Thierry Roger, La muse au couteau. Lecture des Amours jaunes de Tristan Corbière

Thierry Roger, La Muse au couteau: Lecture des Amours jaunes de Tristan Corbière, Presses de l’Université de Rouen et du Havre, coll. « Cours », 2019

http://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100410690

Tiré de dix années d’oubli par Verlaine, rival posthume de Laforgue, salué par Tzara et Breton, Corbière n’est pas seulement le « poète maudit » ni « moderniste » qu’une certaine histoire littéraire a construit. Son œuvre, traversée par une puissance de dérision féroce, propose un recommencement du lyrisme à partir d’une esthétique polyphonique qui mêle dissonance antiromantique et consonance primitiviste. Son « ironie lyrique » (Bakhtine) perpétuelle ne peut plus être une quête de soi, mais une quête du vrai qui se fera aussi recueil de voix. Où l’on découvrira un « Maître-philosophe cynique » qui nous apprend à mourir de rire, qui « joue du couteau » contre une certaine tradition, romantique, contre le présent, parnassien, mais aussi contre la domination graphocentrique, et donc pour l’inscription du corps dans la langue : « Si ce n’est pas vrai – Que je crève ! ». 

Thierry ROGER est Maître de Conférences à l’Université de Rouen. Il a publié en 2010 chez Classiques GarnierL’Archive du Coup de dés. Etude critique de la réception dUn Coup de dés jamais n’abolira le hasard (1897-2007), ainsi que de nombreux articles sur la poésie moderne. 

 

Sommaire :

Remerciements

Note liminaire

Introduction. Inclassable Corbière

  • Lire Les Amours jaunes « aujourd’hui » : l’historicité du comprendre
  • « La génération poétique de 1860 » : Corbière, « Parnasse » et « Parnassiculet »
  • Du « Bohémien » romantique à la « vie de bohème » selon Murger
  • « Romantisme déromantisé »

Chapitre 1. « Un monstre de livre »

  • Une genèse difficile à retracer
  • « Titre mystérieux » et « titre pétard » (Baudelaire) : le « jaune » polymorphe
  • « Le monde jaune » (Hugues Laroche)
  • Structure et dynamique du recueil : « Trop broché pour être relié » ?

Chapitre 2. La persona lyrique du « poète contumace »

  • La crise d’identité de la poésie lyrique : « ta lyre, outil ridicule »
  • La figuration de soi : « répéterai tous mes rôles »
  • La multiplication des voix et des adresses : lyrisme et polyphonie
  • Le monde « à l’envers » : poésie « carnavalesque » et « ironie lyrique » (Bakhtine)

Chapitre 3. Amour, mort et Armor

  • « Les déserts de l’amour » (Rimbaud)
  • L’amour des « parias » : entre Éros et Agapè
  • Amour et Armor ou l’Éros cosmique : « ta gorge houleuse »
  • « La Muse camarde »

Chapitre 4. Le pur et l’impur

  • L’ascèse poétique : « Maître-philosophe cynique »
  • La désarticulation des unités du poème : l’expressionisme des « atroces accords »
  • Le réalisme « dialogique » (Bakhtine) : la langue comme « arlequin-ragoût »
  • Le primitivisme du « Sublime Bête » ?

Conclusion. L’exorcisme et la chanson

Anthologie critique

Bibliographie


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search