Loïk Maille : Démiurges, créateurs et découvertes dans La Prairie de James Fenimore Cooper

Les Folles croyances du XIXe siècle

Journée d’études des Doctoriales de la SERD, dir. M. Amandio, A. Lebarbier, M. Myoupo, A. Orset et M.-A. Tilliette, 2019

Démiurges, créateurs et découvertes
dans La Prairie de James Fenimore Cooper

Loïk Maille (Université Paris Nanterre / EA 3931 « Littérature et poétiques comparées »)

« – Que deviendra le monde de l’Amérique, où finiront les machinations et les inventions de ceux qui sont venus l’habiter, Dieu seul le sait. J’ai connu, dans ma jeunesse, le chef qui, dans son temps, avait vu le premier chrétien qui plaça son maudit pied sur les côtes d’York. Combien le désert n’a-t-il pas perdu de sa beauté pendant ces deux courtes générations ! […] La nature était alors dans toute sa gloire tout le long des côtes, et accordait à la cupidité des colons une étroite bande de terre entre la mer et les bois. [1] »

La Prairie – James Fenimore Cooper

Souvent considéré comme l’un des fondateurs d’une littérature américaine émancipée de son héritage culturel européen, James Fenimore Cooper apparaît dans le paysage éditorial français comme l’auteur d’une grande œuvre : Le Dernier des Mohicans. En réalité, ce roman s’inscrit dans un cycle de cinq récits, les Histoires de Bas-de-Cuir – ou Leatherstocking Tales. Publiés entre 1823 et 1841, ils suivent la vie de Natty Bumppo parmi quelques-uns des grands événements de l’histoire des États-Unis entre 1740 et 1804.

La Prairie est le troisième roman de ce cycle, publié en 1827. C’est pourtant celui qui tirera le rideau sur la vie de Natty, âgé de 80 ans, vieil homme solitaire retiré de l’avancée du monde, au crépuscule d’une vie fondamentalement américaine. James Fenimore Cooper situe son récit en 1804, peu de temps après un événement important de l’histoire des États-Unis : le Louisiana Purchase, ou « achat de la Louisiane ». Ce terme désigne la cession, un an plus tôt, par la France de plus de 2 000 000 km2 de territoire aux États-Unis. Cette surface représente environ 22 % de la superficie actuelle des États-Unis.

Le peuple américain, tout juste constitué, fait face à une terre immense, vierge, inconnue et hostile qu’il faut s’approprier pour la coloniser et l’unifier. Le texte de Cooper prend alors la forme d’un « débat fictionnalisé[2] » autour du sens que le Louisiana Purchase aura pour l’Amérique et les Américains. Dans ce roman, la prairie, cette vaste étendue vierge, est plus qu’un simple décor : c’est une idée, un idéal de l’Amérique en tant que terre promise et que land of opportunity. Les pionniers de ce Nouveau Monde entrent ainsi en lutte contre les habitants qui la peuplaient jusqu’alors pour investir cette terre qui semble infinie.

Carte du territoire du Louisiana Purchase, 1903,
Bureau of Land Management, Record Group 49

« La Terre n’était que chaos et vide[3] » : les pionniers et le Nouveau Monde

         Peu de temps après le Louisiana Purchase, Ismael Bush, sa femme Esther, et leurs enfants voyagent vers l’Ouest. S’enfonçant dans ces terres nouvellement acquises, ils font face à une étendue inexplorée et toute à découvrir. Le wagon comprend leurs quatorze fils et filles, la nièce d’Esther, le frère d’Esther et le docteur Obed Battius, un scientifique. Ismael a signé un contrat avec cet homme pour qu’il les accompagne. En échange, il peut parcourir avec eux cet espace inconnu peuplé de nouvelles espèces animales et végétales. La famille Bush se déplace enfin avec une jeune femme, Inez, capturée et retenue dans l’un des chariots. Ils fuient la civilisation, où les villes et les lois ont valu à Ismael d’être chassé et poursuivi. Ils croisent alors la route de Natty Bumppo sous les traits du vieux Trappeur qu’il est devenu.

Nous souhaitons développer dans le cadre de cette réflexion l’étude comparée des personnages du docteur Obed Battius et d’Ismael Bush. L’immense étendue de ce territoire vierge, soumis à aucune loi humaine, confronte chacun à son propre rapport à la terre, à la façon dont il va l’habiter et se l’approprier. Le scientifique et le hors-la-loi incarnent une figure semblable qui va déterminer les spécificités d’un même geste : celui de l’investissement de la prairie. À l’image du peuple américain qui investit ces terres pour se les attribuer, ce sont deux types d’appropriation qui se trouvent face à face. Ces deux visions du monde trouvent dans la prairie un territoire qui n’est pas encore habité, et qui est ainsi, en quelque sorte, en dormance. Si les Leatherstocking Tales suivent les traces de Natty Bumppo tout au long des cinq récits qui les composent, le docteur Obed Battius et le frontiersman Ismael Bush n’apparaissent que dans La Prairie. Dans le texte, ce sont deux personnages qui gravitent autour de Natty et reflètent les principales menaces contre son idéal de vie loin de la civilisation, précédant l’arrivée des pionniers. Battius et Bush introduisent avec eux les promesses d’un monde nouveau, en passe de remplacer l’ancien, un monde qui esquisse la prise de possession de cette terre promise par les hommes blancs face à leurs anciens habitants. Ils incarnent enfin tous deux la figure d’un démiurge qui fera apparaître et créera un monde à son image, sur la toile blanche des étendues arides de la prairie.

Ismael Bush et la création par le geste

Nous proposons d’introduire cette étude par une remarque d’onomastique. Comme l’indique John J. MacAleer dans son article « Biblical Analogy in the Leatherstocking Tales », Ismael est inspiré de son homonyme biblique[4]. Dans la Genèse, l’ange de l’Éternel, s’adressant à sa mère, décrit le fils à naître comme suit : « sa main sera contre tous, et la main de tous sera contre lui ; et il habitera en face de tous ses frères[5]. » Dans le texte de Cooper, Ismael Bush semble être le personnage qui concentre les conflits entre les différents peuples et nombreux sont les protagonistes qui lui sont opposés, par le verbe ou par le geste. En dehors de sa famille, il est identifié par tous comme un ennemi, un envahisseur, une menace à la vie telle qu’elle était avant son arrivée. Cette aversion peut s’expliquer de différentes façons. Tout d’abord, Ismael prend une terre sur laquelle il n’a aucun droit. En d’autres termes, il investit le territoire de la prairie comme s’il lui appartenait. Cette démarche vaut non seulement pour le territoire, mais également pour ses habitants puisqu’il voyage avec une jeune femme prisonnière dans l’un de ses chariots. Au-dessus de la loi des hommes, Ismael Bush méprise le droit à la propriété des autres, tout en le revendiquant pour lui-même. Ce trait de caractère participe à le définir puisque l’une des premières descriptions que nous donne Cooper indique : « Ismael Bush avait passé toute la durée d’une vie de plus de cinquante ans sur les extrémités de la société américaine, il se vantait […] d’avoir laissé rarement pénétrer la loi dans sa demeure[6] ».

En réalité, Bush n’obéit qu’à une loi : la sienne, se comportant ainsi comme Dieu lui-même. En quittant les terres civilisées de la côte Est américaine, Bush et les siens savent qu’ils pénètrent un territoire propre à leur fournir cette liberté, cette indépendance totale vis-à-vis de la loi commune à tous, pour établir la leur. Et si doute il y avait encore, Natty Bumppo le leur indique dès leur arrivée :

– Ne saviez-vous pas qu’en traversant le grand fleuve, vous laissiez derrière vous un ami qui est obligé de protéger celui qui est trop faible ou trop jeune pour se défendre ?

– De quel ami parlez-vous ?

– De la loi[7].

Ismael Bush est un homme centré sur lui-même, son indépendance et son anthropocentrisme lui permettent d’atteindre le bien-être individuel, au péril de toutes lois. Ainsi, mettant à profit cette nouvelle liberté totale dès son arrivée dans la prairie, il l’investit comme bon lui semble, ne tenant compte d’aucune contrainte extérieure, fût-elle d’ordre naturel. Alors que l’emplacement qu’ils convoitent pour dresser leur camp pour la nuit est couvert d’arbres, la famille Bush n’hésite pas à s’approprier ce terrain et à le remodeler à sa guise, faisant fi de sa disposition naturelle :

Ils s’avancèrent tous ensemble, se mirent à l’ouvrage, et avec une précision qui eût étonné un spectateur ignorant, ils dépouillèrent le petit emplacement qui leur convenait des arbres touffus qui l’encombraient, et cela, aussi complètement et presque aussi promptement que si un tourbillon furieux eût balayé la place en apparence.

L’habitant des Prairies les regardait en silence, mais avec attention. À mesure que ces arbres venaient frapper la terre, il levait les yeux, jetait un regard douloureux sur la place qu’ils laissaient vacante dans les airs, puis un sourire amer se peignait sur sa figure, et il se détournait en murmurant tout bas je ne sais quelles plaintes, comme s’il dédaignait d’élever la voix pour les exprimer[8].

Il est intéressant d’observer ici le rôle de contrepoint nostalgique de Natty, spectateur passif de l’avancée de ce monde nouveau qui prend possession du continent américain et l’aménage à sa manière, à mesure qu’il repousse la frontière prospective du territoire. Puisque la famille Bush a besoin d’un endroit sans arbres, Ismael ordonne de débarrasser ce coin de prairie de ceux qui l’encombrent, conséquemment à sa conception individualiste du monde et à sa figure de Dieu tout-puissant. L’emploi de ce terme d’encombrement révèle sans détour la gêne que cause à la famille l’état naturel du terrain sur lequel ils s’installent. Par conséquent, c’est tout naturellement qu’ils remodèleront l’endroit à leur convenance, considérant que cette terre est à eux : « – Qu’un homme se procure les peaux qui lui sont nécessaires pour se couvrir, à l’aide du fusil ou de la trappe […] je n’y vois pas grande différence. La terre n’a-t-elle pas été faite pour lui ? et tout ce qu’elle porte est également pour son usage[9]. »

Cette appropriation violente du territoire semble justifiée pour celui qui a une vision individualiste de la loi. Pis encore, n’obéissant qu’à sa justice, quand les hommes le condamnent d’après leur propre loi, Bush s’estime victime d’injustice : « Si les limiers de la loi ont placardé leurs affiches sur les arbres des clairières, ce ne fut point par suite d’aucune action répréhensible de ma part, vous le savez bien, mais parce que je soutenais le principe que la terre est la propriété de tous[10]. »

La terre étant propriété de tous, Bush s’y installe avec légèreté et violence. Placé dans le regard de Natty, le lecteur assiste alors, impuissant, à l’avènement du monde qui s’annonce : celui d’une appropriation sauvage et individualiste d’un territoire acquis pour des millions de dollars et considéré comme vierge au détriment de ses habitants d’alors : les Indiens d’Amérique, « légitimes possesseurs du pays, qui sont errants dans les plaines[11] ».

Obed Battius et la création par le verbe

Le docteur Obed Battius incarne l’exact opposé d’Ismael Bush : il vient d’un milieu privilégié, alors qu’Ismael est pauvre, il est éduqué alors qu’Ismael est illettré, et enfin il est rationaliste à l’excès alors qu’Ismael est un être instinctif. Chacun d’eux semble incarner une vision du monde opposée qui déterminera les singularités d’un même geste. Obed Battius est un personnage vaniteux, convaincu qu’il sait tout ce qu’il y a à savoir sur le monde, sans en avoir fait l’expérience concrète. Il tient un discours savant et érudit sur les hommes et le monde, mais cette connaissance est limitée, puisqu’elle n’a été acquise qu’entre les murs d’écoles et de bibliothèques et non au contact du monde. Pourtant, ce personnage passif, homme d’esprit plutôt que d’action et en tout point différent d’Ismael Bush, accomplit le même geste d’appropriation. Il prend part à la découverte des terres nouvelles, même si cette usurpation est initiée par la soif de connaissance – et de reconnaissance ! – scientifique. Pour conquérir le territoire qu’il convoite, celui du savoir, le docteur Battius doit lui aussi partir à la conquête du territoire géographique de la prairie. Alors que la troupe composée de plusieurs hommes, dont Natty « le Trappeur », attaque le camp d’Ismael Bush, Obed avance sous une pluie de balles.

Tandis qu’il suivait ses compagnons en gravissant le rocher avec la plus grande précaution, […], l’œil du naturaliste avait aperçu une plante qui lui était inconnue, croissant dans une crevasse à quelques pieds au-dessus de sa tête […]. Oubliant, en cet instant, toute autre chose que la gloire d’être le premier à inscrire ce joyau sur le catalogue de la science qu’il professait, il s’élança sur sa prise avec l’avidité d’un moineau qui fond sur une mouche. […] Le Trappeur le crut perdu ; mais le moment d’après, il le vit assis en sûreté dans une cavité formée par quelques grosses pierres qui avaient cédé au choc ; tenant en main d’un air de triomphe la plante qu’il avait convoitée, et fixant sur elle des yeux avides et ravis[12].

Ce court passage nous semble mettre en perspective deux aspects de l’appropriation territoriale initiée par le scientifique. Tout d’abord, Obed parvient à gravir le rocher, donc à conquérir un terrain qui n’est pas à lui par son avidité de découverte scientifique. Il souhaite prendre possession d’un territoire physique – ce qui en fait un colonisateur au même titre que les autres personnages – même si cela naît d’un désir de découverte scientifique. Mais tout en étant motivé par des convictions et une idéologie scientifiques, son geste reste le même : découvrir et s’approprier une terre nouvelle. De plus, son geste s’inscrit dans la continuité de celui d’Ismael Bush puisqu’il souhaite s’emparer de la connaissance de cette nouvelle plante en l’arrachant. Ainsi, en la découvrant et en se l’appropriant, il la déracine et la retire de son environnement naturel, non parce qu’elle l’encombre mais parce qu’elle devient, de cette manière, sienne. En privant cette plante de son environnement, il lui ôte le territoire dans lequel elle subsiste et la condamne ainsi à mourir. Cette image trouve un écho puissant en miroir de la famille Bush désarbrant l’espace qu’ils convoitent. Il est enfin difficile de ne pas y voir une violente métaphore de l’appropriation sauvage du territoire, en dépit de ses habitants – végétaux comme humains – au nom de la découverte scientifique. La polysémie du mot « découverte » nous semble ici intéressante et l’on emploie volontairement ce terme qui s’applique autant à la révélation d’un nouveau territoire géographique qu’à la révélation d’une nouvelle connaissance. Obed maintient un rapport abstrait au monde qu’il ne connaît que par ses livres. Sa façon d’investir ce territoire naturel est donc elle aussi bien souvent abstraite. S’il utilise certaines pratiques de la famille Bush pour conquérir son territoire, c’est aussi par la découverte scientifique qu’il s’approprie de nouveaux territoires du savoir, et du monde.

Les prétentions ridicules d’Obed Battius en font un personnage qui n’est pas sans rappeler David Gamut, du Dernier des Mohicans. En effet, tout au long du texte, James Fenimore Cooper met en scène le docteur Obed Battius se pavanant avec ridicule. Alors qu’il semble incarner une forme d’élite du peuple américain colonisant ces nouvelles terres – nous l’avons vu, il est éduqué, aisé et homme d’esprit, il ne parvient pas réellement à communiquer et à se faire comprendre des autres personnages. Cette indisposition à utiliser le langage de tous est souvent utilisée par James Fenimore Cooper comme un outil du registre comique. Nous l’observons notamment alors qu’une nuit, Obed décrit l’animal terrifiant qu’il est persuadé d’avoir rencontré :

Le monstre que j’ai découvert. Il approchait souvent de moi, et à mesure que je reculais, il avançait toujours davantage. Sans doute je ne dus la vie qu’à la petite lampe que je portai. Tout en écrivant, j’eus soin de la tenir entre nous deux, de sorte qu’elle me servait tout à la fois de flambeau et de bouclier. Mais vous allez entendre la description de l’animal, et vous jugerez alors des dangers que nous autres savants nous courons tous les jours pour agrandir le domaine de la science[13].

Vient alors la description de l’animal, qu’Obed conclut ainsi : « Voilà une bête qui va très probablement disputer au lion son titre de roi des animaux[14] ». Finalement, ils entendent un bruit, et le terrible animal réapparaît : le lecteur découvre alors qu’il s’agit simplement de l’âne que le docteur Battius a pris avec lui et non pas de « vespertilio horribilis americanus », le nom donné par Battius au monstre qu’il pensait avoir découvert. Et Cooper de conclure : « Depuis ce moment, le monde n’a plus entendu parler du vespertilio horribilis americanus ; et les sciences naturelles ont à jamais perdu un anneau précieux de cette grande chaîne animée qui unit, dit-on, le ciel à la terre, et dans laquelle l’homme se trouve si rapproché du singe. » Si cette remarque participe à rythmer le texte et à introduire humour et ironie, elle nous semble indiquer un en-dessous bien plus amer, comme le révèle l’aversion de Natty face à cet homme. À plusieurs reprises dans le texte, il est fait mention d’une véritable incapacité à partager un langage commun entre ces hommes issus de différentes classes. Obed se voit contraint d’abandonner à regret sa langue élitiste et ampoulée : « Je vois qu’il faut que je parle en langue vulgaire pour me faire comprendre[15] », déclare-t-il. De son côté, Natty annonce son incompréhension face au caractère exclusif de ses expressions : « Il est habitué à parler en paraboles[16]. », indique-t-il. En monopolisant un langage prétendument érudit et en catégorisant l’ensemble de ce qu’il voit, le docteur Obed Battius semble confisquer l’utilisation du langage savant et dominant. Or, c’est par ce langage qu’il parvient à s’emparer des terres qui l’entourent et de leurs habitants. Davantage encore, c’est par le langage, et en particulier par le langage écrit, comme nous allons le voir, que l’appropriation du territoire américain est légitimée. Tout d’abord par la redéfinition des frontières d’une carte, puis par la diffusion des lois qui autorisent la conquête de ce territoire. Si cette appréhension du monde est véritablement différente, elle semble tout aussi conquérante que celle d’Ismael Bush en cela que le geste se rapproche de celui de l’explorateur et de l’envahisseur d’un monde nouveau.

Le langage comme outil de domination

Le docteur Obed Battius s’approprie la prairie en la découvrant, en la nommant puis en la cataloguant dans ses livres. Confronté à une nouvelle espèce, il l’observe, la décrit, prend ses mesures, puis il la nomme et de cette façon la fait apparaître – pour la première fois – dans un registre scientifique. Il a un véritable pouvoir de création : en nommant et en faisant apparaître ladite nouvelle espèce dans le paysage scientifique, on pourrait dire qu’il lui donne naissance. Ce geste n’est pas sans rappeler celui de l’explorateur qui, d’un trait nouveau tracé sur la carte, fait apparaître la terre qu’il révèle, comme s’il était véritablement le créateur de cet espace. Dans le cas du docteur Battius, il s’agit de repousser les limites d’un territoire de connaissances, d’agrandir la surface de ce que l’on sait du monde. Explicitant ce lien entre création et pouvoir du verbe, Natty déclare en le voyant : « C’est l’homme qui voulait me faire croire qu’un nom peut changer la nature d’un animal[17] ! ». Le scientifique est celui qui, par le nom donné à l’espèce prétendument découverte, peut faire apparaître cette espèce « nouvelle ». Il s’approprie le monde, et ainsi le fait naître. Nous pouvons déceler dans ce geste les prémices de la vanité et de l’ethnocentrisme que nous avons déjà aperçus chez Ismael Bush et que l’on retrouvera dans les actes du peuple américain dans la prairie. À ce sujet, on peut également convoquer la figure de l’écrivain démiurge, qui donne naissance à ses personnages en les couchant sur papier. Et comment ne pas distinguer ici la figure de Cooper, écrivain du monde américain, qui, lui aussi, fait apparaître la littérature américaine et son imaginaire ? Il semble toutefois s’en défendre, tournant en ridicule cette image à travers les mots de Natty Bumppo :

J’ai entendu dire qu’il y a dans ma nation des hommes qui étudient leurs grands livres au point de se regarder comme des dieux, et qui se moquent de toute croyance, excepté de leur vanité […]. Quand l’homme est enfermé avec sa propre folie, dans les villes et dans les écoles, il peut lui être aisé de se croire plus grand que le maître de la vie[18].

Dans cette analyse, Natty révèle la prétention divine et le statut divin que souhaitent approcher les nouveaux arrivants de la prairie : Obed Battius par son désir d’appropriation du territoire par le verbe, et Ismael Bush fuyant les lois des hommes pour trouver une terre vierge où imposer la sienne. Cette représentation apparaît comme un miroir tourné vers l’Amérique d’alors. C’est un pays qui agrandit un territoire qu’il s’approprie en y traçant de nouvelles frontières et en y faisant passer de nouvelles lois. D’une certaine façon, l’Amérique s’approprie aussi le territoire par le pouvoir de nommer un nouvel état et en repoussant sans cesse la mythique frontière prospective sur la carte. Ou encore en proclamant une nouvelle loi interdisant la chasse pendant un mois de l’année, comme c’est le cas dans Les Pionniers, roman inaugural des Histoires de Bas-de-Cuir, empêchant ainsi les Indiens qui chassent sur ces terres depuis des siècles de se nourrir. Dans les deux cas, ce sont les mots et le langage qui deviennent les outils de la domination des envahisseurs.

Bien que l’un relève d’une violence verbale et l’autre d’une violence physique, le geste de Battius et celui de Bush nous semblent se rapprocher de celui d’un créateur. Si l’on parle de violence, c’est bien sûr parce que le territoire et l’espèce conquis ne sont pas réellement créés. Ils existaient avant cette découverte, mais donnent lieu à une révélation, qui se fait passer pour création, suivie d’une appropriation reniant toute existence antérieure. Le point commun du geste entrepris par ces deux hommes – outre qu’il s’apparente à celui du démiurge – vient de la négation de cette existence première, à la manière dont les pionniers américains, tout au long du cycle de Cooper, s’approprient un territoire en reniant son passé.

         La Prairie apparaît alors comme un texte qui prend la forme d’un débat fictionnalisé autour du sens que l’achat de la Louisiane aura pour l’Amérique et les Américains. À travers la figure de ces deux personnages, ce sont autant de potentialités d’appropriation du continent qui sont représentées. Natty Bumppo, l’habitant résigné des terres américaines, arrivé avant les pionniers, semble incarner, lui, le renoncement d’un peuple antérieur qui se voit peu à peu démis de son territoire et voué à l’extinction. Par la confrontation de ces trois figures, ce que le texte de Cooper met en récit, c’est le conflit que devra affronter l’Amérique sur ce territoire du Nouveau Monde. La mainmise se fera-t-elle de façon directe, par la violence physique et l’envahissement des terres d’Ismael Bush ? Ou sera-t-elle l’affaire d’érudits édictant des lois et opprimant les peuples autochtones en imposant sa culture de l’écrit ? Quoiqu’il en soit, les enjeux sont de taille, et Donald A. Ringe les résume ainsi : « L’enjeu de leur confrontation est vital, et de son dénouement, semble annoncer Cooper, pourrait dépendre le destin d’une nation[19] ».

Ces deux personnages incarnent deux façons de s’approprier le monde et de faire de sa découverte l’outil de sa domination. Obed Battius et Ismael Bush font preuve d’un anthropocentrisme certain puisque chacun désire davantage que ce que n’importe quel être humain se trouve en droit de réclamer de la terre qu’il occupe. Bush voudrait échapper à la loi et disposer librement du monde autour de lui, abattant les arbres qui l’encombrent et investissant le territoire comme s’il s’agissait de sa propre création. Le docteur, lui, cherche la gloire individuelle pour et par ses découvertes scientifiques : à la manière d’un démiurge, c’est par le verbe qu’il fait apparaître le monde qu’il vient conquérir. De façon très différente, le scientifique et le hors-la-loi sont des personnages qui prennent la place de Dieu, découvrant, révélant et créant ainsi le Nouveau Monde.

[1] James Fenimore Cooper, La Prairie, trad. Defauconprêt, Paris, Éditions 10/18, 1994, p. 347

[2] Francesca Sawaya parle de fictionnalized debate dans « Between Revolution and Racism: Colonialism and the American Indian in The Prairie », in James Fenimore Cooper: His Country and His Art, Papers from the Bicentennial Conference, July 1989, State University College of New York

[3]           Gn. 1.2.

[4]           John J. McAleer, « Biblical Analogy in the Leatherstocking Tales », Nineteenth-Century Fiction XVII, Décembre 1962, p. 217-235.

[5]           Gn 16.12.

[6]           La Prairie, op. cit., p. 89.

[7]           Ibid., p. 34.

[8]           Ibid., p. 22.

[9]           Ibid., p. 28 [nous soulignons].

[10]          Ibid., p. 28 [nous soulignons].

[11]          Ibid., p. 35.

[12]   Ibid., p. 215.

[13]          Ibid., p. 95.

[14]          Ibid., p. 97.

[15]          Ibid., p. 174.

[16]          Ibid., p. 248.

[17]          Ibid., p. 135.

[18]          Ibid., p. 293 [nous soulignons].

[19]          « The issue between them is a vital one upon the outcome of which, Cooper seems to argue, the fate of a nation may depend. » [nous traduisons] Donald A. Ringe, « Man and Nature in Cooper’s The Prairie », Nineteenth-Century Fiction, Vol. 15, No. 4 (Mar. 1961), University of California Press, p. 313-323.


Vous aimerez aussi...