Albert Besnard — par Annie Dubernard-Laurent

Albert Besnard. Modernités Belle Époque, Évian, Palais Lumière (juillet-octobre 2016) et Paris, Petit-Palais, musée des beaux-arts de la ville de Paris (octobre 2016-janvier 2017).

Ce n’est pas un hasard si le Palais Lumière à Évian, ville mondaine de la Belle Époque, expose cette année encore un peintre, Albert Besnard (1849-1934), dont les portraits de la bonne société, officiels ou intimistes, ont jadis fait la réputation. L’an dernier en effet, Jacques-Émile Blanche (1861-1942) était déjà à l’honneur dans ce musée avec des portraits de dandys et d’élégantes, d’écrivains et d’artistes tels que Proust, Wilde, Henri James, Watts etc (Note de la rédaction : voir l’article d’Annie Dubernard-Laurent à ce sujet). Les bords du lac Léman attirent le beau monde.

Albert Besnard (1849-1934), Portrait de famille, vers 1890, huile sur toile, 132 x 120 cm, Paris, musée d’Orsay. Photo © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Franck Raux

Cependant le cas d’Albert Besnard est différent… Las de Paris et de ses mondanités, l’artiste trouve souvent refuge dans une maison qu’il fait bâtir à Talloires, avec sa famille, dont le portrait figure à l’exposition du Petit-Palais (Une famille, 1890). Il devient Haut-Savoyard de cœur, un peu comme Jean-Jacques Rousseau. Talloires, jolie bourgade située à l’est du lac d’Annecy, avec son abbaye, face au massif des Bauges, est tout le contraire d’Évian la mondaine sur la rive sud du Léman. La beauté des Alpes à Talloires, leur reflet dans les eaux du lac, le calme champêtre uniquement troublé par le clapotis de l’eau, la solitude, la vie simple des pêcheurs, le vert des prairies l’enchantent. Tout incite à la rêverie. Tout incite aussi à voyager, pour le plaisir de revenir. Ainsi, l’Angleterre, l’Espagne, l’Algérie, le Maroc, l’Inde, font entre autres partie du périple. Ce sont autant d’influences qui s’exercent sur ce peintre dont la carrière est une success story qui le mène, comblé d’honneurs et de charges, du Prix de Rome à l’Académie des Beaux-Arts et à des funérailles nationales. Artiste paradoxal toutefois, méprisé par Clémenceau, mais adulé de Proust.

Décorateur officiel de la Troisième République, il peut être vu comme le successeur de Puvis de Chavannes (1824-1898), de vingt-cinq ans son aîné. Il a été sollicité pour peindre par exemple la coupole d’entrée du Petit-Palais (1903-1910), le plafond de la Comédie-Française (inauguré en 1910), l’Amphithéâtre de chimie de la Sorbonne (1896), le Salon des Sciences de l’Hôtel de Ville (1890), la salle des mariages de la mairie du 1er arrondissement (1887), etc., tout  comme Puvis l’avait été pour le Palais de Longchamp à Marseille (1867-1869), le Panthéon, (1875), le grand amphithéâtre de la  Sorbonne (1886-89), l’Hôtel de Ville (1887-1894)…

Si l’on a coutume de définir Puvis comme peintre allégorique et symboliste, il est plus difficile de classer Besnard, à cause des influences diverses qu’il a reçues — sans nier celle de l’académisme. Mais celle de l’impressionnisme n’est pas évidente ici : nulle trace de la division de la touche, à peine un léger flirt avec celui-ci, comme par exemple dans Femme demi- nue dans l’eau (1890-1900), ou Une Source (« peinte avant 1912 »).

Albert Besnard (1849-1934). « Portrait de Francis Magnard ». Huile sur toile. 1884. Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais.   Dimensions :   82,5 x 109,5 cm

C’est cette diversité que met en relief l’exposition du Petit-Palais : le portraitiste mondain (Camille Barrère, 1906, portrait longiligne de l’ambassadeur de France à Rome ; La Princesse Mathilde, 1883 ; l’homme de presse influent Francis Magnard, 1884, très ingresque), le paysagiste de la Haute-Savoie bien-aimée (L’Île heureuse, 1900, qui n’est pas sans rappeler Watteau), l’orientaliste (La Marchande de fruit à Madura, 1911), le graveur, et enfin le dessinateur d’esquisses de décors muraux. De l’Angleterre, il retient quelques traits empruntés à Burne-Jones : La Femme en rouge est inspirée du peintre anglais, certes, mais le visage est traité d’une manière qui évoque plutôt le fauvisme, avant la lettre. D’autres éléments sont empruntés à Whistler dans le portrait, lumineux, de Jeanne Georges (1874) ou dans La Femme en jaune (1893), flamboyante mais peu ressemblante. D’autres encore à Sargent dans le Portrait de Madame Roger Jourdain (1886), objet de scandale incompréhensible aujourd’hui, en cause un jeu de lumière imaginaire ! Enfin, il emprunte aux graveurs britanniques, comme en témoignent les nombreuses eaux-fortes. Mais il reste éloigné de l’esthétisme fin-de-siècle.

Albert Besnard (1849-1934), Portrait de madame Roger Jourdain, femme du peintre, 1886 ou 1896, huile sur toile, 200 x 153 cm, Paris, musée d’Orsay, don de Mme Roger Jourdain, 1921. © RMN-Grand Palais (musée d’Orsay) / Hervé Lewandowski

De l’Orient (dernière salle de l’exposition), on retiendra un très beau portrait de Marocaine parée d’un voile orange (La Favorite, 1892), ainsi qu’une féerie de couleurs.

Albert Besnard a écrit trois livres, mais aucun ne décline de théorie particulière de la peinture. Ce sont plutôt des notes de voyage. Dans celui intitulé Annecy, il note : « Serait-ce excéder les bornes de la poésie que de dire que les montagnes ressemblent à des femmes ? Comme celles-ci, ne se servent-elles pas de tout ce qui peut les embellir ? Les feux de l’aurore, les brouillards du matin, le plein soleil, qui leur fait des ombres dont la transparence modèle leurs traits sans les durcir ; enfin le soleil couchant, qui les allume comme des torches » (cité par Emmanuelle Amiot-Saulnier, « Haute-Savoie, terre des rêves et de sensualité », L’Objet d’Art, hors-série Albert Besnard, p. 58).

Est-ce ce manque de théorisation claire, cette diversité d’approches, qui expliquent le relatif oubli dans lequel Albert Besnard était tombé ? Mais n’est-il pas justement un bel exemple paradoxal de cette « modernité Belle Époque » ici revisitée ? En tout cas, justice lui est rendue grâce à ces deux expositions, à Évian puis à Paris.

Annie Dubernard-Laurent

À lire :  L’Objet d’Art, hors-série Albert Besnard. Modernités Belle Époque, juin 2016.


Vous aimerez aussi...