Sigmund Freud, du regard à l’écoute — par Nicolas Aude

Sigmund Freud, du regard à l’écoute, Paris, Musée d’art et d’histoire du Judaïsme (10 octobre 2018 – 10 février 2019)

Max Halberstadt, Portrait de Sigmund Freud, 12 février 1932, photographie © Londres, Freud Museum

Pour fêter ses vingt ans, le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme a rassemblé près de deux-cents pièces, le but étant d’interroger la naissance de la psychanalyse dans ses rapports aux images et à la judéité de son fondateur. Une exposition retrace l’itinéraire intellectuel de Sigmund Freud qui s’est pourtant considéré toute sa vie comme un « juif sans Dieu » (Peter Gay). Le musée tente de replacer son parcours dans une histoire culturelle européenne tout en dépliant l’univers visuel qui semble avoir présidé à la découverte de l’inconscient. L’invention de cette nouvelle science de l’âme qu’est la psychanalyse paraît ainsi rejouer, à l’échelle d’une vie individuelle, l’épisode de la destruction des idoles par Moïse : en choisissant de rompre avec la clinique du regard propre à la psychiatrie du XIXe siècle, Freud souhaite valoriser la seule parole du patient. La règle fondamentale de libre association apparaît alors comme une manière de situer le Verbe et son écoute au cœur de l’expérience analytique.

À deux endroits de l’exposition, des extraits de films amateurs réalisés par les membres de la famille Freud sont diffusés. Accompagnées par la voix de sa fille, ces images d’archive montrent un Freud intime, saisi dans son quotidien. Elles viennent scander un parcours ambitieux qui se décline en neuf sections. Les trois premières, situées à l’étage, se penchent sur l’imaginaire scientifique qui caractérise les dernières décennies du XIXe siècle. Les nombreux schémas réalisés par Freud pour servir à la description des neurones nous rappellent d’emblée la formation de neurobiologiste reçue à Vienne dans les années 1870. Les premières salles portent néanmoins davantage sur le séjour de recherche de 1886 à Paris durant lequel Freud assiste aux leçons spectaculaires dispensées par Jean-Martin Charcot à la Salpêtrière. L’exposition du baquet à magnétiser de Franz Anton Mesmer rappelle les origines controversées de cette clinique qui donne lieu, à partir des années 1880, à une intense production iconographique. La centralité du regard dans la clinique de Charcot se trouve mise en abyme à l’intérieur d’une grande toile d’André Brouillet dans laquelle Paul Richer, premier disciple du maître, est représenté durant une leçon en train de dessiner les poses de la patiente Blanche Wittmann. Freud possédait lui-même une reproduction de ce tableau dans son bureau. L’exposition tisse des liens ingénieux entre les représentations littéraires et picturales fin-de-siècle de la folie féminine et la documentation photographique de l’hystérie. Néanmoins, nous quittons bientôt le Paris de la Belle Epoque pour pénétrer une nouvelle section consacrée aux rêveries phylogénétiques de Freud. La généalogie darwinienne et ses représentations inspirent en effet au fondateur de la psychanalyse une plongée dans le passé archaïque du moi, comparable au voyage du graveur symboliste Odilon Redon dans sa série Les Origines (1883).

Première salle de l’exposition Sigmund Freud. Du regard à l’écoute
© mahJ/photo Didier Plowy

Deux salles sont situées au niveau intermédiaire de l’exposition. Cette mezzanine se donne alors comme un retrait – ou peut-être un abri – de façon à recréer l’intimité enveloppante du cabinet psychanalytique. Une première salle s’intéresse à la scénographie de la cure, à son cérémonial et à son mobilier, à commencer par le fameux divan, dont l’image convoque celle de Juliette Récamier alanguie sur son sofa. La seconde offre au regard la collection d’antiquités rassemblée par Freud à partir des années 1890. Au moulage de la Gradiva, ayant inspiré la « fantaisie pompéienne » de Jensen et surtout un célèbre commentaire rédigé par Freud lui-même, vient faire pendant le bouclier d’Athéna avec tête de Méduse réalisé par Arnold Böcklin. Autour de la référence freudienne à l’Antiquité, ce sont ainsi deux manières de rapporter le regard au désir qui s’affrontent…


Félicien Rops, La Tentation de Saint-Antoine, 1887, eau-forte sur papier, 12 x 8 x 10 cm © Namur, musée Félicien Rops

Le rez-de-chaussée, qui accueille les pièces artistiques les plus importantes de l’exposition, approfondit cette thématique. Deux salles tentent de dresser un parallèle entre la théorie psychanalytique de la sexualité, développée à partir des Trois essais en 1905, et l’exploration du même domaine par les arts picturaux. L’exposition se concentre sur les œuvres de trois artistes viennois souvent rapprochés : Gustav Klimt, Oskar Kokoschka et Egon Schiele. L’une de ces salles offre aussi une nouvelle occasion de retracer l’histoire du célébrissime tableau de Gustave Courbet, L’Origine du monde (1866), ici accompagné de la cache réalisée par le peintre André Masson à la demande du psychanalyste Jacques Lacan et de son épouse Sylvia Bataille qui en furent les derniers propriétaires. La suite de ce cheminement nous invite à parcourir les territoires du rêve à la recherche du refoulé inconscient dont Freud percevait l’expression saisissante dans une gravure de Félicien Rops intitulée La Tentation de saint Antoine (1887). Il n’empêche que ce sont les surréalistes qui consacrent vraiment, à partir des années 1920, les noces de la théorie freudienne et de l’avant-garde artistique. La référence à Freud se décline alors, au sein du mouvement, en tableaux (Chirico, Magritte, Dali…) mais aussi en numéros de revue comme ce numéro 11 de La Révolution surréaliste consacré au « cinquantenaire de l’hystérie ».


Michel-Ange (sculpture), Moïse, 1513–1515
Antonio Banchelli (moulage), 1838, plâtre, 250 cm x 118 cm x 128 cm © Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, distr. Grand Palais- RMN / image Beaux-Arts de Paris

À l’issue de ce parcours, le visiteur accède à la dernière partie de l’exposition, la plus impressionnante, qui est consacrée aux rapports entretenus par Freud avec la religion juive. Traverser l’enveloppe scientifique de la psychanalyse pour atteindre son noyau spirituel le plus enfoui, en passant par l’intimité du cabinet d’analyse et par le déploiement spectaculaire du fantasme, tel aura été a posteriori le sens de notre déambulation. La logique de l’exposition épouse ainsi la chronologie puisqu’on sait que le dernier livre publié par Sigmund Freud, Moïse et le monothéisme (1938), revient précisément sur ses origines juives, à l’heure où le nazisme étend de plus en plus sa terreur en Europe. Un gigantesque moulage du Moïse de Michel-Ange rappelle que le personnage biblique occupait déjà le centre d’une étude consacrée au sculpteur en 1914. Face au mur où sont présentés quelques éléments de la collection juive de Freud, une toile abstraite de Mark Rothko ramène l’ensemble de l’exposition à la problématique théologique de l’interdit de la représentation.

Insistons sur la diversité des contenus qui fait, selon nous, la richesse de cette exposition : tableaux, dessins, gravures, affiches mais aussi documentation photographique et filmique, antiquités, matériel médical… Tout contribue à la reconstitution minutieuse de la culture matérielle et visuelle dans laquelle a pu baigner le fondateur de la psychanalyse. Le visiteur aura ainsi pu découvrir de ses propres yeux la fameuse Bible de Philippson transmise par Jacob Freud à son fils Sigmund en 1891, accompagnée d’une dédicace écrite en hébreu. Yosef Hayim Yerushalmi a écrit des pages remarquables sur cette dédicace dans un livre consacré au Moïse qui arbore le sous-titre éloquent : Judaïsme terminable ou interminable. Difficile aujourd’hui de ne pas entendre dans ces pages les échos du très beau commentaire qu’en a proposé Jacques Derrida en 1995 dans une conférence publiée sous le titre Mal d’archive.

C’est cet équilibre entre le mal d’archive et la fascination imaginaire de l’œuvre d’art qu’il convient de saluer dans cette exposition. Le Musée d’art et d’histoire du Judaïsme ne cherche pas à rivaliser avec les collections du Freud Museum de Londres. Une réserve s’impose néanmoins : le didactisme du propos implique de recourir à de nombreux textes explicatifs. Les pièces et leur disposition ne se suffisent pas à elles-mêmes ; elles requièrent du visiteur qu’il lise sans cesse pour en déchiffrer la logique associative. D’aucuns diront qu’il aurait mieux valu quelquefois laisser parler les images pour donner au visiteur l’envie d’apprendre à les écouter avec les yeux.

Nicolas Aude

À lire :

Vienne 1880-1938. L’Apocalypse joyeuse, Jean Clair (dir.), Paris, Centre Georges Pompidou, 1986.

Jacques Derrida, Mal d’archive : une impression freudienne, Paris, Galilée, 1995.

Georges Didi-Huberman, L’Invention de l’hystérie : Charcot et l’iconographie photographique de la Salpêtrière, Paris, Macula, 1982.

Michel Foucault, Naissance de la clinique : une archéologie du regard médical, Paris, Presses universitaires de France, 1963.

Sigmund Freud, Trois essais sur la théorie de la sexualité [1905], trad. de l’allemand B. Reverchon-Jouve, Paris, Gallimard, 1962.

Sigmund Freud, Le Délire et les rêves dans la « Gradiva » de W. Jensen [1907], précédé de Gradiva, fantaisie pompéienne, par Wilhelm Jensen, préface de J.-B. Pontalis, trad. de l’allemandP. Arhex, R.-M. Zeitlin et J. Bellemin-Noël, Paris, Gallimard, 1986.

Sigmund Freud, « Le Moïse de Michel-Ange » [1914], Le Moïse de Michel-Ange et autres essais, trad. de l’allemand B. Lotholary, Paris, Seuil, « Points », 2016.

Sigmund Freud, L’Homme Moïse et la religion monothéiste [1939], trad. de l’allemand C. Heim, Paris, Galimard, « Folio essais », 1986.

Peter Gay, Un Juif sans Dieu : Freud, l’athéisme et la naissance de la psychanalyse, trad. de l’anglais K. Tran, Paris, Presses universitaires de France, 1989.

Yosef Hayim Yerushalmi, Le Moïse de Freud. Judaïsme terminable et interminable, trad. de l’anglais par J. Carnaud, Paris, Gallimard, « Tel », 1993.

Catalogue : Freud, du regard à l’écoute, J. Clair (dir.), Paris, Musée d’art et d’histoire du Judaïsme, Gallimard, 2018.

 

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...