Le dandysme, de l’histoire au mythe. Appel à contributions pour un ouvrage collectif

Le dandysme, de l’histoire au mythe

Appel à contributions pour un ouvrage collectif

Quelles figures des dandys hantent notre imagination ? George Brummell, un roi frivole et malheureux ? Lord Byron, éternel révolté ?  Plongeons dans le monde des lettres. Peut-on oublier le personnage de Jean des Esseintes, avide de plaisirs et d’une beauté parfaitement inutile ? Ou encore ses frères spirituels, Dorian Gray de Wilde, le comte André Sperelli de D’Annunzio, Eugène Onéguine de Pouchkine ?

Paon, acteur, Narcisse, ennemi public, rebelle, illusionniste, telles sont les premières réflexions lorsqu’on tente de cerner la personnalité du dandy[1]. « Paraître c’est être pour les Dandys »[2], selon la fameuse formule de Jules Barbey d’Aurevilly. Il dépend du regard d’autrui, donc il se contrôle sans cesse, comme l’explique Charles Baudelaire dans Mon cœur mis à nu : « Le dandy doit être sublime sans interruption : il doit vivre et dormir devant un miroir »[3]. Il se consacre à composer sa vie comme une œuvre d’art, au jour le jour, en enrichissant constamment son répertoire de gestes excentriques, de regards provocateurs ou comportements insolites pour, sans en être étonné, étonner son public.

Comme le note avec justesse Marie-Christine Natta, « les dandys narguent les académies et se dérobent aux curiosités. Leurs individualités les rendent inclassables, et leur mystère masque le secret de leur nature. Le mot dandy suppose donc un infini pluriel et une singularité indéfinie »[4]

Le volume Le dandysme, de l’histoire au mythe souhaite analyser l’évolution de ce courant dans toute sa diversité et donner un apport intéressant aux recherches littéraires en poursuivant la réflexion sur les personnages historiques et mythiques du dandysme.

Les propositions de contribution (en français), ne dépassant pas 300 mots, accompagnés d’une brève notice biobibliographique, sont à envoyer à l’adresse ekociub@kul.pl jusqu’au 30 décembre 2018. L’ouvrage sera publié en 2019 chez Peter Lang.

Calendrier :            

– 30 décembre 2018 –  soumission des propositions de contributions

– début janvier 2019 – notification d’acceptation

– 21 février 2019 – soumission des articles

– 15 mars 2019 – avis de l’évaluateur

– courant 2019 – publication du volume chez Peter Lang

Responsable :

Edyta Kociubińska

Institut de Philologie Romane

Université Catholique de Lublin Jean-Paul II

https://pracownik.kul.pl/edyta.kociubinska/

[1] Cf. Dictionnaire du dandysme, Alain Montandon (dir.), Paris, Honoré Champion, 2016, 728 p. ; Figures du dandysme, Anne Isabelle François, Edyta Kociubińska, Gilbert Pham-Thanh, Pierre Zoberman (dir.), coll. « Études de littérature, linguistique et art », v. 25, Frankfurt am Main, Peter Lang, 2017, 206 p. ; Daniel Salvatore Schiffer, Le dandysme, dernier éclat d’héroïsme, Paris, PUF, 2010, 302 p. ; Émilien Carassus, Le mythe du dandy, Paris, Armand Colin, 1971, 336 p.

[2] Jules Barbey d’Aurevilly, Du dandysme et de George Brummell, Paris, Les Éditions de Paris, 2008, p. 70.

[3] Charles Baudelaire, « Mon cœur mis à nu ». In : Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1961, « Bibliothèque de la Pléiade », p. 1173.

[4] Marie-Christine Natta, La Grandeur sans convictions, Paris, Éditions du Félin, 2011, pp. 13-14.


Vous aimerez aussi...