Séminaire Numapresse sur la Bohème (23 novembre 2018, Nanterre)

Ecosystèmes de la Bohème: acteurs, médias, géographie

La « Bohème » est une notion complexe; plus qu’un groupe, une époque, elle renvoie à un style de vie. La Bohème, ce sont des écrivains et des artistes (mâles) en représentation dans des cafés et des cabarets; des lorettes, des modèles, des prostituées qui ne sont pas de simples éléments du décor; une géographie dont les pôles sont aussi bien des lieux de vie, de rencontre, de production que des outils économiques ou publicitaires (un cabaret, on y mange, on y boit, on y écrit, on y chante, on en passe des réclames dans les périodiques); des journaux qui font plus que transposer les relations sociales d’un milieu: qui les créent, les transforment, les diffusent. Cette imbrication de tous les plans (économiques, sociaux, esthétiques, communicationnels) montre qu’il s’agit bien d’une forme d’écosystème: une structure en quête perpétuelle d’équilibre (une structuration) avec ses prédateurs, ses proies, ses ressources, son territoire…

Les travaux de Jean-Didier Wagneur et d’Anthony Glinoer sur la bohème, ses représentations, sa sociabilité, ceux d’Alain Vaillant sur la base Petite Presse et la presse satirique avec le projet HIRIM, avec Jean-Didier Wagneur et Caroline Crépiat sur L’Hydropathe et Le Chat noir, ont permis d’engranger de nombreuses données sur les contenus des périodiques, les lieux de sociabilité, les profils sociologiques des acteurs de la Bohème, autour de 1840 et de 1880, données versées dans la base Numapresse. Ces périodes peuvent servir de cas d’étude pour expérimenter avec une base de données considérée non comme un simple dépôt d’informations mais comme un outil d’exploration et de découverte. Quelle est la valeur épistémologique d’une base de données? Peut-on voir émerger des motifs dans cet ensemble? Nous nous intéresserons en priorité aux questions de la prosopographie, de l’économie et de la géographie de la Bohème, pour voir de quelle manière s’entrelacent ces questions.

Intervenants
Caroline Crépiat (Docteure, CELIS, Équipe Lumières et Romantismes)
Anthony Glinoer (Chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire, Professeur titulaire à l’Université de Sherbrooke, Québec)
Julien Schuh (Université Paris Nanterre
Jean-Didier Wagneur (BnF, HIRIM)


Vous aimerez aussi...