Marie Madeleine, la Passion révélée — par Mathilde Leïchlé

Marie Madeleine, la Passion révélée, Bourg-en-Bresse, Monastère de Brou (octobre 2016-février 2017), Carcassonne, Musée des Beaux-Arts (février-mai 2017), Douai, Musée de la Chartreuse (juin-septembre 2017).

« Toi seule sait aimer, comme il faut qu’il le soit,

Celui qui t’a marquée au front avec le doigt.

Celui dont tu baignais les pieds de myrrhe pure,

Et qui pour s’essuyer avait ta chevelure ;

Celui qui t’apparut au jardin, pâle encore

D’avoir dormi sa nuit dans le lit de la mort ;

Et, pour te consoler, voulut que la première

Tu le visses rempli de gloire et de lumière. »

Théophile Gautier, La Comédie de la Mort, 1838

C’est par ces vers de Théophile Gautier que s’ouvre l’exposition Marie Madeleine, la Passion révélée présentée au Monastère royal de Brou. Jusqu’à présent, la célèbre sainte n’avait jamais eu, en France, d’exposition consacrée à sa représentation du Moyen Âge à nos jours.

Le Monastère royal de Brou était l’endroit idéal pour accueillir cet évènement tant la Madeleine habite déjà ce lieu. Lorsque Marguerite d’Autriche le fonde au début du XVIe siècle, à la mort de son époux Philibert de Savoie, il n’est pas anodin qu’elle se choisisse comme patronne celle qui assiste à la résurrection de son frère, Lazare, puis à celle de Jésus, incarnant ainsi la victoire de l’amour et de l’espoir sur la mort. La sainte est représentée à plusieurs reprises dans l’église et elle figure également sur onze œuvres des collections permanentes du musée.

Gustav Adolf Mossa (Nice 1883-1971), Mary de Magdala, 1907, aquarelle, mine de plomb et encre sur papier blanc, Nice, musée des Beaux-Arts © Muriel Anssens

Sous les arcades du bâtiment principal du couvent, la scénographie de l’exposition, sobre, présente les tableaux, sculptures et autres petits objets devant des cimaises rouges, sans doute en référence à la passion sans majuscule. L’organisation en sections est très claire. Une première partie intitulée « Le développement du culte » définit la sainte et retrace son histoire. Elle est absolument nécessaire pour comprendre Marie Madeleine, tant cette figure est complexe. Avant l’unification des différentes figures de la sainte par le pape Grégoire le Grand en 591, elle correspond en effet à trois personnages de la Bible, à savoir la pécheresse du repas chez Simon, mais aussi Marie de Béthanie, sœur de Marthe et de Lazare, et Marie de Magdala, qui assiste à la Crucifixion et à la Résurrection.

L’exposition se déroule ensuite en suivant les différentes iconographies suscitées par Madeleine, présentées comme autant de facettes du personnage : elle est d’abord courtisane et myrrophore, celle dont le parfum passe de la sensualité à la dévotion, puis elle est celle qui oint les pieds de Jésus avec le parfum et les larmes au repas chez Simon et qui est pardonnée ; elle est ensuite la sœur de Marthe et Lazare, amis chers du Christ, mais aussi l’incarnation de la douleur au moment de la Passion et celle de l’espérance au moment du Noli me Tangere, face à la Résurrection, avant de quitter le monde pour faire pénitence et être élevée au Ciel. Enfin, la dernière séquence de l’exposition présente des œuvres et citations contemporaines pour souligner la fascination qu’exerce la sainte encore aujourd’hui.

Adolphe Lalyre, La Madeleine, vers 1900 © D. Lépissier/ Château Royal de Blois

Le XIXe siècle est au cœur de cette exposition. Dès la première cimaise, trois objets de cette époque montrent la dévotion des hommes de ce siècle pour la sainte et la place qu’elle pouvait occuper dans leur quotidien. Un bas-relief de petites dimensions en ivoire ajouré de Pierre-Adrien Graillon (v. 1833-1850, Dieppe, musée du château) représentant la sainte en prière souligne le rôle protecteur qui pouvait lui être dévolu en talisman portatif. Elle est aussi figurée sur un bénitier de chevet de Meillonnas (1800-1820, Bourg-en-Bresse, musée du Monastère royal de Brou), objet de dévotion quotidienne, tandis qu’un flacon de lotion pour les cheveux de Marie Nathalie Lévi baptisée « Eau de la Magdeleine » (1875, Paris, archives de la ville de Paris) souligne la fascination pour sa beauté et pour sa chevelure, qui persiste malgré sa pénitence. Sur le mur d’en face, le visiteur peut observer une mosaïque reprise du décor de l’église de la Madeleine à Paris (Auguste Guilbert-Martin d’après un carton de Charles Lameire, 1888, Paris, musée d’Orsay), temple dédié à la sainte et grand chantier artistique poursuivi tout au long du XIXe siècle, lieu fondamental pour l’iconographie de Marie Madeleine au cours de cette période.

Au fil de l’exposition, les œuvres du XIXe siècle montrent bien comment la sainte est choisie pour incarner une image de la religion et de la foi sensible et proche des hommes, proche de l’amour dans sa spontanéité et sa vérité. Par exemple, pour représenter la Passion du Christ, le peintre Ary Scheffer choisit un portrait rapproché du visage de la Madeleine marqué par la douleur d’un amour absolu et perdu, d’un deuil humain et vrai, avant la révélation de la Résurrection (Marseille, musée des Beaux-Arts).

Attribué au maitre de la légende de Marie Madeleine, Portrait en Marie Madeleine (Marie de Bourgogne ou Marguerite d’Autriche ?), vers 1500-1510, panneau peint sur chêne, Chantilly, musée Condé, donation Poncins-Biencourt

Il est également très intéressant que plusieurs portraits en Marie Madeleine ponctuent l’exposition, qu’il s’agisse de Marguerite d’Autriche au XVIe siècle (Chantilly, musée Condé) ou de la femme du peintre Philippe Lejeune en 1950 (Boulogne-Billancourt, musée des années 30). Les artistes, et par extension les hommes, s’approprient ce personnage biblique comme une figure bienveillante et protectrice, qui comprend leurs douleurs.

Selon le père Henri Lacordaire, Marie Madeleine est celle qui incarne « les reliques vivantes de la vie de Jésus-Christ, […] le testament suprême de l’amitié de Dieu » (Sainte Marie-Madeleine, Paris, Librairie de Mme Ve Poussielgue-Rusand, 1860, p. 14). C’est bien ce qui transparaît dans les œuvres du XIXe siècle présentées dans l’exposition. Marie Madeleine est, pour ces artistes, celle qui souligne l’humanité du Christ, son amour et sa miséricorde. Dans une période où le christianisme a été ébranlé par la Révolution française et où il ne semble plus répondre aux attentes et angoisses du temps, le retour à la foi peut, pour eux, se faire par le biais de cette femme pécheresse et repentie, humaine et faillible. Elle révèle aux hommes la Passion et l’espoir qui lui ont été, la première, révélés.

 

Mathilde Leïchlé

Catalogue : Marie-Madeleine, la Passion révélée, M.-P. Botte, M. Briat-Philippe, P.-G. Girault et I. Renaud-Chamska, Saint-Étienne, IAC Éditions d’Art, 2016.


Vous aimerez aussi...