Hans Christian Andersen, Udvalgte eventyr og historier / Contes et histoires choisis (CR de Dominique Peyrache-Leborgne)

Hans Christian Andersen, Udvalgte eventyr og historier / Contes et histoires choisis, traduction de David Soldi, édition bilingue établie par Cyrille François, Paris, Classiques Garnier, 2017.

Spécialiste du conte et travaillant dans une optique comparatiste, attentif à la génétique des textes comme à leurs caractéristiques narratives et stylistiques, Cyrille François a publié récemment un bel ouvrage scientifique sur Les Voix des contes. Stratégies narratives et projets discursifs (Presses universitaires Blaise Pascal, 2017), consacré à Perrault, Grimm et Andersen. Parallèlement, il publie aux Éditions Classiques Garnier une anthologie bilingue des contes d’Andersen. Cette anthologie offre un large éventail de contes, certains célèbres (« l’Intrépide Soldat de plomb », « La Bergère et le Ramoneur », « La Petite Fille aux allumettes »), certains moins connus (« Le Briquet », « L’Ange », « L’Ombre ») publiés par Andersen dans divers recueils entre 1835 et 1850. Le choix du traducteur est bienvenu, puisqu’il s’agit de David Soldi, un Danois vivant en France, qui publia en 1856 sous le titre Contes et Histoires choisis la première traduction des contes à partir de la langue originale. Dans l’édition de Cyrille François, une introduction d’une trentaine de pages, une chronologie détaillée, des annotations, une bibliographie, des annexes et un index nominum favorisent l’approche scientifique de ces textes, à la fois si souvent lus pendant l’enfance et si peu étudiés dans le cadre des travaux universitaires français contemporains. On saluera ainsi la relève effectuée par Cyrille François dans le domaine des études consacrées à Andersen, à la suite des travaux de Régis Boyer, de Marc Auchet et de Jack Zipes (pour les études anglo-saxonnes). La bibliographie présente un recensement précis des traductions françaises des contes (anthologies et traductions intégrales) publiées depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Elle mentionne également les autres productions d’Andersen (Le Conte de ma vie, les récits de voyages, les poèmes et les romans). La bibliographie critique comprend des ouvrages de références en danois, en anglais, en allemand et en français.

L’introduction, longue et nourrie, permet de mieux saisir qui fut l’écrivain, d’une certaine manière victime de la célébrité de ses contes, et que l’on maintint « confiné au rôle d’auteur pour enfants ». Cyrille François rappelle la nécessité, pour comprendre Andersen, de mettre en regard de ces contes toute la production de romans et de poèmes, les essais autobiographiques et les quatre mille cinq cents pages de journal intime. L’objectif de son édition critique est aussi d’éclairer le contexte de production et de réception de l’ensemble de l’œuvre au XIXe siècle, contexte fortement marqué par la culture romantique et plus particulièrement le romantisme allemand. Pour ses romans, l’écrivain s’imprègne de Walter Scott ; grand lecteur des allemands, il s’inspire aussi d’Hoffmann pour sa première œuvre (Voyage à pied du canal de Holmen à la pointe est d’Amager en 1828 et 1829), et a l’occasion de rencontrer Tieck ou Chamisso.

Cette influence des Romantiques allemands invite à lire Andersen autrement. Ainsi, par-delà l’impression d’innocence enfantine, de naïveté et d’oralité qu’une première lecture des textes peut donner, l’analyse proposée par Cyrille François conduit à sonder la complexité souvent d’ordre allégorique de récits qui peuvent se lire à plusieurs niveaux, et restent, dans le choix de leur situations et de leurs images, à la fois profondément polysémiques et partant, pour certains, toujours énigmatiques. L’édition bilingue attire aussi l’attention sur la création d’un style véritablement moderne, oralisé, et dépouillé des longues périodes académiques et classicisantes qui marquaient la culture danoise du premier XIXe siècle. La possibilité de vérifier, dans le texte original, les effets de rythme, assez contrastés, engendrés par les choix de ponctuation, est précieuse.

Un développement intéressant est également consacré aux voyages d’Andersen et à ses séjours en France, à partir de 1833, ce qui donne un bon aperçu de la scène culturelle romantique et de la circulation des idées sur le plan européen. Lors de son premier séjour à Paris, en 1833, l’écrivain rencontra Heine et Victor Hugo, rencontres qui le marquèrent durablement. En 1843, il retrouve Xavier Marmier.

Tout un volet de l’introduction est ensuite dédié au genre du conte qui, comme le souligne Cyrille François, a d’abord constitué pour l’écrivain « un champ d’expérimentation poétique ». Il est également rappelé à la fois l’influence immense que les frères Grimm eurent sur le développement du genre et la spécificité des créations d’Andersen. Ayant fondé, à travers leurs préfaces et l’appareil critique des Kinder-und Hausmärchen, la méthode du collectage qui favorisera l’essor des recherches folkloristiques, les frères Grimm ont suscité des vocations similaires dans toute l’Europe. En Scandinavie, plusieurs entreprises de collectes voient le jour : en Norvège, le recueil de Christen Asbjørnsen et Jørgen Moe (1841), en Suède les travaux de Gunna Olof-Hylten-Cavallius et George Stephens, et au Danemark les collectes de contes et légendes populaires réalisées par des amis d’Andersen, Mathias Winther et Just Mathias Thiele.

Mais Andersen n’a pas été un folkloriste. Sur les 156 contes qu’il a publiés, sept seulement sont reconnus comme issus de contes-types appartenant au répertoire populaire et deux autres, « Le Jardin du paradis » et « La Princesse sur le pois », sont présentés par Andersen comme des contes qu’il aurait entendus dans son enfance. Les autres contes sont le fruit de son imagination créatrice et de son talent poétique ; ils appartiennent à la culture littéraire écrite. Andersen a aussi cultivé une certaine hybridité générique, mêlant eventyr (tourné vers le merveilleux) et historie (plus proche du récit bref à dimension réaliste). Ainsi, pour reprendre la terminologie des romantiques allemands, sa production relève bien moins du Volksmärchen que du conte d’artiste, du Kunstmärchen à la manière de Tieck ou de Brentano. Comme le souligne Cyrille François, d’un point de vue sociologique, la démarche est même l’inverse de celle des folkloristes : ces derniers sont pour la plupart « des lettrés s’intéressant au peuple », tandis qu’Andersen fut un homme du peuple qui a cherché à s’intégrer dans le monde de la culture savante et à se faire accepter dans les cercles lettrés.

Le succès d’Andersen est aussi à comprendre, outre ses qualités intrinsèques, par l’horizon d’attente qui se fait jour au cours du XIXe siècle, lié à l’essor du livre pour enfants. Cyrille François note que le premier recueil d’Andersen est publié « à un moment-clé de la littérature enfantine », effectuant une transition entre un Classicisme qui considérait encore globalement les enfants comme des adultes incomplets et à former, et le Romantisme qui se plaît à voir dans l’enfant un être à part entière, riche de dons spécifiques, gardien d’un « esprit d’enfance » synonyme de poésie et proche du divin (Novalis, Wordsworth, Baudelaire, etc.). Pourtant, il est clair que les contes ne s’adressent pas seulement aux enfants, mais ont cette qualité précieuse de pouvoir s’adresser à tous les publics et de pouvoir être lus à plusieurs niveaux. Souvent longs, sans intention pédagogique intrinsèque, sans didactisme moral, ils échappent à la littérature strictement pour la jeunesse (de l’époque), à son moralisme ou à son conformisme parfois pesant. En même temps, par leur audace stylistique, par le dynamisme de textes rendus extrêmement vivants du fait de leur dimension oralisée et imagée, par la variété de tons (alliant l’humour léger au pathétique le plus intense), ils ont bien conduit, dans l’univers des Belles Lettres danoises, à une « révolution de la langue écrite ».

Dans cette édition, les textes d’Andersen sont ainsi encadrés par une riche introduction théorique et par un dossier d’annexes fort utiles. En fin de volume, sont indiquées les variantes, en danois et en français, qui montrent toute l’attention accordée par Cyrille François à la fois à la génétique des textes et aux choix traductologiques. Un second volet d’annexes est dédié aux articles d’époque consacrés à Andersen dans le domaine français, grâce à ces grands passeurs de la culture germanique et nordique que furent Xavier Marmier (1808-1892) et Philarète Chasles (1798-1873). Une notice bio-bibliographique présente les deux savants, voyageurs, traducteurs et auteurs d’histoires littéraires. Le texte de Xavier Marmier qui figure dans l’édition est un portrait d’Andersen publié d’abord dans La Revue de Paris en octobre 1837, puis repris dans son Histoire de la littérature en Danemark et en Suède (1839), et utilisé enfin en guise d’introduction à la traduction des Contes d’Andersen par David Soldi, en 1856. Marmier est sensible à toutes les facettes de l’art de l’écrivain danois et loue d’abord ses romans comme ses poèmes, qu’il compare à ceux des poètes lakistes anglais. L’article publié en 1869 par Philarète Chasles provient d’une rencontre, à Paris, entre un écrivain désormais renommé pour ses contes et un professeur de littérature germanique fortement marqué, comme beaucoup de ses contemporains, par la découverte des contes populaires (grâce aux Kinder-und Hausmärchen des Grimm) et par l’essor de la folkloristique. L’engouement pour le « naïf », le « primitif » et le monde de l’enfance contribue alors à tresser autour d’Andersen une image que celui-ci ne revendiquait pas vraiment (ou pas seulement, aspirant à la reconnaissance littéraire pour l’ensemble de ses écrits). Chasles fait l’éloge du conteur pour les enfants, un conteur lui-même d’origine populaire et fortement marqué par les légendes et les chansons de son pays. Le professeur acclimate ainsi pour les Français le portait d’un Andersen en « Perrault scandinave » et en « La Fontaine naïf ».

Dominique Peyrache-Leborgne


Vous aimerez aussi...