeleine à une nécromancie, une évocation des âmes :

Mais, quand d’un passé ancien rien ne subsiste, après la mort des êtres, après la destruction des choses, seules, plus frêles mais plus vivaces, plus immatérielles, plus persistantes, plus fidèles, l’odeur et la saveur restent encore longtemps, comme des âmes, à se rappeler, à attendre, à espérer, sur la ruine de tout le reste […].[39]

***

Dans mon essai Vampires, fantômes et apparitions, je m’intéresse ensuite aux apparitions surnaturelles, en focalisant sur les apparitions mariales, dont on sait l’importance au XIXe siècle (rue du Bac, La Salette, Lourdes, etc.). Et je me demande quelles ont été les retombées littéraires des apparitions de la Vierge, en particulier sur les scènes de première rencontre romanesques (analysées par Jean Rousset), où la vision de l’objet aimé est souvent évoquée comme une apparition.

En fait, les apparitions de la Vierge et les autres apparitions surnaturelles religieuses ont peu d’impact sur la littérature française du XIXe siècle – contrairement à la littérature allemande –, car cette littérature veut rester laïque. Même la littérature fantastique se garde du surnaturel religieux. Malgré les vœux de Chateaubriand, le merveilleux chrétien n’a pas pris dans la littérature française du XIXe

Pour d’autres développements, je me permets de vous renvoyer à mes Vampires, fantômes et apparitions[40].

Daniel Sangsue est professeur émérite de l’Université de Neuchâtel. Il est l’auteur d’essais sur le récit excentrique, la parodie, Stendhal et, plus récemment, sur les fantômes : Fantômes, esprits et autres morts-vivants, essai de pneumatologie littéraire (José Corti, 2011), Vampires, fantômes et apparitions, nouveaux essais de pneumatologie littéraire (Hermann, 2018), Journal d’un amateur de fantômes (La Baconnière, 2018).

[1] Daniel Sangsue, Fantômes, esprits et autres morts-vivants. Essai de pneumatologie littéraire, Paris, José Corti, coll. « Les essais », 2011.

[2] Daniel Sangsue, Vampires, fantômes et apparitions. Nouveaux essais de pneumatologie littéraire, Paris, Hermann, coll. « Savoir lettres », 2018.

[3] Roger Caillois, Anthologie du fantastique, t. I, De la féérie à la science-fiction, Paris, Gallimard, 1966, p. 11.

[4] Le Nouveau Petit Robert, éd. 1993, p. 101, article « apparition ».

[5] Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, article « apparition », Paris, Administration du Grand dictionnaire universel, 1866, t. I, p. 505.

[6] Guy de Maupassant, « La peur » [Le Figaro, 25 juillet 1884], Contes et nouvelles, éd. Louis Forestier, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1979, t. II, p. 198. Je souligne.

[7] C’est dans cette nouvelle que se trouve la fameuse affirmation : « On se dit : « Plus de fantastique, plus de croyances étranges, tout l’inexpliqué devient explicable. Le surnaturel baisse comme un lac qu’un canal épuise ; la science, de jour en jour, recule les limites du merveilleux » » (ibid., p. 199).

[8] Pour une étude détaillée de cette formule, voir mes Vampires, fantômes et apparitions, op. cit., chap. 12, « Enquête sur une apparition (Gustave Flaubert, L’Éducation sentimentale, I, 1) ».

[9] Clément Rosset, Le Réel. Traité de l’idiotie, Paris, Minuit, 1977, p. 136.

[10] Ibid., p. 137.

[11] Comme on sait, la projection de ce film, le 28 décembre 1895, fit pousser des cris d’épouvante aux spectateurs effrayés par l’apparition de la locomotive arrivant sur eux.

[12] Trad. Prosper Mérimée. Voir Prosper Mérimée, Œuvres complètes, éd. Antonia Fonyi, Jean-Louis Backès et Michel Cadot, Paris, Champion, 2016, Section I, t. 6, Études et traductions de littérature russe.

[13] Henri Bergson, « « Fantômes de vivants » et « recherche psychique » », L’Énergie spirituelle, Paris, PUF [1919], coll. « Quadrige », 2003, p. 64. Sur les fantômes de Bergson, voir mes Fantômes…, op. cit., p. 149-157.

[14] Honoré de Balzac, « Le Réquisitionnaire », in Le Colonel Chabert, suivi de trois nouvelles, éd. Patrick Berthier, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 1974, p. 236.

[15] Voir aussi l’apparition de Rogojine à Hippolyte dans L’Idiot de Dostoïevski (trad. G. et G. Arout, Paris, Le Livre de poche, 1972, t. II, III, ch. VI, p. 147-150). Et également Mark Twain, « La télégraphie mentale », Un majestueux fossile littéraire, trad. François de Gail, Paris, Gallimard, coll. « Folio 2 € », p. 86 sqq et 92.

[16] Voir mes Fantômes…, op. cit., p. 19.

[17] Maxime Du Camp, Souvenirs littéraires, Paris, Balland, 1984, chap. « Les illuminés », p. 188 et 190. Dans L’Encre de la mélancolie, Jean Starobinski note à propos de Baudelaire que le deuil et la mélancolie sont propices aux phénomènes de paréidolie (Paris, Éditions du Seuil, 2012, p. 457).

[18] Daniel Sangsue, Vampires…, op. cit., p. 263-267.

[19] Edgar Allan Poe, « Le chat noir », Œuvres en prose, trad. Charles Baudelaire, éd. Yves-Gérard Le Dantec, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1951, p. 281 et 282.

[20] Ibid., p. 282.

[21] Sur la genèse et le développement du spiritisme, voir la synthèse de Guillaume Cuchet, Les Voix d’outre-tombe. Tables tournantes, spiritisme et société au XIXe siècle, Paris, Éditions du Seuil, coll. « L’univers historique », 2012.

[22] Gaston Leroux, Le Fantôme de l’Opéra [1910], Paris, Le Livre de poche, s. d., p. 229.

[23] Mademoiselle Clairon, Mémoires écrits par elle-même…, Genève, Slatkine Reprints, 1968 (réimpr. de la Collection des mémoires sur l’art dramatique, 1822-1825, t. VIII), p. 82.

[24] Voir chap. 27, « Scènes de tables : Hugo et les tables tournantes », de mes Fantômes…, op. cit., en particulier p. 508-514.

[25] Allan Kardec, Le Livre des médiums, Paris, Didier, 1861, p. 128-129.

[26] Allan Kardec, « Vocabulaire spirite », Instruction pratique sur les manifestations spirites, Paris, Bureau de la Revue spirite, 1858, p. 48.

[27] Guy de Maupassant, « Lui ? », Contes et nouvelles, op. cit., t. I, p. 57.

[28] Guy de Maupassant, « La peur », Contes et nouvelles, op. cit., t. II, p. 201.

[29] Guy de Maupassant, « Le tic », Contes et nouvelles, op. cit., t. II, p. 190.

[30] Charles Rabou, « Le ministère public », dans Les Maîtres de l’étrange et de la peur, Francis Lacassin éd., Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 2000, p. 550.

[31] Auguste de Villiers de l’Isle-Adam, L’Ève future, Œuvres complètes, éd. Allan Raitt et Pierre-Georges Castex, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1986, t. I, p. 828.

[32] Mary Shelley, Frankenstein ou le Prométhée moderne, trad. Germain d’Hangest, éd. Francis Lacassin, Paris, Garnier-Flammarion, coll. « GF », p. 77.

[33] Horace Walpole, Le Château d’Otrante, trad. Dominique Corticchiato, Romans terrifiants, éd. Francis Lacassin, Paris, Laffont, coll. « Bouquins », 1984, p. 12. Objet surnaturel ou vision ? « Il fixait son regard sur ce qu’il voulait en vain considérer comme une hallucination » (ibid.).

[34] Théophile Gautier, « Le pied de momie », Romans, contes et nouvelles, éd. Pierre Laubriet, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2002, t. I, p. 861.

[35] Joris-Karl Huysmans, À rebours, éd. Daniel Grojnowski, Paris, Flammarion, coll. « GF », 2004, p. 93.

[36] Émile Zola, Germinal [1885], Paris, Fasquelle, Le Livre de poche, s. d., p. 8.

[37] François René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, éd. Jean-Claude Berchet, Paris, Garnier / Le Livre de poche, 1989, t. I, p. 260

[38] Marcel Proust, À la recherche du temps perdu, t. 1, Du côté de chez Swann [1913], éd. présentée et annotée par Antoine Compagnon, Paris, Gallimard, coll. « Folio classique », 1988, p. 46.

[39] Ibid. Je souligne.

[40] Daniel Sangsue, Vampires, fantômes et apparitions, op. cit..


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search