Séminaire du TIGRE, séance du 8 novembre 2019

Le programme du TIGRE «Échanges, transferts, circulations» (dirigé par Evanghélia Stead) débute cette année avec une séance consacrée à la Sibylle et à sainte Cécile dont vous trouverez les résumés ci-dessous.

Luisa Calé (Birkbeck College, University of London), Sibyl and Sibylline Leaves across Media in the Age of the Codex 

et Amandine Lebarbier (Université de Nanterre), Sainte Cécile dans la ronde des arts

vendredi 8 novembre, 16h-19h, ENS, 29 rue d’Ulm, salle U 205.

 

Luisa Calé (Birkbeck College, University of London), Sibylline Leaves, Sibylline Books, and the Dynamics of the Codex in the Long Eighteenth Century

This paper discusses how the figure of the Sibyl is used to address the relationship between flying manuscript leaves, the typographical layout of the page, and the stability of the codex in British literature and visual culture of the long eighteenth century. Since John Dryden added a reference to book gatherings to Virgil’s account of the Sibyl’s scattered leaves in his translation of the Aeneid (1697), the figure of the Sibyl crops up in eighteenth-century writings reflecting on the tension between authors’ papers and the attempt to establish their texts in monumental book forms. The paper will address how the Sibyl changes under the pressure of different book forms, ending with William Blake’s illuminated books and his watercolour extra-illustrations to Edward Young’s Night Thoughts, where references to the Sybil question the possibilities of the book as a bound object, a figure of political or religious imposition, or a revolutionary form disbound and scattered to the wind. 

Luisa Calé (Birkbeck College, University of London), Feuilles sibyllines, livres sibyllins et la dynamique du codex au long dix-huitième siècle

Cet exposé discute la manière dont la figure de la Sibylle est utilisée pour aborder la relation entre les feuilles manuscrites volantes, la disposition typographique de la page et la stabilité du codex dans la littérature britannique et la culture visuelle du long dix-huitième siècle. Depuis que John Dryden a ajouté une référence aux livres réunis au récit de Virgile sur les feuilles éparses de la Sibylle dans sa traduction de l’Énéide (1697), la figure de la Sibylle réapparaît dans les écrits du XVIIIe siècle reflétant la tension entre les papiers d’auteurs et la tentative d’établir leurs textes sous forme de livre monumentaux. L’exposé traitera de la façon dont la Sibylle se modifie sous la pression de différentes formes de livre, pour finir avec les livres enluminés de William Blake et ses extra-illustrations à l’aquarelle pour Night Thoughts d’Edward Young, où les références à la Sybille remettent en question les possibilités du livre en tant qu’objet relié, une figure d’imposition politique ou religieuse, ou une forme révolutionnaire défaite et dispersée au vent.

Amandine Lebarbier (Université de Nanterre), Sainte Cécile dans la ronde des arts 

Cette communication s’attachera à montrer le rôle important qu’a joué la figure de sainte Cécile dans l’imaginaire musical européen. Différents media ont contribué à faire de la patricienne romaine légendaire une sainte patronne reconnue et célèbre dont, au premier chef, le tableau de Raphaël, L’Extase de sainte Cécile, peint en 1514. Nous nous intéresserons donc aux multiples incarnations de la sainte patronne de la musique et aux multiples récupérations dont elle a pu faire l’objet, en centrant notre parcours sur le XIXe siècle, et en empruntant des exemples à des champs d’études divers – iconographie, musique, littérature, mais aussi presse musicale, frontispices de partitions, etc. 


Vous aimerez aussi...