À l’aube du Japonisme — par Claire Chagniot

À l’aube du Japonisme. Premiers contacts entre la France et le Japon au XIXe siècle, Paris, Maison de la culture du Japon à Paris (novembre 2017-janvier 2018).

À l’aube du Japonisme a ouvert de façon idéale la saison de commémoration des 160 ans du traité d’amitié et de commerce entre la France et le Japon, intitulée « Japonismes 2018 » (juillet 2018-février 2019). Trente ans après Le Japonisme (Galeries nationales du Grand Palais, mai-août 1988), Geneviève Lacambre est revenue sur les premiers contacts entre la France et le Japon au XIXe siècle, en privilégiant deux sujets : l’introduction sur le marché français des objets d’art japonais durant les décennies 1840 et 1850 et les ambassades nippones à Paris sous le Second Empire, jusqu’à l’Exposition universelle de 1867.

Peinture d’une lanterne à Kabayachô, lavis de couleur, non signé [attribué à Katsushika Hokusai], XIXe siècle © BNF, DÉPARTEMENT DES MANUSCRITS

Le premier axe était organisé en quatre sections, selon les filières empruntées par les objets japonais pour entrer en France : laques sur cuivre commandées à des artisans japonais par des amateurs hollandais, puis objets rapportés par Paul Ginier et Théodore de Lagrené, des Français voyageant en Extrême-Orient, ou par le diplomate en poste à Shangai de 1848 à 1853, Charles de Montigny, dont le « Musée chinois » exposé au Palais des Beaux-Arts lors de l’Exposition universelle de 1855 retint l’attention de Charles Baudelaire et de Théophile Gautier. À l’aube du Japonisme documente avec précision la constitution de ces collections privées, l’intérêt artistique et marchand qu’elles suscitèrent à Paris, et leur entrée dans les collections publiques françaises – musées de la marine et de Sèvres en particulier. On comprend aussi les difficultés qu’eurent les collectionneurs et les conservateurs de musée à identifier leur origine japonaise et à les classifier, entre histoire naturelle, ethnographie et arts décoratifs.

Après la signature du traité d’Edo en 1858, l’ouverture du port de Yokohama aux étrangers puis le sac du Palais d’été, les produits japonais gagnent plus directement la France. L’un des négociateurs du traité, le baron Charles de Chassiron, a ainsi légué en 1871 sa collection d’objets et de livres illustrés japonais à la ville de La Rochelle, qui lui consacra naguère une exposition (voir Le baron de Chassiron et l’Asie extrême-orientale au dix-neuvième siècle, La Rochelle, Éditions des musées d’art et d’histoire, 1999). D’autres importations du début des années 1860, des boîtes laquées incrustées de nacre d’une grande beauté, acquises par Adolphe Thiers et exposées au Louvre dès 1881, inspirèrent très probablement des motifs de l’Art nouveau.

C’est la section consacrée aux œuvres arrivées par le comptoir hollandais de Deshima qui réservait la plus grande découverte. Plutôt que de revenir sur la fameuse et très discutée découverte de la Manga d’Hokusai par le milieu artistique parisien, la commissaire de l’exposition dévoilait quatorze (des vingt-cinq) sujets peints sur papier japonais par le « vieux fou de dessin » et donnés en 1855 à la Bibliothèque impériale par les descendants de Johan Willem de Sturler, responsable du comptoir de 1823 à 1826. La série complète est visible sur le site de l’exposition virtuelle « France-Japon » (2014) de la Bibliothèque nationale de France. Seul le rapprochement avec une série similaire collectée par un de ses compagnons de voyage, le médecin Von Siebold, a récemment permis de rendre à leur auteur ces œuvres réalisées pour des étrangers, et donc non signées. Des scènes de la vie quotidienne d’ouvriers et d’artisans d’Edo, des groupes de pêcheurs et de pèlerins, pleins de pittoresque mais influencés par l’art occidental connu d’Hokusai, ainsi que le montre son Traité explicatif de la manière d’employer les couleurs. La conférence donnée par les trois spécialistes co-rédacteurs du catalogue – « Hokusai à la rencontre de l’Occident : les peintures de la collection Sturler » par Véronique Béranger, Nathalie Buisson et Christophe Marquet, le 23 janvier 2018 à l’INHA – a précisément montré ce que ces « trésors de Richelieu » exposés pour la première fois en France devaient à la connaissance de la perspective, du modelé et des ombres en usage dans les rares gravures et peintures européennes circulant au Japon dès la fin du XVIIIe siècle (sur ce même sujet, voir aussi Gaëlle Rio et Yuriko Iwakiri, Kuniyoshi. Le démon de l’estampe, Paris, Paris-Musées, 2015, p. 15, 17 et 61).

Okkotsu Wataru, 17 ans, Photographie de Jacques-Philippe Potteau, (1807-1876) 
© Musée du Quai Branly – Jacques Chirac, Dist. RMN-Grand Palais / Image Musée du Quai Branly – Jacques Chirac

Le visiteur de l’exposition était ensuite invité à faire le chemin en sens inverse pour découvrir l’envers du premier sujet, les portraits officiels des membres des ambassades shogunales de 1862 et de 1864 puis la présence japonaise à l’Exposition universelle de Paris en 1867. Itinéraire singulier que celui de ces dignitaires, officiers, artistes et savants venus pour retarder l’ouverture de leur pays, hostile à l’Occident, et dont plusieurs devinrent des passeurs entre l’Europe et le Japon. Le plus emblématique d’entre eux, Okkotsu Wataru, a ajouté au costume traditionnel un nœud papillon et tient à la main un livre relié à l’occidentale. Son fils, Ueda Bin, traduira en japonais de nombreux poètes occidentaux. En parallèle de l’ouverture de l’Europe au Japon, celle du Japon à l’Occident donc, dont témoigne l’un des essais du catalogue, consacré à la préparation et à la sélection des œuvres japonaises exposées en 1867. Plusieurs des livres xylographiques et des porcelaines alors montrés et acquis par l’État pour le musée de Sèvres et l’École des langues orientales terminaient l’exposition.

En livrant l’état de la recherche sur des aspects méconnus des premières relations franco-japonaises, cette exposition et le catalogue qui l’accompagnait ont contribué à faire connaître mieux l’histoire des premières collections françaises, privées et muséales, d’objets japonais. Ils ont aussi posé de précieux jalons pour comprendre leur découverte par un public plus large, au fil des expositions : Bazar Bonne-Nouvelle en 1840-1842, ventes aux enchères, Expositions universelles de 1855 et 1867. Saluons enfin le souci de pédagogie bien entendue qui a fait coïncider la conférence et l’exposition, elle-même assortie d’une bibliographie sur le japonisme dans le fonds de la bibliothèque de la MCJP, libéralement proposée aux visiteurs et disponible sur son site.

Claire Chagniot

Catalogue :

À l’aube du Japonisme. Premiers contacts entre la France et le Japon au XIXe siècle, Paris, Maison de la culture du Japon à Paris, 2017.

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...