Honoré de Balzac, Le Bal de Sceaux

Honoré de Balzac, Le Bal de Sceaux

Paris, Éditions Perret, 2024

Le comte de Fontaine désespère de marier sa troisième et dernière fille, Émilie. La jeune femme est aussi belle qu’orgueilleuse ; aussi intelligente que mordante ; aussi bien née qu’elle est pleine de vanité. Elle est surtout bourrée de principes, entichée de noblesse et prétend n’épouser qu’un homme qui sera un jour pair de France.

Un soir d’été, Émilie de Fontaine se rend avec sa famille au bal de Sceaux. Elle y rencontre celui qui pourrait bien être son prince charmant.

L’avis de l’éditeur

Le Bal de Sceaux est à la fois un conte d’avertissement pour les jeunes filles, une parodie de conte de fées et une fable politique. Il est l’un de ces bijoux méconnus de La Comédie humaine.

Le Bal de Sceaux



Citer ce billet
Aude Jeannerod (2024, 14 mai). Honoré de Balzac, Le Bal de Sceaux. Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11o6w

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search