Deux expositions Théodule Ribot (1823-1891) – par Claire Chagniot

Théodule Ribot (1823-1891), L’Esprit et la Chère, Œuvres des collections françaises, Courbevoie, musée Roybet Fould (novembre 2018-mars 2019).

D’ombre et de lumière, Théodule Ribot (1823-1891), un peintre réaliste, Colombes, musée d’Art et d’Histoire (février-juin 2019).

T. Ribot, La Jeune fille au chien [portrait de Louise Ribot], 1865,
h/t, S.D.h.d., Reims, musée des Beaux-Arts, inv.907.19.223
© Ville de Reims, Musée des Beaux-Arts

Deux musées municipaux de proche banlieue parisienne se sont associés pour consacrer au peintre et graveur Théodule Ribot deux expositions successives, assorties d’un copieux catalogue et d’un cycle de conférences données par des conservateurs du musée d’Orsay. Une rétrospective d’autant plus précieuse que, pour trouver une manifestation d’ampleur similaire, il faut remonter à la décennie 1885-1895, avec la courte monographie donnée par Louis de Fourcaud (1885), les expositions de 1887 et 1890 à la Galerie Bernheim-Jeune et enfin les expositions et ventes aux enchères consécutives à la mort du peintre.

La première des deux expositions actuelles, Théodule Ribot (1823-1891), L’Esprit et la Chère, se tient au dynamique musée Roybet Fould de Courbevoie, sis dans l’ancien Pavillon de Suède et de Norvège de l’exposition Universelle de 1878. Son fonds Ribot témoigne des liens du peintre Ferdinand Roybet avec celui qui fut son premier soutien et collectionneur. S’y ajoutent une cinquantaine de tableaux issus de collections publiques ou privées, parfois accompagnés de leurs dessins préparatoires ou de gravures d’interprétation. La conservatrice du musée, Emmanuelle Trief-Touchard, et Dominique Lobstein les ont organisés par genre en commençant, de façon apparemment convenue, par des portraits et des compositions du « grand genre ». Ce choix fait en réalité comprendre d’emblée à un public qui découvrirait l’œuvre de Ribot les raisons de son très grand succès auprès des amateurs et des institutions de son temps. Généralement peints durant la première décennie de sa participation au Salon (1861-1870), ses ambitieux et impressionnants tableaux religieux et historiques témoignent aussi de l’importance que les critères de sujet et de genre conservaient dans les acquisitions publiques après le Salon des Refusés en 1863. Le catalogue donne de précieuses indications sur leur histoire, leurs sources – parfois inattendues – et leur fortune critique.

Pour présenter l’œuvre de Ribot, l’essai précédant ces notices suit la chronologie des Salons – parisiens et de province – et des ventes aux enchères. Il se borne malheureusement trop souvent à passer en revue les éloges, les attaques – particulièrement virulentes de Zola en 1866 et en 1874 – et les variations des salonniers sur la noirceur de ses fonds. On aurait en effet souhaité comprendre mieux ce qui se jouait pour la critique et pour ce réaliste tardif que fut Ribot, dans l’assimilation à et de ceux qui l’avaient précédé : portraits de Rembrandt et de Valentin de Boulogne, sujets religieux inspirés du ténébrisme de Ribera ou des moines de Zurbaran, natures mortes de Velasquez, par exemple. Comment articuler cet héritage avec l’hommage que le peintre rendait « à l’art de Millet, de Corot, de Daubigny, de Courbet » lors du banquet organisé en son honneur en 1884 ? Quels furent ses rapports avec François Bonvin chez qui il exposa en 1859, et avec Manet dont le rapprochent son Portrait d’un enfant de troupe ainsi que La Jeune Fille au chien venue, comme Le Gamin au chien, de Murillo ? Quelle était la nature de ses relations avec Boudin, qu’il connut en 1849 au Havre et fréquenta plus assidument encore lorsqu’il s’y réfugia en 1870 ?

Un avantage supplémentaire de la priorité accordée par l’accrochage aux portraits et au « grand genre », c’est qu’elle dissocie Ribot de ses Cuisiniers et Marmitons, scènes de genre qui le firent recevoir au Salon en 1861 et participer à la première livraison de la Société des aquafortistes en 1862. Ils devinrent une spécialité pour collectionneurs, qui en léguèrent de nombreuses versions aux collections publiques. L’exposition fait découvrir un autre ensemble de scènes de genre, plus curieuses car dépourvues de tout ancrage chronologique : des groupes de femmes chantant, priant, travaillant, dont seuls les visages et parfois les mains émergent de fonds extrêmement sombres. On notera d’ailleurs qu’ajoutés à l’obscurité des tableaux, l’obturation accoutumée des fenêtres du pavillon-musée et l’accrochage d’un seul paysage, une vue de très petit format de La Maison de Corot à Ville-d’Avray, ne vont pas sans provoquer une certaine oppression.

T. Ribot, Le Gigot, vers 1870-1880, h/t, S.b.d. « t. Ribot »
Amiens, musée de Picardie, inv. MP 998.9.1
© Amiens, musée de Picardie, photo Marc Jeanneteau

Après une section consacrée aux natures mortes, repas rustiques, morceaux de viande et crânes animaux d’une abstraction saisissante, la dernière salle revient à des considérations biographiques intéressant elles aussi l’histoire et la sociologie de l’art. Très tôt, Ribot quitta Paris pour s’installer à Colombes (1861-1866), puis à Argenteuil (1867-1874), et enfin revenir à Colombes (1874-1891). Il y exerçait une sorte de magistère, en marge du milieu de l’art parisien. Son fils Clément Théodule, dit Germain, et sa fille Louise peignirent eux aussi, et les mêmes sujets que lui. À voir leurs œuvres ici exposées, on comprend que leur père ait dû faire valoir sa propriété artistique et que la question de leur authenticité ait pesé sur le marché de ses tableaux, ainsi que le suggère le catalogue.

Pour le second volet de cette rétrospective, rendez-vous au musée d’Art et d’Histoire de Colombes, où sera principalement montré l’œuvre graphique de Ribot, dessins et eaux-fortes autographes fort originaux, ainsi que le prouve leur comparaison avec les gravures d’interprétation.

Ces manifestations feront date dans la réception de Ribot et relanceront évidemment l’intérêt et la recherche universitaire pour un peintre important, dont on s’explique mal qu’il n’ait guère suscité en un siècle qu’une poignée d’articles de Gabriel Weisberg et quelques notices de catalogues.

Claire Chagniot

Catalogue : Dominique Lobstein, Théodule Ribot (1823-1891), Courbevoie, musée Roybet Fould, 2018.

À lire : Gabriel P. Weisberg, « Théodule Ribot : Popular Imagery and The Little Milkmaid », The Bulletin of the Cleveland Museum of Art, octobre 1976, p. 253-263.

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...