Pasteur, l’expérimentateur — par Bénédicte Percheron

Pasteur, l’expérimentateur, Paris, Palais de la Découverte (décembre 2017 – août 2018)

Entrée de l’exposition Pasteur : l’expérimentateur (photographie : B. Percheron)

Du 12 décembre 2017 au 19 août 2018, le Palais de la découverte scénographie la vie et les recherches du célèbre chimiste français Louis Pasteur. En référence au goût certain de Pasteur pour la théâtralisation de ses travaux, l’exposition est conçue et découpée comme une pièce de théâtre. Elle possède ainsi un prologue, six actes et un épilogue. Les scénographes ont, en quelque sorte, réutilisé un genre théâtral éphémère du second XIXe siècle : le théâtre scientifique.

Le prologue met en perspective la vie du chimiste et les grands événements du XIXe siècle. Au centre de l’espace d’exposition un buste de Pasteur sert de support à du videomapping, conçu par Nova Pista, où des éléments biographiques clefs sont projetés. Conjointement, des objets intimes du chimiste, surtout plusieurs reproductions de portraits peints par Pasteur lui-même, révèlent une personnalité sensible et travailleuse. Le buste central est entouré d’une vaste frise chronologique circulaire enrichie de dispositifs numériques permettant de voyager dans le siècle. Elle rappelle aussi bien les événements politiques majeurs que les découvertes scientifiques importantes de l’époque, comme l’invention du télégraphe ou encore l’apparition du chemin de fer.

Toute sa vie, Pasteur soutient par sa recherche l’industrie nationale. Le Premier acte de cette exposition s’ouvre ainsi sur un problème industriel : la différence entre l’acide tartrique et l’acide paratartrique, qui semblent pourtant identiques. Pasteur essaye de comprendre pourquoi un acide fait tourner la polarisation et pas l’autre. Pour comprendre ce phénomène, il étudie les cristaux formés par ces acides et met au jour l’existence d’une dissymétrie moléculaire dans l’acide tartrique formé au cours du processus de fermentation. Pasteur en conclut que le vivant crée de la dissymétrie, ce qui permettrait de distinguer le vivant de l’inerte. Des modèles de cristaux géants sont mis à la disposition du public au milieu d’espace d’exposition. Ils permettent de saisir ce qui sera plus tard appelé la chiralité.

La dissymétrie moléculaire (photographie B. Percheron)

Après cette recherche, Pasteur est missionné par Napoléon III pour comprendre les maladies qui affectent le vin français. Il s’engage alors dans d’importantes recherches sur les fermentations (Acte II). Il identifie alors les micro-organismes responsables des dégradations des vins ou encore de la bière. Il développe alors une méthode de chauffage des vins, appelée autrement la pasteurisation. Pour expliquer le processus de fermentation, l’exposition met à disposition du public plusieurs outils. Une chambre claire permet de comprendre comment des dispositifs optiques aidaient à dessiner des micro-organismes au XIXe siècle. Des jeux de triage aident à comprendre l’importance de l’identification et de la catégorisation pour résoudre le problème. Puis dans la continuité des recherches sur la fermentation, le troisième acte revient sur le débat des générations spontanées qui a opposé Louis Pasteur à Félix-Archimède Pouchet. À la théorie des germes de Pasteur, autrement appelée la panspermie limitée, s’opposait la théorie de l’hétérogénie soutenue par Pouchet et qui défendait la possibilité de naissance d’organismes sans parent grâce à la puissance vitale. Pour illustrer ce débat, un théâtre optique, réalisé par Nova Pista, de 7 minutes met en scène les deux personnalités s’opposant autour de ballons de chimie. Détournant des gravures d’époque fondues avec des images de deux comédiens jouant les scientifiques, il résume efficacement la polémique.

Débat entre Pouchet et Pasteur (photographie B. Percheron)

De 1865 à 1869, Pasteur vole au secours de la sériculture (Acte IV). Les vers à soie sont en effet atteints par la pébrine : une maladie véhiculée par des germes pathogènes, ce que Pasteur démontre. Une carte de France montre la mobilité du scientifique qui court au chevet des élevages. Un diorama explique le protocole inventé par Pasteur pour éviter la propagation de la maladie. Par ailleurs, un praxinoscope montre le développement du vers à soie et opère un habile clin d’œil à l’industrie naissante de l’image animée. Son travail sur les maladies des élevages agricoles se poursuit à travers l’étude des maladies humaines et la création de vaccins (Acte V). L’exposition cherche à expliquer comment Pasteur a démontré l’action de germes pathogènes dans la diffusion des maladies. Les méthodes d’atténuation des bactéries sont surtout explicitées à travers les recherches sur le choléra des poules ou encore le charbon des moutons. Puis, un film d’animation aborde la célèbre mise au point de la vaccination contre la rage en 1885. Dans un court acte VI, les successeurs de Pasteur sont présentés dans un film-documentaire. On y voit la diffusion des idées du scientifique dans le monde à travers l’ouverture d’instituts portant son nom aux quatre coins du monde.

Enfin, l’épilogue aborde rapidement les techniques actuelles d’études des micro-organismes et leur nouvelle classification. Il essaye, en outre, par le biais d’une série de fiches mises à la disposition du public de présenter les grandes recherches contemporaines sur les micro-organismes, notamment sur la mise en place de vaccins contre le cancer, contre le VIH ou encore contre les drogues. À toutes fins utiles, il se propose de répondre aux nombreuses questions actuelles sur la vaccination. Dans ce même espace, une vitrine d’objets augmentés conçue par Aloest Culture donne à voir différents milieux de culture bactérienne de façon originale.

L’exposition Pasteur, l’expérimentateur est donc appréciable, tant par sa capacité à synthétiser des recherches complexes, que par son souci de replacer les travaux de cette personnalité dans un contexte global. Par leur retentissement dans la société du XIXe siècle, les travaux de Pasteur ont en effet dépassé les débats des sociétés de savants. Une exposition sur cette personnalité est ainsi avant tout une exposition sur le XIXe siècle.

Bénédicte Percheron

Le film documentaire sur les successeurs de Pasteur (photographie : B. Percheron)

À lire :

Découverte, n° 414, spécial « Pasteur, l’expérimentateur », Paris, Palais de la découverte, janvier-février 2018.

Maxime Schwartz (dir.), Louis Pasteur, le visionnaire, Paris, Palais de la découverte et Éditions de la Martinière, 2017.  

Site de l’exposition : http://www.palais-decouverte.fr/fr/au-programme/expositions-temporaires/pasteur-lexperimentateur/lexposition/

Les comptes rendus d’expositions du site de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes sont publiés en complément des articles du Magasin du dix-neuvième siècle, revue annuelle de la Société. Pour proposer un compte rendu, adresser un courrier à Mathilde Labbé et Aude Jeannerod à expoxix@gmail.com


Vous aimerez aussi...