Bruno Viard, Enseigner la littérature par temps mauvais

Bruno Viard, Enseigner la littérature par temps mauvais, Le Bord de l’Eau, 7 mai 2019.

La littérature est en France une grande cause nationale mais son enseignement traverse une phase critique qui n’intéresse pas les seuls professeurs. Bruno Viard en voit la raison, dans une approche trop éloignée de la vie, dominée par la théorie et la technique. Il faut remonter aux années 1960 pour en comprendre la cause. Le structuralisme à cette époque annula l’inscription des études littéraires dans l’histoire, que la Troisième République avait accomplie au tournant du XXe siècle, et retrouva les chemins de l’ancienne rhétorique. Cette pratique éloignée des réalités n’est plus tenable à l’heure où les menaces s’accumulent : mondialisation néo-libérale, bombe climatique, crise de l’Europe, montée des populismes et des nationalismes dans le monde.

La neutralité idéolgique apparente du structuralisme eut pour effet de bannir l’histoire et la psychologie des études de lettres. Apparue pendant les années de reconstruction des Trente Glorieuses, cette neutralité apparente cachait en réalité une déconstrustion radicale de l’esprit républicain. Cet essai repose donc sur une discussion entre l’esprit républicain et la radicalité dont Pierre Bourdieu, Michel Foucault et Roland Barthes restent les figures emplématiques.
Tant que l’histoire et la psychologie, écartées au profit d’une technologie froide, n’auront pas été réintégrées, il ne faut pas s’étonner qu’ayant les deux mains attachées, les études de lettres offrent un visage peu attrayant et qu’il n’y ait plus de discussions dans les amphis.
Mais quelle histoire et quelle psychologie ? Le marxisme et le freudisme ont inspiré un temps deux écoles critiques fécondes qui ont disparu sans avoir réussi leur jonction. L’auteur ne propose pas d’y revenir mais d’ouvrir de nouvelles pistes en cherchant d’abord comment la littérature s’inscrit dans l’histoire de la république dans ses heurs et malheurs depuis la Renaissance jusqu’à la décolonisation. Côté psychologie, il préfère à l’Œdipe une psychanalyse fondée sur le besoin de reconnaissance et ses vicissitudes. Le pari est de faire communiquer les trois sommets du triangle histoire / littérature / psychologie des profondeurs.

Table des matières
Introduction ……………………………………………………………………………….5
Histoire d’une épistémè …………………………………………………………………………… 8
L’oubli de la république…………………………………………………………………………. 12
Une autre psychanalyse ………………………………………………………………………….15
Chapitre 1 – La littérature et la vie………………………………………….17
Casser la pointe du crayon………………………………………………………………………17
Un nouveau mai 68 ?……………………………………………………………………………. 21
Généralité de la littérature parmi les spécialités ………………………………………… 23
Il y a des siècles ……………………………………………………………………………………. 24
Le précieux résidu ………………………………………………………………………………… 29
De la rhétorique au structuralisme …………………………………………………………..31
La mort de l’auteur et ses dommages collatéraux………………………………………. 33
Il y a plusieurs chambres dans la maison du Seigneur ……………………………….. 39
Des genres mineurs ……………………………………………………………………………… 45
Deux gros BB dans l’congélo …………………………………………………………………. 48
Chapitre 2 – La littérature et l’histoire…………………………………… 51
Une histoire de l’histoire littéraire ……………………………………………………………51
Germaine de Staël ou la littérature en mouvement……………………………………. 52
Pierre Leroux et la philosophie de l’histoire littéraire…………………………………. 57
Le vivant se nourrit du mort…………………………………………………………………………….59
Philosophie de l’histoire littéraire………………………………………………………………………61
Un Panthéon aux dimensions de l’ humanité………………………………………………68
La littérature après la Révolution ……………………………………………………………………..72
Relire Lanson ……………………………………………………………………………………… 77
Sur quel fond d’écran une œuvre apparaît……………………………………78
Illustration de la méthode de Lanson ………………………………………….84
Les Poètes, les Économistes, les Prêtres et les Républicains………………… 98
Le Poète et le Bourgeois …………………………..104
Le Poète et le Républicain…………………..105
Le Poète et le Prêtre………………………………………….110
Le siècle des intellectuels……………………………………………………………………….113
Chapitre 3 – La littérature et l’analyse des passions……………….. 121
La pensée radicale n’est pas radicale………………………………………………………. 122
Littérature et amour-propre …………………………………………………………………. 124
L’hybris grec ………………………………………………………………………………………. 129
Des moralistes classiques à Rousseau…………………………………………………….. 132
Le triangle des besoins………………………………………………………………………….135
Le carré de l’amour-propre…………………………………………………………………… 138
Montaigne psychanalyste ……………………………………………………………………. 140
Tocqueville psychanalyste……………………………………………………………………. 142
Deux analyses de cas ……………………………………………………………………………145
Le cas Musset ………………………………………………………………………………………………146
Le cas Nerval ………………………………………………………………………………………………148
De la psychologie à l’éthique …………………………………………………………………152
C o n c l u s i o n . . . . . . .. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 9


Vous aimerez aussi...