Corinne Doria : La soif du regard. Ophtalmologues et opticiens au XIXe siècle

La soif du regard. Ophtalmologues et opticiens au XIXe siècle

 

Corinne Doria

School for Advanced Studies of Tyumen

 

Introduction

Au cours de la seconde moitié du XIXe siècle, l’ophtalmologie se développe comme une spécialité médicale à part entière. Des chaires universitaires, des hôpitaux et des cliniques, des associations professionnelles et une presse spécialisée apparaissent dans plusieurs pays européens ainsi qu’aux États-Unis. Une nouvelle catégorie de praticiens maîtrisant les connaissances de leur temps sur l’appareil visuel commence à réclamer le monopole sur toutes les questions concernant les yeux et la vision. Ceci est le point de départ d’un conflit avec d’autres professionnels, notamment les opticiens-lunetiers, artisans spécialisés depuis des siècles dans l’art de fabriquer les verres optiques.

Cette contribution propose d’analyser les caractéristiques et les enjeux du conflit de compétences entre ophtalmologistes et opticiens qui s’est produit au courant des dernières décennies du XIXe siècle. Elle construit une étude de cas autour des ophtalmologistes et des opticiens-lunetiers français. Le texte est organisé en trois parties : la première présente les différentes sujets parmi lesquels les questions concernant la santé de la vue étaient partagées avant l’autonomisation de l’ophtalmologie comme spécialité médicale et esquisse les caractéristiques du processus d’émergence de l’ophtalmologie au XIXe siècle ; la deuxième analyse les relations entre ophtalmologistes et opticiens en France au cours des dernières décennies du XIXe siècle ; la dernière examine l’essor d’une véritable « soif du regard » chez ces deux groupes de professionnels au prisme du développement du marché des lunettes dans la France fin-de-siècle.

 

L’œil et la médecine

Pendant des siècles, les questions concernant la santé de l’appareil visuel ont été appréhendées dans cadre d’une conception holiste héritée de la médecine classique. Dans les textes de la médecine antique[1], les problèmes oculaires sont considérés comme le signe d’un déséquilibre humoral et traité par la diète, les saignement ou les lavements. Les connaissances de la structure de l’œil découlent de descriptions anatomiques faites par analogie à partir de dissections animales.

Si l’analyse des traités médicaux parus à l’époque moderne montre une connaissance de plus en plus approfondie et précise de l’anatomie de l’œil humain[2], la fonction visuelle n’attire pas spécialement l’attention de la profession médicale. Les théories de la vision formulées durant l’antiquité postulant la nécessité d’un contact entre l’œil et l’objet demeurent largement créditées[3]. Les études d’optique suscitent l’intérêt de mathématiciens et de philosophes plutôt que celui des praticiens. Si les travaux de Kepler[4] et Descartes[5] permettent d’identifier la rétine comme siège de la vision et mettent en relation les troubles de vision avec la conformation du cristallin, leur diffusion dans les milieux médicaux est pratiquement inexistante. Les médecins ayant suivi des études universitaires n’ont ainsi que des connaissances très limitées en matière de physiologie oculaire.

Pendant des siècles, les deux catégories de professionnels spécialisés dans le traitement des troubles de la vue ont été les barbiers-chirurgiens et les lunetiers. Introduit en Occident par la médecine arabe[6], le traitement chirurgical de la cataracte se répand rapidement en Europe, la fréquence de cette pathologie créant les conditions d’un marché lucratif, ouvert à des professionnels crédités autant qu’à des « oculistes » itinérants sans qualification. La seconde catégorie professionnelle est celle des lunetiers, spécialisés dans la production des verres optiques. Fabriquées d’abord dans les couvents, les lunettes sont par la suite produites par des artisans travaillant le verre et le métal. La vente des lunettes a été pratiquée dès ses débuts sous un régime d’une extrême liberté. Il est possible de les acheter dans les boutiques des artisans comme dans les épiceries ou chez les colporteurs. Le réseau de marchands ambulants est en particulier très étendu, surtout dans les campagnes[7]. Les colporteurs font d’ordinaire l’objet de critiques de la part des artisans-lunetiers, qui les accusent de vendre des produits de basse qualité à un prix exorbitant, souvent avec la promesse qu’elles serviront à guérir tous les problèmes de vue. L’achat des lunettes se fait de façon très empirique, le client lui-même les choisissant sur la base du confort visuel immédiat et de l’esthétique, la beauté de la manufacture de l’objet primant souvent sur les critères fonctionnels. En France, les premiers fabricants de lunettes sont attestés au XVe siècle. Deux siècles plus tard, on compte plusieurs centres réputés pour la fabrication des lunettes et des verres optiques, à commencer par la capitale[8]. La plupart des boutiques se trouvent dans le quartier de l’Horloge (IIIe arrondissement), qui prend le surnom de « quai des Lunettes ». De la fin du XVIIIe siècle date l’essor du pôle de Morez (Jura), commune spécialisée depuis le XVIe siècle dans la manufacture du métal[9], qui devient en l’espace de cinquante ans une des capitales mondiales de la production de lunettes.

Le XIXe siècle représente un tournant dans le domaine des études sur l’œil et la vision. L’ophtalmoscope, inventé par le médecin prussien Hermann von Helmholtz[10] en 1851, rend possible l’observation de l’intérieur de l’œil vivant[11]. L’ophtalmomètre, inventé lui aussi par Helmholtz en 1855 et perfectionné par l’ophtalmologiste français Émile Javal[12], permet de mesurer la courbure du cristallin et de la cornée et d’enregistrer les variations. Grâce à ces instruments, les connaissances sur l’anatomie et la physiologie de l’appareil visuel augmentent de manière significative, la réfraction et le mécanisme de l’accommodation pouvant être observés, mesurés et décrits avec exactitude. L’utilisation de ces nouveaux instruments est à la base de l’étude On the Anomalies of Accommodation and Refraction of the Eye, publiée en 1864 par le néerlandais Francis Cornelis Donders. Dans ce travail fondateur, Donders fournit la première description précise de la physiologie de l’œil humain, formulant les lois qui règlent les processus de la réfraction et de l’accommodation. Les travaux de Donders sont rapidement intégrés dans l’enseignement médical et dans la pratique clinique, et deviennent des ouvrages de référence.

La seconde moitié du XIXe siècle est également le moment où l’ophtalmologie commence à se singulariser et à devenir une spécialité médicale à part entière[13]. Un mouvement en ce sens est identifiable dès le début du siècle, mais à partir des années 1850, il présente une forte accélération et expansion. De plus en plus d’hôpitaux et de cliniques spécialisés ouvrent en Europe et aux États-Unis, devenant des lieux d’enseignement et de recherche. Des chaires commencent à être créées dans les universités[14] ; des revues scientifiques spécialisées sont fondées[15] ; des associations professionnelles voient le jour et des congrès internationaux commencent à être organisés de manière régulière. C’est à cette époque que les médecins commencent à regarder les lunettes sous un angle différent et à en étudier de manière systématique l’utilité potentielle dans le traitement des troubles de la vision.

La « soif du regard » au XIXe siècle

Au milieu du XIXe siècle, les lunettes sont depuis longtemps un objet d’usage commun. Utilisées d’abord par une minorité de la population (hommes d’Église, savants, classes riches), elles sont progressivement devenues accessibles au plus grand nombre. Les utilisateurs ne sont pas seulement ceux qui savent lire et écrire, mais aussi tous ceux qui font un travail de précision, comme les tailleurs, les bijoutiers, les graveurs, les ciseleurs, les horlogers. Il s’agit d’outils très accessibles, à la fois par le nombre de lieux où il est possible de les acheter (boutiques des artisans-lunetiers, bazars, épiceries, vendeurs ambulants) et par leur prix, la gamme des lunettes bon marché étant très fournie. La technique de fabrication des verres optiques est à l’époque très avancée. Sur le marché sont disponibles des lunettes munies de verres pour la vision de loin, de près, et aussi des lunettes bifocales[16].

Tout en étant clairement identifiées comme un dispositif en mesure d’améliorer la vue, les lunettes restent jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle aux marges du discours médical. Plusieurs raisons expliquent cela : l’état rudimentaire des connaissances en matière d’optique et de physiologie oculaire de la part des médecins, et le constat que, d’une manière générale, si les lunettes améliorent la vue, elles n’ont aucun impact sur les yeux eux-mêmes. Elles paraissent, au contraire, les rendre plus faibles, leur puissance devant être, en général, graduellement augmentée. Les médecins demeurent donc très prudents vis-à-vis de leur emploi. L’utilisation des lunettes n’est pas proscrite mais conseillée seulement en cas de réelle nécessité, et en général le plus tard possible. Ils recommandent toujours de faire un usage modéré des lunettes, de les utiliser seulement pour travailler ou pour lire, et d’associer leur emploi avec d’autres moyens thérapeutiques (herbes, collyres, etc.)[17], qui sont considérés comme autant, sinon plus efficaces[18].

Un discours scientifique sur les lunettes et les verres optiques en relation avec les problèmes de vision ne se développe qu’à partir des années 1860. Les premiers ophtalmologistes commencent à étudier la manière de corriger les vices de réfractions à l’aide des verres optiques. Donders est l’auteur d’une des premières études sur le choix des verres optiques en fonction des caractéristiques anatomo-physiologiques de l’œil, du pouvoir d’accommodation du cristallin, du type et degré d’amétropie[19]. C’est encore de la part des médecins que vient la proposition de classer les verres en fonction de leur pouvoir réfringent et d’adopter une unité de mesure internationale de la puissance des verres optiques[20].

L’inscription des lunettes à l’intérieur d’un discours scientifique modifie l’attitude des médecins à leur égard. De dispositif à utiliser avec précaution et de manière ponctuelle, regardé avec suspicion, elles deviennent l’instrument principal recommandé par les praticiens pour la correction des amétropies. Dès lors, le port des lunettes n’est plus simplement conseillé mais considéré comme nécessaire.  Il doit en plus être constant, et non pas limité à certains moments de la journée ou à des activités particulières.

La nouvelle posture des médecins vis-à-vis des lunettes change également leur rapport avec les opticiens[21]. En vertu de leurs compétences scientifiques, les médecins commencent à se considérer comme les seuls professionnels légitimes pour prescrire des lunettes et perçoivent les opticiens comme des concurrents potentiels. Ils se sentent d’autant plus en rivalité avec eux que, d’habitude, un bon opticien possède des connaissances d’anatomie et de physiologie oculaire très pointues et est capable d’exécuter des opérations – comme la mesure de la distance focale ou la localisation du foyer optique – qu’un médecin n’est pas capable de faire.

Chez les ophtalmologistes, deux postures se dégagent. Certains d’entre eux envisagent une collaboration avec les opticiens afin de mettre à profit les compétences respectives et d’unir leurs forces pour convaincre les clients de s’adresser à des professionnels en cas de problèmes de vision. Dans les principales revues d’ophtalmologie, telles que les Annales d’oculistique ou les Archives d’ophtalmologie[22], paraissent ainsi des articles qui recensent les noms et adresses d’opticiens de confiance ; des revues techniques comme l’Opticien industriel et scientifique [23] et la Revue française d’optique et de lunetterie [24] publient de leur côté des articles écrits par des médecins et les adresses des cabinets et cliniques ophtalmologiques[25]. Une bonne partie des ophtalmologistes refusent cependant d’entamer un dialogue avec les opticiens. Dès lors qu’elles constituent un dispositif médical – affirment-ils –, les lunettes doivent être un monopole des médecins spécialisés dans les problèmes de vue. Elles ne doivent être prescrites qu’après un examen de la vue que seul un praticien est en mesure de faire correctement. Le type de verre et sa puissance doivent également être déterminés par un médecin, qui fournira au patient une ordonnance détaillée que l’opticien devra simplement exécuter. Les opticiens ne doivent surtout pas examiner les yeux d’un client ou mesurer son acuité visuelle, car cela constituerait un véritable cas d’exercice illégal de la médecine[26]. S’ils continuent à recommander de ne pas s’adresser à un vendeur quelconque pour l’achat de lunettes, les ophtalmologistes considèrent désormais les opticiens comme de simples « techniciens » qui, certes, possèdent un savoir-faire mais qui sont dépourvus des connaissances scientifiques et médicales désormais indispensables.

Les opticiens, de leur côté, ne restent pas indifférents face à cette « médicalisation » des lunettes. Conscients de l’évolution en cours dans le domaine de l’ophtalmologie, ils veillent à mettre à jour leurs connaissances en la matière ; ils apprennent à manier l’ophtalmoscope et d’autres instruments ; ils dotent souvent leurs boutiques d’un cabinet équipé d’une instrumentation sophistiquée – parfois plus neuve que celle dont disposent les médecins – pour réaliser l’examen de la vue. Les opticiens sont en général favorables à la collaboration avec les ophtalmologistes, leur alliance étant utile pour bénéficier d’une clientèle plus importante et régulière et pour la défense des intérêts communs[27]. Cependant, ils refusent d’être rabaissés au rang de simples exécuteurs d’ordonnances et, tout en reconnaissant de ne pas avoir les connaissances médicales des ophtalmologistes, ils se considèrent tout à fait en droit de pratiquer l’examen de la vue et de prescrire des lunettes aux patients qui ne présentent pas des pathologies particulièrement graves[28].

Le marché des lunettes au XIXe siècle

Les changements dans les relations entre opticiens et médecins se produisent à une époque où le marché des aides à la vision est en pleine transformation. Si les lunettes deviennent progressivement un dispositif médical reconnu et adopté pas la science, elles s’imposent également comme un bien de consommation de masse inséré dans un marché internationalisé. À la fin du XIXe siècle, la demande de lunettes est en forte croissance. Le développement de la pratique de la lecture grâce à la diffusion de la presse et à la scolarisation d’une part de plus en plus importante de la population, a le double effet d’augmenter le nombre d’individus avec une vue faible et le besoin d’avoir une vision efficiente. Le développement de l’industrie du loisir fait croître la demande de binocles, de jumelles et de lunettes de spectacle. Les lunettes maintiennent aussi leur statut d’accessoire, qui suit l’évolution des goûts et de la mode et qui s’insère dans le circuit de la consommation de masse. Elles commencent à être vendues dans les grands magasins, qui ouvrent des comptoirs spécialisés ; elles sont aussi en vente dans les bazars, dans les boutiques de luxe, dans les librairies, et même dans les kiosques des gares[29]. Le prix du verre au mètre carré connaît une baisse progressive[30] en même temps que les techniques de fabrication des verres optiques s’améliorent, ce qui permet d’obtenir des verres aux qualités optiques nettement supérieures à ceux qui étaient produits au début du siècle [31]. Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, le prix des lunettes connait une baisse progressive grâce également à l’effet de la concurrence.

Face à la multiplication des commerçants proposant des lunettes, les opticiens tendent à être minoritaires[32]. Pour contrecarrer la concurrence, ils décident ainsi de renforcer leur image de spécialistes seuls en mesure de proposer des marchandises de haute qualité et des services (fabrication de lunettes sur mesure, réparations rapides) que le client chercherait en vain dans un grand magasin. La concurrence de ces derniers et celle des bazars font également comprendre aux opticiens la nécessité d’adopter de nouvelles stratégies commerciales. Dans les revues professionnelles sont ainsi publiés des articles qui expliquent l’importance d’avoir une boutique qui se présente bien, avec une belle vitrine où la marchandise est exposée d’une façon attractive ; d’autres articles insistent sur l’art de parler au client, de le mettre à l’aise, sur l’importance de la publicité dans les journaux et dans les revues. Afin d’augmenter leur clientèle, les opticiens commencent aussi à diffuser des notices informatives sur l’utilité des lunettes. Ils font ainsi imprimer des prospectus et des circulaires, publient des insertions dans la presse locale[33] pour expliquer que tout le monde, passés quarante-cinq ans, a besoin de lunettes pour lire et pour travailler de près[34]. Ils impriment et distribuent même des tableaux et des cadrans pour tester l’acuité visuelle à la maison[35].

 

Si l’essor de l’ophtalmologie et la reconfiguration du marché des lunettes dans la seconde moitié du XIXe siècle ont un impact considérable sur les discours et les pratiques des professionnels et sur les modalités de production et de vente des lunettes, elles n’entrainent pas une modification des attitudes des clients. Le discours médical n’arrive pas à influencer véritablement le grand public, qui ne paraît pas réceptif à l’impératif de s’adresser aux ophtalmologistes avant d’acheter des lunettes. Ces derniers dénoncent de manière constante ces comportements, depuis les années 1880 jusqu’à la veille de la Grande Guerre. Dans un article sur « l’hygiène de la vue » paru dans l’Opticien industriel et scientifique le 30 octobre 1887, le docteur Chevallereu dénonce l’ignorance du public :

Les lunettes forment d’ailleurs le chapitre le plus important de l’hygiène de la vue, mais les jeunes gens contractent souvent l’habitude de porter des verres mal choisis et dont ils pourraient parfaitement se passer, et plus tard, au contraire, par suite d’un autre genre de coquetterie mal placée, bien des personnes laissent leur vue se fatiguer et s’affaiblir au lieu de se résoudre à porter des verres dont elles auraient le plus grand besoin [36].

Présentes dans les comptoirs des grands magasins, étalées dans les vitrines des opticiens comme des bazars, les lunettes figurent dans les catalogues, dans les revues, sur les affiches publicitaires. Tout cela conforte leur statut de produit courant et d’accessoire de mode. Même la diffusion d’informations à caractère médical dans des journaux nationaux n’a pas l’effet escompté : tout en accréditant l’idée que les lunettes sont un dispositif médical, elle permet au client d’envisager de manière autonome ses problèmes, dans une perspective d’« automédication » qui contribue au maintien des lunettes parmi les biens de consommation.

Leur vente reste entièrement libre, par ailleurs, malgré la demande de règlementation avancée dès les années 1860, d’abord par les opticiens, désireux d’être reconnus comme les seuls vendeurs attitrés[37]. Les motions présentées à plusieurs reprises par des représentants de la profession médicale visant à placer la vente des lunettes sous le strict contrôle des ophtalmologistes et à assimiler les opticiens aux pharmaciens[38] n’aboutissent pourtant pas à la mise en place d’une législation efficace, le poids du corps médical étant trop faible pour s’imposer face à un marché dont l’une des clés de la prospérité est précisément la liberté de vente.

Les opticiens soulignent à leur tour les conséquences fâcheuses du manque de règlementation de la vente des lunettes en France[39]. L’absence de reconnaissance officielle de leur profession et de normes qui en encadrent l’exercice les met en effet dans l’impossibilité de dénoncer comme illégitime la concurrence des bazars, des grands magasins, des quincaillers et des colporteurs[40]. Tout cela aboutit à ce que le client conserve sa position d’acteur principal et de décideur dans l’achat des lunettes, qu’il continue à exercer de manière libre et indépendante par rapport aux discours des « spécialistes ».

 

Conclusion

Les lunettes échappent donc au processus de médicalisation qui est mis en place entre la seconde moitié du XIXe siècle et le début du XXe, et ceci en dépit du développement d’un discours médical solide et agressif. Celui-ci commencera à se mettre en place dans l’entre-deux-guerres, quand le corps des médecins ophtalmologistes aura acquis une plus grande reconnaissance institutionnelle[41]. À la veille de la Grande Guerre, le client est encore et toujours celui qui détermine s’il a besoin ou pas de lunettes, qui décide ou non de s’adresser au médecin ou à l’opticien pour se faire examiner ou d’acheter directement des lunettes dans un des multiples commerces qui les vendent.

L’échec de la tentative de médicalisation des lunettes peut être imputé à différents facteurs. D’abord la lenteur avec laquelle, en France, l’ophtalmologie se développe comme spécialité médicale, surtout au niveau institutionnel[42] : à la fin du XIXe siècle, les ophtalmologistes ne disposent pas de structures (chaires universitaires, services dans les hôpitaux, cliniques spécialisées) en nombre suffisant pour leur donner une réelle visibilité et autorité sur le public. Par ailleurs, le coût élevé d’une consultation chez un ophtalmologiste décourage la plupart des gens de s’adresser à ces spécialistes. L’usage inapproprié des lunettes ne paraît pas présenter autant de danger, du reste, que la prise d’un mauvais médicament. Jouent également la lente diffusion en France d’informations sur l’hygiène de la vue par rapport à d’autres pays [43], ainsi que l’absence d’une véritable collaboration entre ophtalmologistes et opticiens, qui empêche qu’une profession faisant autorité soit clairement identifiée. Enfin l’entrée des lunettes dans le circuit commercial des grands magasins a consolidé leur statut de bien de consommation et d’accessoire de mode à un moment où les médecins luttent encore pour la reconnaissance de leur monopole dans l’exercice de la fonction médicale et ne disposent pas d’un pouvoir suffisant pour être en mesure de faire prévaloir leurs vues.

La « soif du regard » qui atteint médecins et opticiens pendant les dernières décennies du XIXe siècle reste donc en quelques sortes inapaisée, résistances et obstacles nombreux s’opposant à la tentative du corps médical d’en faire un « médicament pour les yeux » et à l’attitude ambiguë des opticiens, partagés sur la stratégie à adopter pour assurer leur position dans un marché hautement concurrentiel. Le croisement de ces facteurs, scientifiques, techniques et commerciaux, concourt à produire ce résultat et à maintenir le statut hybride des lunettes, entre dispositif médical et bien de consommation.

 

Corinne Doria est professeure d’histoire à la School of Advanced Studies de l’université de Tyumen (Fédération Russe). Chargée d’enseignement à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’IEP de Paris en 2019, elle a été Associate Research Fellow à l’Italian Academy for Advanced Studies (Columbia University). Ses recherches portent sur l’histoire de l’ophtalmologie et du handicap visuel. Elle est auteure de nombreux articles et contribution sur l’histoire sociale de la médecine. Parmi ses travaux : « From the darkness to the light. Memoirs of blinded Canadian veterans of the First and Second World Wars », Canadian Journal for Disability Studies vol. 7 No. 3, (2018), 122-14 ; « How to Face a Sanitarian Emergency. French Ophthalmologists and the Great War », First World War Studies, 2018, p. 1-17.

[1] Voir notamment Hippocrate, De la vision, dans Œuvres complètes, trad. Émile Littré, t. IX, Paris, Baillière, 1841.

[2] Voir en particulier Gabriele Falloppio, Observationes anatomicae, Venise, s.n., 1561, Fabricius de Aquapendente, Tractatus de oculo visusque organo, Padoue, s.n., 1601, Johann Gottfried Zinn, Descriptio anatomica oculi humani iconibus illustrata, Göttingen, s.n., 1727.

[3] Voir notamment Aristote, Traité de l’âme, éd. Richard Boéüs, Paris, Flammarion, 2018.

[4] Astronomia pars Optica, Francfort, s.d., 1604.

[5] « Dioptrique », en Discours de la méthode, Leyde, Imprimerie de Ian Maire, 1637.

[6] Cf. Daniel Albert et Diane Edwards, The History of Ophthalmology, Cambridge, Blackwell Science, 1996, p. 165-176.

[7] Cf, Laurence Fontaine, Histoire du colportage en Europe, XVe-XIXe siècle, Albin Michel, Paris, 1993.

[8] Le Compas, ouverte par le maître lunetier Chorez en 1625 sur l’île de Notre-Dame, est une des plus anciennes qui soient attestées ; le maître lunetier Thomin ouvre vers 1730 sa boutique à l’enseigne du Miroir ardent, dans la rue Saint-Jacques ; et Jean-Gabriel-Augustin Chevalier, patriarche de la famille d’artisans-lunetiers la plus réputée du pays, est également installé dans la capitale.

[9] Cf. Jean Marc Jean-Marc, Des clous, des horloges et des lunettes. Les campagnards moréziens en industrie (1780-1914), Paris, Éditions du CTHS, 2004.

[10] Sur la vie et l’œuvre de Hermann von Helmholtz, voir David Cahan, Hermann von Helmholtz and the Foundations of Nineteenth-Century Science, Berkeley, University of California Press, 1994.

[11] Voir George Rosen, The Specialization of medicine with particular reference to ophthalmology, New York, Arno Press & The New York Times, 1944 et George Weisz, Divide and Conquer. A Comparative History of medical specialization, Oxford, Oxford University Press, 2006.

[12] Parmi les nombreux travaux d’Émile Javal, rappelons Du strabisme, dans ses applications à la théorie de la vision, thèse de doctorat de l’université de Paris, 1868, Manuel du strabisme, Paris, Masson, 1896 et Physiologie de la lecture et de l’écriture, Paris, Alcan, 1905.

[13] À Berlin, une chaire d’ophtalmologie est créée en 1866. En France, les premiers cours ouvrent à l’université de Strasbourg à la fin des années 1860 ; à Paris, la première chaire est créée en 1878. Cf. George Rosen, The Specialization, op. cit., et George Weisz, Divide and Conquer, op. cit.

[14] Rappelons, parmi d’autres, les Annales d’oculistique (dont le premier numéro paraît déjà à la fin des années 1830), les Archives d’ophtalmologie (1883) et le Transactions of the Ophthalmological Society of the United Kingdom, 1882.

[15] Nous rappelons, parmi d’autres, les Annales d’oculistique (dont le premier numéro apparaît déjà à la fin des années 1830, les Archives d’ophtalmologie (1883) et le Transactions of the Ophthalmological Society of the United Kingdom, 1882. En 1862 est créé l’American Journal of Ophthalmology  ; les revues allemandes Archiv für Ophthalmologie et Klinische Monatsblätter für Augenheilkunde  sont créées respectivement en 1854 et 1863. 

[16] Cf. Jean Gabriel Augustin Chevalier, Le conservateur de la vue, Paris, Chez l’auteur, 1810.

[17] En particulier des infusions de centaurée bleuet, une herbe surnommée « casse-lunettes ».

[18] L’ophtalmologiste d’origine allemande Julius Sichel (1802-1868) conseille ainsi, passés quarante ans, de commencer à se servir de lunettes convexes dans la journée pour les travaux à la lumière artificielle, mais de ne pas les utiliser trop longtemps.

[19] Voir en particulier l’article « De l’usage et du choix des lunettes » paru dans les Annales d’oculistique, 1860, p. 234-242.

[20] La dioptrie est adoptée comme unité de mesure internationale de la puissance des verres optiques au Congrès international d’Ophtalmologie d’Heidelberg de 1875.

[21] Les artisans spécialisés dans la fabrication de lunettes et d’instruments d’optique prennent le nom d’opticiens à partir du XVIIIe siècle. Cf. Astrid Vitols, Dictionnaire des lunettes. Historique et symbolique d’un objet culturel, Paris, Bonneton, 1994.

[22] Archives d’ophtalmologie, Paris, Delahaye et Lecrosnier, 1880-1936.

[23] Opticien industriel et scientifique, Paris, s. n., 1883-1890.

[24] Revue française d’optique et de lunetterie, Paris, s. n., 1911-1914.

[25] Dans la première écrivent de célèbres ophtalmologistes comme les docteurs Chevallereau et Galezowski ; le rédacteur en chef de la seconde est un médecin, le docteur Caillaud.

[26] Cf. Maurice D’Aryenx, Règlementation de la vente des lunettes, Angers, Imprimerie de Germain et de Grassin, 1908.

[27] Cf. « Intérêts professionnels », Revue française d’optique et de lunetterie, mars 1911.

[28] Cf. Félix Cosse, Conférences médicales, Angers, Imprimerie de Germain et de Grassin, 1913, p. 6.

[29] L’Annuaire statistique de l’économie française rapporte qu’entre 1885 et 1891, il existe en France plus de 15 500 patentés en « bijouterie, horlogerie, lunetterie et objets de luxe » (Annuaire statistique de l’économie française au XIXe et XXe siècle, vol. 3, 1991, p. 57-58) ; à ces vendeurs spécialisés, il faut ajouter tous les commerces où il devient possible de trouver des lunettes (merciers, libraires, pharmaciens, quincaillers, ferblantiers, et même coiffeurs et bonnetiers). Cf. Jean-Marc Olivier, Des clous, des horloges et des lunettes : les campagnards moréziens en industrie (1780-1914), Paris, Éditions du CTHS, 2004 p. 425 et sq.

[30] Le prix du verre au mètre carré diminue de 30 % par décennie entre 1830 et 1871, puis de 15 % par décennie entre 1872 et 1914. Cf. Mathieu Boaglio, « Évolution des conditions de la production dans l’industrie du verre en France de la Révolution à nos jours. Contribution à l’étude des prix sur le long terme », thèse de doctorat, Paris, CNAM, 1990.

[31] A partir des années 1860, la technique de fabrication des lunettes à double foyer est perfectionnée, ce qui permet d’obtenir des verres garantissant un meilleur confort visuel. Cela signe l’essor des lunettes à la Franklin, dont la vulgarisation en France date des années 1880. Au milieu de cette décennie apparaissent sur le marché français les lunettes aux verres toriques, un type de verre qui élargit le champ visuel et permet une vision plus adaptée à l’œil. Inventés à Rome dans les années 1840, ces verres tombent dans l’oubli jusqu’aux années 1870. Ils se diffusent alors en Amérique avant d’atteindre le marché européen. Toujours à la même époque sont mis sur le marché les verres achromatiques, traités de manière à éliminer l’irisation violette typique de certaines verres optiques (notamment, les verres prismatiques), reconstituant ainsi la lumière réelle. Cf. Georges Bull, « Des verres de lunettes », Archives ophtalmologie, Lunettes et pince-nez : étude médicale et pratique, Paris, Masson, 1889, p. 89 et sq.

[32] Un rapport publié dans les années 1910 par l’Union centrale des Opticiens détaillants rapporte qu’à Paris pour 80 opticiens spécialisés on dénombre 800 horlogers, sans compter les couteliers, herboristes, pharmaciens, bazars et « magasins de nouveauté » vendant des articles d’optique. Cf. Félix Cosse, Réglementation de la vente des lunettes, Impr. G. Roy, Poitiers, 1913.

[33] Les habitants des campagnes sont particulièrement visés.

[34] « Dites [à vos clients] qu’à partir de 45 ans chacun doit porter des verres pour lire et travailler de près. Montrez-leur-en quelques mots pourquoi (durcissement naturel du cristallin, qui ne permet plus l’accommodation) » (Courrier de l’horlogerie, 15 septembre 1911). Voir aussi infra note 18.

[35] Ainsi, le Courrier de l’horlogerie publie dans sa livraison du 15 février 1912 un cadran pour tester l’astigmatisme accompagné des instructions pour s’en servir : « Regardez ce cadras. Si toutes les lignes ne vous paraissent également distinctes, Si une série de ces lignes vous semble nette et les autres floues, […] vous être astigmate. Des verres cylindriques convenablement choisis rendront votre vue normale ».

[36] L’Opticien industriel et scientifique, organe de la construction des appareils optiques, Paris, s.n., 1883, 30 octobre 1887.

[37] « Il serait à désirer que la vente des verres et des lunettes fût réglementée et qu’on les considérât comme des médicaments ; il faudrait donc interdire toutes les fabrications vicieuses, et ne permettre la vente des lunettes qu’à des fabricants sérieux, auxquels un diplôme de capacité serait délivré » (Arthur Chevalier, Hygiène de la vue, Hachette, Paris, 1862, p. 9).

[38] Cf. Maurice D’Ayrenx, Règlementation de la vente des lunettes, op. cit.

[39] Courrier de l’horlogerie, mars 1911.

[40] Revue française d’optique et de lunetterie, avril 1911. Voir également l’article de Raoul Odin, opticien, publié dans la Revue française d’optique et de lunetterie en juillet 1913 et intitulé « En attendant la réglementation ».

[41] Cf. Corinne Doria, « L’impact de la Grande Guerre sur l’ophtalmologie française. Organisation sanitaire, traitement des blessés, réparations de guerre », Histoire des sciences médicales, 3/2016, p. 311-323.

[42] Les premières chaires d’ophtalmologie sont créées dans les facultés de médecine à partir des années 1880 seulement.

[43] Notamment la Grande-Bretagne, l’Allemagne ou les États-Unis, où le port de lunettes est à l’époque beaucoup plus commun qu’en France.


Vous aimerez aussi...