La littérature de jeunesse au XIXe siècle : naissance d’un genre littéraire et éditorial ? — par Marine Le Bail

Babar, Harry Potter & Cie : livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui, exposition virtuelle [en ligne: http://expositions.bnf.fr/livres-enfants/index.htm], Paris, BnF, 14 octobre 2008 – 11 avril 2009

La Littérature de jeunesse à l’époque romantique : une littérature européenne ?, journée d’études des Cahiers d’études nodiéristes, Paris, bibliothèque de l’Arsenal, 26 janvier 2018

Le XIXe siècle a-t-il inventé la littérature de jeunesse ? Si l’idée de composer des ouvrages spécialement conçus en vue de l’éducation des plus jeunes, et notamment des futurs gouvernants, remonte au moins aux siècles classiques, ainsi que l’atteste la tradition du « miroir des princes », c’est incontestablement dans le courant des années 1830 que se développe chez les éditeurs le sentiment d’avoir « inventé l’enfance ». Certes, nombre de textes particulièrement prisés pour leurs vertus pédagogiques font après coup figure de précurseurs – on pense notamment aux Fables de La Fontaine ou au Télémaque de Fénelon –, mais c’est bien au cours du XIXe siècle que va progressivement s’imposer l’idée de proposer des produits éditoriaux spécifiquement élaborés, dans leur contenu comme dans leur forme, pour répondre aux attentes d’un public aux contours encore incertains, celui de la « jeunesse ». Les initiatives éditoriales se multiplient en ce sens, que ce soit dans le domaine de la librairie classique avec la fameuse « Bibliothèque rose » de Hachette, ou dans celui de la presse illustrée et des revues avec, par exemple, le Magasin d’Éducation et de Récréation de Pierre-Jules Hetzel en 1864. C’est alors que se fixent quelques-uns des traits récurrents qui vont contribuer à donner sa cohérence à ce secteur éditorial en plein essor : prédominance d’une visée éducative, voire moraliste, recours privilégié à la fiction avec des personnages d’enfants susceptibles de favoriser l’identification du jeune lecteur, utilisation massive de l’image, plébiscitée à la fois pour sa séduction visuelle et pour ses vertus pédagogiques, développement de cartonnages attractifs aux couleurs vives qui rapprochent le livre pour enfants du modèle du keepsake ou du livre d’étrennes.

Longtemps délaissée par les recherches littéraires tout comme par l’histoire de l’édition, la littérature de jeunesse fait l’objet depuis les années 1990 d’un formidable regain d’intérêt, comme en témoigne la très complète bibliographie proposée dans ses outils pédagogiques par la Bibliothèque nationale de France (http://expositions.bnf.fr/livres-enfants/cabinet_lecture/textes/Bibliographie.pdf) dans le cadre de l’exposition virtuelle Babar, Harry Potter & Cie : livres d’enfants d’hier et d’aujourd’hui, qui prolonge sous une forme interactive particulièrement plaisante la manifestation originelle de l’automne 2008 et du printemps 2009. La question de la définition des contours de la littérature de jeunesse et de son inscription dans le contexte plus large du romantisme européen se trouvait également au cœur de la récente journée d’études des Cahiers d’études nodiéristes, qui se tint le 26 janvier dernier à la bibliothèque de l’Arsenal.

Les diverses interventions qui ont rythmé cette journée n’ont pas manqué de prendre la mesure des flottements terminologiques, esthétiques et théoriques, qui entourent la mouvance de la littérature de jeunesse, d’ailleurs plus volontiers qualifiée, au XIXe siècle, de littérature d’éducation. Dans son mot d’ouverture, Christian Chelebourg a ainsi posé la question de la définition éminemment problématique de la littérature de jeunesse, et en particulier de la limite d’âge, dont le caractère fluctuant souligne l’ambiguïté constitutive de cette littérature supposément écrite pour des enfants mais souvent lue par des adultes. Dans son volet « Petits adultes et grands enfants », l’exposition virtuelle de la BnF met d’ailleurs également en avant l’ambiguïté de la littérature de jeunesse, qui s’adresse certes en premier lieu aux adultes en devenir que sont les enfants, mais qui cherche également à séduire les parents par son raffinement matériel et visuel (http://expositions.bnf.fr/livres-enfants/expo/petits/index.htm). Un peu plus tard dans la journée, Augustin Guillot a mis à profit les enseignements d’une minutieuse enquête statistique menée d’après la Bibliographie de la France pour souligner lui aussi le flou notionnel entretenu autour de la littérature d’éducation dans les années 1830, tandis qu’Amélie Calderone a proposé une ouverture bienvenue vers l’univers du théâtre grâce à l’étude du Théâtre du Seigneur Croquignole, dont elle a souligné le positionnement éditorial ambivalent, à la croisée des lectorats adulte et enfantin.

« Genre littéraire » nouvellement identifié dans le champ éditorial dix-neuviémiste, mais non genre sans tradition, la littérature de jeunesse puise largement son inspiration dans des modèles et des motifs préexistants. La session intitulée « Des Lumières vers le Romantisme » montrait ainsi tout ce que la littérature de jeunesse des années 1830 doit à ses devanciers du XVIIIe siècle et à leur goût pour le merveilleux. Francis Marcoin a exploré ainsi les phénomènes de « rupture et de continuité » entre les deux siècles en insistant sur le glissement qui conduira progressivement à associer littérature de jeunesse et lectorat populaire. Martine Jacques s’est interrogée quant à elle sur la nature du merveilleux présenté aux enfants au tournant du XVIIIe et du XIXe siècle, à travers l’exemple de l’Île des monstres de Madame de Genlis. Le goût pour le surnaturel transparaît également à travers la fortune éditoriale des œuvres des frères Grimm, largement traduites et adaptées à partir des années 1820, ainsi que l’a établi Christiane Connan-Pintado qui a restitué à merveille la réception chaotique de ces recueils. Songeons à Alexandre Dumas, qui, comme le montrait l’intervention de Joëlle Légeret, ne se prive pas de reprendre à son compte dans son journal du Monte-Cristo deux contes fameux des frères Grimm pour en livrer une très libre adaptation.

La littérature de jeunesse apparaît donc comme un formidable creuset intertextuel au sein duquel traditions déjà consacrées et genres contemporains en plein essor trouvent à s’allier. Le modèle de la « robinsonnade », associé aux Lumières, trouve ainsi une nouvelle actualité à la faveur de l’engouement pour les contrées lointaines et exotiques et donne lieu à de multiples variations. Danielle Dubois-Marcoin s’est intéressée ainsi aux réécritures du Robinson de Defoe par madame de Montolieu ou encore Eugénie Foa dans les années 1820 et 1830 et a analysé l’appropriation des codes du roman d’aventure par ces deux femmes auteures dans le sens d’un infléchissement vers la sphère familiale et domestique, véritable constante de l’écriture féminine à destination de l’enfance (c’est également ce que suggère Laurence Olivier-Messonnier lorsqu’elle met à l’honneur les figures méconnues d’Amable Tastu et d’Élise Voïard, représentantes par excellence de ce que Hetzel nomme avec dédain la « littérature pour gouvernantes »). Au prix de multiples adaptations, et parfois de coupes franches, les « recettes » à succès du roman historique à la Dumas, du roman scientifique à la Verne, ou encore du roman policier à la Conan Doyle, font elles aussi l’objet d’une récupération qui ne fait qu’accentuer la porosité entre littérature « pour enfants » et « pour adultes ».

S’il est donc possible de voir dans la littérature de jeunesse un « continent » éditorial à part entière, c’est peut-être moins en vertu d’une cohérence textuelle bien incertaine que de la mobilisation de techniques de mise en livre inédites perçues comme particulièrement adaptées à un lectorat enfantin. On peut s’étonner, à cet égard, qu’il n’ait pas été davantage question au cours de cette journée d’études des codes visuels qui ont progressivement fait du livre de jeunesse un produit à part entière dans le champ éditorial contemporain. Que l’on songe à Rimbaud et à sa nostalgie pour les « petits livres de l’enfance » et leurs « naïves images »… On pourra se convaincre de cette intrication permanente entre typographie et iconographie, désormais indissociable du livre pour enfants, en se laissant aller à consulter quelques-uns des ouvrages numérisés dans la section « Livres à feuilleter » de l’exposition de la BnF, et notamment les abécédaires illustrés, qui montrent à quel point la question des vertus pédagogiques de l’image demeure centrale dans l’élaboration de normes éditoriales propres à la littérature d’éducation. Ainsi, dans Le Livre d’images. Alphabet pour petites filles (Paris, Lefèvre & Cie, éditeurs, 1850), chaque lettre est associée à un mot dont elle constitue l’initiale, et à des vignettes en couleurs supposées favoriser la mémorisation de l’enfant. Cet ouvrage nous livre ainsi des informations de première main sur les modèles éducatifs en vigueur concernant les jeunes filles dans les années 1850 (à feuilleter : http://expositions.bnf.fr/livres-enfants/livres/alphabet/index.htm).

Nous pouvons conclure ce bref parcours au milieu des vignettes colorés et des aventures trépidantes de la littérature de jeunesse en insistant sur la vitalité persistante de ce secteur, qui a su mettre à profit les innovations techniques de ces dernières décennies pour aller dans le sens d’une interactivité toujours accrue entre le jeune lecteur et le support dont il dispose. C’est ainsi que les livres pour enfants sont aujourd’hui à la fois en « rivalité » et en « résonance » avec un autre univers, celui du jeu vidéo qui, comme l’établissent les responsables de l’exposition, permettent de faire émerger à la fois de « nouvelles formes » et de « nouveaux imaginaires ».

Marine Le Bail

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...