Victor Hugo, Les Misérables, « Bibliothèque de la Pléiade », 2018 (compte rendu de Guy Rosa)

Victor Hugo, Les Misérables, édition établie par Henri Scepi, avec la collaboration de Dominique Moncond’huy, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2018

Comme jadis aux Grands écrivains de la France, un préjugé favorable s’attache aux éditions de la Pléiade, que leur valent la rigueur de leur cahier des charges et le recours à des spécialistes reconnus. Pour Les Misérables, ni Henri Scepi, quoiqu’il en ait publié un « foliothèque », ni Dominique Moncond’huy ne peuvent être considérés comme tels et ils n’ont pas non plus l’expérience des tâches d’une édition critique. Ç’aurait pu être sans conséquence si le corset des formes de la Pléiade n’avait pas égaré leur travail au lieu de le soutenir. La maison d’édition n’a pas su s’adapter aux deux exceptions du livre de Hugo: son devenir qui, à travers illustrations, adaptations et traductions, a muté son statut de texte littéraire français en celui de bien culturel – voire spirituel – mondial ; mais d’abord et très matériellement, sa longueur.

Gaston Gallimard en avait pourtant pris conscience qui, au lendemain de mai 68, proposa à Pierre Albouy, élu l’année précédente à la « chaire Victor Hugo » de la Sorbonne, de procurer dans la Pléiade une édition des Misérables qui serait complétée, dans la collection blanche, par autant de volumes que nécessaire pour recevoir essais, commentaires, éclaircissements, transcriptions de manuscrits, documents, annotation complémentaire, bibliographie critique…. P. Albouy convoqua, pour demander leur concours, les hugoliens que l’édition de l’œuvre de Hugo conduite par Jean Massin avait déjà fait travailler ensemble. Ce fut l’ébauche du futur « Groupe Hugo ». L’éclatement de l’Université de Paris ne fit pas complètement perdre de vue ce projet. Il resurgit, vingt ans plus tard, dans la suggestion, dont la Pléiade s’effaroucha, d’une édition des Misérables en trois volumes : l’un pour le texte, l’autre pour les notes et tout l’appareil critique, savant, génétique et documentaire ; un « album » aurait pris en charge la mutation du livre en mythe dans l’explosion des images.

Hugo en avait deviné le destin ; il écrit à Hetzel, le 4 juillet 1861 :

Les Misérables sont finis, mais ne sont pas terminés. […] Il faut que je passe l’inspection de mon monstre de la tête aux pieds. C’est mon Léviathan que je vais lancer sur la mer ; il a sept mats, cinq cheminées, les roues ont cent pieds de diamètre, les chaloupes pendues au flanc sont deux vaisseaux de ligne ; cela ne pourra entrer dans aucun port […].

« Cela », effectivement, n’est pas entré dans la marina de la Pléiade.

On a parié que Les Misérables tiendrait en un seul volume, sans contourner les points de passage obligé : introduction, chronologie, apparat critique, annotation, bibliographie, auxquels s’ajouterait, heureuse initiative, un aperçu de ses avatars illustrés, mis en scène ou à l’écran. Pari tenu, en apparence. Ce volume garde l’allure d’un Pléiade, mais aux dépens de sa substance.

Le texte d’abord a été tassé : 1419 pages, 4,5% de moins que l’ancienne Pléiade de Maurice Allem qui survivait depuis 1951. Ce gain minime se paie cher : composé dans un corps plus petit, le texte est sensiblement moins lisible ; les appels de note s’amenuisent ; les appels de référence à l’apparat critique s’effacent  – il n’y a que demi-mal. Mais le reste en pâtit aussi. Pour leurs interventions savantes dans le volume de la Pléiade contenant Notre-Dame de Paris et Les Travailleurs de la mer Jacques Seebacher et Yves Gohin disposaient de 780 pages ; MM. Scepi et Moncond’huy en ont eu exactement la moitié à mettre au service de l’œuvre majeure. Il y avait de quoi les décourager. Cette allocation parcimonieuse doit être comptée à leur crédit et tempérer la sévérité des critiques : d’avance leur éditeur leur coupait l’herbe sous les pieds.

Une Chronologie défective et pléthorique

On s’explique ainsi que certaines parties de l’ouvrage semblent sacrifiées, à commencer par la chronologie, dont il aurait mieux valu se passer. Sa construction d’abord est absurde, à moins qu’elle n’oblitère volontairement la genèse du livre. Commençant en novembre 1845, c’est une chronologie, hâtive, de la rédaction du roman jusqu’à l’interruption de la rédaction en février 1848 ; elle devient alors une chronologie complète de la vie et de l’œuvre de Hugo. La suspension du cours de Michelet y figure, ni Le Dernier Jour d’un condamné, ni Claude Gueux.

La répartition de la matière avec l’Introduction n’est pas mieux maîtrisée. Le flagrant délit d’adultère de juillet 1845, primum movens de l’écriture dans l’Introduction, est mentionné ici comme motif deux ans plus tard d’un, très hypothétique, recul devant la publication : « Le 30 décembre intervient la signature d’un contrat […] Mais Hugo, qui avait fait l’objet d’un constat d’adultère […] griffonne […] “Injures que je prévois après la publication des Misères : l’auteur aurait pu nous peindre les Misères d’un pair de France et d’une femme pris en flagrant délit d’adultère.” » Pour la rédaction du livre Waterloo, ce n’est plus un décalage mais une vraie contradiction : l’une la place à Guernesey entre le 8 et le 22 décembre 1861, l’autre en mai-juin à Mont-Saint-Jean. Ce défaut de cohérence explique peut-être certains manques. L’insistance de Hugo auprès de Lacroix pour obtenir, très vite, une édition petit format moins coûteuse est passée sous silence. Rien sur les échanges entre Hugo et G. Sand à propos du traitement de la religion et des prêtres. La lettre du neveu de Mgr de Miollis protestant contre l’usage fait par Hugo de la figure de son oncle est indiquée, mais ni les remerciements du duc d’Aumale pour le portrait de son père, Louis-Philippe, ni ceux de Barbès, pour la mention de son nom et l’évocation de son action, qui ne sont pas même signalés en note.

L’exécution est à la hauteur de la conception. Cette chronologie démarque, tacitement, celle écrite par Massin. Au point que la référence – CFL, t. VII, p. 1332 – de l’item,  « Repris Jean Tréjean. Je ne dine plus qu’à une (et non « 1 ») heure du matin, notera-t-il ainsi dans ses carnets à la date du 19 novembre 1847 »,  n’est pas celle attendue du carnet, mais de la page de la chronologie Massin ; au reste, pas de « carnets » ici : l’abréviation de Massin, J.C.J., désigne le Journal de ce que j’apprends chaque jour qui n’est pas un carnet. Récidive pour les dates des 16 septembre 1861 et 14 mai 1862. Souvent on recopie et, lorsqu’on réécrit, ce n’est pas toujours très heureux. Massin note, au 4 février 1862, « V.H. annonce à Lacroix que  “la préface n’aura que deux pages” ; il a donc renoncé à donner Philosophie pour préface aux Misérables. » « Il a donc renoncé » fixe prudemment un terminus ad quem à l’abandon de Philosophie. La Pléiade le date : « En février […] Hugo renonce à l’idée d’une préface développée, de nature ou d’inspiration philosophique ». A quelle heure, s’il vous plaît ? aurait demandé Hugo.

Enfin toutes sortes de bévues et de manques ou de formulations maladroites : « En Belgique, Hugo a poursuivi, puis suspendu, la rédaction d’Histoire d’un crime. » Où l’a-t-il commencée ? « Le 26 avril [1860] Hugo reprend le manuscrit de ce qu’il appelle désormais Les Misérables. » « Désormais » intrigue car, deux pages plus haut, a été citée la lettre d’Hetzel du 17 mars 1857 : « Si vous étiez prêt pour le roman Les Misérables, j’irais vous trouver… ». Hetzel aurait-il deviné le futur titre avec trois ans d’avance ? En réalité, la publication des Misérables – trois parties, six volumes – est annoncée dès la 4e de couverture de l’édition des Châtiments en novembre 1853, et le sera de nouveau, l’année suivante, sur celle de la lettre ouverte A lord Palmerston. La chronologie n’indique que l’injonction de la Table du 15 septembre 1853 : « Grand homme termine Les Misérables », sans observer qu’il s’agit de la première apparition du nouveau titre, bientôt rendu public. Plus grave, une citation fautive – volontairement ?– aboutit à un contresens :

Du 12 mai au 30 Xbre, j’ai passé sept mois à pénétrer de méditation et de lumière l’œuvre entière présente à mon esprit afin qu’il y ait unité absolue entre ce que j’ai écrit il y a douze ans et ce que je vais écrire aujourd’hui. Provisa res. Aujourd’hui je reprends […].

Manque avant Provisa res la phrase qui le fait porter non sur ce que Hugo va écrire mais sur ce qu’il a écrit douze ans auparavant : « Du reste tout était solidement construit. Provisa res

D’une manière générale, la formation de la première version du livre, Les Misères, est maltraitée   – et ne l’est pas qu’ici. Alors que l’envoi du texte à l’impression est suivi, derrière Bernard Leuilliot, livre par livre, la progression de la rédaction avant l’exil est éclipsée, quoique la scandent une douzaine de dates sur le manuscrit. En janvier 1847 il a « peu progressé », en février 48 il a pratiquement fini, rien entre les deux sinon des interruptions : «  Il se consacre activement à sa tâche, même si c’est de manière discontinue. » L’invention de nouveaux personnages et les changements de leurs noms, Marius excepté, ne sont pas plus datés quoique Le Manuscrit des Misérables de René Journet et Guy Robert en donne le tableau. L’histoire de l’écriture du roman est remplacée par les émotions de Juliette à sa lecture. Le succès de la publication de ses lettres a séduit outre mesure l’éditeur, soucieux de nouveauté. Il laisse ignorer le retour esquissé à la rédaction des Misères en août 1851,  le poème « Tu me dis : Finis donc ton livre des Misères » en novembre, et, au lendemain du coup d’Etat, l’hésitation entre l’engagement du combat par la plume et l’achèvement du roman, mais pas la date à laquelle Juliette s’installe à La Fallue « d’où elle aperçoit la fenêtre de la chambre de Hugo ».

On attendait enfin, ici ou ailleurs, un recueil complet des déclarations, exceptionnellement nombreuses et précises, de Hugo lui-même à propos de son livre. Elles sont éparpillées entre la chronologie et la présentation, et beaucoup manquent ou sont tronquées, comme celle par laquelle on a commencé. La Lettre à M. Daelli, le traducteur du roman en italien, jugée suffisamment importante pour être jointe in extenso à l’édition ne varietur, n’est citée que pour deux petites phrases. Absente aussi cette note : « J’avais fait, sous le nom de Marius, des quasi-mémoires, expliquant ce que j’ai appelé quelque part la révolution intérieure d’une conscience honnête. Ceci n’a été compris qu’à moitié. »

Des Misérables sans Misères

Les Misérables sont écrits, cas unique dans l’œuvre de Hugo, en deux campagnes d’écriture, séparées par le temps (une douzaine d’années), l’espace (la mer et une frontière), l’histoire (une révolution, une république, un coup d’Etat), par la mutation du statut de son auteur, passé des séances de l’Académie, de la chambre des Pairs et des fêtes de la monarchie à un exil encore sans gloire, et par le bouleversement complet de ses convictions. Revenir au vieux manuscrit des Misères, le corriger, l’augmenter autant que de besoin et parachever le récit, l’affaire allait si peu de soi que Hugo prit le soin, cas unique aussi, de conserver et de recueillir, au moins en partie, les feuilles, notes et bouts de papier où s’était inscrite la transformation du roman, son progrès. Il intitule de sa main cette liasse « Reliquat des Misérables » ; ses exécuteurs testamentaires banaliseront ce geste en l’appliquant de leur propre chef à tous les autres titres, allant chercher, çà et là, dans la montagne des manuscrits, ce qui pouvait se rapporter à chacun ; Hugo, lui, l’avait inventé pour cette œuvre et le lui avait réservé.

Cette métamorphose des Misères en Misérables, que Hugo souligne encore en inscrivant, à la fin du chapitre où il s’était arrêté en février 48 : « Ici le pair de France s’est interrompu, et le proscrit a continué », toutes les éditions un tant soit peu savantes se sont attachées à en rendre compte depuis plus d’un siècle : celle

de l’Imprimerie Nationale, en 1908, conduite par Paul Meurice en personne assisté de Gustave Simon qui succède au défunt Auguste Vacquerie, date la période de rédaction de chaque chapitre ; G. Simon, en 1928, donne le texte suivi des Misères ; M. Allem reprend ces données dans les notes de la Pléiade de 1951 comme le fera Marius-François Guyard dans les deux volumes « Garnier jaune » de 1963 ; la même année, R. Journet et G. Robert, complètent et corrigent considérablement le travail de G. Simon par la description fine du Manuscrit des Misérables – descendant au niveau du mot pour 83 chapitres, du paragraphe pour les autres ; dans l’édition des œuvres complètes chez R. Laffont, collection « Bouquins », R. Journet reconstitue et publie, sous le titre Le Dossier des Misérables, la liasse des feuilles et papiers réunis par Hugo dont nous venons de parler en explorant, dans la totalité des manuscrits, la fameuse cote 128, donnée, dans l’inventaire notarié après décès, au dossier que Hugo avait intitulé « Reliquat des Misérables »; nous-même avons publié, sous forme de tableaux comparatifs, à côté du texte définitif, les deux états du manuscrit : celui du premier jet antérieur à toute addition et celui atteint en février 1848 à l’interruption de la rédaction. Toute cette besogne n’est pas vaine. Rien n’est plus utile face à un texte que de pouvoir le comparer, pain bénit si c’est à lui-même.

Intégrer cette masse de données génétiques et les commenter aurait demandé à H. Scepi plus de place, ou des sacrifices ; livrer les conclusions générales de leur examen et renvoyer à une source extérieure pour leur détail matériel aurait rompu la formule éditoriale de la Pléiade en mettant à mal l’autosuffisance prétendue du volume. On a baissé les bras, sans s’en expliquer. Mais, comme il aurait été inconvenant d’ignorer tout à fait Les Misères, l’annotation est chargée de « variantes », choisies sans qu’on sache comment et jamais commentées. Pourtant, remords ou retour du refoulé, cette genèse occultée pèse sur cette édition et semble venger son oubli en conduisant H. Scepi à l’irrecevable, voire à l’irréparable – jusqu’à réimpression. On n’en donnera que quelques illustrations.

Abordant « la singulière genèse de l’ouvrage », l’Introduction décide que le passage des Misères aux Misérables n’est pas, comme « on dit parfois » (en réalité, toujours), « celui d’une “version” embryonnaire à une autre, plus développée et plus complexe », mais qu’il « serait plus exact de voir dans ces deux livres deux projets distincts, deux œuvres séparées. » Décret audacieux – il n’y a qu’un manuscrit – mais très utile à qui préfère laisser de côté le premier de ces deux livres. A défaut d’arguments, l’annulation des Misères est concrètement accomplie par le saut qui, de « Aux origines du roman » à « 1848, année pivot », enjambe toute la période créatrice. De ce qui a été écrit entre la fin de l’année 1845 et 1848, il n’a pas été et ne sera pas question. L’Introduction, en cela cohérente avec la Chronologie, peut se dérouler paisiblement : elle s’applique à un texte écrit tout entier pendant l’exil et ne s’en cache pas : « Gardons présent à l’esprit le fait que ce roman, quoique commencé à l’automne de l’année 1845, est pleinement et totalement une œuvre de l’exil. » Ce « quoique » a bon dos : il servirait aussi bien à dire tout le contraire.

Le même escamotage préside à la construction de la Note sur le texte qui prend un étrange chemin pour aboutir à « La présente édition ». Elle pouvait s’y consacrer toute entière et commence effectivement, comme si c’était son projet, par une description de l’édition originale, du contrat, de l’association avec Pagnerre, etc. Mais au lieu de l’attendu « C’est cette édition que nous reproduisons », le rédacteur s’aperçoit qu’il a trop vite assimilé la tâche de Hugo à la sienne et qu’avant de publier son livre, Hugo, lui, avait dû l’écrire. Il faut battre en retraite et faire laborieusement marche arrière : « Cette publication est bien sûr un aboutissement qui couronne plus de deux années d’un travail intense et assidu… » Deux ? Nouvelle régression : « deux années d’un travail intense et assidu si l’on s’en tient à la seule période de reprise et d’achèvement  pendant l’exil. Mais c’est en réalité une temporalité beaucoup plus vaste qui doit être prise en compte. Elle est déterminée par trois moments décisifs : 1845-1848 (amorce de la rédaction des Misères …) […]. » Fameuse amorce, puisque le texte rédigé avant l’exil occupe plus de la moitié du texte définitif.  L’histoire de la rédaction commence alors, curieusement proportionnée.

Une demi-page détaille l’ « amorce », à peine plus que pour la période 1848-1860, où Hugo n’écrit rien. On peut en venir à 1860-61 : deux pages. Il s’agit maintenant, pour V. Hugo et H. Scepi, de la publier : trois pages intitulées « Vers l’édition originale ». Titre bizarre puisque la première ligne – « La composition est cependant lancée dès décembre 1861 » – dit qu’on y est déjà, mais qui s’explique si l’on comprend que ces pages acheminent moins vers l’édition originale que vers l’établissement du texte de la Pléiade, aussi excellent et plus que cette originale qu’il reproduira, avec des corrections venues des « Autres éditions »  (deux pages), des « Editions critiques » (une page) et même du manuscrit (moins d’une page). Au total cette Note sur le texte, qui met si assidûment la charrue avant les bœufs et arrive au manuscrit dont elle aurait dû partir, emploie moins de trois pages à dire l’écriture de l’œuvre et dix à ses diverses éditions.

Quos vult perdere…, la réalité se venge d’avoir été volontairement méconnue. Cela se produit dans la petite page consacrée au manuscrit. H. Scepi restreint d’abord l’utilité du manuscrit pour l’établissement du texte à la confirmation des épreuves :

[…] le manuscrit s’avère être une source précieuse et un point de référence pour le travail d’établissement du texte. Hugo, on l’a dit, y a en effet consigné la plupart des modifications qu’il a souhaité voir apporter à son livre lors de la correction des épreuves.

Il s’attache ensuite à dénigrer ce manuscrit. Certes, dit-il, l’écriture de l’exil, très différente de celle d’avant l’exil – c’est faux mais passons – aurait dû permettre à G. Simon, « qui, le premier tenta de publier la version des Misères », d’en reconstituer le texte. Entendons qu’il n’y est pas plus parvenu que ses successeurs. Pourquoi ? Parce que ce texte n’existe pas, qu’il vient en intrus parasiter celui des Misérables et que, de toute manière, il est effacé, raturé, illisible :

Cependant, sauf exception, le texte des Misères n’a aucune autonomie spécifique ; il se mêle aux transformations intervenues à partir de 1860 au moment de la reprise du manuscrit ; il laisse deviner ses contours originels quand il ne disparaît pas sous des quadrillages de biffures et des barres d’encre épaisse, pour laisser place, en marge ou dans l’interligne, à un texte sensiblement différent.

La conclusion de ce chaudron argumentatif en avoue le motif : « Notre propos n’étant pas de réaliser une édition génétique [qui serait une billevesée], nous avons pris la décision de ne transcrire le “texte des Misères” [les guillemets rappellent qu’il n’existe pas, même si on le transcrit] que ponctuellement, dans les notes, […]. » Rappelons que des négociations sont engagées depuis plusieurs semaines pour la publication des Misères lorsque Hugo en interrompt la rédaction, et laissons-le dire lui-même ce qu’il en est de ce texte sans « aucune autonomie spécifique » :

Aujourd’hui, 30 Xbre 1860, je me suis remis à écrire Les Misérables. Du 26 avril au 12 mai, j’ai relu le manuscrit. Du 12 mai au 30 décembre, j’ai passé sept mois à pénétrer de méditation et de lumière l’œuvre entière présente à mon esprit, afin qu’il y ait continuité absolue entre ce que j’ai écrit il y a douze ans et ce que je vais écrire aujourd’hui. Du reste, tout était solidement construit. Provisa res. Aujourd’hui je reprends, pour ne plus la quitter j’espère, l’œuvre interrompue le 14 février 1848.

On comprend maintenant pourquoi H. Scepi rejette ces lignes dans la Chronologie et ne les reproduit que tronquées.

Mais on ne comprend pas comment il peut aller jusqu’à falsifier le manuscrit. Il écrit : « Lorsqu’il s’est interrompu en février 1848, Hugo avait rédigé :

– pour la Ire partie, le début du livre VI (« Javert »), le livre VII (« L’Affaire Champmathieu ») et le live VIII (« Contrecoup ») ; […] ».  Donc monseigneur Bienvenu, l’entrée de Jean Valjean à Digne, l’accueil de l’évêque, la jeunesse de Jean Valjean et sa famille disparue, le vol du pain, la condamnation, les évasions et les dix-neuf années de bagne, le vol des couverts d’argent, le don des flambeaux, la rencontre de Petit-Gervais, Cosette remise aux Thénardier, Jean Valjean devenu M. Madeleine, la charrette soulevée sous l’œil terrible de Javert, la « descente » de Fantine, la poignée de neige dans son dos, l’intervention de M. Madeleine pour lui éviter la prison, les soupçons de Javert, tout le début mémorable daterait de l’exil ? C’est absurdement faux : il n’y avait pas besoin de compulser Le manuscrit des Misérables pour le savoir ; les notes de M. Allem suffisaient et ses successeurs auraient dû faire confiance à la Pléiade. Telles sont les mésaventures de l’inconscient.

Un texte des Misérables sans manuscrit…

Établir le texte des Misérables lorsqu’on est fâché avec le manuscrit est périlleux. Imprécises et trop exclusivement destinées à justifier la décision de reproduire l’originale belge, les pages de la Note sur le texte consacrées à son établissement (1542-1545) ne permettent pas de comprendre les données du  problème qu’il pose.

S’agissant de Hugo, le manuscrit ne peut être considéré comme « une source précieuse » pour l’établissement du texte, « un point de référence » entre d’autres. Toute sa conduite, le soin qu’il prend de reporter sur son manuscrit les corrections et ajouts faits à la copie, puis ceux des épreuves, et d’y porter même des ajouts ultérieurs à la publication, la conservation vigilante et presque superstitieuse de la « malle aux manuscrits », la reliure de plusieurs qui leur donne l’aspect d’un livre, l’intercalation de dessins de sa main dans celui des Travailleurs de la mer qui en fait une édition illustrée princeps, les dispositions testimoniales qui prévoient le legs à la Bibliothèque Nationale de tous les manuscrits et leur publication exhaustive par ses exécuteurs testamentaires aux frais de la succession, bien d’autres choses encore, obligent à penser que Hugo trouve dans le manuscrit, parce qu’il porte trace du travail, du temps et du corps, la forme accomplie de  son œuvre. Voire de son être. Pierre-Marc De Biasi, dans une étude récente, montre que le vaste dispositif dont Hugo entoure l’ensemble des choses « écrites ou dessinées » de sa main le constitue en « second corps » de l’écrivain, son golem,  son « œil spirituel » qui, au-delà de la mort, « restera ouvert, plus grand que jamais ».

La meilleure édition d’une œuvre de Hugo reproduirait donc ce qu’on peut appeler le « manuscrit étendu » : le manuscrit proprement dit, tel que modifié ou complété de la main de l’auteur sur la copie, les épreuves ou dans des instructions données. Car ce qu’il écrit et veut, positivement, n’est pas de la même autorité que ce qu’il laisse imprimer. Qui ne dit mot consent, certes ; à condition que ce consentement tacite soit éclairé ; une faute ignorée n’est pas approuvée. Si l’on dispose, outre le manuscrit comme pour William Shakespeare, de la copie et des épreuves corrigées, le manuscrit étendu est formé de leur somme ; si l’un ou l’autre manque, à plus forte raison les deux, l’éditeur doit conjecturer pour chaque écart entre le manuscrit et le texte publié s’il résulte d’une intervention de Hugo à la copie ou aux épreuves, ou s’il est dû à l’initiative d’un tiers : copiste, typographe ou le couple Meurice-Vacquerie délégué au contrôle de l’impression. Une phrase présente au manuscrit et manquante à l’édition originale – c’est la source la plus abondante d’incertitude – a-t-elle été rayée par l’auteur à la copie ? sur les épreuves ? sautée par la copiste ou par le typographe sans que Hugo s’en aperçoive ? ajoutée sur le manuscrit après la publication? Il peut même arriver que l’auteur l’ait rétablie sur les épreuves et que son instruction n’ait pas été exécutée, ou encore qu’une correction aux premières épreuves soit suivie d’effet aux secondes et que le texte imprimé revienne à la version fautive initiale.

Le plus souvent les épreuves manquent, comme pour Les Travailleurs ;  pour Les Misérables, c’est la copie. Quelques feuillets pourtant, de la main de Juliette, qui couvrent la quasi totalité des chapitres I, 1, 1 à 13, ont été reliés avec le manuscrit. Ils se sont substitués à lui, après corrections et ajouts, mais sans le faire disparaître et l’on dispose ainsi du manuscrit et de sa copie pour l’essentiel du premier livre. Cette copie n’a pas été envoyée à l’imprimeur, mais celle qui l’a été devait lui être conforme puisque les mêmes écarts, nombreux, avec le manuscrit s’observent aux épreuves.  Ils y ont été parfois corrigés par Hugo ; le plus souvent il les a ignorés, soit qu’il ait jugé ces fautes négligeables, soit qu’il ne les ait pas vues. Il semble que le travail de Juliette se soit amélioré ou qu’elle ait été rapidement remplacée par Victoire Étasse et Julie Chenay, plus attentives, puisque ces écarts entre le manuscrit et les épreuves se raréfient au-delà du premier livre. Sans disparaître pourtant. L’absence de la copie interdit qu’on les lui impute avec certitude, mais il n’existe aucune raison pour ne pas appliquer aux Misérables les conclusions extrapolées d’autres œuvres dont la copie est disponible : les typographes commettent peu d’erreurs de texte mais alourdissent sensiblement la ponctuation, l’inverse est vrai des copistes employées par Hugo.

Quant à la perfection de la correction de la copie et des épreuves par Hugo, volontiers invoquée et qui dispense d’y aller voir, c’est une fable. Le double jeu d’épreuves de William Shakespeare, corrigé l’un par Hugo, l’autre par A. Vacquerie, montre que, dans cet exercice qu’il n’aime pas, Hugo est bon mais nullement infaillible. Beaucoup d’erreurs lui échappent, en général mineures il est vrai. Il corrige les épreuves en graphiste, soucieux de la mise en page, du corps des titres, des départs en belle page, et en écrivain : sans se reporter à la copie. C’est encore plus vrai de cette dernière : quand il la révise, il continue d’écrire autant voire plus qu’il ne corrige, améliorant son texte et, surtout, y ajoutant.

Tout cela, H. Scepi a préféré l’ignorer ou n’en pas tenir compte. Se fiant aux identités de genre, d’époque et d’éditeur avec Les Travailleurs de la mer, il a pris modèle sur l’édition d’Y. Gohin et décidé de reproduire comme lui l’originale belge, sans tenir compte du fait qu’Y. Gohin disposait, lui, de la copie. Or Hugo y intervient pour amender ou enrichir son texte beaucoup plus souvent qu’il ne le fait aux épreuves, de sorte que les cas d’incertitude où l’on ne sait si tel écart entre le manuscrit et l’édition est ou non le fait de Hugo sont sensiblement moins nombreux pour les Travailleurs que pour Les Misérables. L’IN, qui non seulement intègre, comme déjà l’édition ne varietur, toutes les instructions données par Hugo depuis l’originale, mais examine ces cas d’incertitude et les tranche le plus souvent en faveur du manuscrit, offrait une alternative d’égale valeur au moins. Contestable donc, le choix de l’originale belge est surtout plus formel que réel. D’une part la volonté explicite de Hugo oblige non seulement à développer les initiales abrégeant les noms (Digne au lieu de D.– ; Montreuil-sur-Mer pour M.– sur M.–, etc.) mais aussi à intégrer une dizaine d’additions demandées ultérieurement et introduites dans les éditions suivantes, de sorte que ce n’est déjà plus l’originale belge qu’on donne à lire. D’autre part, une fois reconnu à l’IN « le mérite de revenir aux sources du manuscrit de façon presque toujours pertinente », on peine à se justifier de ne pas l’avoir retenue : « Toutefois loin de se faire un devoir d’inventorier et d’apprécier à leur juste valeur certaines des corrections faites sur épreuves par Hugo [?!], cette édition reconduit elle aussi trop souvent des leçons ou des choix de ponctuation fautifs ou discutables. » Entre ce retour pertinent au manuscrit et ces choix fautifs qu’a-t-on fait ? Est-ce l’originale qui est suivie plutôt que l’IN lorsqu’elles étaient en désaccord ? selon quelle règle ? à défaut, quels critères ? La réponse inquiète : «  […] le recours au manuscrit et aux trois autres éditions mentionnées plus haut a permis de corriger certaines erreurs, de dissiper des doutes ou de lever des hypothèques. » Difficile d’être moins précis.

Il faut donc y aller voir. On l’a fait pour les quatre premiers chapitres du premier livre de la première partie – c’est celui où la copie de Juliette provoque le plus de divergences avec le manuscrit mais c’est aussi, en ce début, le lieu de la plus grande vigilance des autres intervenants – et les trois premiers de la cinquième partie – où le manuscrit, limpide, ne risquait pas de dérouter la copiste. Les résultats de cet examen, détaillés dans les tableaux en annexe, montrent que, lorsque l’originale belge et l’IN ne concordent pas, l’édition de H. Scepi, quoi qu’il en dise, reproduit l’IN dans près de la moitié des cas pour la ponctuation, le quart pour le texte proprement dit.

ni apparat critique….

Cette édition produit donc un texte nouveau et hybride. Il n’y a pas de mal à cela, mais la règle, depuis la Renaissance pour les textes anciens et Lanson pour les modernes, veut – c’est ce qui définit une édition critique – que, lorsque l’éditeur s’écarte du texte, manuscrit ou imprimé, dont il a établi qu’il était le meilleur, ce geste soit justifié par l’application d’une règle générale explicite ou, s’il n’en suit aucune et procède cas par cas, qu’il indique à chaque fois sa décision au bas de la page et s’en explique ; c’est l’apparat critique. Le choix y est évidemment proscrit : il faciliterait l’arbitraire en le dissimulant. La portée de l’apparat critique peut être élargie et rendre compte des écarts entre eux de tous les textes reconnus comme pertinents, même lorsqu’ils n’affectent pas le texte établi ; c’est ce que font J. Seebacher et Y. Gohin dans leur édition de Notre-Dame de Paris et des Travailleurs de la mer, mais cela reste facultatif. On s’explique que, dans le cas présent, l’éditeur n’ait pas poussé le scrupule aussi loin : son apparat critique occupe pour chaque livre du roman à peu près autant de place que celui de J. Seebacher ou Y. Gohin pour chaque page. Mais on ne s’explique pas qu’il manque si souvent à ses devoirs.  Il ne signale, pour les chapitres examinés, que deux corrections apportées à l’originale belge soi-disant reproduite (toutes deux en I, 1, 4, dont l’une répare une coquille) sur les huit qu’il a faites. Il indique – ce à quoi d’ailleurs rien ne l’obligeait – deux corrections possibles et non retenues, mais pas une vingtaine d’autres. Moins il y en aura plus on persuadera que toutes les éditions sont proches de celle choisie. Sur ce dernier point, la présentation de l’apparat critique est si floue qu’elle reste exacte : « Les variantes […] indiquent, plus rarement, quelques leçons des éditions ultérieures devenues plus ou moins familières… ». Mais, sur le premier, elle s’était imprudemment engagée : « A l’exception des coquilles et autres fautes d’impression évidentes, des quelques ponctuations amendées et du développement […] des toponymes réduits d’abord aux initiales, toutes les corrections apportées ont été signalées en variantes […]. » A s’en tenir à notre échantillon, ce n’est vrai, on l’a vu, qu’une fois sur quatre. Bref, cette édition souffre d’un établissement du texte insincère et peu fiable.

… mais normalisé

Le pire cependant n’est peut-être pas là mais dans l’application des normes de la Pléiade, qui distingue fortement cette édition de toutes celles qui lui sont antérieures – et probablement, Dieu merci, de celles qui la suivront. En 1951, M. Allem appliquait déjà une normalisation orthographique et typographique ; elle restait légère : l’IN reproduite s’était chargée d’effacer les archaïsmes manifestes et les irrégularités les plus voyantes. Depuis, la Pléiade s’est prise pour l’AFNOR.

Déjà Y. Gohin observait que son édition des Travailleurs de la mer s’écartait moins de l’édition de référence par les modifications qu’il y avait apportées que par l’application des normes de la collection. Il les énonce plus clairement, plus complètement et de manière plus ordonnée qu’ici, et il en commente l’effet ; suivons-le. Comme lui, on admet l’unification de l’orthographe et sa modernisation académique pour les traits d’union (c’est-à-dire, au-dessus), la majuscule pour la désignation des individus par les noms de nationalité ou pour ceux des régions (« langue du Midi »); avec lui on regrette cependant la « petite trahison » de l’abandon d’orthographes personnelles, et d’autant plus vivement défendues par Hugo : « aîle », « quatrevingt-treize », ou de graphies encore partagées de son temps, voire du nôtre, mais rejetées par une Pléiade ultra : « lys », « gaîment », « dénûment ». Le droit qu’on s’arroge de corriger un auteur aussi attentif que Hugo finit toujours par engendrer incohérences et fautes : pourquoi « Maevius » au lieu de « Mævius » ? « Shakespeare » par deux fois (IV, 7, 1 et V, 1, 2), alors qu’on s’est vanté de respecter « les graphies plus ou moins vieillies de certains noms propres, qui sont très largement attestées à l’époque (Shakspeare pour Shakespeare…) » et qu’on l’a fait en I, 4, 1 ? C’est sans gravité. L’est aussi, encore qu’elle soit fort déplaisante, l’inscription en chiffres de tous les nombres, cardinaux et ordinaux, heures et dates, écrits en toutes lettres par Hugo qui y tient puisque, sur ce point, il fait toujours respecter sa volonté à la correction des épreuves.

En revanche, l’idéologie s’en mêle lorsque la normalisation consacre comme une essence, par une majuscule, ce à quoi Hugo, avec la permission de toutes les éditions antérieures, la précédente Pléiade comprise, ne reconnaît pas cette qualité : le Bon Dieu, l’Empereur et son Empire, l’Eglise, les Cultes qui ont des ministres, la Révolution, la Création, l’Antiquité… Dans Les Misérables, Hugo laisse l’originale belge sacraliser l’Etat, mais dès le livre suivant, William Shakespeare, il corrige systématiquement et obtient le retour à l’idée, minuscule, qu’il a de l’état. Il avait eu raison des typographes de MM. Lacroix et Verboeckhoven ; le voici trahi par la Pléiade.

Il l’est encore davantage par une autre manie normative. Pour qui a vu Hugo prendre la peine, au manuscrit de L’Homme qui rit, de corriger un « Mlle » en « mademoiselle », la réduction mécanique des titres de politesse à leur abréviation est choquante. Elle affecte le sens. « Madame la comtesse de Lô » veut ses titres, tout au long, c’est même son péché mignon ;  « Mme de Lô » lui fait offense. La désignation administrative de Mlle Baptistine et de Mme Magloire leur ôte l’affectueux respect dont le narrateur entoure mademoiselle Baptistine et madame Magloire. Monseigneur Bienvenu aime être appelé de ce nom : « Bienvenu corrige Monseigneur » dit-il ; mais corrige-t-il « Mgr » ? Le caprice est inhérent aux pouvoirs abusifs. Pour une obscure raison, ou sans raison, le titre du chapitre initial « M. Myriel » a été développé (mais pas dans la table des matières)  en « Monsieur Myriel », et de même au suivant : « Monsieur Myriel devient monseigneur Bienvenu », sans égard pour la double substitution, du nom et du titre de politesse, tracée par Hugo : « M. Myriel devient monseigneur Bienvenu ». Sans cette conversion, l’évêque serait resté ce que reste « M. Gillenormand ». L’incohérence attendue complète le tableau : s’adressant à madame Magloire, monseigneur Bienvenu lui dit : « Vous avez raison, madame Magloire. » Mais, à propos de M. Géborand achetant pour deux sous de paradis, il doit dire « Voilà M. Géborand… », qui est aussi malaisé à prononcer que « M Pokora ». Allons au dernier cercle de ce petit enfer typographique.

Le roman de Hugo on le sait, roman dramatique voire théâtral, caractérise ses personnages par leur langage plus que par tout autre moyen. La parole y règne et la misère est silence – Mabeuf – ou poésie – Gavroche. Sa représentation passe par tous les moyens, guillemets, tirets, italiques, utilisés seuls ou combinés. Y. Gohin en juge l’emploi aléatoire ; à voir le manuscrit où l’ajout de guillemets ou de tirets est fréquent, ce n’est pas si sûr. Quoi qu’il en soit, Hugo n’enfreint pas l’usage qui réserve les guillemets aux textes cités et aux paroles rapportées, le tiret au dialogue et généralement à la parole prononcée et entendue. La Pléiade n’y consent pas et décrète qu’une réplique isolée n’est pas une parole : « “Il y tiendrait bien vingt lits !” dit-il, comme se parlant à lui-même » au lieu de : « – Il y tiendrait bien vingt lits ! dit-il… » Une sottise a souvent à cœur d’être complète : la première réplique d’un dialogue n’est pas un dialogue puisque la seconde n’est pas encore venue ; elle aura donc un guillemet ouvrant, les suivantes un tiret auquel s’ajoutera, à la fin de la dernière un guillemet fermant – absurde, mais il faut bien fermer un jour les guillemets qu’on a ouverts. De là des pages remplies de dialogues bancals où le premier qui ouvre la bouche est ventriloque. Et même le second pour peu qu’il ait laissé passer une phrase du narrateur avant de répondre : « L’évêque, arrivé à lui, lui toucha le bras : “Monsieur le marquis, il faut que vous me donniez quelque chose.” Le marquis se retourna et répondit sèchement : “Monseigneur, j’ai mes pauvres. – Donnez-les-moi” dit l’évêque. » Comme à l’ordinaire, on finit pas s’empêtrer : « Comme l’évêque était de petite taille, il ne put y atteindre. – Madame Magloire, dit-il, apportez-moi une chaise. Ma Grandeur ne va pas jusqu’à cette planche. »

Broutilles, dira-t-on. Mais la seule vue d’un manuscrit de Hugo, de sa copie ou des épreuves, persuade que ces broutilles ont retenu son attention. Qu’avons-nous de mieux à faire pour leur refuser la nôtre ? Il existe une loi d’entropie – utile en philologie à l’établissement du stemma – qui veut que chaque reproduction d’un texte hérite des fautes antérieures et y ajoute les siennes. De proche en proche ­– surtout en numérique où la reproduction est gratuite et la correction coûteuse – un texte devient vite méconnaissable. Les éditions critiques, c’est leur raison d’être, bloquent plus ou moins brièvement cette dégradation. Celle-ci ne remplit pas cette fonction, au contraire. Somme toute, mieux aurait valu que la Pléiade reproduise le texte de son ancienne édition. H. Scepi ne dira jamais, écrira moins encore, qu’il l’aurait fait sans les exigences, publicitaires plus que commerciales, d’une « nouvelle édition ». Quoi qu’il en pense.

Guy Rosa

Pour ne pas trop s’écarter du format habituel de ses comptes-rendus, Romantisme ne publie ici, avec l’accord de l’auteur, que la première partie de la recension, excessivement détaillée et précise, communiquée par Guy Rosa. Le lecteur curieux de poursuivre peut le faire auprès du site du Groupe Hugo.


Vous aimerez aussi...