Présumées coupables — par Caroline Muller

Présumées coupables, Paris, Archives Nationales (novembre 2016–mars 2017)

 

Ouvrières sous la surveillance d’une religieuse, dessin d’Aristide Delannoy, L’Assiette au beurre, 1901. Arch. nat. AE/11/2940

La sorcière, l’empoisonneuse, la femme infanticide, la pétroleuse, la traîtresse sont autant de figures de femmes « présumées coupables » qui nous sont présentées aux Archives Nationales dans une riche exposition faisant la part belle aux documents d’archives. Les premiers datent des XIVe et XVe siècles et donnent à voir les premiers procès en sorcellerie, les derniers dépeignent les violences subies à la Libération par les femmes soupçonnées d’avoir collaboré. Deux salles s’intéressent particulièrement au XIXe siècle : la figure de l’empoisonneuse acquiert une nouvelle dimension dans l’anthropologie criminelle en plein essor, tandis que celle de la pétroleuse s’impose dans l’imaginaire collectif après la Commune de 1871. L’exposition met en dialogue cet imaginaire historique, qui a figé des stéréotypes de femmes criminelles, et la réalité des situations révélées par les archives judiciaires.

Encore un carreau d’cassé [jeune servante enceinte et sa maîtresse], publié dans Le Rire, 12e année, 1905-1906. Arch. nat., AE/II/3734

La scénographie rend ce dialogue possible grâce à un ingénieux système de présentation : chaque document exposé sous vitrine est assorti d’extraits de transcriptions qui défilent sur les panneaux. Des bandeaux colorés numérotés indiquent des passages des documents dont la transcription défile sur des écrans. S’il est parfois difficile de tout lire, en raison de la densité des informations fournies, ces renvois permettent au visiteur de lire directement l’archive dans le texte avant la mise en perspective  offerte par les explications. Les différents types de documents favorisent également le croisement des points de vue : procès verbaux, rapports d’interrogatoire font écho aux coupures de presse, photographies et peintures. Cette richesse documentaire permet la circulation entre la construction des mythes et la situation concrète des femmes criminelles présentées.

L’imaginaire associé aux actes des criminelles renvoie à celui de la féminité et du regard ambivalent que la société française du XIXe siècle pose sur les femmes, ainsi qu’aux rôles et places qu’elles occupent. Le poison est l’arme de celle qui nourrit, qu’elle soit la mère, la parente ou la domestique. On croise des empoisonneuses devenues célèbres dont les procès ont été suivis avec enthousiasme, à l’apogée du siècle de la presse : Hélène Jégado, cuisinière responsable de la mort de plusieurs dizaines de personnes ;  Violette Nozière, « l’ange noir » coupable d’avoir empoisonné ses parents ; Marie Besnard, la « bonne dame de Loudun » soupçonnée d’avoir assassiné plusieurs membres de son entourage.Les extraits de films et les coupures de presse montrent comment ces faits divers ont « inventé » la figure de l’empoisonneuse, jouant sur la duplicité d’une supposée nature féminine. À l’inverse, les documents d’archives révèlent la dimension pragmatique du choix du poison par ces femmes, arme domestique permettant de mettre fin à des violences : l’exposition présente des anonymes exécutées pour avoir empoisonné des maris violents.

Gustave Jamet, Gouvernement des femmes, 1848. Arch. nat., AE/II/3513

L’espace consacré aux femmes infanticides souligne à nouveau la précarité sociale des femmes criminelles. Les récits d’interrogatoire de servantes et de blanchisseuses se succèdent. Les documents judiciaires nous parlent de la solitude et de la précarité économique qui conduisent ces femmes à tuer leur nouveau-né. Pourtant consacrés à la violence féminine, ils nous parlent tout autant de la violence masculine : plusieurs d’entre elles, tombées enceintes de leur maître, sont ensuite jetées dehors. Pour ces femmes, l’infanticide apparaît comme le dernier recours dans des parcours de vie marqués par des violences sexuelles : plusieurs disent avoir cherché à avorter. Le geste criminel est une forme de réponse à la violence d’une société patriarcale qui exerce un contrôle sur les corps féminins.

La dernière figure de femme criminelle abordée, la « pétroleuse », révèle le regard porté sur les femmes combattantes, révolutionnaires, qui occupent une place inattendue dans l’espace public à l’occasion de la Commune de 1871. Accusées d’avoir incendié la ville de Paris, les « pétroleuses » sont interrogées par les tribunaux de guerre à Versailles. On retrouve à nouveau la dialectique entre l’imaginaire et la réalité du comportement de ces femmes. Ainsi, loin d’avoir allumé des incendies, « Marie-Louise » détenait des papiers communistes, « Hortense » a participé aux combats dans l’artillerie, tout comme « Élisabeth ». Ce qui leur est reproché est d’avoir occupé une place jugée illégitime au regard de leur genre, aux côté des combattants, et non les actes irrationnels immortalisés par l’iconographie. Une fois de plus, le mythe de la pétroleuse ne recouvre pas l’histoire des 1051 femmes jugées à l’issue de la Commune. Ce mythe cristallise plutôt la crainte du désordre des sexes.

Au total, l’exposition réussit le pari d’aborder la violence des femmes sans jamais oublier les contextes et terreaux sociaux dans lesquels les gestes criminels émergent. La variété des documents présentés permet aussi de comprendre la construction des imaginaires du crime au féminin, et la façon dont les stéréotypes pèsent ensuite dans les décisions de justice. Ces femmes présumées coupables ne sont pas jugées qu’à l’aune de leur crime réel ; elles sont aussi accusées d’avoir transgressé les règles du genre dans une société qui ne cesse de les réaffirmer.

Caroline Muller

Catalogue : Présumées coupables, avec une préface d’Elisabeth Badinter, éditions de L’Iconoclaste / Archives nationale, 2016.


Vous aimerez aussi...