George Sand, Contes d’une grand-mère (1873-1876), édition critique par Suzel Esquier (Compte rendu de Barbara Dimopoulou)

George Sand, Contes d’une grand-mère (1873-1876), édition critique par Suzel Esquier, dans Œuvres complètes, sous la direction de Béatrice Didier, « Fictions brèves : nouvelles, contes et fragments », Honoré Champion, Paris, 2017, 512 p.

Depuis dix ans Honoré-Champion poursuit (avec l’aide du Centre de Recherches sur les Littératures et la Sociopoétique de l’université Clermont-Auvergne) l’immense entreprise de l’édition des Œuvres complètes de George Sand, auteure parmi les plus prolixes de son temps. Vingt-cinq volumes ont déjà vu le jour, sans compter les deux volumes du Dictionnaire George Sand (2015) auquel a participé Suzel Esquier, également éditrice scientifique des Lettres d’un voyageur (2010) et de Pauline (2018). Les Contes d’une grand-mère (2017), qui retient ici notre attention, trouve sa place dans ce vaste ensemble. Cette œuvre, parmi les dernières de l’écrivaine, comprenant deux séries de contes, a été publiée pour la première fois en volume sous les titres : Le Château de Pictordu. Contes d’une grand-mère (M. Lévy, 1873, cinq contes) et Le Chêne parlant. Contes d’une grand-mère (Calmann Lévy, 1876, posthume, huit contes). Le texte de l’édition Honoré-Champion a été établi à partir de ces éditions. L’ordre des contes à l’intérieur du volume a également respecté les éditions Lévy. Nous savons quelle importance accordait George Sand elle-même à la composition de ses volumes : « les Contes d’une grand-mère font un tout, un volume pour une classe de lecteurs qui n’abordent pas les autres ouvrages. Si vous les mettez avec les autres romans, ils ne seront jamais lus par les enfants, auxquels ils sont spécialement destinés », écrivait-elle à Michel Lévy, le 7 janvier 1875. Il est à noter que l’ordre chronologique exact de la prépublication des textes dans la Revue des deux mondes et dans Le Temps présente un écart par rapport à l’édition en volume.

Les Contes d’une grand-mère ont paru récemment dans d’autres éditions : Éditions de l’Aurore, 1982 (1re série) et 1983 (2e série), éd. Ph. Berthier, ill. R. Figuière (édition reprise par Glénat, en 1995, sans les illustrations) ; Garnier-Flammarion, 2004, éd. B. Didier ; Éditions De Borée, 2 vol., Clermont-Ferrant, 2009 et 2011, présentation par J. Courrier ; Éditions Paléo, 2 vol., Clermont-Ferrant, 2012 et 2013 (sans appareil critique et sans Le Château de Pictordu, édité seul dans un volume à part en 2013).

L’édition H. Champion s’ouvre sur la présentation (p. 7-40) de S. Esquier, par ailleurs spécialiste de Stendhal. Elle y propose une lecture des contes sandiens inspirée, qu’elle organise selon des axes thématiques englobants, indiqués par des sous-titres comme, entre autres : « la question du merveilleux », « de l’abstraction à la géographie », « les arcanes de la création », « le théâtre de la vie », « destinées »… L’ancrage biographique (le lien étroit de l’auteure avec ses petites-filles, destinataires directes de ces contes par les dédicaces, voire narrataires dans l’interlocution) ; la jonction entre conte folklorique, conte philosophique et conte merveilleux qui modernise le genre (on y voit l’influence de Perrault, Mme d’Aulnoy et Hoffmann, tout comme l’héritage mythologique et l’élément réaliste) ; le goût de l’auteure pour la culture scientifique (minéralogie, entomologie, conchyliologie, botanique…) ; le souci pédagogique par la forme et le contenu (sujets évoluant au fil de la rédaction, entre 1872 et 1875, accompagnant ainsi l’âge des deux enfants) ; ainsi qu’une mise en perspective discrète dans les courants littéraires de l’époque sont sommairement les principaux points étudiés dans cette présentation qui éclaire les cheminements intellectuels et la verve créatrice de l’auteure, leur diversité et leurs constantes. « En discourant sur la science, sur la vie universelle, sur l’âme, George Sand ne représente pas un cas isolé en son siècle : elle partage l’ambition qui fut aussi celle d’autres “poètes” contemporains – on songe à Hugo, Balzac, Michelet, Zola aussi –, qui, chacun selon sa manière, ont rêvé de transmettre par le biais d’une œuvre littéraire leurs intuitions scientifiques ou métaphysiques. Tel est bien l’un des enseignements proposés par les Contes d’une grand-mère » (p. 39), écrit S. Esquier vers la fin de sa présentation.

Ces axes de lecture transversaux sont affinés, pour chacun des contes, à l’aide des notes de bas de pages, économes, mais d’une grande utilité puisque – très rarement interprétatives – elles fournissent des éléments de compréhension du texte d’ordre historique, géographique, biographique, linguistique, bibliographique. Ce travail d’annotation est complété par celui, colossal, de l’établissement des variantes qui tiennent compte à la fois des manuscrits autographes et de la prépublication des contes dans les journaux déjà indiqués.

Dans l’importante section « Variantes » (p. 415-487) du volume, organisée par conte, le lecteur peut trouver des notices l’informant sur l’avancement de la rédaction des textes puisque l’auteure prenait le soin de tout noter dans ses Agendas. Ce précieux suivi de l’avancement de l’écriture, rendu visible, ainsi que les nombreuses variantes permettent de rectifier un certain préjugé selon lequel George Sand serait une écrivaine du « premier jet » qui ne retravaillait pas ses textes en profondeur. Alors qu’elle est à un stade de maîtrise parfaite de son art, on la voit non seulement se documenter – tâche constante et nécessaire –, mais surtout écrire, biffer et réécrire, « lécher », des passages entiers. Pour ce genre considéré comme mineur, elle se montre exigeante dans la structure et la rigueur formelle de sorte que la part de l’oralité soit bien préservée dans un texte souvent riche en références techniques et philosophiques complexes. Elle est sensible aux réactions de son premier auditoire composé du cercle fermé de sa famille proche (Maurice, son fils, sa femme, Lina et leurs filles : Aurore, née en 1866 et Gabrielle, née en 1868). « Je lis à Lolo [Aurore] le n° 5 des Contes, La Fée aux gros yeux et je l’emballe […]. Je travaille au numéro 6 », note Sand le 7 août 1875 (p. 463). Nous sommes loin des séances de lecture devant un public de salon en vue de la publication d’une œuvre en cours, pratique répandue au temps de George Sand. L’enjeu ici est tout autre. Il s’agit pour l’aïeule et pour l’écrivaine de mettre à l’épreuve une œuvre, de la livrer au jugement des jeunes personnes, échantillon qui s’apparente au public réellement visé (même si ces récits ne seront pas publiés dans la presse enfantine). Les notes dans l’Agenda nous révèlent ces étapes intermédiaires de création.

Quant aux variantes proprement dites, elles ont été enrichies par rapport aux Éditions de l’Aurore, grâce à la récente découverte de nouveaux autographes. L’éditeur actuel nous annonce sur le prière-d’insérer du plat inférieur de la couverture : « Le sort nous a souri : nous avons découvert les autographes de quatre d’entre eux : Le Nuage rose, Les Ailes de Courage, Le Géant Yéous, L’Orgue du Titan. 744 pages, qui nous font pénétrer au cœur de la création sandienne […]. Nous sommes heureux de faire partager au lecteur la primeur de ces découvertes. » Concernant ce dernier conte nous lisons dans la notice : « Le manuscrit (92 pages) est inscrit à l’inventaire du Musée George Sand de La Châtre. Il a été donné au musée en 1992 par la famille Richard, descendante de la famille du docteur Pestel, de Saint Chartier, qui a soigné George Sand et qui avait accueilli dans son petit château quelques personnalités et amis de George Sand lors de ses obsèques ; Maurice Sand leur aurait offert le manuscrit en remerciement. » (p. 475) Les manuscrits des trois autres contes se trouvent aux archives de l’Indre à Châteauroux. La Bibliothèque historique de la ville de Paris possède, dans le fonds Sand, les manuscrits des contes : Le Château de Pictordu, La reine Coax et Le Chien et la Fleur sacrée. Les manuscrits de la totalité des contes de la première série ont donc été explorés. Demeurent introuvables les manuscrits d’une partie des contes de la deuxième série : Le Chêne parlant, Ce que disent les fleurs (consulté auparavant par Ph. Berthier, ce manuscrit a disparu entre-temps), Le Marteau rouge, La Fée Poussière, Le Gnome des huîtres, La Fée aux gros yeux. Cet extraordinaire travail de l’établissement des variantes, à partir de différents supports, aurait gagné en lisibilité si un système d’appel de notes et de restitution exploitant les techniques actuelles de mise en page avait été mis en place. Un autre regret, du même ordre, concerne particulièrement la section « Réception des Contes d’une grand-mère / Sand » (p. 491-492), mais affecte l’ouvrage dans son ensemble : une préparation éditoriale plus attentive afin d’éliminer les « coquilles » orthotypographiques. Le volume comporte d’autres sections utiles : sur les éditions (2 pages), une bibliographie (3 pages), des appendices (3 pages) constitués de listes des plantes et des oiseaux repérés dans les Contes et deux index (des noms de personnes et de personnages, et des noms de lieux). Ainsi organisé le volume constitue un outil de travail précieux pour les chercheurs et permet une approche complète de l’œuvre au lecteur curieux.

Largement (et brillamment) étudié par la critique depuis de nombreuses années, cet ensemble de récits garde sa puissance de séduction grâce à l’immédiateté du langage, la modestie du procédé et parallèlement l’ambition du but imposé. Variant les contes longs et les contes courts, ce recueil offre, d’une part, des véritables petits romans initiatiques où l’enfant s’achemine vers l’âge adulte (première série) et, d’autre part, des récits courts, prenant appui sur un fait concret pour prodiguer un savoir précis en évitant le pédantisme didactique (deuxième série). Dans le premier type de récits, Sand vise la construction morale de l’enfant en peignant le caractère de ses personnages, alors qu’elle essaie de répondre à son désir d’apprendre, dans le second, toujours par l’amusement et le plaisir de la lecture (silencieuse ou à haute voix). Si l’auteure s’est éloignée de Hetzel, ce pionnier de l’édition enfantine, à qui elle avait confié L’Histoire du véritable Gribouille (1850), elle en a probablement gardé l’esprit « récréatif ». Dans Contes d’une grand-mère, qui fait penser aux Contes de ma mère l’Oye (Perrault, 1697) et à l’Art d’être grand’père (Victor Hugo, 1877), on retrouve tout l’idéalisme sandien des romans champêtres ou sociaux. Idéalisme qui aspire à gommer les injustices et les inégalités (physiques, de milieu, de genre, de personnalité…) par l’effort et la persévérance, par l’instruction et l’éducation. Programme républicain, s’il en est, à cette époque de refondation sociale après les traumatismes historiques récents… Les enfants – garçons et filles – qui sont majoritairement les personnages principaux de ces récits accèdent progressivement à un état supérieur de leur existence en se confrontant à la nature (tantôt complice, tantôt ennemie, toujours révélatrice d’une vérité). Souvent seuls, séparés du monde des adultes (par une fugue ou par le rêve, sorte de fugue ou d’exil intérieur), les enfants découvrent leur force dans une lutte de survie, dans une quête jamais vaine, toujours récompensée.

Le merveilleux, présent dans la quasi-totalité des contes, émane d’un savant mélange entre une perception provisoirement partielle ou troublée du monde et une technique narrative qui exploite le sens figuré des mots et des choses. Il est le moyen le plus puissant pour atteindre l’imagination de l’enfant, il suffit de bien doser. Sand en est résolument convaincue et s’éloigne en cela de Rousseau, son maître. Sa démarche de vulgarisatrice des questions graves (doctrines scientifiques comme l’évolutionnisme ou métaphysiques comme la métempsychose) se concrétise par le biais du merveilleux : les fleurs, les arbres et les pierres parlent, les humains ont été chiens ou huîtres… Sand, adepte de l’évolutionnisme, refuse l’anthropocentrisme et ignore les barrières entre les « règnes » de la nature. Sur le plan personnel, son implication dans l’éducation de ses petites-filles la fait, par ailleurs, plonger dans sa propre enfance, dans ses rapports avec les personnages féminins qui ont déterminé son existence. Sa posture est celle d’un guide qui laisse à l’enfant son libre arbitre (certains de ses personnages adultes revêtent ce rôle), afin que celui-ci puisse exprimer ses désirs et développer ses penchants, d’aventurier, de voyageur, de rêveur, de savant, d’artiste, de travailleur. Les voies à emprunter sont multiples, aussi multiples que les êtres qui habitent la nature-monde, dans un spectre large qui va de l’insecte invisible aux gigantesques massifs rocheux. Le monde est fait des « petits » et des « grands », au sens propre et au sens figuré. À l’extrémité de sa vie, la pédagogue que Sand a toujours été ne fait que changer de destinataire.

Barbara Dimopoulou


Vous aimerez aussi...