Anne-Aurore Inquimbert, Stendhal secret. To the happy few

Anne-Aurore Inquimbert, Stendhal secret. To the happy few, Paris, L’Harmattan, 2018, 236 pages.

« Qui suis-je ? » s’interroge Stendhal à longueur de pages, que ce soit dans ses écrits de jeunesse, sa correspondance, les marges des livres de sa bibliothèque ou encore ses romans. Acquérir une connaissance impartiale de soi-même, parvenir à la vérité pour toucher à l’idéal de la vie humaine, telle est la quête qui sous-tend l’intégralité de l’œuvre de l’écrivain grenoblois. Pour autant cette aspiration n’est pas immédiatement perceptible. La célèbre dédicace “To the happy few” ne serait alors qu’un avertissement destiné à inviter les quelques heureux, susceptibles d’accéder à ce second sens, à décrypter chaque allusion en apparence superfétatoire afin que l’intégralité de l’ouvrage se révèle à eux. L’appartenance de Stendhal à la franc-maçonnerie, son goût sans limite pour les pseudonymes et la cryptographie, sa manie du secret sont autant d’éléments permettant d’explorer le versant caché de son œuvre.

Lien: http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=61630



Vous aimerez aussi...