Rapport du Colloque « Villes en guerre, 1800-1914 » – Francfort, juin 2018

Villes en guerre (1800-1914)

L’urbanité moderne à l’épreuve du conflit

Jeanne Yapaudjan

jeanne.yapaudjian@ens-lyon.fr

ENS de Lyon / Goethe-Universität, Frankfurt am Main

            Si de nombreuses recherches ont été consacrées aux villes en guerre pendant les deux guerres mondiales – comme l’ouvrage collectif dirigé par Philippe Chassaigne et Jean-Marc Largeaud Villes en guerre (1914-1945) (2004) –, la période de 1800 à 1914 a été moins étudiée. Ce constat ainsi que la richesse de l’iconographie littéraire et historique portant sur le sujet ont amené les deux organisateurs du colloque Frank Estelmann (Institut für Romanische Sprachen und Literaturen, Johann Wolfgang Goethe-Universität Frankfurt am Main) et Aurore Peyroles (Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales), en collaboration avec la Société des études romantiques et dix-neuviémistes (SERD, Paris) à organiser ce séminaire réunissant à Francfort-sur-le-Main des spécialistes de littérature, de sciences humaines et d’architecture. En remontant au XIXe siècle, celui de l’explosion de la croissance urbaine, il était question dans cette coopération franco-allemande de reconstituer une sorte de généalogie des situations singulières de villes en guerre entre 1800 et 1914. La conception moderne de l’urbanité qui devait être mise en péril par la violence et le conflit armé lors de l’assiègement des villes a été conservée ou a pris un sens nouveau. Des guerres napoléoniennes à la Première Guerre mondiale, les guerres en s’invitant en ville ont entraîné des situations paradoxales et complexes. A la recherche de leurs traces plus ou moins visibles, les contributeurs du colloque ont tenté d’analyser ces situations diverses. L’accent a été mis sur les différentes réactions des écrivains français, allemands mais aussi italiens face à la négation de l’urbanisme et de l’urbanité que représentent les villes en guerre. En rendant compte des traumatismes générés par ces dernières, ils ont inventé une poétique du siège. Les ruines urbaines ont été un de leurs thèmes de prédilection.

            Intitulée « L’irruption de la guerre dans la ville (1870-1871) : de la ville assiégée à la ville révoltée », la première section était presque entièrement centrée sur le siège de Paris et sur la Commune, s’interrogeant sur la façon dont ce double événement a été approché par les historiens et les écrivains. Deux historiens ont ouvert la première journée en s’intéressant aux déroulements des combats en ville, à Paris et à Châteaudun. Joseph Jurt(Fribourg) a tout d’abord dressé le décor historique de Paris en 1870-1871. Il a rappelé la chronologie de l’événement dans ses détails et évoqué les diverses transformations de la ville, du point de vue des pratiques urbaines comme de l’architecture. Il a notamment insisté sur l’importance de la barricade dans la ville : utilisée comme dispositif de combat lors du siège, elle s’est imposée comme l’une des images emblématiques de la Commune, malgré son manque d’efficacité sur le terrain ; son rôle stratégique est éclipsé par son dispositif scénique, propice au tragi-comique. Jean-Marc Largeaud(Tours) a développé cette thématique du combat en ville en adoptant une perspective micro-historique et en étudiant la bataille de Châteaudun, ville assiégée par l’armée allemande en 1870. Peu étudié par l’historiographie, l’épisode est pourtant significatif par la valeur d’exemple qu’on a souhaité lui attribuer. Châteaudun incarne la résistance d’une ville contre une armée se livrant aux intimidations, aux représailles et aux pillages. La disproportion même des forces ainsi que la violence exercée à l’encontre des civils a façonné quelques images fortes : les barricades, les incendiaires, mais aussi la beauté des ruines ont été célébrées par les peintres et les photographes, mais aussi par des poèmes, des médailles et des monuments locaux.

La Commune et le siège de Paris ont ensuite été envisagés au prisme d’une approche littéraire : ce fut l’occasion de souligner l’importance du contexte historique sur la production poétique et narrative contemporaine. Éléonore Reverzy (Paris) a étudié l’élaboration de ce qu’elle a appelé des « poétiques du siège » à travers l’exemple d’auteurs conservateurs ou républicains (Edmond de Goncourt, Gautier, Huysmans, Claretie). Leurs écrits témoignent de la naissance d’un genre testimonial qui se caractérise par une grande attention accordée aux détails et aux choses vécues. Plongé dans les lieux les plus risqués de l’Histoire, le témoin n’a pas de surplomb face aux événements. Mémoires de guerre, reportages et chroniques journalistiques ont en commun de souligner le caractère inouï du surgissement de la guerre en ville. Les tableaux foisonnent de détails et constituent la ville en guerre en scène de spectacle. Face aux privations se développe aussi une poétique de la liste : l’écrivain énumère les aliments qu’il reste, ceux qui ont disparu. Plus largement, ces récits se présentent comme des discours sur l’histoire, en quête d’un éventuel sens au-delà du chaos de la révolution. L’influence du contexte historique, et en particulier de la Commune de Paris, sur l’écriture littéraire se confirme dans l’étude de la production des Parnassiens menée parHenning Hufnagel (Zurich) : prônant à l’origine un isolement vis-à-vis du monde contemporain et de la sphère politique, Théophile Gautier, Leconte de Lisle et Théodore de Banville ont tenté d’adapter leur poésie aux bouleversements politiques en cours, d’y intégrer le hic et nunc des événements, sans trahir les principes de leur imaginaire. On observe ainsi une évolution de la teneur politique des poèmes parnassiens avant, pendant et après le siège. Le contexte historique jouait déjà un rôle prépondérant dans les textes évoqués par Malte Osterloh à propos de la grande entreprise haussmannienne de transformation de Paris, elle-même assimilée par certains écrivains contemporains à une forme de guerre.

            Caroline Mannweiler (Mayence) a par la suite analysé les réactions des écrivains face aux canons prussiens, notamment à partir d’extraits du journal républicain Le Rappel (1870-1871), dont les collaborateurs sont marqués par l’influence de Victor Hugo. La plupart fait le choix du rire, comme pour se distancer de la guerre en cours, mais aussi pour chanter un esprit de résistance censé être typiquement parisien : il s’agit de répondre aux obus par les éclats de rire et de moquerie ainsi que par la continuation obstinée de la vie quotidienne. Michael Bernsen (Bonn) s’est lui aussi intéressé à l’affirmation d’une singularité parisienne en étudiant les mythes de la capitale pendant la guerre franco-allemande, en particulier chez Victor Hugo. Ce dernier fait de Paris la capitale de l’Europe, voire le centre de gravitation de l’Humanité, succédant à Jérusalem, Athènes ou Rome. Détruire Paris, c’est menacer ce statut d’exception : la dispersion des pierres entrainerait une dispersion des narrations mythiques et de leurs formes – y compris celles de Victor Hugo lui-même, dont l’écriture est rendue comme incertaine face aux bouleversements de la Commune.

            Le colloque s’est prolongé par une deuxième section centrée sur les témoignages relatant les traumatismes vécus lors des guerres d’indépendance et des conquêtes coloniales. Tobias Berneiser(Marbourg) a ainsi restitué la reconquête de Naples en 1799 et ses massacres à travers des textes d’Alexandre Dumas et de Vicenzo Cuoco. Naples y apparaît comme un champ de bataille idéologique et philosophique où il s’agit de prendre résolument parti. La violence des descriptions et l’héroïsation des patriotes napolitains participent dès lors de l’engagement de ces deux écrivains. La ville se fait théâtre politique. Dans le cas des Cent-Jours évoqué par Chateaubriand dans Les Mémoires d’Outre-Tombe, ce théâtre ne se fait guère que scène de boulevard. Olaf Müller (Marbourg) a en effet montré comment Chateaubriand, suivant Louis XVIII dans sa fuite à Gand, en Belgique, adopte la posture d’un spectateur impuissant et déçu réduit à assister passivement à une comédie burlesque, loin du grand drame historique qui se déroule à Paris dans les rangs napoléoniens. C’est une tout autre posture qu’adopte Stendhal, dont Dominique Dupart (Lille) dresse le portrait en espion, à l’appui surtout des Chroniques italiennes. L’espionnage y est envisagé comme une perpétuation de la guerre en temps de paix. Sans cesse espionné et vivant sous surveillance policière, le consul qu’est Stendhal est à la fois flâneur et agent actif quand il arpente la ville qui l’entoure.

            Déplaçant le regard vers les horizons plus lointains des conquêtes coloniales, Sarga Moussa (CNRS, THALIM) a évoqué le séjour du peintre Eugène Fromentin dans la ville de Laghouat, qui a subi un siège meurtrier en 1852. Se rendant sur place après les massacres commis par l’armée française, Eugène Fromentin s’attarde sur les images de dévastation. Alors que ses tableaux n’en portent aucune trace, il souligne dans ses écrits la présence obsédante du passé, décrivant les lieux détruits avec une précision photographique – tout en peinant à désigner les coupables. Non exempt d’un certain sentiment de culpabilité, son témoignage reflète la difficulté à trouver une place, entre colonisateur et observateur. Daniel Lançon (Grenoble) a quant à lui abordé la résistance nationale égyptienne et l’interventionnisme colonial britannique au moment du bombardement d’Alexandrie de juillet 1882. S’appuyant sur des témoignages, des dépêches de presse, des journaux de bord et des correspondances, il a montré combien cet épisode très bref a donné lieu à des prises de paroles et à des manières de raconter très diverses. On retrouve cependant dans les témoignages des effets stylistiques récurrents : l’effet de liste, mais aussi la dimension théâtrale de la ville-spectacle bombardée.

            La troisième section du colloque avait pour objet les effets de la guerre – ses retours, ses spectres, ses ruines. Interrogeant ses propres pratiques et insistant sur la dimension autobiographique de ses recherches, Daryl Lee(Brigham Young) est revenu sur l’usage poétique qu’on pouvait faire des ruines de la Commune de Paris. Retraçant sa propre quête des traces physiques laissées par ces événements, il a envisagé la destruction de Paris comme une perte de la mémoire de la ville, incarnée dans le papier qui brûle. Aude Déruelle (Orléans) a ensuite analysé la représentation des villes en guerre dans le roman historique. Au cours du XIXe siècle, la ville en guerre réelle – notamment lors des batailles napoléoniennes – renouvelle les codes épiques et donne lieu à un imaginaire du champ de bataille particulier où s’oppose civilisation, incarnée par la ville, et barbarie. Matthias Hausmann (Dresde) a proposé une étude symétrique des villes en guerres telles qu’elles apparaissent dans la littérature d’anticipation du XIXe siècle. Les textes de Mercier, de Gautier et de Méry, entre autres, sont souvent très descriptifs, renonçant à toute intrigue mais faisant de la guerre un thème central. La destruction de Paris, en particulier, s’impose comme une constante de l’imaginaire futuriste. Eliza Culea-Hong (ENSA-Versailles) a souligné l’attirance exercée par ces images de villes apocalyptiques sur la littérature mais aussi sur l’architecture, comme en témoigne l’influence réciproque entre l’écrivain Paul Scheerbart et l’architecte Bruno Taut.

            Enfin, Joëlle Prungnaud (Lille) a montré dans quelle mesure les dévastations de la Grande Guerre ont provoqué un effet de retour aux ruines de la Commune. Dans le cadre du débat sur la reconstruction après 1918, le souvenir de la Commune a en effet refait surface : faut-il conserver, restaurer ou raser ? Le passé présente-t-il des solutions au présent, le déjà-vu aidant à surmonter le jamais-vu ? La Commune ne surgit pas alors comme un fait historique mais comme le souvenir vivant des destructions, encore présent dans la mémoire. Mais la guerre agit surtout comme un révélateur, mettant au jour la conception de la ville que se font ses habitants, partagés entre la volonté de conserver les ruines comme témoignages des souffrances vécues et celle de renouer avec une vie quotidienne libérée du passé.

            Le colloque a ainsi permis une réflexion sur les villes en guerre avant la Première Guerre mondiale (1800-1914). Un grand nombre des communications s’est concentré sur l’événement du siège de Paris, signe de l’importance symbolique de la guerre faisant irruption dans la capitale de la modernité, mais les guerres d’indépendance et coloniales (en Italie, en Algérie, en Égypte) ont elles aussi été abordées. Quels que soient les théâtres retenus, les descriptions des villes en guerre se singularisent par une grande attention accordée aux détails : les destructions matérielles et les ruines sont des thématiques récurrentes. La ville détruite ou la ville comme lieu de combat hérissé de barricades a souvent été présentée comme une scène de théâtre que l’écrivain-historien observe en tant que témoin plongé dans l’événement mais bénéficiant souvent aussi d’un certain surplomb. L’événement inouï que représente la ville en guerre a contribué à la transformation des mentalités, des représentations, mais aussi de la poétique tout au long du XIXe siècle.

Aperçu du déroulement du colloque

Section 1 – L’irruption de la guerre dans la ville (1870-1871) : de la ville assiégée à la ville révoltée

Joseph Jurt (Freiburg) – Paris 1870-1871 : le siège, la Commune, la guerre civile

Jean-Marc Largeaud (Tours) – Réalités et représentations du combat en ville : Châteaudun en 1870

Éléonore Reverzy (Strasbourg) – Poétiques du siège de Paris : Goncourt, Gautier, Huysmans

Henning Hufnagel (Zurich) – Idylles prussiennes. Hugo et les Parnassiens face au siège de Paris

Malte Osterloh – « Andromaque, je pense à vous ! » L’haussmannisation comme conduite de la guerre

Caroline Mannweiler (Mayence) – « Cette inaccessible gaîté de Paris », ou la littérature face aux canons : le journal Le Rappel (1870-71)

Michael Bernsen (Bonn) – « La dispersion des pierres fera la dispersion des idées » : Paris et ses mythes pendant la guerre franco-allemande chez Victor Hugo

Section 2 – Témoignages et traumatismes : guerres d’indépendance, conquêtes coloniales

Tobias Berneiser (Marbourg) – Alexandre Dumas et Vicenzo Cuoco : la reconquête de Naples en 1799

Olaf Müller (Marbourg) – Waterloo vu de Bruxelles dans les Mémoires d’outre-tombe de Chateaubriand

Dominique Dupart (Lille) – Portrait de Stendhal en espion romantique

Sarga Moussa (CNRS, THALIM) – Fromentin à Lagouhat. Violence et traumatisme en situation coloniale

Daniel Lançon (Grenoble) – Alexandrie, ville orientale cosmopolite sous les bombes anglaises : récits et discours (juillet 1882)

Section 3 – Effets de la guerre : retours, spectres et ruines

Daryl Lee (Brigham Young) – Witnessing and Collecting the Paris Commune Ruins

Aude Déruelle (Orléans) – Villes en guerre dans le roman historique

Matthias Hausmann (Dresde) –Les villes dans les guerres futures : la littérature d’anticipation du XIXe siècle

Eliza Culea-Hong (ENSA-Versailles) – FUTUR DYNAMIQUE / FUTUR-DYNAMITE : du « wonderland futuriste » à la dissolution de la ville à l’aube du XXe siècle

Joëlle Prungnaud (Lille) – Des ruines de la Commune aux dévastations de la Grande Guerre : l’effetretour

Le programme est toujours disponible sous ce lien:
https://www.uni-frankfurt.de/71582311/Villes-en-guerre_Faltblatt_Frankfurt.pdf


Vous aimerez aussi...