Van Eyck et les pré-raphaélites — par Annie Dubernard-Laurent

Reflections. Van Eyck and the Pre-Raphaelites, Londres, National Gallery (octobre 2017 – avril 2018)

Cette courte exposition a eu pour objet de montrer l’importance et la permanence du thème du reflet (reflection) dans la peinture. Ici la période retenue est celle du Préraphaélisme, mouvement artistique né en Grande-Bretagne en 1848.

Le point de départ est une œuvre phare, très populaire, visible à la National Gallery : le Portrait des époux Arnolfini (The Arnolfini Portrait, 1434) de Jan Van Eyck (1390-1441). On sait que les membres de la Confrérie à ses débuts (Rossetti, Hunt et Millais fondent la Pre-Raphaelite Brotherhood en 1848) connaissaient cette œuvre achetée par la National Gallery en 1842. Elle était visible par tous, l’entrée du musée étant gratuite.

On pourrait a priori soupçonner dans la présence des miroirs la représentation d’un objet de vanité, destiné à faire comprendre au spectateur que tout est vanité, que tout passe – la beauté, la jeunesse, les richesses, les amours, bref la vie – et qu’il convient de donner un sens à celle-ci en se tournant vers les œuvres de piété et de vertu afin de sauver son âme… La leçon s’adresse en particulier aux femmes les plus séduisantes, donc vaniteuses. Elles sont assises devant des miroirs qui leur renvoient une image de la laideur et de la mort.

John Everett Millais, Mariana, 1851 © Tate, London 2015 (affiche de l’exposition)

Or ici il n’en est rien. Les époux Arnolfini semblent au premier abord former un couple parfait. Ils se donnent la main, la femme semble enceinte, ils sont pieux. Le miroir placé sur le mur du fond, accompagné d’un chapelet, apparaît entre les époux et renvoie une image de bonheur auréolé de l’opulente clarté du chandelier. L’intérieur est confortable, on sent l’aisance et la réussite matérielle de ce couple de commerçants. Mais les interprétations du tableau varient… Ne sont-ils que fiancés, ou en train de se marier ? Le miroir ne renvoie-t-il pas en fait la présence de témoins à ce mariage ? S’agirait-il du couple Van Eyck ?

Quoi qu’il en soit, dès son entrée à la National Gallery, et malgré le mystère autour de sa signification, le portrait fascina par ses couleurs très bien conservées et la virtuosité de l’exécution. Mais il interpella surtout de jeunes artistes élèves de la Royal Academy par son réalisme qui tranchait avec les œuvres de la Haute-Renaissance, c’est-à-dire l’art depuis Raphaël (1484-1520), alors admirées et enseignées. Or le tableau de Van Eyck précède de cinquante ans la naissance de Raphaël. Ce fameux miroir, que l’on retrouve sous diverses formes chez les Préraphaélites du XIXe siècle, représente non seulement un intérieur intime et réaliste, mais aussi quelque chose de beaucoup plus mystérieux, à l’image, quelques décennies plus tard, du miroir de Lewis Carroll (Through the Looking Glass, 1871).

La nouveauté apportée à la peinture de la seconde partie du XIXe siècle par la Pre-Raphaelite Brotherhood, l’attention aux détails, l’actualité des sujets, la modernisation des thèmes religieux, les couleurs franches qui changent des fonds noirs de la peinture post- renaissante, peuvent être portés au compte de l’influence (qui n’est ni une copie ni une imitation) d’un tableau comme celui du Portrait des Arnolfini. On peut en effet voir dans cette œuvre du quinzième siècle, du début du Quattrocento aussi appelé « Première Renaissance », un modèle de Primitif flamand. Les artistes britanniques influencés par le tableau de Van Eyck, désignés comme Préraphaélites, obtiendront des résultats semblables mais avec des techniques différentes, comme l’utilisation systématique de fonds blanchis pour produire un effet de transparence analogue à celui créé par les Primitifs ou à celui des vitraux médiévaux et, curieusement, à celui des premières clichés photographiques. Selon certains auteurs, il serait même plus approprié de désigner les Préraphaélites britanniques comme des « Pré-Van Eyck », l’influence nordique étant ici patente. C’est l’idée générale de l’exposition.

Le miroir apparaît sous diverses formes, renvoyant autant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Le miroir peut être une fenêtre : ainsi chez Millais, la Mariana, tout en se tenant devant la fenêtre, voit son image renvoyée par celle-ci, mais il s’agit d’ une vision intérieure. C’est un miroir de l’âme. Est-ce une marque de désir insatisfait ? Certains à l’époque la voient au contraire enceinte. Les commentaires vont bon train. Chez Hunt, peintre préraphaélite moralisateur pur et dur, le miroir renvoie au modèle la conscience de son péché (W. H. Hunt, The Awakening Conscience, 1853). Serait-ce le retour du miroir des vanités? Et chez Brown, le miroir convexe renvoie la figure du coupable entrant dans la pièce où se tiennent la mère et son nouveau né : Take your Son, Sir (1856-1857), titre très explicite. L’auteur du méfait n’était-il pas, là aussi, l’artiste lui-même, Brown, comme dans le tableau de Van Eyck ? L’époque victorienne, où l’on ne plaisantait pas avec l’adultère, ne se prêtait-elle pas à cette sorte de jeu de cache-cache ?

À mesure que le Préraphaélisme s’éloigne du réalisme pour se fondre dans l’esthétisme dans les décennies 1870 et 1880, le miroir convexe prend une autre signification. Loin des considérations morales, il devient le siège de toutes les fantaisies, hallucinations, rêveries romantiques, mystiques, ensorceleuses, sans plus aucun rapport avec le réel. C’est le règne de l’imaginaire. Rossetti, Burne-Jones et leurs successeurs entrent ainsi dans l’ère du Symbolisme et de l’art fin-de-siècle.

Dans son bref parcours, l’exposition réussit, à partir d’un petit objet comme un miroir du quinzième siècle, à faire saisir au spectateur la complexité et l’évolution de l’art de la représentation au XIXe siècle en Grande-Bretagne.

Annie Dubernard-Laurent

Catalogue :

Susan Foister, Anna Koopstra, Alison Smith, Caroline Bugler, Reflections. Van Eyck and the Pre-Raphaelites, Londres, National Gallery, 2017.

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...