Thierry Roger, La muse au couteau. Lecture des Amours jaunes de Tristan Corbière

Thierry Roger, La Muse au couteau: Lecture des Amours jaunes de Tristan Corbière, Presses de l’Université de Rouen et du Havre, coll. “Cours”, 2019

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100410690

Tiré de dix années d’oubli par Verlaine, rival posthume de Laforgue, salué par Tzara et Breton, Corbière n’est pas seulement le « poète maudit » ni « moderniste » qu’une certaine histoire littéraire a construit. Son œuvre, traversée par une puissance de dérision féroce, propose un recommencement du lyrisme à partir d’une esthétique polyphonique qui mêle dissonance antiromantique et consonance primitiviste. Son « ironie lyrique » (Bakhtine) perpétuelle ne peut plus être une quête de soi, mais une quête du vrai qui se fera aussi recueil de voix. Où l’on découvrira un « Maître-philosophe cynique » qui nous apprend à mourir de rire, qui « joue du couteau » contre une certaine tradition, romantique, contre le présent, parnassien, mais aussi contre la domination graphocentrique, et donc pour l’inscription du corps dans la langue : « Si ce n’est pas vrai – Que je crève ! ». 

Thierry ROGER est Maître de Conférences à l’Université de Rouen. Il a publié en 2010 chez Classiques GarnierL’Archive du Coup de dés. Etude critique de la réception dUn Coup de dés jamais n’abolira le hasard (1897-2007), ainsi que de nombreux articles sur la poésie moderne. 

 

Sommaire :

Remerciements

Note liminaire

Introduction. Inclassable Corbière

  • Lire Les Amours jaunes « aujourd’hui » : l’historicité du comprendre
  • « La génération poétique de 1860 » : Corbière, « Parnasse » et « Parnassiculet »
  • Du « Bohémien » romantique à la « vie de bohème » selon Murger
  • « Romantisme déromantisé »

Chapitre 1. « Un monstre de livre »

  • Une genèse difficile à retracer
  • « Titre mystérieux » et « titre pétard » (Baudelaire) : le « jaune » polymorphe
  • « Le monde jaune » (Hugues Laroche)
  • Structure et dynamique du recueil : « Trop broché pour être relié » ?

Chapitre 2. La persona lyrique du « poète contumace »

  • La crise d’identité de la poésie lyrique : « ta lyre, outil ridicule »
  • La figuration de soi : « répéterai tous mes rôles »
  • La multiplication des voix et des adresses : lyrisme et polyphonie
  • Le monde « à l’envers » : poésie « carnavalesque » et « ironie lyrique » (Bakhtine)

Chapitre 3. Amour, mort et Armor

  • « Les déserts de l’amour » (Rimbaud)
  • L’amour des « parias » : entre Éros et Agapè
  • Amour et Armor ou l’Éros cosmique : « ta gorge houleuse »
  • « La Muse camarde »

Chapitre 4. Le pur et l’impur

  • L’ascèse poétique : « Maître-philosophe cynique »
  • La désarticulation des unités du poème : l’expressionisme des « atroces accords »
  • Le réalisme « dialogique » (Bakhtine) : la langue comme « arlequin-ragoût »
  • Le primitivisme du « Sublime Bête » ?

Conclusion. L’exorcisme et la chanson

Anthologie critique

Bibliographie



Citer ce billet
Julien Schuh (2019, 11 décembre). Thierry Roger, La muse au couteau. Lecture des Amours jaunes de Tristan Corbière. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u07j

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search