George Sand et Eugène Delacroix — par Claire Chagniot

George Sand et Eugène Delacroix, Musée Eugène-Delacroix (septembre 2016-février 2017)

C’est à un parcours Delacroix renouvelé qu’invitent la restauration récente de la Chapelle des Saint-Anges dans l’Église Saint-Sulpice (voir entretien de Maryse Savalle avec Marie Montfort à ce sujet) et le réaménagement du Musée national Eugène-Delacroix, à quelques pas de là. Le déménagement de la documentation dans l’ancien espace d’accueil, désormais situé au rez-de-chaussée, a en effet permis l’ouverture au public de la salle à manger de l’appartement-musée : les amis, les proches et les admirateurs du peintre y sont désormais présentés plus au large, avec par exemple actuellement la copie par Odilon Redon du plafond de la galerie d’Apollon au Louvre. À côté, dans la pièce principale, une sélection de sujets religieux, de scènes orientales et de fauves donne un échantillon du génie singulier et universel, qui faisait l’étonnement de Champfleury et de Baudelaire, par exemple.

Troisième actualité : l’accrochage George Sand et Eugène Delacroix. Il marque l’entrée dans les collections nationales du petit portrait de George Sand peint sur bois par Delacroix en 1834. Les circonstances de sa réalisation sont bien documentées. François Buloz avait commandé ce portrait pour le faire graver et publier dans la Revue des deux mondes à laquelle collaborait George Sand depuis un an. Désespérée par la fin chaotique de sa liaison avec Musset, la jeune femme venait de sacrifier sa chevelure à son amant. Elle pose en habit d’homme et détourne le regard, avec une expression douloureuse. Le camaïeu de bruns choisi par Delacroix, peut-être justifié par le projet de gravure, ainsi que les effets de lumière, très contrastée, accentuent la tonalité dramatique de cette figure du chagrin.

Eugène Delacroix (1798-1863), George Sand habillée en homme, 1834, huile sur bois, 26 x 21,5 cm, Coll. musée national Eugène-Delacroix
© Musée du Louvre, dist. RMN – Grand Palais / Philippe Fuzeau

L’amitié née lors des séances de pose de novembre 1834 unit durablement Sand et Delacroix, au-delà de leurs modes de vie et de leurs engagements différents, ainsi que le prouvent leurs Journaux et leurs correspondances : presque trente ans de confidences, de conseils personnels et professionnels, d’encouragements et de réflexions sur le rôle de l’artiste. Des nombreuses expositions où ce portrait a été présenté alors qu’il appartenait encore aux descendants de François Buloz, on retiendra en particulier Eugène Delacroix et ses amis (1932), sous l’égide de Maurice Denis. Cette manifestation marquait en effet les débuts du Musée et une première entrée du précieux panneau rue de Furstenberg.

L’espace de l’atelier lui est aujourd’hui entièrement dévolu, le temps de cette exposition qui fraie plusieurs pistes dans la relation Sand-Delacroix. Leurs amours littéraires partagées d’abord : Shakespeare, Byron et Goethe, qu’illustrent ici plusieurs planches de la fameuse suite Faust (1828) et des pierres lithographiques des sujets de Hamlet (1834-1843). On leur a associé l’Éducation de la vierge (1842), peint lors de l’un des séjours de Delacroix dans la maison de Nohant, qui lui inspira aussi l’année suivante le grand Bouquet de fleurs dans un vase (Vienne). Ce sujet est en effet le premier nommé par George Sand lorsqu’elle établit en 1853 pour Théophile Silvestre la liste des tableaux et dessins de son ami alors en sa possession. Leur nombre semble s’être finalement élevé à une trentaine (voir la thèse de Michelle Tourneur).

Autre emblème de la communion des arts, le dessin Portrait de Chopin en Dante introduit un regroupement de portraits et de caricatures de George Sand. Parmi eux, la gravure au burin que Luigi Calamatta donna de son portrait par Delacroix pour la Revue des deux mondes de juillet 1836. Le peintre en fut très mécontent : non seulement le graveur s’y attribuait l’invention du dessin mais, avec sa chevelure plus sagement coiffée et son expression songeuse, la jeune femme avait perdu de sa pathétique beauté. Un portrait de Léon Riesener peint par Delacroix dans ce même hiver 1834-1835 et rarement montré présente d’ailleurs une intéressante similitude de facture avec celui de George Sand.

Une troisième section rassemble des autographes : on lit d’abord quelques unes des lettres échangées par les deux amis, si nombreuses qu’elles ont donné matière à l’édition de leur correspondance croisée. Un dernier manuscrit intéresse la fortune critique du portrait : il s’agit de l’éloge enflammé du tableau de Delacroix par lequel Jules Janin revenait en 1862 des préventions formulées dans L’Artiste en 1839. Le portrait de George Sand était devenu une icône romantique, dont la présentation aurait gagné peut-être à être accompagnée d’une publication, même modeste. Le spectateur désireux d’approfondir ce sujet se reportera donc au site de la maison de ventes bellifontaine Osenat, qui donne une copieuse bibliographie.

Claire Chagniot

À lire :

– Michelle Tourneur, George Sand et Delacroix, Thèse de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Grenoble, 1970

Sand Delacroix. Correspondance. Le rendez-vous manqué, éd. Françoise Alexandre, Paris, Les Éditions de l’amateur, 2005.

– Vente du 17 avril 2016 par la Maison Osenat, catégorie « L’esprit du XIXe siècle », URL : http://www.osenat.fr/html/fiche.jsp?id=5893605&np=1&lng=fr&npp=150&ordre=&aff=5&r=&sold=


Vous aimerez aussi...