Tous à la plage ! — par Elsa Devienne

Tous à la plage ! Villes balnéaires du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, Cité de l’architecture & du patrimoine (octobre 2016 – février 2017)

Si l’exposition Tous à la plage! Villes balnéaires du XVIIIe siècle à nos jours suit un parcours chronologique relativement classique – des premières stations balnéaires construites pour les élites européennes au XVIIIe siècle au tourisme de masse –, elle réussit brillamment le pari de nous faire voir d’un nouvel œil l’histoire des villes de bord de mer en centrant le propos sur la force utopique et novatrice de l’architecture balnéaire. L’évolution du rapport des sociétés occidentales à la mer et au soleil est également traité, mais, le sujet étant mieux connu, il l’est de manière moins approfondie. L’exposition porte principalement sur les côtes françaises, mais le commissaire, Bernard Toulier, s’est autorisé plusieurs incursions en terres étrangères (principalement en Europe) afin de tenir compte des influences et des circulations internationales. Bien lui en a pris, car ces allers-retours entre la France et les littoraux étrangers soulignent une autre caractéristique fondamentale de l’architecture et l’urbanisme balnéaires : la fluidité avec laquelle circulent et se réinventent les modèles.

Une cabine de bains hippomobile, Ostende (Flandre occidentale, Belgique). Vue stéréoscopique de Sénicourt, 1912
© Médiathèque du patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais/Sénicourt

L’exposition est largement tributaire des travaux d’Alain Corbin. L’historien a en effet montré que la mer et ses abords sont considérés comme des paysages répulsifs et dangereux jusqu’au début du XVIIIe siècle, avant de devenir des espaces de contemplation et de promenade, puis des lieux de plaisirs. Pour Corbin, les « inventeurs » de la plage sont incontestablement anglais. Aussi l’exposition commence-t-elle logiquement sur les grèves d’outre-manche, où les médecins, dès le milieu du XVIIIe siècle, vantent les vertus thérapeutiques du bain de mer. La première salle fait figurer plusieurs photographies de ces étranges « machines de bain » (bathing machines) tirées par des chevaux, qui permettent aux baigneurs de « prendre la lame » à l’abri des regards indiscrets. La question de la pudeur est présente avec l’exposition de costumes de bains de la fin du XIXe siècle, faits de tissu de coton sombre et couvrant le corps des épaules jusqu’aux genoux. Il est toutefois regrettable que les cartels n’aient pas davantage fait le lien entre innovations du design et évolution des mœurs. Les machines, les cabines et les costumes de bain sont une adroite réponse du design afin de concilier ces nouveaux « désirs du rivage » avec les règles strictes concernant la pudeur. En faisant une place discrète au corps dans une société où il est dissimulé, ils ouvrent la voie à de nouvelles formes d’expression corporelle, ce que l’exposition aurait pu souligner en projetant par exemple des extraits des comédies de plage du début du siècle comme celles de Mack Sennett et ses fameuses « bathing beauties ».

Plutôt que de se focaliser sur les corps, l’exposition met l’accent sur les transports – en particulier sur le chemin de fer – et les acteurs (investisseurs, monarques et célébrités), qui rendent possible l’« âge d’or » des bains de mer au XIXe siècle. C’est en effet à cette période que se multiplient les stations balnéaires et les « trains de plaisir » qui amènent à bas coût les citadins vers les côtes. À Dieppe, le samedi, c’est le luxueux « train des maris » qui permet à ces derniers de rejoindre leurs familles installées pour la saison estivale. L’exposition met également en avant la diversité des choix urbanistiques – du plan orthogonal d’Atlantic City, où toutes les avenues sont tracées parallèlement à la mer, au plan radio-concentrique de Cabourg au centre duquel se trouve le casino – et les différentes organisations architecturales de la promenade, ce rituel incontournable de la sociabilité balnéaire, sur les piers (jetées), comme en Angleterre, sur un chemin de planche, comme à Deauville, ou sur le remblai des digues, comme à Nice. À Atlantic City, comme on le voit sur l’une des photographies exposées, les touristes se font pousser dans des fauteuils en osier à roulettes sur le fameux Boardwalk, une large promenade de planches sur pilotis. Le cartel omet toutefois de préciser que la tradition voulait que les touristes blancs se fassent pousser par des serviteurs noirs, ce qui, selon l’historien Bryant Simon, permettait aux visiteurs de prendre part à une forme de consommation ostentatoire tout en mettant en acte leur supériorité raciale. L’exposition retrace aussi l’évolution des établissements de bain – du style néo-classique à la mode de l’orientalisme – rendant ainsi un bel hommage à l’architecture dite vernaculaire et au travail mené localement pour préserver ces bâtiments. La diversité des objets exposés – des guides de voyage aux coquillages peints en passant par les catalogues de villas-modèles – donne une idée de l’envergure que prend alors l’économie du balnéaire.

From North Pier, Blackpool (Lancashire, Royaume-Uni).
© Retrived from the Library of Congress.

Toutefois, on aurait souhaité que l’impact environnemental de cet engouement pour les rivages soit évoqué à ce moment de l’exposition. C’est en effet au cours du XIXe siècle qu’émergent les premiers conflits entre activités industrielles, touristiques et urbaines – la question du déversement des eaux usées sur les bords de mer touristiques en est un exemple. De même, construire sur le sable est un défi technologique qu’il a fallu relever dès la création des premières stations balnéaires. Dans la continuité de cette description d’un « âge d’or », on aurait pu évoquer les efforts de Robert Moses pour construire ce qui est sans doute la première grande plage artificielle dans le monde, Jones Beach, qui ouvre à Long Island à côté de New York en 1929.

Le fonctionnement de cette économie balnéaire est profondément remis en cause par la crise des années 1930. Un nouveau modèle économique, fondé sur l’accessibilité des loisirs de mer au plus grand nombre, fait son émergence. La rupture fonctionne particulièrement bien dans le cas de la France, avec l’instauration des congés payés, mais elle correspond aussi à un moment important de l’histoire culturelle avec le basculement définitif du balnéaire vers la saison d’été et l’explosion de la mode du bronzage. Si l’on croit mieux connaître la période qui suit, l’exposition nous la fait redécouvrir au-delà des fameuses photographies d’ouvriers prenant pour la première fois le chemin des vacances. On découvre par exemple Prora, une station balnéaire nazie, dont les huit immeubles de béton édifiés face à la mer tranchent avec les fantaisies architecturales d’autrefois. La suite de l’exposition fait intervenir des épisodes connus – le lancement du bikini en 1946 – et moins connus – l’architecture utopique des Villages Vacances Familles – des Trente Glorieuses. L’aménagement du littoral français par l’État dans les années 1960 occupe aussi une place de choix, de la côte aquitaine et son « humanisme écologique » aux stations intégrées du Languedoc-Roussillon.

Royan-Express. Compagnie Internationale des Wagons-Lits. Affiche publicitaire, 1899 
© Musée de Royan

Le choc pétrolier constitue la deuxième rupture fondamentale dans l’histoire des villes balnéaires. Le bétonnage des côtes fait l’objet de fortes critiques. Dans le même temps, la baisse du coût du transport aérien et l’augmentation rapide de la population mondiale entraînent la création de nouvelles stations balnéaires sur des côtes vierges. D’un côté, ces transformations donnent lieu à une patrimonialisation des stations balnéaires des XIXe et XXe siècles et à des mesures de protection de l’environnement. De l’autre, elles entraînent la densification des littoraux, des constructions toujours plus audacieuses – à l’image de l’île en forme de palmier construite à Dubaï –, et la fragilisation des côtes en lien avec le réchauffement climatique. Il est regrettable que l’environnement ne fasse véritablement son apparition que dans la dernière partie de l’exposition, lorsqu’il devient un objet de mobilisations politiques dans l’après-guerre. Les problèmes environnementaux qui affectent les littoraux ne sont pas nés au XXe siècle et il aurait été intéressant d’en retracer les origines. Toutefois, les conclusions de l’exposition résonnent avec justesse : l’architecture du futur devra satisfaire la demande toujours plus forte de constructions à proximité du littoral (près de la moitié de la population mondiale vit dans une agglomération côtière), tout en prenant en compte ces nouveaux défis écologiques.

Elsa Devienne

 

Catalogue : Bernard Toulier (dir.), Tous à la plage ! Villes balnéaires du xviiie siècle à nos jours, Paris, Éditions Lienart/Cité de l’architecture & du patrimoine, 2016.


Vous aimerez aussi...