M. Le Mens, Modernité hermaphrodite

Magali Le Mens, Modernité hermaphrodite, art, histoire, culture, éditions du félin, 2019.

En 1978, sous le titre Herculine Barbin, dite Alexina B.  Michel Foucault éditait le journal d’une personne intersexe, Alexina Barbin, décédée en 1868. Le philosophe la nommait alors  –  comme cela se pratiquait aussi au XIXe siècle –  par le mot hermaphrodite. Dans la présentation du texte, il expliquait d’ailleurs qu’il avait l’intention de consacrer un volume de son Histoire de la sexualité aux hermaphrodites (Michel Foucault (ed.), Herculine Barbin, dite Alexina B., Paris, Gallimard, 1978, p.133). Les volumes II et III publiés en 1984, avant l’édition posthume du IVe volume en 2018, ont finalement resserrés leur propos sur la période antique et les premiers temps du christianisme, mais par cette intention de recherche, le philosophe, pointait déjà un manque manifeste et peu noté jusque-là concernant l’histoire ignorée de toute une partie de la population. 

Depuis les années 1970 les ouvrages parus sur le sujet se sont fait rares. Magali Le Mens vient combler ce manque et va même au-delà de l’histoire. C’est en effet en traitant des intersexes le sujet de façon interdisciplinaire qu’on arrive à mieux comprendre les enjeux qui se nouaient autant autour des personnes vivantes qu’autour des figures imaginées ou fantasmées. L’ouvrage Modernité hermaphrodite. Art, histoire, culture aborde près de deux siècles de l’histoire de ceux qu’on appelait jusqu’au début des années 2000 les hermaphrodites, qui, pour beaucoup, aujourd’hui préfèrent adopter la dénomination d’intersexes. Il commence au moment où pendant la seconde moitié du XVIIIe siècle les savants, anatomistes, philosophes, mythologues, artistes, littérateurs et érudits éclairés leur ont accordé un intérêt méthodique et symbolique particulier, et se termine au début du XXe siècle lorsqu’on a commencé à vouloir faire disparaître leurs anatomies sous les scalpels mutilant des chirurgiens.

Ce volume enrichi de 110 illustrations en couleur vient combler un manque dans l’histoire des personnes intersexuées. Jusqu’à présent, les ouvrages existants se concentraient uniquement sur l’aspect médical et biologique de leur histoire. Magali Le Mens propose de redonner une présence à cette population oubliée tout en abordant l’histoire binaire de la différence des sexes, pour mieux la dépasser.

http://editionsdufelin.com/o-s-cat-r-628.html


Vous aimerez aussi...