Natalia Leclerc et Anne Pinot, “La Révolution a été faite par les voluptueux”. La Force du mal dans l’oeuvre de Dostoïevski

Natalia Leclerc et Anne Pinot, “La Révolution a été faite par les voluptueux”. La Force du mal dans l’oeuvre de Dostoïevski, Paris, Hermann, 2019.
 
Le mal est une question ancrée à la fois dans le champ de la morale et de la métaphysique, aux conséquences décisives sur les choix esthétiques des auteurs. Présente chez Dostoïevski dans ses romans aussi bien que dans ses textes de publiciste, elle permet une appréhension globale de l’œuvre. Dostoïevski est allé si loin dans la pensée du mal que sa création est un lieu où semblent converger ceux qui l’ont précédé comme ceux qui le suivent. Cet ouvrage se veut donc « polyphonique » et prend le parti de ne pas limiter les lectures à une approche univoque (qu’elle soit religieuse ou philosophique, psychanalytique ou structuraliste). L’intertextualité y est convoquée pour retrouver les sources de la création dostoïevskienne et mieux cerner ce qu’est l’expérience du mal et les raisons de son impossible éradication.
 


Citer ce billet
Julien Schuh (2019, 28 novembre). Natalia Leclerc et Anne Pinot, “La Révolution a été faite par les voluptueux”. La Force du mal dans l’oeuvre de Dostoïevski. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/u07d

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search